Le choix du Wifi pour les voitures autonomes est-il vraiment pertinent ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Nicolas Nova - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le choix du Wifi pour les voitures autonomes est-il vraiment pertinent ?

Publié le 10 mai 2019
- A +

Par Théophile Gacogne.

On a tous entendu parler de ces fameuses voitures autonomes, les moyens de transports de demain qui nous permettront de ne plus avoir à nous préoccuper de la conduite, puisqu’elles se chargeraient de nous transporter d’un point A à un point B seules, ou presque.

Afin d’être totalement opérationnelles, ces voitures auront besoin d’utiliser un standard de communication sans fil, afin de pouvoir communiquer entre elles mais aussi avec des infrastructures. Il fallait donc faire un choix, et l’Union européenne s’est décidée à utiliser la technologie Wifi, au détriment de la tant attendue 5G. Choix pertinent, ou erreur stratégique ? Essayons de faire le point.

Wifi VS 5G : quels sont les avantages et inconvénients de ces technologies ?

On ne va pas se le cacher, l’argument clé avancé par les partisans du Wifi dans les voitures autonomes est que cette technologie a fait ses preuves sur le long terme, contrairement à la 5G qui n’est à l’heure actuelle utilisée que dans une très petite partie de l’Asie et fait seulement ses débuts sur la scène des innovations technologiques, avec l’arrivée de smartphones compatibles en 2019.

De plus, comme toute nouvelle technologie, la 5G est onéreuse et l’installation des points de relais nécessaires à son bon fonctionnement coûtera une somme assez conséquente, ce qui peut bien sûr influencer la balance encore plus en faveur du Wifi déjà bien implanté en France comme dans toute l’Europe.

On pourrait donc dire que le Wifi est une technologie idéale pour les voitures autonomes car elle est connue, pas chère et déjà mise en place depuis de nombreuses années. Cependant, la 5G semble prometteuse et très attendue, notamment par les utilisateurs de smartphone compatible, mais aussi par plusieurs concepteurs automobiles qui comptaient sur cette technologie.

En effet, la 5G est une solution promettant une rapidité de réponse hors du commun, mais aussi permettant le traitement de plus de données simultanément, tout en améliorant le débit. Bien sûr, ces 3 axes ne peuvent pas être optimaux en même temps, mais la 5G compte bien optimiser leur association pour fournir les meilleurs résultats possibles, et dépasser de loin les performances de la 4G et du réseau Wifi.

Aussi, la 5G a un avantage supplémentaire : elle est accessible aux piétons. En effet, il n’y a pas qu’avec les autres véhicules et les infrastructures que les voitures autonomes devront communiquer, elles devront aussi le faire avec les piétons et cyclistes. Cependant, ces derniers n’ont pas un accès constant au Wifi, celui-ci n’étant pas encore gratuit et ouvert partout en Europe. Par conséquent, une fois que la 5G sera disponible en Europe, elle permettra aux piétons et cyclistes de communiquer avec ce type de véhicule aussi, contrairement au Wifi.

Le Wifi, une technologie bientôt dépassée ?

S’il est vrai que le Wifi est moins cher et a déjà à de multiples reprises fait ses preuves, cette technologie est-elle vraiment indiquée pour une innovation telle que celle des voitures autonomes ?

En effet, le Wifi ne sera-t-il pas obsolète, surtout lors de la sortie de ces véhicules ? Avec toutes les avancées qui pourront être faites jusqu’à la mise en circulation des voitures autonomes, mais aussi le temps laissé à la 5G pour faire ses preuves, l’Union européenne n’aurait-elle pas dû laisser une chance à cette nouvelle technologie ?

Pour les partisans de la 5G à bord des voitures autonomes, le vote de la technologie Wifi pour ce type de véhicule est une erreur, ou du moins l’obligation d’utiliser la technologie Wifi, car il s’agit pour eux d’un investissement supplémentaire pour s’adapter à une technologie bientôt dépassée.

En effet, après l’arrivée de la 3G puis de la 4G, la technologie Wifi a pris du plomb dans l’aile. D’ailleurs, bien qu’elle soit toujours largement utilisée et proposée par tous les opérateurs, il n’est pas rare de voir de plus en plus de ces derniers proposer des modems et routeurs 3G ou 4G. C’est avec de petites innovations de ce genre que l’on remarque que le Wifi est en effet une technologie qui perd du terrain, et qui sera donc très probablement bel et bien dépassée dans quelques années.

Par ailleurs, selon Harald Krueger, PDG de BMW, et Timotheus Hoettges, PDG de Deutsche Telekom, le fait d’avoir choisir une technologie ancienne tel que le Wifi va inévitablement entraîner des retards assez importants dans le développement et le déploiement de la communication V2V (voiture à voiture) et V2X (voiture à infrastructure).

Le choix de l’Union européenne est-il le bon ?

Il est peut-être trop tôt pour dire si le choix de l’Union européenne est le bon ou non, mais cette situation rappelle tout de même fortement le souci rencontré en France avec Minitel et internet.

Pour résumer, Minitel est le diminutif de Médium interactif par numérisation d’information téléphonique, mais il s’agit aussi du terme employé pour désigner l’ensemble des services Vidéotex et les éléments du réseau en France qui permettaient ce service. Ce réseau de télécommunication a été développé en France et était principalement utilisé dans les années 1980 à 1990.

Si le réseau était très populaire, l’arrivée d’Internet commença à le concurrencer. Petit à petit, Minitel perdait de plus en plus d’utilisateurs, et le réseau sur lequel la France avait misé et investi perdait de l’ampleur, jusqu’à fermer définitivement en 2012.

Si vous ne voyez pas vraiment la ressemblance entre ce cas et celui d’aujourd’hui, sachez que l’État avait annoncé qu’Internet n’avait pas d’avenir, et qu’un tel fonctionnement coopératif n’était pas conçu pour le développement de services commerciaux. Selon l’État toujours, il valait mieux compter sur une ressource connue et ayant fait ses preuves… Cela a ralenti le développement des nouvelles technologies pendant plusieurs années, et les efforts investis dans une technologie obsolète par rapport à Internet ont été vains.

Alors, peut-on dire que le choix de l’Union européenne est censé et pertinent, ou allons-nous droit vers un nouveau cas tel que Minitel VS Internet, mais à l’échelle européenne cette fois ? Nous le saurons peut-être bien assez tôt.

Voir les commentaires (37)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (37)
  • Mais… la réponse est pourtant évidente : il faut laisser faire ce que les équipementiers veulent ! Et avoir des voitures en 5G et des voitures en Wifi, et puis le marché jouera son rôle l’une des deux gagnera la bataille. Bon, bien sûr ça retardera énormément le déploiement des voitures autonomes, ça entrainera d’énormes frais, des problèmes de compatibilité, etc. Mais svp ! Pas de décision étatique dans un choix technologique !

    • trop tard, il semble que la Commission Européenne a tranché. Quant à savoir ce que la Commission Européenne vient faire là-dedans, c’est une question que je m’abstiendrai de me poser ici…

    • Marius Sonpeneu
      10 mai 2019 at 14 h 01 min

      En pratique, les bagnoles seront équipées des deux, comme tous les smartphones, épicétou 🙂

  • De toute façon, la voiture autonome est une vaste blague mise à part pour quelques applications bien ciblées dans des voies de circulation dédiées. Il est impossible de faire co-habiter véhicules classiques et véhicules entièrement autonomes ne serait-ce que sur le plan des responsabilités légales. Quant aux modes « inférieurs » d’autonomie, comme le fait d’être en position conducteur et de reprendre le contrôle en cas de soucis, c’est également totalement irréaliste. Le temps que le cerveau interprète la situation… et l’accident est déjà arrivé…
    Donc, WiFi ou 5G, je pense que ça n’a aucune espèce d’importance.

    • Vous auriez pas investi dans le minitel par hasard?

      • Marius Sonpeneu
        10 mai 2019 at 14 h 02 min

        rappelons que l’article confond minitel (le terminal) et télétel (le réseau et les services)… mais ça n’a plus guère d’importance depuis la fin du monde en 2012 🙂

      • Eh oui, vous m’avez démasqué, j’ai investi dans le Minitel à l’époque… Sachez M. Ungars que l’on peut reprocher plein de choses au Minitel mais il a généré une économie assez florissante, même si elle était franco-française, permettant à toute une génération (dont je suis…) de créer ses entreprises, de les développer, de prendre ensuite le virage de l’internet, de la téléphonie mobile, et ainsi pouvoir les développer à grande échelle et à l’international avec l’expérience et le cash acquis par les « années Minitel »…
        Ensuite et si vous acceptez les suggestions d’un vieux routier de la techno, les projets sur les voitures autonomes sont un excellent moyen de capter quelques uns des tombereaux de cash qui cherchent à s’investir dans le monde. Même si je maintiens mon opinion quant à son déploiement, ça peut vous permettre de vivre, voire de vous enrichir…

    • En effet pour avoir les bonnes réponses il faut se poser les bonnes questions.

    • Tout à fait : pour des raisons de sécurité, la bonne solution est surement le développement (très coûteux) de protocoles spécifiques, de puces dédiées et d’allocation de fréquences. Il est donc urgent de ne rien faire.

    • Effectivement. Je ne suis pas non plus convaincu par l’autonomie complète des véhicules.

      En théorie, tout est parfait. Les véhicules autonomes se mêleront au trafic sans accroc. Tout fonctionne très bien dans toutes les simulations faites sur ordinateur.

      Mais, ce qu’oublient ceux qui font ces simulations, c’est que l’être humain ne réagit pas comme une machine. Certains rouleront 1-2 km/h plus ou moins vite et là, toutes les simulations sont faussées. Je ne suis pas un spécialiste, mais dans ces simulations, y a-t-il au moins une variable aléatoire qui modifie le comportement de quelques éléments ?

      Donc à moins de séparer des voies réservées aux véhicules autonomes et d’autres aux non-autonomes, je ne vois pas comment on va pouvoir faire se cotoyer les deux. Et vu le prix de la solution, je doute que les Etats en aient les moyens.

  • « … devront communiquer avec les piétons… »
    –> où l’on sent poindre le fumet discret d’une future obligation réglementaire pour le piéton de trimbaler un smartphone dialoguant en permanence avec l’infrastructure étatique: pour notre sécurité, bien sûr.
    « Just because you’re paranoid, etc. »

  • Je suis souvent dans des zones où même la 3G relève de la science-fiction , où on est même content quand on peut simplement envoyer un SMS , alorsWiFi ou 5G ? la voiture autonome n’est pas près d’arriver au fond de nos cambrousses .

    • J’ai une chaise dans le garage de ma maison de vacances, je mets mon webtrotteur sur la poubelle, et ma tablette sur les genoux, c’est le seul endroit à 200m. à la ronde où l’on capte. Et il faudrait que je laisse ma voiture sortir seule de ce garage et s’aventurer dans le désert 0G ?

  • Affirmer que la 5G va remplacer le WiFi est très péremptoire et non prouvé.

    Les débits théroriques ne sont jamais atteints en pratique et le débit réel offert par le WiFi (norme ac) surpasse celui de la 5G.

    De plus, la norme WiFi continue d’évoluer, la version 6 est bientôt là, la 7 lui succèdera probablement.

    L’article aurait été plus intéressant s’il avait traité du point mentionné par Amater, à savoir que c’est au marché de se débrouiller (comme cela a été le cas lors de la bataille Blu-ray vs DVD laser).

    Ecrire un article technique nécessite de maitriser un minimum le sujet abordé. Ce n’est manifestement pas le cas ici. Personnellement j’attends un niveau un peu plus élevé de la part des contributeurs de Contrepoints.

    • « L’article aurait été plus intéressant s’il avait traité du point mentionné par Amater, à savoir que c’est au marché de se débrouiller »

      Sauf que AmaXXX se fait comme à son habitude l’avocat du diable …

      Cependant comme vous le dites, le sujet est technique et l’article fait l’impasse sur l’aspect technique. En plus de faire l’impasse sur l’aspect commercial (normalisation internationale) et politique (sécurité du réseau, résilience au brouillage …)

      • Et effectivement le coup du Minitel se renouvellera, car vos objections ne sont pas pertinentes! Vous oubliez l’essentiel, à savoir la vitesse du développement technologique actuel. Il est donc impossible de prévoir ce qui va se passer.

      • avocat du diable ??? Mais nooonn ! Je me suis enfin converti au libéralo-simplisme ! Virgile va enfin arrêter de me détester, et STF va enfin ne pas me pondre des km de message en mal interprétant mes propos.
        Bon j’avoue, je charrie à mort. Mais… c’est un bon exemple des limites de la sacro-sainte loi du marché.

        • C’est effectivement la limite de la loi du marché : il est impossible de faire fonctionner un système coopératif dont les spécifications seraient libre et mises en concurrence. Mais la question qui se pose alors est : « faut-il le faire, puisque cela ne peut être que cher, plus ou moins utile et probablement mal conçu » ?

          D’autant que j’ai dans l’idée que l’arrière pensée est avant tout d’obliger les consommateurs à changer de voiture pour en acheter une qui obéissent toute seule aux limitations de vitesses et interdictions de circuler …

          • « Faut-il le faire » ? Mais c’est question vous mène droit à la dictature Alan. Faut pas rigoler avec ça.
            Avec des voitures qui respectent les limitations de vitesse, il sera bien dur à l’Etat de mettre des pv pour s’enrichir (il parait que c’est l’une des seules raisons de l’existence des pv (c’est faux bien sûr). Il restera le vélo 🙂

  • Ce sera le winitel ❗

  • 5g ou wifi n’a vraiment aucune importance pour l’instant .on peut supposer que cette decision etait necessaire pour reserver des frequences pour le futur de la voiture autonome et connectee…apres la diparition de toites les autres voitures..2050?

  • Une voiture qui, pour fonctionner, a besoin d’un fil à la patte, Wifi ou 5G, ne peut pas être qualifiée d’autonome. IL vaudrait mieux parler de voiture téléguidée, ou radioguidée. Si la voiture en question, non contente d’être autonome, est en outre électrique, la notion d’autonomie disparaît corps et biens dans l’océan de la stupidité ambiante, vu les résultats stupéfiants de son utilisation dans la vraie vie. Voir ceci : https://youtu.be/UVy28s7n4-Q

    La voiture autonome : encore un concept mou et sans objet où les mots ont perdu leur sens commun.

    • Ce n’est pas un concept flou et c’est deja en action chez les militaires pour coordonner le déplacement , par exemple, d’essaims de drones ,chaque drone est connecte aux drones voisins pour connaitre sa position dans l’essaim.
      C’est ce concept qui sera utilise avec la connectivite de la voiture autonome et bien sur seul le wifi le permet , pas question d’attacher chaque voiture a un pylone , sans interet !

      • Mouais, réduire la population à des essaims ou des troupeaux, le fantasme de tous les collectivistes.

        • Vous avez tout dit. C’est le but: collectiviser les déplacements automobiles. Toutes les mesures contraignantes et coûteuses décidées par l’état, du contrôle technique aux taxes sur les carburants en passant par les radars, servent le même but: dissuader de posséder une auto.
          C’est devenu clair comme de l’eau de roche quand ils ont lancé un coup de sonde à propos des péages urbains.

  • Euh …

    Un réseau, c’est quand même un peu plus complexe qu’un nombre de barres sur un téléphone !

  • le wifi a une portée limitée, que feront les véhicules sous les ponts

    • Marius Sonpeneu
      10 mai 2019 at 14 h 04 min

      Pas plus que la 5G. Tout est question de bande de fréquence et puissance de l’équipement. A fréquence et puissance égales, c’est exactement pareil.

  • Le minitel est surtout mort car s etait un Systeme centralisé. Sur ce point il ressemble plus a la 5G (au mains d une poignee d operateurs) que le wifi (qui peut etre mis en Oeuvre par n importe qui)

    apres, les voitures autonomes n arriveront pas avant 10 ans au mieux, donc choisir une techno ou l autre aujourd hui … et ca sera de toute facon facile d echanger

  • Esprit critique
    10 mai 2019 at 13 h 23 min

    On en est au prémices, les meilleurs technologise s’imposeront d’elles mêmes dans les pays ou on laissent les gens travailler et créer, et ensuite la norme s’imposera a la France Etato-Merdo-Socialo- collabo- ….

  • Toutes les technologies sont les bienvenues car elles font avancer l’intelligence humaine. Mais surtout garder l’économie de marchés dans tous les cas car c’est la concurrence qui fait le choix du meilleur.

  • « En effet, la 5G est une solution promettant une rapidité de réponse hors du commun, mais aussi permettant le traitement de plus de données simultanément, tout en améliorant le débit. »

    C’est du quantitatif, tout çà ! Après tout, pourquoi une Wifi améliorée ne pourrait proposer autant ?
    En fait, la 5G est adaptée au temps réel, qui exige surtout une excellente disponibilité. Wifi, à coté, c’est l’autoroute avec embouteillage selon les horaires…

    Je suis d’accord avec l’auteur : en ciblant le Wifi,

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Le président Emmanuel Macron a rencontré le Premier ministre hongrois Viktor Orban. Ce dernier assure actuellement la présidence tournante du groupe de Visegrad (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) et a invité le président français à participer au sommet de ce groupe. On assiste à une opération de séduction mutuelle entre les deux dirigeants.

Un rapprochement sur fond de souveraineté européenne

Si Macron a pointé les exigences européennes en matière d’État de droit et de respect des valeurs ... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Décidément, la crise sanitaire aura mis à mal le libéralisme. Ses opposants ont pu donner libre cours à leurs penchants liberticides. Plus grave : une partie des libéraux eux-mêmes ont pris des positions plus que critiquables. Que ceux pour qui la liberté n'est pas au centre de leur pensée la bafouent est une chose, mais que ceux qui prétendent la soutenir soient les vecteurs du tournant autoritaire actuel en est une autre.

Au sein de l’Union européenne, bon nombre de formations politiques issues de l'ALDE... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles