Le Top 5 des métiers en voie de disparition

Selon l’Institut Sapiens, ce sont près de 2,1 millions d’actifs concentrés dans ces cinq métiers qui ont une forte probabilité de voir leur emploi disparaître dans les prochaines années.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Top 5 des métiers en voie de disparition

Publié le 21 juillet 2019
- A +

Par Erwann Tison.
Un article de l’Institut Sapiens

La diffusion d’une innovation dans une économie provoque la disparition de certains métiers et en fait émerger de nouveaux. Même si Schumpeter n’en avait pas fait un concept économique, à travers sa théorie de la destruction créatrice bien connue, nous pourrions aujourd’hui en faire le constat tous les jours autour de nous.

L’accélération technologique de ces dernières années témoigne de la force de la révolution digitale qui bouleverse notre société. Cette lame de fond fait disparaître de nombreux emplois, sans que l’actif occupant puisse toujours l’anticiper suffisamment tôt. C’est pourtant cette compréhension qui est la clé d’une capacité de rebond, à travers un effort de formation ou la recherche d’un emploi dans un autre secteur.

Remplacement de l’homme

S’il existe une alternative technologique à un emploi humain, celle-ci sera systématiquement choisie, dans une optique de gain de productivité. Le mouvement de remplacement de l’Homme par la machine est favorisé par le mouvement cyclique suivant : l’automatisation génère de la croissance par une augmentation des gains de productivité, et la croissance génère à son tour de l’automatisation par l’augmentation des salaires qui engendre une incitation à automatiser.

La vague digitale qui engloutira de nombreux emplois risque d’être socialement néfaste si elle n’est pas anticipée. Ne pas prévoir les métiers qui vont disparaître, c’est risquer une aggravation du taux de chômage et donc un déséquilibre critique de nos comptes sociaux.

Quels sont les emplois menacés ? John Maynard Keynes prévoyait que d’ici la fin du XXe siècle, la technologie aurait détruit les emplois aliénants et pénibles. Une intuition qui se révèle exacte :  le classement DARES des métiers les plus pénibles se superpose avec celui des métiers menacés. L’anthropologue David Graeber, professeur à la London School of Economics, juge que les robots vont éradiquer ce qu’il nomme les bullshit jobs, ces emplois inutiles qui ne portent aucun sens ni pour l’employeur ni pour l’actif occupant.

Nous proposons dans cette courte note de mettre en lumière cinq métiers fortement menacés.

Les métiers retenus sont ceux qui sont à la fois directement remis en question par une technologie et qui ont vu leurs effectifs diminuer depuis 30 ans.

Au total, selon nos estimations, ce sont près de 2,1 millions d’actifs concentrés dans ces cinq métiers qui ont une forte probabilité de voir leur emploi disparaître dans les prochaines années. Les métiers sélectionnés pour illustrer cet effet sont donc ceux ayant connu la plus forte diminution de leurs effectifs depuis 19861 : manutentionnaires, secrétaires de bureautique et de direction, employés de comptabilité, employés de la banque et de l’assurance et caissiers et employés de libre-service.

Néanmoins, si de nombreux métiers vont disparaître, d’autres, en plus grande proportion vont également émerger. Parce que nous ne pouvons encore cerner avec certitude la nature de ces nouveaux emplois, nous devons alors créer un cadre propice à leur émergence, basé notamment sur une formation professionnelle agile et personnalisée.

>> Télécharger l’étude de l’Institut Sapiens <<

Article initialement publié en août 2018.

Sur le web

  1. Données issues de l’INSEE et de la DARES.
Voir les commentaires (27)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (27)
  • Un sixième métier que vous ne citez pas et qui pourrait/devrait disparaître dans la décennie à venir:

    Président de la République

  • je suis assez surpris par cette liste car je pense que ces métiers vont plutôt évoluer que disparaître, par exemple les chauffeurs seront sûrement remplacé en ville par des voitures autonomes mais cela réduira le nombre de personne ayant un permis et donc rendra les chauffeurs nécessaire pour les zone « non standard ». aussi je ne vois pas comment les employé comptable pourraient disparaître avec la complexification consente des loi

    • « complexification consente des loi »
      Je vois un métier qu’il faudrait faire disparaître pour le remplacer par des machines : ceux qui créent ces lois compliquées.

    • je pense aussi que la liste est peu fiable….des manutentionnaires ils vont en avoir de plus en plus besoin, rien que pour la préparation de commandes…idem pour les comptables vu que l’Etat se décharge sur les entreprises pour le prélèvement à la source, non?

    • Un contrôleur de gestion, cela ne se remplacera pas.

    • Quelles que soient les évolutions qu’on a pu introduire dans les professions d’allumeurs de réverbères, de remmouleurs ou de bourreaux, ces métiers ont bel et bien disparus dans nos pays occidentaux.
      Les bourreaux exercent encore, mais en Chine ou en Afrique.

    • Bien au contraire, la complexification constante des lois amènera de plus en plus d’intelligence artificielle dans les services comptables. Ce qui réduira d’autant le nombre de comptables. Je pense même que ce métier est appelé à totalement disparaître.

      • oui quand la fiscalité et le prelevement seront eux simplifiés

      • oui, et avant de parler d’IA dans la comptabilité il faut bien reconnaître que l’étape précédente d’informatisation n’est pas achevé: la simple intégration des données et l’automatisation de l’acquisition des données.
        Deux exemples, l’un dans la sphère publique l’autre dans la sphère privée concurrentielle:
        -Qd on arrive à l’accueil aux urgences de l’hopital, on vous demande nom et numéro sécu, ensuite on vous envoie dans le service de diagnostic concerné et on vous redemande la même chose. Qd on passe d’un régime Urssaf à un régime MSA plus rien ne fonctionne pour l’assuré social du fait de l’absence d’EDI entre les deux organisations.
        -Ds le privé, qd on regarde le taux d’erreurs de relevés de compteur d’eau ou d’électicité qui nécessite des équipes de comptable pour diagnostiquer et corriger les erreurs, ou quand on voit l’absence totale d’EDI dans la gestion des garanties des produits entre producteurs et distributeurs, on est encore loin du déferlement de l’IA.
        Les comptables ont encore de beaux jours devant eux mais leur pratique a déjà bien évolué avec l’arrivée des logiciels et ce n’est pas fini.

    • @Delcrop, bien d’accord avec vous.
      Je crois surtout que cette étude absurde reflète la méconnaissance du monde du travail par ceux qui l’ont faite.
      Les manutentionnaires du passé sont bien sûr en voie de disparition mais ils sont remplacés par les caristes pour le transport des charges avec des transpalettes, la demande explose complètement. Et les manutentionnaires sont aussi remplacés par les agents d’exploitation logistique qui vont chercher les commandes dans les entrepôts, entre autres, demande qui explose aussi.
      Les secrétaires de direction ont d’autres noms. Sur le plan fonction, beaucoup ont été retoquées en gestionnaire des ressources humaines au moins partiellement par rapport au contenu ancien.
      Quand aux comptables, s’ils disparaissent, il va avoir un paquet de suicides !

  • Le métier de comptable ne risque pas de disparaitre. En revanche, ce sont mes moins qualifiés qui voient leur nombre diminuer. Les cabinets comptables ont besoin de collaborateurs très qualifiés, tels les experts comptables. Les lois changent souvent et deviennent de plus en plus complexes à appliquer. Non seulement il faut être très qualifié mais avoir plusieurs années d’expérience.

  • Sur ces 5 métiers , il est est probable qu’il y ait des ajustements….. mais de la à disparaître!!!

  • Le métier de radiologue sera très largement simplifié et les diagnostics des moteurs d’inférences seront certainement plus sûrs que celui de l’humain.

  • Par contre quel que soient les nouveautés technologiques permettant des économies d’echelle les Fonctionnaires eux ne voient que leur temps de travail diminuer ..
    keskonsmarr

  • Un métier a bien disparu dans toutes les rédactions , c’est celui de correcteur. Pas sur ce site, mais les autres distributeurs de news sont bourrés de fautes et de contre-sens.

  • « une formation professionnelle agile et personnalisée »
    Il faudrait pour cela que l’Etat cesse d’y fourrer son gros nez…

  • l’automatisation génère de la croissance par une augmentation des gains de productivité, et la croissance génère à son tour de l’automatisation par l’augmentation des salaires qui engendre une incitation à automatiser.

    Ajoutez y l’augmentation des taxes sur les salaires renchérissant ces derniers, et voilà une incitation forte à automatiser.
    Pour le reste certains métiers disparaîtront, d’autres évolueront.

  • C’est étrange comme les prédictions d’un think-tank libéral sont accueillies à bras ouverts, alors que les prédictions étatiques sont ridiculisées car il est impossible de prévoir et planifier. Mais bon, le double standard est vieux comme le monde.
    Sinon, avec toute cette automatisation, ça va être dur dur de travailler plus pour gagner plus hein ? La logique économique libérale va encore devoir inventer des entourloupes pour s’expliquer.

    • Visiblement vous ne savez pas lire :

      – « La diffusion d’une innovation dans une économie provoque la disparition de certains métiers et en fait émerger de nouveaux. »
      – « Parce que nous ne pouvons encore cerner avec certitude la nature de ces nouveaux emplois… »

      1/ Aucune prédiction dans cette étude de ce que sera l’emploi à l’avenir : « nous ne pouvons encore cerner avec certitude la nature de ces nouveaux emplois ». Aucune prédiction.
      L’étude se contente d’identifier les emplois fragilisés et dont les effectifs sont en chute, chute qu’on peut observer dans les évolutions passées… ce qui n’augure rien de bon pour leur avenir…

      Tout cela n’a strictement rien à voir avec de la prévision fondée sur une modélisation économique, et encore moins avec de la planification de politiques économiques. Faire une analyse de données économiques historiques, ce n’est pas la même chose que faire de la modélisation économique, hein. Bref, visiblement vous pérorez sur des sujets que vous ne maitrisez pas.

      2/ Quant à votre seconde remarque (« ça va être dur dur de travailler plus pour gagner plus »), vous montrez, là encore, que vous ne savez pas lire (des emplois sont certes supprimés mais de nouveaux émergent) et surtout vous montrez que vous ne maitrisez pas le sujet et notamment une théorie basique de l’économie du travail, sur laquelle il n’y a quasiment plus de débat entre libéraux et non-libéraux, et dont l’un des principaux auteurs est français, Alfred Sauvy : la théorie du déversement.

      • Merci pour votre réaction pleine de mépris et de condescendance aux limites de l’insulte. Vous ne réagissez pas souvent, mais au moins vous êtes constant.
        Donc, comme j’ai lu l’article, je vous remets également quelques passages :
        – « ces cinq métiers qui ont une forte probabilité de voir leur emploi disparaître dans les prochaines années »
        – Cette lame de fond fait disparaître de nombreux emplois, sans que l’actif occupant puisse toujours l’anticiper suffisamment tôt. C’est pourtant cette compréhension qui est la clé d’une capacité de rebond, à travers un effort de formation ou la recherche d’un emploi dans un autre secteur
        – vague digitale qui engloutira de nombreux emplois risque d’être socialement néfaste si elle n’est pas anticipée. Ne pas prévoir les métiers qui vont disparaître, c’est risquer une aggravation du taux de chômage et donc un déséquilibre critique de nos comptes sociaux.
        – etc etc

        Et pour la théorie du déversement, elle est très basique, et c’est juste du bon sens en fait. Sauf que dans sa formalisation, elle ne parlait que des 3 secteurs traditionnels. Dans l’étude citée ci-dessus, nous voyons (en tout cas, moi je vois) des métiers déjà tertiaires qui vont disparaitre petit-à-petit. Et là, ils vont où ces emplois ? Ah ben Sauvy n’avait pas été jusque là.
        Enfin bref. Je ne maitrise pas toujours les théories de base, j’avoue, mais j’ai la chance d’avoir des capacités de réflexion. Ce qui me permet de dépasser bien des cadres théoriques et doctrines faites de certitudes.

  • Il est donc urgent de faire des lois pour protéger ces métiers…

    • @Y29
      ha, ha, ha!
      Il faut surtout éviter la casse au niveau de l’école et vulgariser la compréhension technologique et économique pour faciliter l’adaptation des population,
      et replacer l’église au mileu du village à savoir le sens de la responsabilité individuelle pour en finir avec la valeur qui a miné toute une génération avec le fameux « j’ai droit à… »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Big Data
1
Sauvegarder cet article

Par Sylvain Fontan.

Le phénomène intitulé Big Data (données massives) fait référence au flux de données sur internet de la part des particuliers, des entreprises et des États du fait de la démocratisation des connexions haut débit. L'ampleur de ce phénomène est telle qu'il peut être considéré comme valeur économique en soi. En effet, la capacité à exploiter ces données peut permettre de valoriser l'activité économique.

Le Big Data comme valeur économique

L'importance accrue du Big Data est telle que le Forum économique mondial ... Poursuivre la lecture

Les ganacheries tombant aussi aisément au sujet des algorithmes qu’à Gravelotte, trouver une nourriture de l’esprit équilibrée et éclairante relève de la tâche pascalienne. Aurélie Jean est de celle-ci. Mêlant pédagogie et nuance, elle fait entendre sa voix et ses messages aux quatre coins du globe, seule échelle à la mesure de cette globetrotteuse hyperactive.

À l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage, Les algorithmes font-ils la loi ?, aux éditions de l’Observatoire, Aurélie Jean a répondu aux questions de Corentin Luce.

<... Poursuivre la lecture

Par Jacques Garello.

Je suis souvent interrogé sur la façon dont la doctrine libérale traite du chômage et de la couverture de cet accident financièrement et humainement dramatique. Après le rejet par le Conseil d’État du projet de réforme de l'assurance chômage, la réponse libérale prend toute sa valeur, même si elle est a priori surprenante.

Telle que je la professe, après tant d’autres, la doctrine libérale dit à peu près ceci :

Le chômage est un accident inévitable mais mineur quand le marché du travail est libre et co... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles