Niches fiscales : Darmanin content… et à côté de la plaque

Le point spécifique des niches fiscales illustre combien le soi-disant « cap » du gouvernement est absolument aberrant de bout en bout. Explications.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Niches fiscales : Darmanin content… et à côté de la plaque

Publié le 1 mai 2019
- A +

Par Nathalie MP.

Après les flonflons prolixes du grand show présidentiel de jeudi dernier, place à la politique plus terre-à-terre de la calculette ! Selon le nouveau chiffrage du ministre du Budget Gérald Darmanin, entre les annonces du 10 décembre 2018 et les petits suppléments évoqués par Emmanuel Macron la semaine dernière, le dérapage budgétaire grimperait de 10 à 17 milliards d’euros. Mais rassurez-vous, tout va pour le mieux et les comptes seront tenus, nous assurait hier le ministre avant de se rendre au séminaire gouvernemental organisé à Matignon pour tenter de « mettre en musique » les nouvelles mesures décidées par le Président :

« Nous tiendrons les comptes publics et nous serons autour de 2 % de déficit l’année prochaine, c’est-à-dire que nous serons le gouvernement qui aura baissé d’un point et demi le déficit en deux ans, ce sera remarquable. » (Vidéo en fin d’article, 11′)

 

Ce qui est d’ores et déjà « remarquable », c’est le niveau proprement stupéfiant d’auto-satisfaction gouvernementale que Gérald Darmanin parvient à déployer en toute circonstance.

D’une part parce que son vague chiffrage de coin de table laisse de côté de nombreux éléments avancés par Emmanuel Macron – notamment la ré-indexation de toutes les retraites sur l’inflation à partir de 2021 (pas seulement celles qui sont inférieures à 2000 euros), le dédoublement des classes de maternelle et primaire jusqu’au CE1, l’abandon de l’objectif de baisse des effectifs de la fonction publique de 120 000 postes et le projet d’une retraite minimum fixée à 1 000 euros.

Et d’autre part parce que d’autres analystes économiques, y compris de féroces partisans de la dette et de la dépense publique comme Jean Pisani-Ferry, arrivent à des chiffres nettement plus élevés, de l’ordre de 20 milliards d’euros à l’horizon 2021, même en tenant compte d’un financement de ces nouvelles largesses par la suppression de niches fiscales pour les entreprises à hauteur de 5 milliards.

C’est justement ce point spécifique des niches fiscales qui illustre à mon sens combien le soi-disant « cap » du gouvernement est absolument aberrant de bout en bout.

À ce stade, il convient de se rappeler que la France jouit depuis quelques années du douteux privilège d’avoir les niveaux de dépenses publiques et de prélèvements obligatoires (impôts et cotisations sociales) parmi les plus élevés au monde par rapport au PIB. En 2018, ils se sont fixés à 56 % et 45 % respectivement contre 56,5 % et 45,2 % en 2017. C’est ce que M. Darmanin appelle une baisse foudroyante des dépenses et des impôts. On appréciera.

Dans ce cadre, une niche fiscale est un dispositif très ciblé qui vise éventuellement à encourager certains comportements en échange d’un impôt moins élevé, mais plus concrètement à alléger la charge fiscale hors de proportion qui pèse sur tel ou tel particulier ou entreprise, même si dans son langage toujours très contourné lorsqu’il est question d’impôts, l’État appelle cela des « dépenses » fiscales. Les pouvoirs publics ne peuvent pas « dépenser » des sommes qui ne leur ont jamais appartenu en premier lieu. Ils peuvent ponctionner plus ou ponctionner moins, c’est tout.

Aux dernières nouvelles, notre Code des impôts comporterait 473 niches fiscales représentant pas loin de 100 milliards d’euros non soutirés aux contribuables, dont 40 milliards pour les entreprises. Il est évident que ce nombre hallucinant évoque immédiatement un maquis fiscal inextricable dont le bon sens commande de se débarrasser au plus vite au profit d’une fiscalité simplifiée et plus lisible.

C’est probablement pourquoi ces mesures de suppression sont généralement bien accueillies par tous ceux qui rêvent d’aboutir enfin au choc de simplification dont on parle depuis longtemps en France sans jamais parvenir à quoi que ce soit. Dans les faits, on compte même une vingtaine de niches supplémentaires depuis qu’Emmanuel Macron est au pouvoir – sans que les prélèvements obligatoires aient baissé pour autant, ne rêvons pas.

Mais ce qu’il faut bien voir c’est que la suppression des niches fiscales, de quelque nature qu’elles soient, sans remise à plat complète de la fiscalité et sans baisse des dépenses publiques, signifie obligatoirement une hausse des impôts pour une catégorie de contribuables ou une autre.

Remarquons que leur suppression totale reviendrait à ajouter 100 milliards d’euros aux prélèvement obligatoires actuels (1059,5 milliards en 2018) donc à passer d’un taux de 45 % du PIB à plus de 49 %. L’impôt est certes une ponction obligatoire, mais à ce niveau, on tomberait carrément dans le grand banditisme !

Or M. Macron, apparemment sensible à la révolte fiscale qui a marqué le début du mouvement des Gilets jaunes et apparemment sensible à la grogne des classes moyennes qui ne sont ni assez pauvres pour prétendre aux minima sociaux ni assez riches pour se sentir totalement à l’aise dans leurs revenus, a décidé de baisser – oui, baisser ! – l’impôt sur le revenu desdites classes moyennes de 5 milliards d’euros dès 2020.

Notons au passage que ceci permet à Darmanin de se faire mousser dans les matinales : grâce à son prélèvement à la source, les foyers concernés verront la mesure s’inscrire sur leur compte en banque dès janvier prochain.

Mais la question n’est pas vraiment là. Car comment Macron, Darmanin et consorts comptent-ils financer cette magnifique mesure ? En baissant les dépenses publiques, comme ils le prétendent à longueur de discours et d’interviews ? Certainement pas.

En fait, il est vaguement question de fermer quelques organismes inutiles, mais comme on en crée parallèlement de nouveaux, il est exclu de voir des économies se manifester de ce côté-là. De plus, l’engagement pris par Emmanuel Macron en campagne électorale de réduire les effectifs de la fonction publique est en bonne voie d’abandon à mesure que se profilent les nouvelles maisons « France services publics ».

Donc il ne reste qu’une solution, celle qui finit toujours par s’imposer sous les latitudes exagérément keynésiennes de notre exception sociale et culturelle : on va baisser les impôts des uns par augmentation des impôts des autres. Dans le cas présent, ce seront donc les niches fiscales des entreprises qui seront mises à contribution.

Il faut croire qu’Emmanuel Macron a également été sensible à la demande de « justice fiscale » que d’aucuns voyaient se concrétiser sous la forme du retour de l’ISF. Mais tout à son ambition de favoriser le travail et l’emploi, il a montré combien il ne cédait pas à la « démagogie » sur ce point (dixit Darmanin), préférant à la place augmenter les impôts… des entreprises !

Des entreprises ? Mais ne sont-elles pas justement les uniques entités susceptibles de créer de l’emploi marchand ?

Ce point n’émeut guère le gouvernement. Cela fait longtemps qu’il s’évertue à les transformer en annexes de ses actions sociales, à travers la loi Pacte portée par Bruno Le Maire notamment, quitte à étouffer complètement leur rôle essentiel de création de richesse. Pour Gérald Darmanin, les entreprises ont bénéficié de beaucoup d’allégement fiscaux et sociaux – il n’empêche que leur fiscalité globale reste élevée relativement aux pays de l’OCDE – il est donc temps qu’elles acceptent de nouveaux impôts pour œuvrer en faveur de l’intérêt général.

Comme si l’intérêt général ne consistait pas à laisser les entreprises être des entreprises ! Force est de constater qu’on atteint l’aberration gouvernementale maximale lorsque qu’un Président qui prétend favoriser le travail plutôt que la rente n’évoque les entreprises dans son discours de clôture du Grand débat national que pour augmenter leurs impôts.

Projet « inacceptable » estime le Medef, d’autant que les entreprises ont massivement joué le jeu de la prime de 1 000 euros demandée en décembre dernier par Emmanuel Macron et reconduite pour cette année. De son côté, la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) s’étonne avec agacement qu’à aucun moment ne soit fait mention de « la simplification, la diminution des normes et le carcan réglementaire qui les étouffe. »

Mais il est vrai que pour Emmanuel Macron, l’URSSAF est l’amie des entreprises. À partir de là, toutes les aberrations sont possibles. Aujourd’hui, elles deviennent non seulement possible mais effectives, sans compter qu’il faut aussi se farcir les insupportables accès de satisfaction d’un Gérald Darmanin complètement à côté de la plaque. Ça promet.

Sur le web

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Vous oibliez un élément important ,TOUT va mieux en france , le chomage baisse , il y a de plus en plus d’apprentis ,la france va egaler le reste de l’europe au niveau de l’emploi ,le PIB va donc exploser avant la fin du mandat de notre brillantissime president..enfin ,c’est ce que j’ai cru entendre de la ministre du travail sur lci hier soir..ca m’a bien remonté le moral a la veille du premoer mai , fete du socialisme triomphant 🙂

    • Il est temps de réfléchir à ce qu’on va pouvoir faire avec tout ce pognon !

    • Sur le chômage, il faut aller voir les chiffres de la DARES, notamment les flux. Les sortants du chômage ne sont que 20% pour reprise d’emploi. La quasi totalité des autres sont des radiations administratives et des défauts d’actualisation.
      Et que deviennent les fins de droits?
      Combien de temps la com’ va-t-elle continuer à masquer la réalité de notre situation économique?

  • Sans réduction des dépenses il ne pourra pas y avoir de baisse des impôts… Puisque les prélèvements actuels ne suffisent même pas..
    Donc, le nouveau monde ressemble étrangement à celui qui l’a précède,je veux dire refiler la hausse inéluctable
    Aux gouvernements à venir….
    Les élus font ça depuis 40 ans..
    L’état est un alcoolique qui nous promet la sobriété pour demain…
    Gageons qu’un petit coup de populisme délétère ne mette à jour sa
    Cyrhose du foie à avancée nécessitant
    Une greffe de libéralisation immédiate e

  • Faut rassurer la blonde en face de lui : sa niche de 7650 euros ne sera pas touchée. En échange, faudra qu’elle continue à bien lécher les fesses de ceux qui lui ont accordé cette niche, ce qu’elle aime visiblement.

  • Je ne voudrais pas sombrer dans un optimisme béat mais il y a tout de même un phénomène de percolation vertueuse dont vous ne tenez pas compte dans votre démonstration :
    Une baisse des rentrées fiscales/sociales se traduit mécaniquement par une hausse de la consommation ou de l’investissement des « bénéficiaires » (principe des vases communicants). Ce flux supplémentaire percole dans l’activité économique en diminuant l’incidence des aides sociales, avec un taux de conversion supérieur à 1 puisque l’argent dépensé par les agents économiques est plus stimulant que dépensé par l’État.
    Résultat des courses: une baisse de recettes fiscales se traduit mécaniquement, avec un délai de percolation assez court, par une baisse supérieure des dépenses publiques sans même qu’on ait à chercher des coupes sombres dans le budget.
    L’argent qu’on ne me pille pas fait vivre plus de monde que celui qu’on me pille.

    • Je le pense aussi mais il faudrait croire a la sincerite des chiffres annonces et que des infos capitales ne sont pas omises….cela serait du jamais vu en france depuis des décennies !

      • C’est pour cela que j’ai bien écrit « baisse des rentrées fiscales » pour exclure le cas où la baisse de prélèvements des uns est compensée par une hausse pour les autres (par exemple réduction des niches).

    • Il faudrait d’abord prouver qu’il aura bien baisse des rentrées fiscales/sociales ! Les annonces se font 6 mois avant la mesure, et les premiers constats chiffrés fiables 18 mois après. Sans compter que la « baisse » est toujours par rapport à une trajectoire virtuelle qui n’a rien d’horizontal, et se traduit la plupart du temps par une augmentation, moindre que ce qu’elle aurait pu être, mais une augmentation…

      • Bien sûr, mais ce que je conteste c’est l’argument simpliste consistant à dire qu’une (vraie) baisse d’impôt non associée à une baisse des dépenses est inutile (parce qu’elle augmenterait le déficit public).
        Il faut tenir compte de ce que la baisse de rentrée fiscale entraîne spontanément une baisse des dépenses.

        • C’est vrai, ça rentre aussi dans l’effet Laffer. Mais les étatistes, en supposant qu’ils aient la connaissance économique suffisante pour comprendre, s’en moquent. Ils ne voient qu’une chose : une baisse de rentrée fiscale entraîne une réduction de leur budget et de leur pouvoir. N’importe quel petit chef sait bien qu’on n’est jugé que sur le budget qu’on gère, et que voir tout mieux marcher alors que leur budget aurait été réduit est un cauchemar mortel.

    • Sauf que la percolation se fait vers des produits chinois en
      Saccagent la balance commerciale

  • vous avez déjà entendu Darmanin dire autre chose que des conneries et s’en féliciter en plus ? moi non…..

  • L’argent des riches provient des achats des pauvres. Augmenter les impôts des riches ou des entreprises, c’est prendre plus d’argent aux pauvres …en douceur.

  • « La niche fiscale » est cette perversion bien française qui « Fiscalise » tout, et met sous tutelle du Fisc, et donc du pouvoir en place, des pans entier de notre économie, et aussi la vie des ménages. Résultats : des effets pervers a 90 %, mais en prime, une main mise des fripouilles politiques, et de leur suppôts friqués,(Pléonasme), sur le pays.

  • Une amélioration de notre économie ne peut être obtenue que par une reforme extrêmement brutale !!!
    Suppression du jour au lendemain de toutes les niches et dérogations fiscales, et mise en place des seuls corrections absolument « VITALES », en prenant bien soin de faire des prélèvements ADN, pour suites judicaires et « Eliminatoires », sur ceux qui se plaignent le plus …

  • Vidéo Darmanin ??? à vomir tant elle regorgeait d’hypocrisie, de contrevérité et de bobards… paroles bues par la lèche-blonde de service.
    Conneries, mensonges et contredits sont les supports impératifs et obligatoires des laïus et blabla darmanin et jupitérien. Le summum fut la « citation » de K. Marx… agrémenté d’un sourire radieux…
    Mais le plus affligeant est le nombre d’imbéciles qui qualifient encore notre gouvernement de « libéral » !!!

  • « les insupportables accès de satisfaction d’un Gérald Darmanin complètement à côté de la plaque ».
    Bref, ca s’appelle du mépris. Les hauts fonctionnaires français méprisent viscéralement les entrepreneurs. Une fois cette réalité bien comprise & acceptée, il reste le choix de voter avec ses pieds ou de rester dans une relation abusive.

  • La ré-indexation des retraites pour tout le monde en 2021 était prévue bien avant les discours vasouilleux de Micron de Décembre et d’Avril.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles