Les Social Justice Warriors, sortez please !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tape la marmotte (jeu vidéo)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Social Justice Warriors, sortez please !

Publié le 29 avril 2019
- A +

Par Dern1.

Comme vous pouvez le voir si vous suivez mes articles, la Team Progrès ne recule devant rien ces derniers temps pour faire main basse sur les univers imaginaires et la moindre parcelle de culture geek.

Leur dernière en date : faire retirer un sondage sur Star Wars parce qu’il est décrété fasciste. Oui, apparemment préférer le Premier Ordre à ces crasseux de la rébellion serait un acte séditieux IRL (dans la vraie vie).

Ça chouine vraiment pour un rien…

On aimerait croire à un simple dérangement mental, une passade de l’âme adolescente qui pousse à croire qu’on sait tout mieux que tout le monde, et que la bénédiction du Saint Baccalauréat ou équivalent nous confère la légitimité de l’ouvrir sur tout, de préférence sur ce qu’on ignore. Mais la réalité est tout autre.

Tout d’abord, La Team Progrès est habitée par la conviction messianique, et un rien canulante, de devoir convertir le monde entier au bonheur obligatoire. Vous savez, ce bonheur extatique bien encadré et légalement autorisé dans le cadre de la liberté d’expression et du vivrensemble, tous ensemble.

Es-tu heureux, citoyen ?

Normalement, le champ du politique est censé s’arrêter à la porte de votre maison, ou dans le pire des cas, à votre salle de jeux.

Mais en réalité, ni le gouvernement ni ses minions n’ont jamais résisté au plaisir de plonger leurs petits doigts pleins de bonnes intentions (forcément) dans l’imaginaire ou le monde du jeu. Par le passé, ils en avaient même fait un bâtiment appelé Colisée afin de divertir le peuple et lui faire oublier ses mécontentements. Plus récemment, nous avons passé l’épreuve de l’art nazi, l’art du parti communiste chinois avec la révolution culturelle, ou même Hollywood lors de la Guerre Froide.

C’est un complot, nous sachons !

Aujourd’hui, on pourrait penser qu’il n’y a plus de propagande ou bien qu’il s’agit d’une propagande cool puisqu’elle est administrée à coups de cotillons et de jolis ballons colorés, tels qu’un Murray sous LSD ne l’imaginait même pas. Chaque nouvelle mesure de coercition est accompagnée d’une fête d’inauguration, d’un pot de lancement pour la loi machin, d’un festival pour la mesure bidule…

Et pourquoi les cotillons de la propagande ne seraient-ils pas peints aux couleurs du Parti ?

La Team Progrès

Ce Parti, communément appelée la Team Progrès, le Camp du Bien ou les Enquiquineurs, nous vient tout droit de l’autre côté de l’océan, ou du grand lac comme ils le disent eux-mêmes. Les politiques américaines de discrimination positive et de cultural studies ont mené aux quotas et au morcellement de la société en groupes culturels triés selon leur couleur de peau ou leur sexe. Cette idéologie était l’opposé de l’universalisme français ; ce dernier ayant échoué, les théories néomarxistes ont pris le pas sur l’universalisme mourant dans l’Hexagone.

Ce mouvement provient donc des politiques communautaires américaines qui ont fusionné avec la pédagogie hexagonale pour donner jour au monstre que nous sommes en train d’affronter : des hordes de cheveux bleus qui viennent nous expliquer comment nous amuser avec un ton compassé, et la menace d’un gourdin en forme de procès, voire même de loi avec un peu de bol, si on en venait à trop la ramener.

Jusque dans les ch… plateaux de jeux

Mais pourquoi se sentent-ils obligés de la ramener dans le monde geek ?

Tout d’abord, la culture geek a débuté essentiellement, et est encore tenue dans sa grande majorité, par des « mâles blancs privilégiés » plutôt issus de classe moyenne, comme ils aiment eux-mêmes à le souligner. Et comme chacun sait, ces gens ont toujours le mauvais rôle, ce sont les oppresseurs universels et il faut les faire disparaître de la surface de la carte. Ça ne vous coûtera pas trop cher de le demander, selon la jurisprudence Brie Larson.

Ensuite, une explication est à trouver dans les valeurs que prônent les loisirs geeks. Petit tour d’horizon :

L’escapism :

Ce nom barbare américain désigne la stricte séparation entre le monde du jeu et IRL (la vraie vie). Cela est contraire au phénomène des Mary Sues, ces avatars des SJW dans les mondes imaginaires qui projettent leurs névroses dans des univers qui n’ont rien demandé et pensent détenir IRL des pouvoirs conférés par la fiction. Oui, en jeu, vous pouvez être Shepard et sauver la galaxie. Non, pas IRL, et personne ne vous le demande.

L’amour du patrimoine :

Que ce soit dans les jeux de rôles, les jeux vidéo ou la littérature, les geeks adorent le patrimoine. Un genre entier est dévolu à l’imaginaire médiéval : le medfan, médiéval fantastique, dont Tolkien fut le parangon. Dans un registre équivalent, on trouve le Steampunk, entièrement dédié à la révolution industrielle et à l’Europe d’avant- guerre, dans un contexte merveilleux et empli de magie, comme si le prisme de la nostalgie donnait une raison supplémentaire de s’attacher au passé.

L’honneur :

S’il y a bien un concept qui fait rire nos amis les Enquiquineurs, c’est celui-ci. Pourtant, il est omniprésent dans les univers geeks, que ce soit dans La Légende des Cinq Anneaux, un jeu de rôle se déroulant dans un Japon médiéval imaginaire, Donjons et Dragons, où la loyauté est même un élément de jeu à part entière, Avatar le dernier maître de l’air…

La chaîne de responsabilités :

Le poids du destin qui pèse sur le Héros le lie bien plus que ses émotions ou ses petites vexations personnelles. Un tenant du Camp du Bien passant son temps à se chercher des motifs de vexation est incapable de saisir la pleine dimension du commandement, de la quête ou du sacrifice personnel. Impossible de partir au Mordor quand on est occupé à mesurer le diamètre des citrouilles de la Comté pour savoir quel fermier est le plus oppressé.

Le dépassement de soi :

En jeu vidéo il existe un concept, qui s’appelle le mode hardcore, que l’on pourrait traduire par « super difficile », ou encore le cauchemar des SJW. Le but est de démarrer le jeu avec les conditions les plus difficiles possibles, et grâce à son habileté de dépasser les obstacles et affronter les ennemis avec un niveau de dangerosité supérieur à ce que prévoit le jeu normalement. Le but n’est pas de gagner à tous les coups, et un jeu n’a pas à être finissable. Récemment, des “journalistes” de jeux vidéo se sont plaints que Sekiro était trop difficile et qu’ils n’arrivaient pas à le finir, chouinant pour que sorte un mode facile et qu’ils puissent finir leur pige.

G pa gagné

Quand on passe son temps à vouloir donner des médailles à tout le monde qu’importe le talent de chacun, on repose sa manette, son clavier, et on joue à Farmville sur son mobile.

Nous pourrions continuer cette liste avec la beauté, la vertu, le combat…

Globalement, tout ceci doit profondément les irriter. Alors continuons.

  1. Titre de l’article original : « Ban SJW plz ».
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Et c’est sans parler des jeux qui censurent.
    Dernier exemple en date : Anno 1800 empêche d’utiliser des insultes lorsqu’on veut renommer une île ou un bateau (en anglais du moins, vu sur un stream).

    La pollution SJW ne vient pas que des Mary Sues mais aussi des développeurs, pour beaucoup eux mêmes, SJW.
    Le dernier Civ6 dégueule de bienpensance : toutes les civilisations africaines sont ultra OP (surpuissantes), beaucoup plus qu’elles ne l’étaient IRL.
    Apparition de leaders féminins qui n’ont aucun sens historique (ex: France, choix entre Catherine de Médicis ou Aliénor d’Aquitaine…???!?!?!).
    + tous les nouveaux héros de BattleRoyale ou Moba, revendiqués transmachinsfluide…
    Déjà que, sans ça, la qualité des jeux baissait énormément…

    • Sur les développeurs qui prônent la bienpensance : la plupart s’en fichent, mais la direction impose, comme ce fut le cas pour le dernier Mass Effect, où Bioware vira la moitié de ses dev pendant la conception pour les remplacer par des sjw, ce qui donna l’horreur buggée qui en est sortie.
      Sur Civ VI: il y avait déjà des dirigeantes dans les opus précédents. Ce qui me perturbe plus est la dernière extension, Gathering Storm, qui prône la thèse réchauffiste à fond.
      Et oui, tout ceci résulte en une baisse de qualité. Il ne faut plus faire un bon jeu mais un jeu éco-conscient et qui ne mégenre pas…

    • Le seul civilization est le 2

  • jacques lemiere
    29 avril 2019 at 7 h 37 min

    ce ne sont pas les sjw le problème, mais les députés qui ont voté des lois liberticides portant essentiellement sur l’expression aux usa vous avez aussi le fait de classer officiellement les gens en groupes associé à la notion de culpabilité de groupe .

    ils ont mis en place des machines à produire des schizophrènes, ainsi la discrimination c’est mal ( alors que discriminer est ce qu’on fait tout le temps) et pour lutter contre la discrimination ..on met en place..une discrimination… le sexisme c’est mal et pour lutter contre le sexisme on tape sur LES hommes..

    • Oui l’article explicite que la source des ennuis vient précisément des politiques communautaires américaines. Tout est bon pour taper sur les individus qui cochent les mauvaises cases.

    • La petite bête
      29 avril 2019 at 9 h 33 min

      Discriminer, c’est distinguer, et cela n’implique pas, de facto, une inégalité, sauf avec des lunettes marxistes. Enlevez la discrimination, tout se vaut, et vous perdez la liberté…

  • Entre ça, et la vague de puritanisme sur les plate-formes de financement participatif (Patreon est le dernier exemple en date), l’avenir ne s’annonce pas jojo.

  • La petite bête
    29 avril 2019 at 9 h 31 min

    « Ce mouvement provient donc des politiques communautaires américaines qui ont fusionné avec la pédagogie hexagonale pour donner jour au monstre que nous sommes en train d’affronter « . Fusionné?
    Le soft power américain s’est imposé dès au sortir de la guerre. Avant même le plan Marshall, l’accord Blum-Byrnes (poussé par Monnet) échangeait un prêt de 650 millions de dollars contre un abaissement significatif des droits de douane français, des importations de produits américains déterminés et… la distribution en exclusivité trois semaines sur quatre des films américains, ce qui impliquait une limitation de la production cinématographique française. Ce fut le début d’une « colonisation culturelle » qui a imposé une lecture atlantiste de l’histoire et l’ «american way of life»…]
    «Selon le New York Times, le gouvernement des Etats-Unis a dépensé, en 1950, en France, pour l’information, 7 millions de dollars, soit au cours officiel, 2450 millions de francs. Paix et Liberté (association propagandiste anti-soviétique, créée cette année-là et qui ne limite pas ses activités à la France) n’a pas été le seul bénéficiaire de la manne financière américaine. Et l’effort de Washington s’est maintenu les années suivantes. Ainsi, en 1952, l’agence gouvernementale United States Information and Education (USIE), qui sert souvent à l’époque de couverture aux agents de la CIA et emploie en France 289 personnes d’origine française ou américaine disposera d’un budget de 500 000 dollars « pour contrer la propagande communiste et faire l’éloge de la libre entreprise ».
    Ce service a financé la réalisation de films promotionnels consacrés à « l’American way of life » et la diffusion de programmes à la station de radio Ici New York. Au début des années 1950, chaque mois, 800 000 personnes voient des films sponsorisés par les services d’information américains et diffusés dans les écoles, les clubs ou les réunions privées.» (Frédéric Charpier, la CIA en France)

  • @Dern. qu’il y ait des dirigeantes ne me dérange absolument pas. Mais dans Civ6 on y a vraiment mis des femmes pour mettre des femmes et tant pis si leur impact sur l’Histoire de leur nation fût minime comparé à celui d’autres.

  • Ce que j’aime bien dans D&D, c’est que je peux tuer quelqu’un (même des enfants) sous le seul prétexte qu’il appartient à une autre race. ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bertrand Hartemann.

La sortie de Matrix 4 Resurrections est l'occasion de revenir sur cette saga emblématique. Écrit et réalisé par les Wachowski, il reste un objet de fascination. Ce patchwork culturel tisse des liens entre l’art du kung-fu, les mangas japonais, la philosophie post-structuraliste ou encore la culture cyberpunk. Outre le fait d’être un monument de la pop culture, c’est surtout une formidable machine herméneutique invitant à des jeux de piste théoriques. Le film façonne une réflexion, plus que jamais d’actua... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Margot Arold.

Et on prend les mêmes et on recommence ! L’association « Osez le féminisme » repart en guerre contre une fresque murale du réfectoire des internes du CHU de Toulouse.

Fresque des internes : les femmes en position dégradante ?

L’association qui défend notoirement le droit (la suprématie ?) des femmes semble voir dans cette fresque une « pornification des corps. Quand on voit la façon dont les femmes sont représentées, on s’étonne moins qu’il y ait des comportements violents ». C’est ce qu’explique Enora Lamy, la... Poursuivre la lecture

Par Vilfredo Burgess.

Le dernier volet des aventures de OSS 117 a été fraîchement accueilli par les critiques. À raison, puisque le film est nul. Mais au-delà d’une énième comédie franchouillarde, d’un film qui n’est pas bien écrit, pas bien joué, pas bien réalisé, pas bien filmé, pas bien rythmé (en bref, pas bien), les spectateurs woke ont dénoncé un film « politiquement incorrect ».

Bien au contraire, Alerte rouge en Afrique noire est le film le plus consensuel et le plus platement en accord avec la doxa ambiante qu’on ait vu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles