Normandie 1944-2019 : une guerre pour la liberté

Débarquement en Normandie (Image libre de droits Robert F. Sargent US Army)

75 ans du débarquement de Normandie : c’est le désir de liberté qui a guidé les pas des soldats alliés le 6 juin 1944.

Par Victor L.1

Il y a tout juste 75 ans, le 6 juin 1944, plus de 150 000 hommes, parfois encore adolescents, débarquaient sur les plages de Normandie. Troupes d’infanteries, aviateurs et parachutistes ont donné leur vie pour défendre un pays qui n’était pas le leur, au nom de la liberté.

C’est bien cette liberté qui a motivé les troupes alliées plutôt qu’un nationalisme, pour ainsi dire une fierté d’être un Américain qui sauverait les peuples autochtones européens comme un Deus ex machina. Lors de son discours du 6 juin 1944, pour motiver ses troupes, le général Eisenhower ne prononçait aucune fois le mot Amérique mais à trois reprises le mot liberté.

Soldats, Marins et Aviateurs des Forces expéditionnaires alliées !

Vous êtes sur le point de vous embarquer pour la Grande Croisade vers laquelle ont tendu tous nos efforts pendant de longs mois. Les yeux du monde sont fixés sur vous. Les espoirs, les prières de tous les peuples épris de liberté vous accompagnent. Avec nos valeureux Alliés et nos frères d’armes des autres fronts, vous détruirez la machine de guerre allemande, vous anéantirez le joug de la tyrannie que les Nazis exercent sur les peuples d’Europe et vous apporterez la sécurité dans le monde libre.

Mais nous sommes en 1944 ! Beaucoup de choses ont changé depuis le triomphe nazi des années 1940-41. Les Nations unies ont infligé de grandes défaites aux Allemands, dans des combats d’homme à homme. Notre offensive aérienne a sérieusement diminué leur capacité à faire la guerre sur terre et dans les airs.

Votre tâche ne sera pas facile. Votre ennemi est bien entraîné, bien équipé et dur au combat. Il luttera sauvagement.

Notre effort de guerre nous a donné une supériorité écrasante en armes et munitions, et a mis à notre disposition d’importantes réserves d’hommes bien entraînés. La fortune de la bataille a tourné ! Les hommes libres du monde marchent ensemble vers la Victoire !

J’ai totalement confiance en votre courage, votre dévouement et votre compétence dans la bataille. Nous n’accepterons que la Victoire totale !

Bonne chance ! Implorons la bénédiction du Tout-Puissant sur cette grande et noble entreprise.

— Général Dwight Eisenhower.

Les forces alliées ont été unies et motivées par les idées des Lumières, elles ont vaincu un ennemi pourtant entraîné et fortement animé par le sentiment caractéristique allemand d’un « honneur de mourir pour sa patrie ». Mais cela n’a pas suffi ; l’ennemi est handicapé par une double idéologie à la fois nationaliste et socialiste au service d’un commandement largement coercitif qui appliquait des stratégies de kamikaze (pas de retraite pour tous) et d’isolement conduisant les soldats allemands à la peur paralysante et à la folie. Toutes ces raisons ont contribué à la capitulation irrémédiable de l’Allemagne le 8 mai 1945.

L’antiaméricanisme constaté en France.

Nous pouvons lire, gravé au cimetière américain de Colleville-sur-Merau, juste en face de la plage d’Omaha Beach, les belles paroles de l’ancien président français René Coty.

Nous n’oublions pas, nous n’oublions jamais, la dette d’infinie gratitude que nous avons contractée envers ceux qui ont tout donné pour notre libération.

Car si les États-Unis sont largement éreintés par la doxa française, pour leur ton moralisateur, pour leur aptitude à formater les moeurs, pour leur arrogant « America first », leur politique extérieure faussement altruiste qui ne sert que leurs intérêts, il n’en demeure pas moins qu’il y a 75 ans 10 000 soldats sont morts sur les plages normandes pour nous, Français, au nom d’une idée aujourd’hui trop souvent négligée par la sphère politique française : la Liberté.

Pour préserver nos libertés fondamentales des soldats se sont battus jusqu’en Asie contre un socialisme qui les bannissait. On peut lire ces paroles émouvantes au mémorial de la guerre de Corée, au-dessus des noms de milliers de soldats américains, morts pour battre l’idéologie liberticide.

Notre pays honore les fils et les filles de ceux qui ont répondu à l’appel pour défendre un pays qu’il ne connaissait pas et des gens qu’ils n’avaient jamais rencontré.

Nonobstant des critiques envers les États-Unis qui sont souvent légitimes, c’est bien une « infinie gratitude », selon les mots de René Coty, que nous devons à nos frères d’outre-Atlantique.

L’anti-américanisme est répandu en France et il est tous azimuts, même si la gauche en use le plus souvent. Les commémorations de ce 6 juin 2019 sont là pour rappeler à ceux qui ont oublié l’importance d’une histoire et le courage des hommes qui sont morts pour préserver nos libertés.

  1. Étudiant en classe préparatoire aux grandes écoles de commerce.
Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.