Comment faire disparaître le périphérique parisien ?

La volonté de la mairie de Paris de diminuer de 70 km/ à 50 km/h la vitesse sur le périphérique n’aura aucune influence sur la réduction de la pollution dans la capitale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Anne Hidalgo by Human Rights for All (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment faire disparaître le périphérique parisien ?

Publié le 19 juin 2019
- A +

Par Michel Gay.

Plus fort que le magicien David Copperfield qui faisait disparaître des trains, l’adjoint EELV chargé des déplacements à la mairie de Paris (Christophe Najdovski) veut faire disparaître le « monstre routier » du boulevard périphérique en le « transformant ».

Un prétexte : la pollution

Un des moyens pour « transformer » suffisamment ce boulevard afin le faire disparaître, selon la volonté de cet adjoint d’Anne Hidalgo, serait d’abaisser la vitesse de 70 km/h à 50 km/h en prétextant que cette mesure abaisserait la pollution.

Or, les lois de la physique, et notamment celles de l’aérodynamique, étant ce qu’elles sont, la résistance de l’air devient négligeable à partir de 60 km/h dans la baisse de consommation, et donc de pollution, pour tous les véhicules.

En dessous de cette vitesse, ce sont les frottements mécaniques (pneus, roulements, transmissions…) qui deviennent prépondérants dans la résistance globale à l’avancement.

Ainsi, une voiture de type SUV économisera environ 0,3 litre de carburant « aux 100 km » en roulant en permanence à 50 km/h au lieu de 70 km/h, et une citadine économisera 0,2 litre aux 100 km (soit 4 % de leur consommation respective de 7 litres et 5 litres aux 100 km).

Mais cette diminution « massive » des émissions de pollution (qui va changer le monde) sera encore bien inférieure puisque la vitesse moyenne en journée sur le périphérique est déjà de… 40 km/h.

De plus, vers 50 km/h et en dessous, l’ensemble de la chaîne mécanique (rendement moteur, transmission, frottements moteur…) ne travaille plus de façon optimale, et la consommation kilométrique stagne ou ré-augmente. Une voiture consomme davantage à 30 km/h en seconde, qu’à 60 km/h en troisième, ou en quatrième, par kilomètre parcouru.

Quel est le véritable objectif ?

Il s’agit donc d’emm… les utilisateurs du périphérique (Parisiens ou non) afin qu’ils délaissent leur véhicule, pourtant souvent bien pratique suivant les besoins, pour les forcer à emprunter les transports en commun (« Nous allons vous faire aimer le bus, le métro et le RER !… »)

La volonté de la mairie de Paris de diminuer de 70 km/ à 50 km/h la vitesse sur le périphérique n’aura donc quasiment aucune influence sur la réduction de la pollution dans la capitale.

En revanche, quand « ça roule bien » le temps de parcours sera augmenté de 30 %, soit 5 minutes de plus pour parcourir la moitié de la boucle (17 km).

Emprunter le périphérique deviendra petit à petit de plus en plus un enfer jusqu’à le faire disparaître, puisque tel semble être l’objectif de la mairie de Paris… pour sauver les Parisiens malgré eux, et la planète.

Il s’agit, comme le plus souvent en écologie politique, d’un simple effet d’annonce sans aucun fondement scientifique pour donner bonne conscience à quelques-uns en polluant la vie des Français avec de pénibles mesures coercitives inutiles.

Voir les commentaires (53)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (53)
  • deja rouler a 70 sur le périphérique c’est a 4h du matin et encore
    si es 50 kmh étaient garantis comme vitesse minimum çà çà serait de la mesure

  • Que peut-on faire pour éviter la réélection de cette abominable maire ?

    • chesnel , ben en ne votant pas pour elle au municipale par exemple ….

      • Certes, mais dans ma ville de province, on ne vote pas pour les municipales parisiennes… Et d’ailleurs, ça n’est pas plus mal de ne pas décider à la place des Parisiens. Mais s’il y avait un moyen de leur faire prendre conscience des conséquences de leur vote, et des mesures de bon sens mais politiquement incorrectes qu’ils soutiendraient s’ils réfléchissaient par eux-mêmes, je serais prêt à y contribuer.

        • Il faudrait pouvoir décharger les mesures écolo au niveau local,en voyant leurs impôts locaux ça pousserait les gens à assumer leur vote
          Bon c’est exactement l’inverse qui se passe …

      • Le malheur est que les parisiens sont tellement déconnectés du monde réel, et de la nature, qu’ils vont la réélire!

        • Personne ne semble proposer de bonnes politiques alternatives.

        • Pour mémoire pour les ploucs de province de ce forum (je vous aime quand même malgré votre odeur bizarre), elle a été élue avec moins de voix que la droite du fait de la lois dite PLM. Et effectivement, les probabilités qu’elle soit réélue ne sont pas nulles même s’il est certain qu’elle le serait encore (plus) minoritaire en voix cumulées.

    • Proposé lui une candidature aux prochaines municipales en Espagne ? En Duo avec Valls .

  • Ayant quelques tours de perif a mon actif je dirais que diminuer sa ‘vitesse n’est pas une mauvaise idee et si en plus on supprime le perif exterieur pour en faire une grande boucle a sens unique….ca eviterait un choix difficile que l’on regrete toujours, exterieur ou interieur ?

  • Il faudrait modifier le cadastre et retirer le périphérique du domaine de la ville de Paris pour le transférer à la région. C’est un axe capital pour les déplacements des franciliens, surtout pour les non parisiens.

    • Proposition minimaliste que celle de Hug. Tous les Franciliens devraient avoir leur mot à dire sur la circulation et les transports de toute la région.

    • Tout a fait d’accord.
      Faut il rappeler en outre que les maires ne sont pas propriétaires de leurs voies publiques ? Celles-ci appartiennent à la collectivité. Ils n’en ont que la gestion.
      On ne change pas impunément la destination d’un axe emprunté par des millions de Français, pas forcément parisiens…

  • Encore une Hidalbigoterie, et un nouveau mot pour décrire le meau dont elle va affubler la capitale.
    Au mieux, la concentration de la pollution ne sera plus sur le périphérique, mais sur d’autres grands axes de la ville. Il lui faudra alors aussi les fermer.
    Ces gens-là n’hésitent jamais quand il s’agit de se faire réélire.

  • La vraie solution consiste à ne pas travailler ni vivre à Paris, ni dans n’ importe quelle grande ville d’ ailleurs en aillant une bagnole. C’ est juste pure folie. Et cette solution devrait bien évidemment être accompagnée d’ un super service de transport urbain où la grève serait proscrite et la sécurité assurée. On peut rêver.

    • Le seul super service de transport urbain qui puisse marcher ne peut pas être à la fois collectif et imposé par des édiles qui ne l’utilisent que pour manipuler les masses.
      La solution est en fait de laisser les gens habiter près de leurs centres de travail et d’intérêt, et d’arrêter de leur mettre des bâtons dans les roues !
      Je rappelle les 6 minutes en voiture, garage à place de parking, de mon domicile à mon travail, malgré les incitations municipales à encombrer de vélos la côte à 17% sans visibilité, et les 40 minutes dont 15 de marche sous la pluie qui les remplacent pour les transports en commun : gaspillage insensé de temps, d’argent public, de sécurité et d’énergie individuelle. Pouvoir habiter « près » de son travail, c’est la première solution !

      • J’ajoute, pour les amis du « commun », que le bus de ramassage prenait 10 minutes, avant que la municipalité ne décourage ces initiatives des employeurs qui ne soutenaient pas leurs transports en commun.

        • Vous savez je vis à la campagne, à une heure de Toulon, Marseille et Aix en Provence, et à 25 kms de la première petite ville. S’ aventurer en voiture dans ces villes aux heures de départ au travail est du gros délire. C’ est un choix, et je fais parti des gens que le début du mouvement des GJ a voulu défendre, puisque j’ ai une voiture et qu’ elle m’ est encore indispensable en tant qu’ artisan. Mais il se trouve que je suis aussi chauffeur d’ autocar, je cumule deux emplois et que je vois donc tout ces problèmes sous le prisme de deux moyens de solution et pas uniquement sous le prisme du libéralisme. Et le problème est très simple ici: les gens sont coincés entre un coût prohibitif de la voiture et un service de transport en commun inadapté, donc ils n’ ont pas le choix. La première des liberté, c’ est celle du choix, pas uniquement de pouvoir rouler dans une berline avec place de parking garantie.

          • Et j’ ajoute qu’ à partir du moment où on a le choix, se jeter dans les embouteillages seul dans sa tuture est de la connerie, justement parce que même libre nous vivons en collectivité et que c’ est se détacher du monde, s’ en foutre, et pas seulement depuis que le père fouettard écolo sévit.

            • @Stéphane +1 pour la liberté de choix. -1 pour « seul ds sa tuture – conn*rie » : en région parisienne, les transports co sont devenus totalement aléatoires, le meilleur moyen d’être à l’heure est la voiture. J’ajoute que pour forcer les gens à prendre les transports co la dernière trouvaille est de supprimer les parkings des entreprises pour tous … sauf le top management bien sûr , bienvenu en République Démocratique de France

    • @Stephane : « en ayant »

    • Je vous rejoins totalement, c’est bien pour ça que lorsque j’ai dû déménager pour aller travailler à Paris, venant de province (les Vosges pour ne pas les citer), mon premier réflex a été de vendre ma voiture.
      Entre l’augmentation de l’assurance, le coût pour la stationner et le peu d’utilisation au quotidien, il me paraissait irréaliste de conserver ma voiture à Paris.

  • Je vous conseille la lecture de l’excellent petit ouvrage de Christian Gérondeau « L’air est pur à Paris », qui démonte les manoeuvres destinées à nous faire croire le contraire. Au passage, on y apprend que la pollution aux particules fines dans le métro est 30 fois supérieure à celle de la surface…

    • Supprimons le métro et mettons plus de voitures en surface, il fallait y penser !

      • Et pourquoi pas ? À condition de ne pas mettre sur une seule voie les axes où on roulerait facilement à 4 de front… À condition que les emprises des tramways ne soient pas aussi large qu’une piste d’atterrissage d’ Airbus… À condition de virer les potelets qui obligent les livreurs à bloquer la rue le temps qu’ils travaillent… Et j’en passe !

    • @olr Mode bobo parrigot ON : pas grave ce sont les ploucs de banlieusards qui y sont

  • Transformons le périphérique en anneau de verdure, avec promenade piétonne – à sens unique – et, pourquoi pas, une grande passerelle permettant d’accéder directement au toit végétalisé de Notre-Dame. Ça aurait de la gueule, non?

  • Pourquoi ne pas interdire le périphérique aux citoyens en le réservant aux « élites » (hi hi) politiques et leurs valets médiatiques ? Bienvenue en macronie. Je sais, l’Anne de Paris est socialiste, mais nous savons que l’usurpateur l’est aussi.

  • Elle est devenue de toute évidence l’ennemie d’un Paris féérique !

  • Mr Gay, vous êtes une personne formidable. Je vous suis depuis pas mal de temps et vos analyses sont d’une pertinence complète sur les questions de l’énergie notamment. Dans ce monde de fous, en connaissant quelques principes physiques de base et en maitrisant la règle de trois (ce que nos édiles, incultes, sont incapables de faire) on se rend bien compte de la réalité des choses et de la vacuité du discours politique.

    • @world c’est bien pourquoi cette fameuse règle n’est plus enseignée depuis bien longtemps à l’école . La règle de trois : le pire outil réactionnaire jamais inventé par les capitalistes.

      • @Val
        Bonjour,
        « La règle de trois : le pire outil réactionnaire jamais inventé par les capitalistes. »
        Ah ? J’ai donc un collègue prod de maths réactionnaire. Il enseigne la règle de trois aux élèves de 6ème… lesquels ont quelques difficultés à l’intégrer.

      • hum… le rapport avec la choucroute ?

        Non car les fois où je me sers de la règle de trois c’est, par exemple, pour une recette dont je veux adapter les proportions. Je sais que les capitalistes sont mauvais par nature mais quand même ! 🙂

  • Ne serait-il pas plus logique d’interdire à toute personne habitant où travaillant à Paris d’avoir une voiture ou de circuler en voiture. Seule la trottinette serait autorisée. Et l’ensemble des fléaux de la route seraient neutralisés, ainsi que la croissance démentielle de la ville-pompe-à-fric de la Province et autres territoires plus médiocres…

    • Ils n’auraient plus les recettes de la gabelle, euh des taxes sur les carburants.
      ils seraient bien enquiquinnés et devraient ressortir leurs SU34 pour bombarder de moraline à nouvelles taxes.

  • Cette bonne femme est une conne!

    • Non, nationalités française et espagnole, déjà pas mal n’est-ce pas ? Je préfère rectifier de suite avant que cela devienne une connerie. Pas C.. le mec !

  • Il faut absolument continuer dans ce sens.
    La bête s’écroulera sous son poids.
    C’est aussi valable pour d’autres agglomérations.

    A noter qu’avec les fusions des agglos, ce sont désormais les villes qui décident de tout pour tout le département. Après , qu’on vienne d’étonner de la fracture territoriale qui se voit clairement par les votes.

  • En dehors de toute questions de vitesse, donnée qui n’a strictement aucun intérêt, Un Urbanisme intelligent de l’agglomération parvienne avec de lieux de travail de commerce, de culture, de détente, etc, correctement repartis pour que tous en bénéficie avec des déplacements minimum, cela passe non seulement par le dynamitage du periph , mais aussi par l’élimination d’Hidalgo, cad , le pouvoir démentiel affecté au maire de l’enclos Paris-bourge.

  • Ce qui e incomprehensible et l’impossibilite de faire le bon diagnostique du probleme.il est simple, y a pas plis xe monde en ile de france qu’il y a 20 ans le seul changement , la presence de maires ne ressemblant pas a la majorite des habitants de l’ile de france, il faut chasser hidalgo et ne pas la remplacer par un clone ,c’est la seule solution !

  • Les sans voitures sont la majorité des électeurs intra-muros. CQFD

  • Bonjour si on veut faire disparaitre le périphérique parisien , je propose 2 solutions : 1)soit on creuse des tunnels est-ouest et nord-sud en dessous du RER. Soit on passe la A86 de 2 voies à 4 voies partout. Au choix !

  • Wouahahha ! Baisser la vitesse du périph’ de 70 à 50, alors qu’on y roule à 40 ! Du coup, on y roulera à 20. Génial !

  • Au fond, les âneries de cette écervelée ainsi que celles du gouvernement font que non seulement il faut fuir la capitale mais aussi le pays tout entier!

  • humilité! si au moins, les maires disaient on va essayer un truc et on va voir..non…ils veulent en plus dire qu’ils savent et donc il faut se farcir ensuite de curieuses études qui « prouvent » et attendre la prochaine élection où, le cas échéant, le prochain maire tout aussi péremptoire d’ailleurs abroge la mesure…

  • Si l’on en croit les derniers sondages, Hidalgo disparaîtra de la circulation bien avant le périphérique ! …

  • Il n’aura pas échappé au lama parisien que plus on roule lentement, plus on passe de temps dans sa voiture.

    Les connes, ça ose tout. Et c’est même à ça qu’on les reconnaît.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par David Zaruk. Un article de Risk-Monger

Le monde est fait de soleil et de papillons, de roses et d'arcs-en-ciel. Si nous pouvons empêcher le Père Profit de violer Mère Nature, nous aurons ce monde dont nous avons rêvé... merveilleux, sans produits toxiques, plein d'amour, de paix, d'espoir et de bonheur.

C'est la maladie du rêveur qui sous-tend l'idéologie de l'agro-écologie. Tout ce que nous avons à faire est de nous débarrasser du mal, de l'humain, et la nature nous fournira en abondance toute la nourriture et la subsistanc... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Aussi incroyable cela puisse paraître, Anne Hidalgo et Elon Musk ont un lien. Ténu, mais indiscutable.

Afin de contextualiser, rappelons pour les étourdis qui ne l'auraient pas noté que, suite aux dernières élections, Hidalgo s'est pris une taule absolument mémorable. Ces péripéties passées, elle va à présent pouvoir se consacrer entièrement à la mairie de Paris et aux douze ou treize électeurs qui l'ont placée là en attendant le désastre.

Oui, désastre : le mot n'est pas trop fort puisqu'on sait déjà qu'il y en aura plus d'un p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles