Non, le bien-être au travail ne s’oppose pas à la performance

Le bien-être ne s’oppose pas à la performance et les démarches mises en place pour favoriser la performance ne sont pas associées avec moins de bien-être.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Source https://unsplash.com/photos/CZ9AjMGKIFI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, le bien-être au travail ne s’oppose pas à la performance

Publié le 13 juin 2019
- A +

Par Emmanuel Abord de Chatillon et Nathalie Bernard.
Un article de The Conversation

Il ne se passe pas un jour sans que l’on se fasse l’écho de souffrances au travail. Et le procès de France Télécom remet sur le devant de la scène les terribles conséquences d’une recherche de performance aux dépens des salariés. Non seulement les salariés ne veulent plus souffrir, mais ils apprécieraient de se trouver dans des situations de bien-être au travail. De leur côté, les dirigeants de nos entreprises ne sont pas fondamentalement opposés à cette idée, mais ils aimeraient avant tout que cette promotion du bien-être au travail ne se fasse pas au détriment de la performance de l’entreprise.

Concilier bien-être et performance reste en effet relativement antinomique pour nombre d’acteurs. Comme s’il semblait difficile d’obtenir de la performance sans souffrance, et comme s’il paraissait délicat de maintenir un niveau élevé de performance avec des salariés en situation de bien-être.

Dans un travail de recherche, nous avons cherché à savoir quelles pratiques de management parmi les plus courantes dans les entreprises permettait de servir à la fois le bien-être des salariés et la performance des entreprises, et s’il existait un profil type d’entreprises ayant des pratiques alliant les deux dimensions.

Pas d’effet univoque

Il y a 30 ans sont apparues des pratiques de haute performance (High Performance Work Practices) appelées à se diffuser d’une manière massive au nom d’une standardisation des mécanismes de la performance. Ces pratiques comportent à la fois des éléments qui visent à faire évoluer le travail (travail en équipe autonome ou semi-autonome, enrichissement et rotation des tâches, cercles de qualité, groupes de résolution de problèmes, assemblées du personnel, comités de pilotage etc.), mais aussi des aspects qui ont pour objectifs de mieux impliquer les salariés (rémunération à la performance, ou collective, pratiques sophistiquées de recrutement et de formation, systèmes d’avancement au mérite, bonus collectifs, participation aux bénéfices, dispositifs de sécurisation de l’emploi, rémunérations supérieures au marché, processus de résolution de conflits, etc.).

Nous avons donc choisi d’examiner leur impact aussi bien sur le bien-être que la performance en étudiant à la fois les pratiques de 271 entreprises et leurs situations en termes de bien-être et de performance. Nous avons alors distingué cinq composantes du bien-être au travail (adéquation interpersonnelle, épanouissement, sentiment de compétences, reconnaissance perçue et volonté d’engagement) et quatre composantes de la performance (compétitivité, satisfaction des clients, engagement des salariés et performance sociale). Ces dimensions du bien-être au travail sont celles définies par Dagenais-Desmarais (2010) et les dimensions de la performance sont celles de Vanhala et Tuomi (2006).

L’analyse des résultats montre un ensemble de choses : les pratiques dites de « Haute Performance » n’ont pas un effet univoque sur les différentes dimensions de la performance et du bien-être, comme on le constate à la lecture du tableau ci-dessous.

Auteurs

On note qu’il y a des pratiques qui possèdent un effet localisé et d’autres qui semblent affecter plus largement aussi bien le bien-être que la performance. Par ailleurs, l’une des dimensions de la performance, la satisfaction des clients, n’est nullement affectée par les pratiques visant la performance. De la même manière, la sécurité de l’emploi, si elle est utile pour attirer des compétences, ne joue aucun effet ensuite, ni sur le bien-être des salariés, ni sur la performance.

En revanche, certaines pratiques ont aussi bien un effet sur le bien-être que sur la performance. Il en est ainsi des politiques de participation des salariés, mais aussi des formations innovantes et des dispositifs qui visent à améliorer la gestion des carrières et l’évaluation. Nous avons là affaire à des outils associés aussi bien au bien-être des employés qu’à la performance de l’organisation.

Mais ces pratiques doivent aussi être observées pour ce qu’elles ne font pas. Aucune d’entre elles n’est associée négativement avec le bien-être ou la performance. Et aucune n’est associée négativement avec l’un de ces éléments et positivement avec l’autre. Cela signifie que si les actions qui sont réalisées au nom de la performance ne sont pas toujours associées à une performance réelle, au moins elles ne dégradent pas le bien-être des salariés et réciproquement.

Le bien-être n’est pas une question de taille

Notre étude portant sur 271 entreprises du secteur public et privé a pu mettre en évidence que, si la taille et le chiffre d’affaires de l’entreprise ont un effet sur plusieurs dimensions de la performance, il n’en est rien en ce qui concerne le bien-être au travail. La taille de l’entreprise jouant négativement sur l’engagement des salariés et la performance sociale alors que son chiffre d’affaires joue positivement sur la compétitivité et la performance sociale. Ainsi, il n’existerait pas de profil type d’entreprise où il fait bon travailler, sa taille ou encore son chiffre d’affaires n’affectant pas le bien-être de ses salariés.

En matière d’innovation sociale, l’initiative conjointe de BNP Paribas, Danone et Engie visant à soutenir l’intrapreunariat à impact positif, c’est-à-dire l’idée de donner les moyens aux collaborateurs de concrétiser leurs propres idées en projet d’intérêt pour l’entreprise, montre que les grandes entreprises commencent à incorporer cette idée qui vient soutenir les pratiques de participation aux décisions et de gestion de carrière.

On peut citer également le cas des caisses d’allocations familiales qui font la promotion d’une qualité de vie au travail au service du bien-être au travail et de la performance, ou bien du conseil départemental de la Savoie qui identifie le bien-être et la santé au travail comme un axe stratégique au service des salariés et de la population locale.

À la lumière de ces éléments, nous pouvons clore au moins une partie du débat : le bien-être ne s’oppose pas à la performance et les démarches mises en place pour favoriser la performance ne sont pas associées avec moins de bien-être. L’idée que la performance doit se faire aux dépens du bien-être des salariés est donc battue en brèche par ces résultats.

Au moment où la recherche de compétitivité apparaît comme un dogme tout- puissant devant surpasser tous les autres, ces éléments plaident pour une action résolue en faveur du bien-être des salariés. L’excuse d’une priorité donnée à la performance ne tient plus. Travailler au bien-être, c’est avant tout créer les conditions de la performance, et vice versa. Ainsi va la résolution de ce paradoxe.

Emmanuel Abord de Chatillon, Professeur, Chaire Management et Santé au Travail, LEST CNRS, Aix Marseille Université, Grenoble IAE, Université Grenoble Alpes et Nathalie Bernard, Doctorante CIFRE, Université Grenoble Alpes

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

The Conversation

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Révisionnisme ultra…
    ça craint !

  • Le bien-être au travail est effectivement une condition essentielle de la performance. Mais les esclavagistes ne sont pas tous d’accord sur certains détails.

  • La souffrance au travail? en France ça fait très longtemps qu’on en sait plus ce que c’est. Il est amusant de constaté que moins les employé souffre réellement et plus on parle de souffrance. et en plus à la poste! Le travail implique la fourniture d’un effort (enfin pour la plupart des gens) et donc c’est désagréable, inconfortable. Si vous jugez que c’est trop désagréable ou inconfortable vous pouvez toujours démissionner, personne n’est esclave en France. Des tas de gens le fond tout le temps. Le problème en France c’est qu’il est très difficile et couteux de licenciers des employés alors des situations de sureffectifs perdure bien trop longtemps avec tout ce qui va avec, ambiance détestable, jeu d’intimidation, luttes intestines. On devrait pouvoir être remercié du jour au lendemain voit même dans l’heure avec bien sur toutes indemnités afférentes stipulées dans le contrat ce serait beaucoup plus sain.

    • Si on démissionne car les conditions sont catastrophiques (très souvent le cas) alors on subit la précarité, notamment avec le gouvernement actuel voulant réforme les allocations chômages. Ce que vous voulez, c’est demander toujours plus de précarité aux travailleurs !

      • Oui, c’est ce que l’on veut.
        On veut des entreprises qui puissent se séparer de collaborateurs qui ne collaborent pas. Se séparer de salariés qui agitent en permanence le chiffon rouge du harcèlent, de la tyrannie de la hiérarchie ou des conditions catastrophiques pour cacher leur médiocrité et leur incompétence.
        Un peu comme celui qui évoque systématiquement la discrimination et le racisme à ceux qui lui ont fait remarquer, par exemple, que la politesse est une condition du respect.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bientôt la fin de l’année, et certains, tant les managers que les employés, sont parmi ceux qui vont se prêter à l’exercice de « revue de performance » annuel, qui va peut-être décider des augmentations et promotions.

Si vous êtes dans ce cas-là, méfiance : vous êtes peut-être en train de travailler dans une entreprise dépassée, voire complètement à côté de la plaque.

 

Les revues de performances à l'heure actuelle

Eh oui.

Car on constate aujourd’hui que de plus en plus d’organisations abandonnent ou vont aban... Poursuivre la lecture

Dans mon dernier article, j’évoquais la façon dont certaines organisations s’habituaient à la médiocrité, et masquaient le déclin qui en résulte par de grands discours visionnaires ou sociétaux. Pour décrire leur situation, j’utilisais l’image du canard, qui paraît calme en surface mais qui, sous l’eau, pédale comme un fou pour essayer d’avancer. L’article a suscité énormément de réactions, beaucoup de lecteurs demandant évidemment ce qu’on peut faire pour résoudre la difficulté. Répondre à cette question, c’est la quête du Graal.

Sans... Poursuivre la lecture

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles