Pour l’économie de la France, il faut davantage de Bernard Arnault

Pour enrichir un pays, on n’a encore rien trouvé de mieux que les créateurs de richesses. Qu’on nous donne d’autres Bernard Arnault et consorts !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour l’économie de la France, il faut davantage de Bernard Arnault

Publié le 2 juillet 2019
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Il y a quelques jours, l’agence Bloomberg a placé le PDG de LVMH au troisième rang des hommes les plus riches au monde, avec 100,4 milliards de dollars de patrimoine. Ailleurs, ce genre de nouvelle ferait cocorico dans les médias et constituerait un titre de gloire pour tout un peuple. En France, on a réagi avec indolence, voire avec mépris. Comme si l’on avait affaire à quelqu’un qui s’est enrichi par des moyens douteux. Non, Arnault n’a pas braqué des banques. C’est un entrepreneur qui a réussi. LVMH est un symbole, une gloire de notre pays partout dans le monde et participe de sa richesse (rappelons que la France est le leader mondial de l’industrie du luxe avec… LVMH en tête !)

Troisième plus grand employeur français en 2018 (145 247 salariés, 13 500 emplois créés cette année-là), le groupe embauche à tour de bras (en moyenne, entre 2500 et 3000 par an), et réalise pourtant 90 % de ses ventes hors de France ! Il fédère 70 maisons d’exception (qui ne connaît pas Guerlain, Hennessy, Dom Pérignon, Louis Vuitton… ?), qui ont réalisé 46,8 milliards d’euros de ventes en 2018, avec un réseau mondial de plus de 4590 magasins. 10 % de son activité en France mais 50 % des impôts qu’il paye ! Cela en dit long sur la fiscalité de notre pays.

Les riches paient plus d’impôts

La fondation LVMH distribue des centaines de millions d’euros aux laboratoires de l’Institut Pasteur, aux associations pour les enfants pauvres et pour les actions culturelles. Le groupe a dépensé 53 milliards pour son personnel dans les 10 dernières années et s’est acquitté de 18 milliards d’impôt sur les sociétés. C’est l’argent qui est versé à l’État. Faut-il aussi rappeler que les 10 % des plus riches de nos concitoyens payent 70 % du total de l’impôt sur le revenu en France ? Il est donc faux de dire que ceux qui gagnent beaucoup ne payent pas d’impôts.

Aujourd’hui, les deux tiers des riches sont des entrepreneurs qui créent des centaines de milliers d’emplois et des richesses dont le pays a besoin. Le jugement de certains à leur égard n’est pas à la hauteur et contribue hélas à les chasser vers d’autres cieux. Dans le classement Business Insider qui reprend l’Index Bloomberg des personnes les plus riches au monde, on ne trouve que 13 fortunes héritées. Les autres (37) sont celles de milliardaires « self-made self-starters » qui ont bâti leur propre fortune dans des secteurs variés comme les nouvelles technologies, la finance, la mode ou le sport. Bernard Arnault en fait partie.

Alors que la mode est au « patriotisme économique » et que nombreux sont les politiques qui bombent le torse en prononçant le nom de notre pays, quelle meilleure manière de défendre notre économie que d’encourager l’apparition d’autres Bernard Arnault en baissant la fiscalité et en supprimant nombre de réglementations qui étouffent les entreprises ? Pour enrichir un pays, on n’a encore rien trouvé de mieux que les créateurs de richesses. Qu’on nous donne d’autres Bernard Arnault et consorts !


PS : Nous ne recevons aucun argent du Groupe ou de la famille Pinault. C’est peut-être là leur défaut d’ailleurs, peut-être même leur faute. Car ils devraient comprendre qu’ils ont presque le devoir de soutenir les think-tanks comme le nôtre qui ne vivent que de dons privés et qui permettent d’expliquer pourquoi ces créateurs d’entreprises doivent être encouragés plutôt que vilipendés.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • et pour avoir davantage de Bernard arnaud , il faut moins d’impôts , moins de prélèvement , moins de taxes , moins de bureaucratie , moins de …..bon , la liste est trop longue , je m’arrête là ….

  • Merci pour cet article clair et net. Préparez juste vos arguments pour contrer le « capitalisme de connivence » dont un commentateur va faire part sous peu.

    • Bernard Arnault ne bénéficie pas à ma connaissance du « capitalisme de connivence ».

      • Tout dépend si vous considérez que posséder un groupe de presse aidé par l’état en sous main est du capitalisme de connivence ou non.
        Il y a aussi de belles magouilles avec la mairie de Paris.
        Non on a pas besoin de plusieurs Bernard Arnault mais de plus de patrons de TPE/PME dans tous les secteurs et pas uniquement le luxe, sans l’omniprésence administrative et au moins la reconnaissance à minima d’un statut équivalent à au salarié (allez demander un prêt perso à une banque quand vous êtes patron de PME…).
        Les « too big to fail » finissent immanquablement par couter au contribuable.

      • B. Arnault a joué un rôle majeur dans l’élection d’E. Macron…

  •  » Les gens ont de nombreuses raisons de se plaindre de la richesse;
    enfin, je parle de celle des autres… »

    Mark Twain

  • Absolument. Les héros sont les entrepreneurs, grands et petits, qui doivent passer une trop grande partie de leur temps à se battre contre les obstacles que leur dressent l’Etat.

  • L’entreprise LVMH a su profiter elle aussi des largesses des banques centrales pour tripler son CA en 10 ans. Ce n’est pas une critique intrinsèque car la performance est remarquable en soi et mérite d’être saluée. Elle apparaît seulement excessive et peu pérenne car des conditions aussi artificiellement favorables ne se reproduiront pas de sitôt.

  • Que la France ait besoin de plus de Bernard Arnault, peut-être, dasn une certaine mesure! Mais la France a surtout besoin de plus d’entrepreneurs, ce que n’est pas réellement Bernard Arnault! J’entends « entrepreneurs » au sens de ceux qui créent de nouveaux biens et services en partant de rien ou presque. Or M Arnault n’est pas de cette race là. Il a hérité de la société et des millions de son père et s’est mis a racheter d’autres sociétés pour finalement faire main basse sur le Luxe. Il faut des qualités pour cela mais pas exactement les mêmes que celles d’un véritable entrepreneur parti de rien et dont la réussite repose essentiellement sur la création de nouveaux biens et services.

    • « Il a hérité de la société et des millions de son père » qui lui on juste permis de gagner un peu de temps,il n’a fait « que » main basse sur le luxe mais l’a qd même pas mal développé

    • L’entreprise de BTP de son père était une moyenne entreprise sans aucun rapport avec le luxe. Ne lui ôtez pas ses mérites!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 1991 Michel Albert, alors patron du groupe des Assurances Générales de France (AGF) constatait qu’à l’issue de sa victoire contre le communisme « le capitalisme n’est pas homogène, mais qu’au contraire il s’est différencié en deux grands modèles qui s’affrontent » (Capitalisme contre capitalisme, Éd. Le Seuil, 1991, page 12).

Celui qu’il qualifie de « néo-américain » est fondé sur la réussite individuelle et le profit financier à court terme. L'autre, centré sur l’Allemagne et qu’il nomme « rhénan », valorise la réussite collective,... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps de trouver de nouvelles sources de revenus, les politiciens ne manquent jamais d’idées. Après tout, il est plus populaire de demander aux « riches » de payer leur « juste » part – jamais définie objectivement – que de couper dans les dépenses excessives, comme celles de la Défense. Ou de comprendre l’importance capitale des incitations dans les actions des agents économiques.

Il semble que, malgré son âge avancé, Elizabeth Warren ne comprendra jamais ce dernier point. À l’instar de son défunt programme présidentiel... Poursuivre la lecture

Quels sont les candidats qui augmenteront le plus les impôts ? Telle est la question que tout électeur français devrait se poser, faute de ne plus avoir eu l’occasion, depuis longtemps hélas, de pouvoir se poser la question inverse : quels sont les candidats qui les baisseront le plus ?

Si l’on considère la situation économique et sociale de notre pays, c’est pourtant cette seconde question qui devrait nous obséder. Quoi qu’il en soit, détecter les candidats les plus dangereux en matière de pression fiscale représente un véritable espo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles