Deux mini jacqueries contre les taxes et la réglementation européenne

Taxe foncière-Photo Contrepoints — Contrepoints,

Le temps des jacqueries, répliques de la colère des opposants à l’éco-taxe et du mouvement initial des Gilets jaunes contre la hausse de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), pourrait revenir.

Par Pierrik Halaven.

Deux informations du week-end essentiellement relayées dans la presse locale (Ouest France, France Bleu…) méritent un coup de projecteur. « Mais arrêtez donc d’emmerder les Normands ! » pourrait être le slogan pompidolien des manifestants qui ont défilé à Ouiestreham et Caen.

Coups de klaxons à Ouistreham

Tout d’abord, une manifestation à coups de klaxons a réuni 130 voitures et des cyclistes de cette petite ville du littoral. Les manifestants exprimaient leur colère contre la hausse programmée de 28 % de la taxe foncière.

Selon le maire, il n’y a pas d’autre choix : il s’agit de compenser la perte de recettes d’environ deux millions d’euros habituellement versés par le casino du groupe Barrière à la commune, casino forcément fermé depuis plus d’un an pour les raisons que l’on connaît. Cette augmentation d’impôt, directement due à la crise de la Covid-19, est très mal perçue.

Motards en colère dans les rues de Caen

Par ailleurs, à l’appel de la Fédération française des motards en colère (FFMC), ils ont été 500 à pétarader dans les rues de Caen, pour dire non à l’application de la réglementation européenne qui impose un contrôle technique obligatoire à toutes les motos, au même titre que les voitures.

Un coût supplémentaire que ces passionnés de deux roues ne digèrent pas. Selon eux, la pratique risquée de la moto fait naturellement appel au sens de la responsabilité individuelle. Les accidents sont davantage dûs à la vitesse, au style de conduite, à l’inexpérience ou aux aménagements routiers qu’aux éventuelles défaillances techniques que ces contrôles pourraient éviter.

Gilets jaunes saison 2 ?

Il est probable que nombreuses seront les municipalités à envisager dans les mois à venir des hausses d’impôt façon Ouistreham, ne sachant plus comment faire face aux manques à collecter dûs à la pandémie. Et comme la taxe d’habitation leur échappe désormais, ce sont les propriétaires, petits ou grands, qui en feront les frais, via la taxe foncière.

Le caractère inflationniste de la taxe foncière, rare effet de levier aux services des municipalités, était à prévoir du fait du nouveau schéma de financement des collectiviés locales, promesse du programme de Macron pour les présidentielles. Quant à l’application scrupuleuse de directives européennes, nous savons que le gouvernement français et la haute administration tiennent au maintien de leur place de bons élèves.

Alors le temps des jacqueries, répliques de la colère des Bonnets rouges opposés à l’éco-taxe et du mouvement initial des Gilets jaunes contre la hausse de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), pourrait revenir. Ces deux évènements survenus ce même week-end normand constituent sans doute des signaux faibles.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.