Donald Trump a-t-il perdu les pédales ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump a-t-il perdu les pédales ?

Publié le 8 juin 2019
- A +

Par Bill Bonner.

La semaine dernière, Donald J. Trump – de son propre chef – a décidé d’imposer une nouvelle taxe sur les Américains important des biens en provenance du Mexique.

Nous n’aurions jamais cru que Trump se lancerait dans une guerre commerciale totale. Sa propre richesse, sa réputation et sa réélection sont en jeu.

Et pourtant… il l’a fait.

Le raisonnement qui sous-tend cette dernière décision est si farfelu que nombreux sont ceux qui commencent à se demander : ce président est-il simplement idiot… ou complètement cinglé ? « À la limite de la folie », titre un article de Bloomberg.

Les pays sont responsables de la sécurité de leurs propres frontières. Ils coopèrent avec d’autres nations pour surveiller ces frontières. À l’occasion, ils construisent des murs, voire s’isolent entièrement.

Mais là, c’est une première : M. Trump voudrait taxer les Américains afin de forcer les Mexicains à protéger la frontière US. Mais si les États-Unis ne peuvent pas empêcher les gens de traverser le Rio Grande en douce, comment le Mexique le pourrait-il ?

Nous n’en savons rien. Mais la bulle actuelle doit chercher une épingle… et M. Trump en a sorti toute une pelote.

Changement de cycle

Les marchés suivent des cycles, comme toute chose naturelle. L’un des cycles les plus vastes et les plus importants est la transition de gagnant-gagnant à gagnant-perdant… de l’avidité à la crainte… de la confiance au soupçon… ou, comme l’a formulé un lecteur, de la pollinisation à la prédation.

Parfois, on progresse en travaillant et en échangeant. Parfois, le mieux qu’on puisse espérer est de ne pas se faire arnaquer. Partout et de tout temps, ces deux stratégies coexistent.

Une société est une chose naturelle. Elle doit inspirer et expirer. Elle doit permettre de profondes inspirations pour la confiance, l’audace et l’innovation. Elle doit aussi pouvoir expirer – lors de moment de panique et de désespoir.

C’est pour cela qu’il s’agit du ratio le plus important du capitalisme : le ratio crainte/avidité. Il est capté par la relation entre le cash et les actions… ou, dans notre version préférée, entre le Dow et l’or.

Lorsque les gens sont avides, ils achètent des actions. Lorsqu’ils sont craintifs, ils préfèrent le métal jaune. Le ratio est actuellement à 20 ou presque. Il faut 20 onces d’or pour acheter les 30 actions composant le Dow.

Pour remettre cela en perspective, le ratio Dow/or a atteint un plancher historique en 1980 – lorsqu’on a pu, brièvement, acheter le Dow tout entier pour une seule once d’or. Le sommet historique a quant à lui été atteint en 1999, où il fallait 41 onces.

Mais 1999 était un cas particulier. Cela marquait la fin d’une longue période pendant laquelle l’économie mondiale, dans son ensemble, est devenue plus libre, plus ouverte et plus prospère – avec de plus en plus d’accords gagnant-gagnant presque partout – qu’à tout autre moment de l’Histoire.

Credo capitaliste

La première étape importante a été franchie en 1979 lorsque Deng Xiaoping, dirigeant du pays le plus peuplé au monde, a annoncé que « s’enrichir est glorieux ». À partir de là, la Chine était prête à faire des affaires.

Le grand événement suivant est arrivé 10 ans plus tard, lorsque l’Union soviétique a abandonné à la fois le communisme et son empire.

Ensuite, en 1993 – peut-être le couronnement de tout ce mouvement –, l’Union européenne a été mise en place. Dans les faits, c’était une zone de libre-échange assez grande pour rivaliser avec les États-Unis.

Pendant plus d’un demi-siècle, les capitalistes américains étaient en tête de cette marche, répandant leur credo partout dans le monde.

Pour commencer, ils ont vendu des produits américains aux étrangers. Ensuite, ils ont acheté des produits étrangers et les ont vendus aux Américains. Enfin, leurs écoles de commerce ont créé une culture mondiale au sein de laquelle tout le monde ou presque croyait au libre-échange et au capitalisme.

Un mouvement qui n’est pas né d’hier

À présent, la marée semble s’être retirée. Partout dans le monde, les gens vieillissent… et veulent être protégés contre les risques et les défis de l’existence. Même en Europe, les Italiens veulent qu’on les protège… contre les Français.

« Les Italiens en Italie, les Français en France », disent les Italiens, protestant contre la vente de la société productrice du Parmigiano Reggiano à des investisseurs français.

« Le Brexit tout de suite ! », exigent les Anglais.

« STOP », tweete Le Donald.

Mais cette vague de fond n’est pas née d’hier. Elle a commencé il y a 20 ans.

« Vendez les actions, achetez de l’or », avons-nous conseillé à nos lecteurs en 1999. En l’occurrence, nous avions raison. Le Dow tel que mesuré en or a perdu 82 % de sa valeur durant les 10 années qui ont suivi. L’or, pendant ce temps, a grimpé de 388 %.

Et puis il s’est passé une chose qui nous a quasiment tous déconcertés et déboussolés. Les autorités ont injecté 3600 milliards de dollars dans les marchés grâce à l’assouplissement quantitatif… et 11 000 milliards de dollars supplémentaires par le biais des déficits budgétaires.

Le Dow a triplé. Le ratio crainte/avidité a grimpé, passant d’un petit 7 aux 20 actuels.

La plupart des commentateurs, mouches du coche et brasseurs de vent en ont conclu que la marée avait à nouveau changé… en faveur de l’avidité. « Achetez, achetez, achetez », ont-ils dit.

Mais était-ce vraiment le cas ? Ou bien la crainte était-elle encore l’humeur dominante… le sentiment principal… l’émotion hégémonique ?

À suivre…

Pour plus d’informations, c’est ici

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Il n’y a pas de mauvaises mesures, seulement des mesures prises au bon moment ou à contretemps.
    Suite à la décision de Trump, le Mexique a arrêté des personnes suspectées de trafic de migrants et a saisi leurs comptes.
    Il y aura toujours des fous ou des idiots ou des gauchos-bobos pour critiquer systématiquement Trump.
    En attendant, les USA connaissent le plein emploi, et les usines tournent.

    En France, on a, selon la presse, un génie :10% de chômage, racket fiscal et dette qui s’accroit.

  • Boom! un accord vient d’être signé entre le Mexique et les USA, Trump suspend les taxes. Et si Trump était un bon négociateur?

    • Je me disais justement que cet article de Trump bashing prenait tout son sel en étant publié APRES que le Mexique ait finalement accepté les demandes légitimes de Trump.

      • Je pense que Donald ne risquait pas de perdre les pédales qu’il n’a jamais trouvées, en revanche c’est un virtuose du gourdin: le genre de subtilité qui plaît ici.

    • Vu l’état du parti démocrate enlisé dans le gauchisme et vu ses succès économiques et diplomatiques, il va tout droit vers sa réélection.
      Ca renvoie aux passages sulfureux du dernier libre de Bret easton ellis sur les erreurs du politiquement correct, aux us ou ailleurs…

  • Quand les commentaires de la presse aboutissent comme maintenant à un consensus, genre nous sommes partis dans une guerre totale, il est trop tard pour en profiter des conseils, et il faut faire exactement le contraire. Comme si Trump ne lançait la guerre que pour mieux se faire réélire en concluant l’armistice au moment opportun…

    • Oui, en matière économique, entre la bêtise de ceux qui croient tout savoir et la manipulation de ceux qui savent, le taux de fiabilité des informations avoisine les 50%.

  • La petite bête
    8 juin 2019 at 10 h 04 min

    Il me semble que Trump n’a pas cherché d’abord à « punir » les Américains, mais le Mexique…

  • A present ,partout dans le monde les gens vieillissent……
    Trump , il ne pedale pas il fait pedaler les autres et les autres derraillent ,ils n’ont pas l’habitude !

  • Je suis surpris – et déçu – que Contrepoints publie un tel article, caricature de ce qu’il y a de pire chez les « intellectuels » de Washington. Marre du Trump-bashing obsetionnel !
    Dominique Pérignon

    • Pardon : obsessionnel…

    • Au contraire, ce type d’article est très représentatif de ce que pensent certaines personnes dites « bien informées » mais très orientées dans leurs opinions. Leur démenti régulier par la réalité et l’évolution réelle des faits ainsi que par la non confirmation des peurs agitées sont très utiles et ne déconsidèrent, in fine, que leur propos.
      Il faut toujours prendre connaissance des argumentations adverses.

  • Bill Bonnaire ne supporte pas Trump. Cela nuit à son analyse. Trump peut être critiqué mais quand on se trompe quasi-systématiquement en matière de prédiction et qu’on agite sans cesse des peurs qui ne se vérifient pas, il convient d’être un minimum circonspect et prudent. Pas B.Bonnaire. Je n’ai jamais retrouvé ce type d’attitude que chez des militants…
    Dommage.

  • L’article est paru trop tôt. M. Trump a suspendu les taxes!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Albin Wagener. Un article de The Conversation.

Considéré avant tout comme un emblème très actuel de la (contre-) culture web, les mèmes pullulent désormais sur les boards (ces plates-formes collaboratives alternatives comme 4chan, Reddit ou 9gag) ou les réseaux sociaux – et ont même permis l’émergence de groupes de chineurs de mèmes (ou neurchi), dédiés au rassemblement de consommateurs et de producteurs de mèmes, attirant ainsi à nouveau une population plus jeune sur Facebook. Mais les mèmes ne sont pas que de simples objets humor... Poursuivre la lecture

Par Jean-Éric Branaa.

Depuis le 6 janvier 2021, se pose la question de la place de Donald Trump dans le débat public, notamment en vue des prochaines échéances électorales. Cette interrogation relance en même temps la question de la survivance de ce que l’on a appelé le « trumpisme ». Après quelques mois de sidération face à une victoire qui n’avait pas été anticipée, en 2016, on a vu se multiplier l’utilisation de ce terme, régulièrement invoqué dans les articles ou les reportages les plus dramatiques sur l’état du pays de Lincoln.Poursuivre la lecture

Lors d’un échange avec les lecteurs du journal Le Parisien, Emmanuel Macron a déclaré :

« Eh bien, là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. »

Ces propos ont vite été médiatisés et pour cause : ils ne sont pas dignes d’un président.

Un président doit rassembler et non pas diviser

L’une des principales critiques des médias à l’encontre de Donald Trump était sa vulgarité. Force est de constater que sur la forme, Emmanuel Macron n'est ic... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles