2016 : où va aller le cours de l’or ? (1ère partie)

L’or a perdu près de 200 $ au cours des deux dernières années. La baisse va-t-elle continuer ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Lingot d'or (Crédits Bullion Vault, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2016 : où va aller le cours de l’or ? (1ère partie)

Publié le 25 décembre 2015
- A +

Par Byron King(*).

Nous voici arrivés dans les toutes dernières semaines de 2015.

Du point de vue de l’or, l’année a été décevante, et ceci en soi est un phénomène curieux.

Mais d’abord, les faits. Le prix de l’or a baissé de près de 100 $ depuis janvier 2015. Il a perdu près de 200 $ au cours des deux dernières années, depuis janvier 2014. Ces chiffres le montrent bien : nous sommes sur une baisse régulière, comme on peut le voir avec la moyenne mobile (en vert) sur 200 jours dans le graphique ci-dessous.

Cours de l'or (Crédits : Daily Reckoning, tous droits réservés)
Cours de l’or (Crédits : Daily Reckoning, tous droits réservés)

Un vieil adage dit que personne ne sonne une cloche lorsque le marché atteint un sommet. Il est tout aussi vrai que personne ne fait résonner le tambour lorsqu’il atteint un plancher. La situation du métal jaune va-t-elle évoluer ? Ou devrions-nous nous attendre à ce que rien ne change dans le futur ? Revoyons ensemble les arguments en défaveur de l’or, que nous pouvons voir se manifester sur le graphique.

Par exemple, voici plusieurs raisons standard pour lesquelles beaucoup de gens rechignent à détenir de l’or :

  1. Un dollar fort
    Le dollar US est actuellement fort, pour plusieurs raisons, monétaires, budgétaires, macroéconomiques, géopolitiques. Or, à mesure que le dollar se renforce, il est de plus en plus difficile pour des acheteurs non-Américains de justifier le fait d’acheter et de détenir de l’or. C’est-à-dire qu’à mesure que la valeur du dollar augmente, les devises étrangères s’affaiblissent en comparaison, ce qui fait qu’il en faut plus pour acheter de l’or libellé en dollars.
  2. Les taux d’intérêt américains
    Même après la décision prise ces derniers jours de relever les taux d’intérêt, il reste encore beaucoup de questions en suspens, et les analystes restent perplexes sur ce à quoi on doit s’attendre pour 2016. Des taux d’intérêt plus élevés sont en théorie une mauvaise nouvelle pour l’or parce que, comme aiment à le faire remarquer ceux qui critiquent l’or, « l’or ne rapporte aucun intérêt » ; comme si un intérêt de 0,25% dans un sens comme dans l’autre pouvait contrôler l’environnement en faveur ou non de l’investissement dans l’or. Très étrange.
  3. Les minières aurifères. 
    Alors, par où commencer ? Les sociétés minières aurifères pourraient être une entrave à une hausse des prix de l’or. Les sociétés minières, petites comme grandes, sont écrasées par la dette et sont obligées de continuer d’exploiter et de vendre leur production rien que pour maintenir leur trésorerie à flot.

En réalité, beaucoup de sociétés minières augmentent le niveau de leurs mines en cette période de prix faibles ; c’est-à-dire qu’elles exploitent les parties les plus riches en minerai, simplement parce que c’est ce qui rapporte. Elles font l’impasse sur les zones de moindre qualité, qui, à l’avenir pourraient ne jamais être exploitées. C’est ainsi que la production constante des mines entraîne une baisse des prix.

  1. Les rachats de fonds
    Nous sommes au beau milieu d’une longue période de liquidations par les plus grands fonds comme le SPDR Gold Trust. Ainsi, rien que cette source en particulier a liquidé pour une valeur d’environ sept milliards de dollars d’actifs aurifères dernièrement. Cela exerce une importante force négative sur les tendances de l’or.
  2. La croyance selon laquelle « les banques centrales détestent l’or »
    Plusieurs théories du complot circulent, selon lesquelles les banques centrales occidentales veulent maintenir le prix de l’or relativement bas parce qu’une hausse du prix de l’or révélerait la mauvaise gestion économique des élites bancaires et politiques.

Chacun des points en défaveur mentionnés ci-dessus explique bien des choses à eux seuls. En effet, il est facile de le comprendre et de l’accepter comme vrai. Toutefois, chaque argument en défaveur se base sur un contexte qui pourrait expliquer par la suite un retournement inéluctable de tendance par rapport à la baisse actuelle du prix de l’or.

Nous verrons cela plus en détails dans le prochain article.

Pour plus d’analyses et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

(*)Byron King est diplômé de l’Université de Harvard et exerce actuellement la profession d’avocat à Pittsburgh, en Pennsylvanie.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Loin de nous l’idée d’être des profiteurs de guerre. La guerre en Ukraine est évidemment dramatique humainement. Mais elle a dans le même temps des répercussions économiques et financières. Aussi, de nombreux ménages s’inquiètent pour leur épargne et les valeurs refuge (or notamment) attirent de nouveau. Dans quoi investir dans ce contexte de crise ukrainienne ? Certains placements sont-ils meilleurs que d’autres pour investir son épargne en 2022 ?

L’or : toujours une valeur refuge ?

En période de crise, on pense tout de suite à l’or e... Poursuivre la lecture

Première partie ici.

Avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie, la BCE avait prévu de relever ses taux et de mettre fin à ses rachats de dette tardivement et modestement. Le 7 février, Christine Lagarde déclarait devant la Commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen :

« Il n'est pas nécessaire de se précipiter vers une conclusion prématurée pour le moment […] Les chances ont augmenté que l'inflation se stabilise à notre objectif (2 %). Rien n'indique que l'inflation sera constamment et significative... Poursuivre la lecture

Par Jean-François Faure. Un article de L'Or et l'Argent.com

Cela fait plusieurs années que nous sommes prévenus : les caisses de retraite ne pourront certainement pas assurer des pensions confortables comme cela a été le cas pour les baby boomers.

Alors, même si on est encore jeune et que l’on ne pense pas à ses vieux jours, il est important d’investir petit à petit dans des placements qui pourraient se révéler indispensables pour profiter des années de retraite bien méritées.

Des investissements selon les opportunités

To... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles