Mediapart dégomme de Rugy : encore une affaire de trop d’État

La France et les Français se trouveront-ils mieux maintenant que François de Rugy a donné sa démission ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edwy Plenel credits Parti socialiste (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mediapart dégomme de Rugy : encore une affaire de trop d’État

Publié le 18 juillet 2019
- A +

Par Nathalie MP.

Mediapart, c’est le site d’Edwy Plenel, donc l’extrême gauche. Mediapart, c’est ce média qui pense qu’Emmanuel Macron mène une politique de casse du service public au nom d’un ultra-néo-libéralisme autoritaire et destructeur. Et Mediapart, c’est aussi cette entreprise de presse florissante qui avait décidé en toute illégalité de s’appliquer une TVA de 2,1 % au lieu des 19,6 % (puis 20 %) prévus pour la presse en ligne tout en pourchassant de sa vindicte tous ces « riches » qui se livrent en toute légalité à une optimisation fiscale a-bo-mi-nable.

Quant à François de Rugy, c’est le traître de la pièce. Traître à la gauche de la gauche, naturellement – vu de Mediapart, y a-t-il plus terrible outrage moral ?

D’abord écologiste, mais surtout pressé de devenir ministre, il est passé d’EELV au PS en dénonçant au passage la dérive gauchiste des Verts (2016). Puis, candidat à la primaire de gauche en janvier 2017, il piétine son engagement de soutenir le vainqueur – Benoît Hamon, un vrai homme de gauche, lui – et file chez Macron dont il a pourtant expliqué seulement un mois auparavant combien il doutait de sa fibre écologiste et combien sa politique des ralliements lui déplaisait.

Non seulement un traître, mais aussi une girouette, un opportuniste et un ambitieux, il est certes tout cela, au point que ses anciens collègues d’EELV voyaient en lui « la caricature du professionnel de la politique »...

Et on le découvre maintenant très à l’aise, c’est le moins qu’on puisse dire, dans les ors de la République, ses homards, ses vins millésimés et ses petites opacités pratiques, ainsi que l’a révélé Mediapart dès la semaine dernière, alors qu’il ne fut pas le dernier en tant que député à demander une moralisation de la vie publique :

L’arroseur arrosé

L’arroseur arrosé, en quelque sorte, exactement comme Jérôme Cahuzac vis-à-vis de la fraude fiscale contre laquelle il voulait lutter. Bref, une proie de choix pour Mediapart.

Tout comme Jérôme Cahuzac, François de Rugy n’est pas exactement ce qu’Edwy Plenel appelle un homme de gauche. Le premier avait beau être socialiste de longue date, il n’en était pas moins rocardien, chirurgien et riche. Quant à Rugy, s’il a toujours évolué à gauche, il a rejoint Macron, c’est tout dire.

Les gauchistes ont souvent montré au cours de l’histoire qu’ils n’abhorrent rien tant que les socio-démocrates, ces faux socialistes qui ont oublié Marx et Lénine quelque part en chemin pour reconnaître quelques vertus au marché – notamment celle de produire de la richesse qui pourra être impitoyablement taxée, mais c’est une autre histoire1.

Est-ce à dire que François de Rugy est l’injuste victime d’une énième tentative de l’extrême gauche d’affaiblir Emmanuel Macron et son gouvernement ?

Reconnaissons à Mediapart d’avoir méticuleusement mené son affaire. L’issue politique recherchée – la démission du ministre – n’était pas certaine, mais l’objectif entrepreneurial qui consistait à gonfler les ventes à une période estivale où l’intérêt des lecteurs s’émousse un peu, sur le modèle de l’affaire Benalla pour le journal Le Monde il y a tout juste un an, a sans aucun doute été largement atteint.

Admirons également le crescendo soigné : d’abord « la vie de château » à l’Assemblée nationale, puis la rénovation de son logement de ministre, puis les abus concernant le bénéfice d’une HLM pour sa directrice de cabinet – à laquelle François de Rugy a immédiatement demandé de démissionner, puis son propre logement « à vocation sociale » et enfin, cerise sur un gâteau déjà bien chargé qui a précipité la chute finale, les cotisations versées à EELV prises sur son IRFM (Indemnité représentative des frais de mandat des parlementaires) et surtout déduites ensuite de son impôt sur le revenu.

Piscines d’argent public

Rien de tout cela n’est clairement illégal (sauf peut-être le dernier point), mais tout indique cependant que pour un François de Rugy devenu personnage important de l’État, comme pour tous les Cahuzac, Thévenoud, Fillon, Benalla, etc. l’argent public est une vaste piscine dans laquelle on peut se servir sans retenue. Il y a aura toujours une excellente raison à avancer : je suis député de la France, moi, Monsieur ! Je suis Président de l’Assemblée nationale, je suis ministre, MI-NI-STRE !

Il est assez effarant de penser que les dîners de François de Rugy et son épouse ont eu lieu après l’affaire Fillon, comme si rien, jamais, ne pouvait entamer la bonne conscience de nos politiciens si dévoués à la cause publique et à l’intérêt général. Les entendre expliquer ensuite qu’il s’agissait de « garder le contact avec la réalité » est simplement insupportable alors que toutes les contraintes possibles – taxes sur l’électricité, le gaz et les carburants, limitations de vitesse, fin programmée des véhicules thermiques, pour parler de ce qui concerne le ministère de l’Écologie – s’empilent irréversiblement sur les citoyens.

Ainsi que je l’écrivais déjà à l’occasion des affaires précitées, la puissance de l’État concrétisée par ses dépenses publiques équivalentes à 56 % du PIB, ainsi que les postes, les honneurs et les deniers publics afférents se répandent comme « une lèpre » dans tous les recoins de la société, entraînant partout ambition maladive, jalousies pour avoir les bonnes places, corruption rampante et incompétence récurrente, ainsi qu’une adaptation des individus en général au bon vouloir de l’État.

Le terreau idéal pour voir fleurir des Fillon et des Rugy, des Benalla et des Cahuzac, ceux qu’on connaît et tous ceux qu’on ignore, mais qui sont bien là, dans l’administration, dans les ministères, dans les collectivités territoriales, au parlement européen, bref partout où il existe une autorité d’État qui vit de l’argent des autres, c’est-à-dire à peu près partout.

Un terreau idéal pour que l’État tout-puissant se retrouve régulièrement pris la main dans le sac des manquements et des prébendes de ses trop nombreux protégés, donnant ainsi facilement prise au chantage pour la plus grande satisfaction de tel ou tel opposant à tout changement, comme c’est le cas aujourd’hui avec les homards du ministre de l’Écologie.

La France et les Français se trouveront-ils mieux maintenant que François de Rugy a donné sa démission ? Ils auront certes la satisfaction de savoir qu’un indélicat de plus a été renvoyé à ses petites bassesses. Mais attendons-nous à voir arriver un ministre de l’Écologie2 qui aura pour mission de se montrer encore plus déterminé, c’est-à-dire encore plus dirigiste, pour faire baisser la pression politique de l’ultra-gauche, de Ruffin à Barrau et de Vargas à Mediapart.

Et n’imaginons surtout pas qu’une énième « loi de transparence de la vie publique » encore plus pointilleuse fera l’affaire. On pourra toujours évincer du système quelques élus véreux, histoire de montrer que l’État se veut vertueux – et bien sûr il faut le faire – mais c’est l’État lui-même, infiltré partout dans des proportions inusitées dans le monde, qu’il faut raccourcir, aussi bien à des fins de prospérité économique qu’à des fins de moralisation de la vie publique et de respect de l’État de droit.

Sur le web

  1. C’est l’histoire de la critique libérale du macronisme qui n’a bien sûr rien à voir avec sa critique stato-gauchiste, voire stato-droitiste.
  2. La ministre chargée des transports Elisabeth Borne succède à François de Rugy comme ministre de la Transition écologique. À suivre…
Voir les commentaires (55)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (55)
  • le probleme avec « l’affaire de rugy » c’est comme avec l’affaire Fillon.. c’est que des comportements a a rugy il y en a plein.. ILS pratiquent TOUS..;meme a l’elysée c’est la fête a neu neu
    (rappelez vous le jour de l’an)..
    Si les ayatollah verts permettent de faire rentrer l’argent en manipulant les masses font des jaloux.. ILS SONT TOUS DES OPPORTUNISTES …
    C’est meme la base du recrutement de « en marche », second couteaux de la droite , pléthore de socialistes convertis a la nouvelle doxa.. tous des aventuriers.. alors forcement..

    J’attends de voir quand macron ne servira plus les intérêts de ceux qui l’ont mis là,les croustillantes affaires de cul que mediapart se fera une joie de sortir , pour gagner plus de fric

    • encore une très bonne intervention , en accord complet avec ce que vous écrivez !
      bonne journée

    • Pas sûr que Macron s’y risque. Ceux qui l’ont mis là ont de puissants moyens.

    • Macron sert ses propres intérêts. Vous aussi. Moi aussi. Il n’y a rien de mal en soi à faire cela. Vous voulez qu’ils servent les intérêts des Français au lieu des intérêts de certains ? C’est impossible nous n’avons pas tous les mêmes intérêts, ce que vous attendez de lui ou d’une autre est intenable. Purée c’est la base de savoir cela si on se connaît un peu soi même et qu’on connaît un peu le libéralisme.
      Et c’est justement parce que les hommes agissent par intérêt que je me méfie du pouvoir politique, et je n’attend rien d’eux, seulement des injustices, des tartuferies et des mensonges, de la force brute. Je ne suis jamais déçu, quel que soit celui qui essaye de nous gouverner en se mentant à lui même et en nous mentant à tous.
      Je sers mes intérêts. Ma limite c’est autrui et sa propriété. Et vous ?

      • Trouvez-vous normal que des politiciens élus en principe pour défendre les intérêts de leur pays les trahissent? C’est pour cette raison que rien de ce qu’ils tirent pour eux-mêmes de leur mandat ne leur est pardonné.

      • Voilà pourquoi il faut limiter drastiquement leurs pouvoirs. N’empêche que, même s’ils défendent leurs propres intérêts (ce qui est humain), rien ne les oblige à déclarer vouloir faire le contraire…

  • pour ma part je considére de Rugy comme un opportuniste prêt a trahir pour arriver a ses fin, avoir mis la main dans le pot de confiture, il n’est pas le seul, son arrogance lui a toujours servi d’argument.pas vu pas pris, pris pendu . quand a le voir pleurer son innocence, ridicule , et puéril !

  • La morale de tout cela c’est que plus l’Etat prend de la place dans l’économie, plus la corruption est élevée. Et après Macron vient nous dire qu’il faut en finir avec la rente! Et les rentes d’Etat alors? on en finit quand avec celles-ci?
    Confier la résolution d’un problème à l’Etat, c’est préférer faire confiance à l’arbitraire d’une équipe réduite (et on a quelques décennies d’expérience des réussites de l’Etat stratège !). Cela se conçoit quant le libre marché ne peut résoudre le dit problème par la concurrence des idées et le libre choix des usagers-clients-contribuables-électeurs (le peuple souverain). Et c’est là que l’enjeu écologique est le nouvel or noir de tous ces opportunistes puisqu’il permet de vendre de la peur, de moraliser, de légiférer, de taxer et de se goinfrer au passage (Colbert a bien des émules dans notre clique politicienne).
    Tant que les ors de la république de cette monarchie élective avec tous les privilèges et passe-droits qu’elle confère aux heureux élus seront plus attractifs que ce que l’on peut gagner en résolvant le pr dit problème sur le marché, cette folie politicienne et la corruption qui l’accompagne continueront joyeusement d’enfoncer d’avantage ce pays. (On peut se demander qui est addict, le peuple aux aides sociales ou la sphère publique à plus de moyens?)
    Il est urgent que l’Etat soit remis à sa place la plus minimaliste possible de façon à cesser cette concurrence déloyale avec la société civile alors qu’il devrait être à son service.
    Et pour cela il est urgent que la lutte contre la corruption, que l’éthique politique ne soient plus monopolysées par les seuls défenseurs de l’égalitarisme et qu’elles soit portées haut et fort par les défenseurs des libertés.

    • pas mieux..
      hélas l’etat est bien verrouillé par une constitution qui par ses modes de scrutin interdit toute remise en cause, l’administration y veille

  • Soyez assez gentille de rajouter à votre liste … » les Cahuzac, Thévenoud, Fillon, Benalla, etc. » les Macron mari et femme ce serait bien

  • Il y a les connus du grand public qui bouffent quelques millions d’€ au râtelier de l’argent public, mais j’aimerais que l’on parle de ceux qui en bouffent la plus grosse part, (quelques Milliards), nos 20 % de fonctionnaires en trop et leurs avantages sociaux, nos entreprises d’état mal géré, (gestion Cégétiste) et leurs subventions.

  • Autant je hais Plenel et son islamophilie,autant j’aime bien ses chasses à l’homme,si elles pouvaient d’avantage être équilibrées et concerner aussi des gens de gauche se serait mieux

    • Plenel est juste là pour permettre à la colère populaire de trouver un bouc émissaire de temps en temps. Le Canard, version numérique.

      • Même si aussi je ne suis pas fan de ce journal, ça permet de calmer (un temps) le rythme voulu du gouvernement sur ses sujets 🙂

    • Mais c’est impossible. Plenel a son agenda politique qui n’est pas le votre, ni le mien.
      Comme Claude, vous attendez des choses impossibles. Les seules choses honnêtes je les attends de moi même et de ceux qui respectent le Droit Naturel : Les libéraux et ceux qui le sont sans le savoir, par intuition que c’est juste de respecter autrui, etc..,
      Ceux qui servent la justice sociale sont des pillards.
      Plenel sert ses intérêts ( le marxisme et la justice sociale ) Plenel ne respecte pas la propriété, sauf la sienne évidemment.
      Mais j’avoue, également, que pour le coup je me régale de voir les tartuffes se prendre les pieds dans le tapis grâce au croc en jambe de Plenel. Mais un jour il s’en prendra à moi et à ma propriété, je ne l oublie pas.
      Je n’aime pas les chasses à l’homme.

      • Entendons nous bien. Je ne me pose pas en vertueux. J ai plein de vices et certains bien gratinés. Heureusement que je suis libéral. Mais je ne vole pas, je ne tue pas, je n’agresse pas physiquement ( sauf à l’entraînement mais mon partenaire est consentant, moi également ). Je ne me sers pas d’autrui pour arriver à mes fins. Je n’utilise pas de moyens contraire à mes fins. Je suis honnête, j’échange.
        Je suis le vice incarné pour les pillards de toutes obédiences.
        Bon allez, je dois gagner mes brouzoufs, je repasserai ce soir.

    • Les ennemis de mes ennemis sont (momentanément) mes amis…

  • Pour moi plus de 80 % des hommes politiques se réclamant de la gauche sont des opportunistes, le pire, Mitterrand…

    • Mitterrand était l’homme politique le plus corrompu jamais vu en France et une ordure! Comment a t-on pu élire un type qui avait organisé un faux attentat sur sa personne?

    • Allez encore un petit effort, vous oubliez ceux de droite. On devrait pas être loin des 100% maintenant.

    • Mitterrand était de gauche ? Sérieux ? Ça se discute vous savez. Il a bien eu une politique très à gauche pendant deux ans, mais il fallait bien arriver au pouvoir, son intérêt, en flattant les bas instincts et en s’alliant au pire, les communistes. Rien de mieux que le socialisme pour ça. L’homme n’avait pas de valeurs de gauche, il aimait le pouvoir et la fin justifie les moyens pour cette qualité d’homme. ( son faux attentat par exemple, son alliance avec les communistes, son virage « libéral » pour conserver le pouvoir, et il a même supporter l humiliation de voir Chirac gouverner à sa place, lui encore président)
      En ce sens je suis ok avec vous, tonton est un tartuffe, l’Histoire en est plein.

      • Mitterrand socialisé dans un milieu d’extrême droite, foncièrement droitiste, a senti qu’il fallait « virer » pour accéder au pouvoir. Oui un Tartuffe…

  • Mediapart participe a la selection naturelle des hommes politiques en virant les mediocres…avec le canard , il ne faut pas oublier l’ancetre !
    M’enfin ces gens semblent tres selectifs ,sont ils des mercenaires a la solde des puissants de ce monde ?
    Franchement , ce homard n’est pas le premier homard offert avec de l’argent public ,d’ailleurs cet hotel de laquais de la presidence est fait pour ca avec son service de restauration sa cave ses petits diners aux chandelles ….et au final on a enfin un ministere de l’ecologie sans ecologistes..j’espere que la legion d’honneur pendouille sur la poitrine de notre revolutionaire journaliste.

    • macron a compris que ce qui peut le couler ce sont les ayatollah verts,qui a force de rouler la caisse perdent des planches..
      L’écologie c’est bien pour taxer, mai çà ne passe pas dans les campagnes (voir les gilets jaunes)
      Macron veut faire du ministere de l’écologie une pompe a pognon , rien d’autre..
      et surtout pas se mouiller avec des théories a la mors moi l’haineux , future campagne a prévoir et préserver

      • A force de jouer avec des branquignoles révolutionnaires (écolos, black blocks et écosystème des banlieues) Macaron et ses marionnettistes risquent de se faire déborder par ceux-là même qu’ils croient utiliser.
        Ce ne serait pas la première fois dans l’histoire du monde qu’une bande de barbouzes trop malins financent et promeuvent des révolutionnaires pour servir leurs propres intérêts, puis poussent de grands cris de surprise lorsque leurs protégés les, hum, connaissent au sens biblique, et réduisent le reste en esclavage.

    • Oui, ils sont des mercenaires à la solde des puissants de ce monde… Cela passe par le contrôle sur les écoles de journalisme, par des super agences de presse contrôlées par le Bilderberg ou l’OTAN, par des financements…

      • Des agences contrôlées par l’OTAN? Faut vous soignez, à ce point c’est grave!

        • Le Centre d’analyse, de prévision et de stratégie, dont certains « experts » ont travaillé sur les «manipulations de l’information» travaille sous l’égide du renseignement européen, lui-même émanation discrète de l’OTAN. Lequel est sous contrôle amèricain.
          Il faut savoir que l’UE et l’Otan sont la version politico-écnomique et militaire respectivement de la vassalisation de l’Europe par les Etats-Unis.

          • Ce contrôle de la presse européenne ne concerne pas que la France et sneffectue aussi de façon directe. Par exemple, en Allemagne, le plus grand groupe de presse est Springer, dont les journalistes ne peuvent se faire recruter qu’à la condition expresse de signer une clause de leur contrat stipulant qu’ils doivent s’investir personnellement pour un bon développement des relations avec les Etats-Unis et aussi la défense de l’Etat d’Israël.
            Le groupe Bertelsmann AG, numéro un des médias en Europe (groupe RTL, groupe Prisma, groupe Random House, etc…), est un pilier de l’atlantisme européen, il a fortement soutenu Merkel.
            Un témoignage de journaliste:

  • Nous n’avons plus d’homme d’État : des arrivistes, profiteurs de la République, et cela depuis plusieurs dizaines d’années et quel que soit les partis. Leur gestion est catastrophique : moins de services publics pour plus de prélèvements, parce qu’ils se paient le confort d’une carrière sans résoudre quoi que soit, vie dorée à nos dépens. Les organismes de contrôle sont bafoués (une Assemblée à la botte, une Cour des Comptes qui révèle les problèmes mais dont les conclusions vont dans les tiroirs etc.). Les citoyens, apeurés dans ce monde qui les dépassent, sans prise sur le monstre technocratique, se soumettent à lui en désespoir de cause. La révolte des gilets jaunes est un cri de désespoir mais n’aboutit à rien. Or le désespoir conduit à la violence, surtout si les mécontents des prochaines réformes se fédèrent (retraites, statut de la fonction publique etc.).

  • N’oublions pas que ces gens-là font les lois à la mesure de leurs intérêts et laissent suffisamment de zones blanches pour y glisser quelques menus avantages.
    Ils ont trouvé un terme qui conspue ceux qui voudraient mettre un terme à cette gabegie où la corruption n’est jamais très loin: populiste.
    Quand on est un politicien et qu’on « offre » quelque chose (avec l’argent des autres), ce n’est pas gratuit.
    O ne peut que comprendre leur hostilité au RIC. Laissez s’exprimer les populistes, vous n’y pensez pas?

    • « raccourcir l’état » passera-t-il par raccourcir les parasites qui le contrôlent? Je suis plutôt pacifique et ne pense pas pouvoir être considéré comme extrémiste mais si cette racaille en col blanc rétrécissait d’une trentaine de cm, je dois avouer que je ne pleurerais pas sur leur sort . Trop c’est trop et ils sont en bonne voie pour dépasser les limites de l’acceptable

      • @pabizou

        « ils sont en bonne voie pour dépasser les limites de l’acceptable »

        Pour ma part ces limites ont été dépassées depuis bien longtemps.

  • de Rugy ? il n’a rien pour plaire ; menteur , avide , profiteur , chougneur , je me demande même s’il n’est pas un peu immature ; bien contente qu’il se soit fait virer; finalement , il n’a pas sauver sa tête en virant sa directrice de cabinet qui doit bien se fendre la gueule à l’heure qu’il est ;

  • rien de nouveau, car comme disait Coluche :
    « la politique c’est une profession où il vaut mieux avoir des relations que des remords ».

    et désormais nos politiques ne sont pas seulement sans morale, ils sont sans culture.

    je doute que tout cela finisse bien !

  • Donc d’après vous Nathalie M.P. Médiapart n’aurait jamais dû produire cela ? et sa crédibilité, son indépendance vous n’y croyez pas ?

  • comme disait ma grand-mère, « pour monter au mat de cocagne il ne faut pas avoir le cul brenneux »

  • Non c’est Barre qui a fauché 7 ou 8 millions d’euros à l’Etat et qui les a planqués en Suisse: libéral pour les autres mais pas pour lui!

  • Mais attendons-nous à voir arriver un ministre de l’Écologie2 qui aura pour mission de se montrer encore plus déterminé, c’est-à-dire encore plus dirigiste, pour faire baisser la pression politique de l’ultra-gauche, de Ruffin à Barrau et de Vargas à Mediapart.

    Avec la fin de la gauche homard et caviar, au moins les positions seront claires et tranchées, et je trouve en cela une bonne chose : que les masques tombent. Au pays d’en profiter et de ne pas tomber sous la coupe d’illuminés comme Barreau ( raide comme un … de chaise).

    Et Médiapart, certains ajoutent malicieusement un ‘r’, quoi qu’en en pense, est un bon marqueur de la santé de la république et de ses fromages dont les trous s’agrandissent de jour en jour…

  • Plenel sert la soupe à l’état qui n’en demande pas tant. Cette histoire de transparence des élus c’est surtout un moyen formidable de tenir les élus en laisse. Non seulement l’état les entretien (généreusement) mais il sait absolument tout d’eux. Google , a coté, ce sont des amateurs. Après on s’étonne qu’ils votent tout ce que demande l’état et que le festival des taxes et impots soit permanent dans ce pays. Quant à De Rugy il s’inscrit bien dans la lignée des opportunistes, J.V Placé en était également un bon représentant quand il était au gouvernement…

  • Mediapart et la taille de l’Etat sont des sujets collatéraux, pour ne pas dire étrangers à l’affaire De Rugy.
    Il est tentant pour un libéral de croire que la réduction de l’Etat diminuerait le nombre (voire l’importance) de ce type de scandales. Un rapide coup d’oeil dans le rétro, disons qqes décennies en arrière, montre qu’il n’en est rien. L’Histoire est pleine d’enseignements à ce sujet, de la 3eme République aux années 70, où l’État et sa dette pesaient bien moins qu’aujourd’hui, et se charge de le rappeller à qui veut bien l’entendre.
    De même, quoiqu’on pense de Mediapart, ce media fait, comme peu d’autres, ce qu’on attend de vrais journalistes : enquêter sur les turpitudes de nos dirigeants et les mettre devant leurs « incohérences »… (La base d’une démocratie. C’est pas en Chine que ça arriverait !)
    Car il est bien là le coeur du sujet. D’abord oui, il est illégal de payer ses cotisations avec l’IRFM et pire de la déduire de son IRPP (permettant à De Rugy de présenter un impôt nul au moment de louer un logement…).
    Eh oui, en pleine crise sociale (depuis bien avant les Gilets jaunes) où l’Etat demande aux Français de continuels efforts, les homards restent sur l’estomac. En pleine transition écologique, où l’Etat fait des misères aux automobilistes peu fortunés, découvrir que le ministre de ce ministère là demande à son chauffeur de le suivre jusqu’à Nantes alors qu’il prend le train (pour la photo ? ) pour le récupérer à la gare a quelque chose de profondément indécent.
    Que de tels comportements soient sanctionnés est légitime et moral.
    Ne pleurons pas sur De Rugy, il vient de retrouver un poste de député…
    Espérons que cette affaire serve de leçons à tous ceux qui ne se sont pas encore fait prendre.

  • Rien ne change dans ces monarchies républicaines
    L’appât du gain, le train de vie somptuaire sont les moteurs d’une caste bien ancrée dans ces méfaits
    Tellement sûrs de leur fait qu’ils se font prendre comme les insectes dans le miel
    Dire qu’il y en a des milliers cachés derrière la porte pour prendre la place
    Le moment venu ils accableront le menu peuple pour assouvir leurs passions
    La France continuera à s’enfoncer

    • Tout à fait d’accord.
      J’ajouterai aussi la volonté de se constituer un petit réseau d’obligés, un genre de cour, pour renforcer le sex-appeal politique… Des petits cadeaux aux amis, relations professionnelles, journalistes qui renverront l’ascenseur un jour où l’autre. Inviter, par exemple, un journaliste à sa table, est-ce, comme le prétend de Rugy, pour prendre le pouls de la société, ou plutôt pour que celui-ci fasse ensuite un petit papier sympathique ?

  • En désaccord avec l’article et les commentaires. Cette affaire montre que l’on vit sous terreur médiatique, pratiqué par un ex Trostkiste. Qu’un ministre ou un président de l’AN puisse servir du homard, où est le problème ? Il devrait pratiqué l’étoilé parisien ? Ce serait pire.
    Que l’Etat soit trop gros, c’est une certitude.
    Que médiapart ait une tendance totalitaire, c’est pire. Cette officine sectaire doit être ostracisée, le lire c’est lire le Deutsche Beobachter en 1930, ainsi que toute la presse qui prend son relais alors que tous accepte les bon déjeuner dans les gros restos…

  • Accessoirement, je n’apprécie pas Rugy. Il tenait son poste que comme receleur, bien fait pour lui.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles