Génération Identitaire est-elle soluble dans l’amalgame ?

Dissoudre Génération Identitaire ne s'avérera pas facile, à moins de l'amalgamer avec art avec un terroriste d'extrême-droite. Après tout, museler la liberté d'expression vaut bien ça.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Liberté d'expression (Crédits CradleApex, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Génération Identitaire est-elle soluble dans l’amalgame ?

Publié le 8 avril 2019
- A +

Par h16.

La France, terre de liberté, d’égalité et de fraternité, n’en est pas moins une terre civilisée où la fraternité s’entend dans un cadre strictement encadré par l’État, dans laquelle l’égalité doit s’exprimer en tout, pour toutes et tous, au maximum possible et sans discussion, et où la liberté saura se cantonner à ces espaces que le politique lui réservera en les rétrécissant chaque jour…

À commencer par la liberté d’expression, cette enquiquinante liberté qui permet à chacun d’exprimer son opinion, aussi dissidente, irritante et politiquement incorrecte soit-elle. Dans cette optique, rappelons qu’en France, la pression sociale, celle qui permet à tous de comprendre qu’il y a des choses qui se disent et d’autres qui, au plus, se chuchotent, cette pression sociale, celle qui calme naturellement les velléités des imbéciles à utiliser leur liberté d’expression pour dire des âneries, cette pression sociale, en France, n’est jamais suffisante : il faut donc à tout prix restreindre la liberté d’expression pour pallier cette pression déficiente.

C’est ce que s’emploie donc à faire tout gouvernement en place depuis plusieurs décennies. Chacun ajoute ainsi son rouleau de fil barbelé autour de la liberté d’expression pleine et entière pour éviter que les joyeux citoyens français profitent de trop vastes espaces de libertés et laissent un peu trop vagabonder leurs idées et leurs propos.

Il ne se passe donc plus une année sans que l’une ou l’autre loi soit votée pour restreindre aussi fermement que possible la liberté des uns et des autres à exprimer une idée. Dernièrement, ce fut une loi anti-fake news, écrite par l’habituelle brochette de clowns à roulettes gouvernementaux ce qui n’a d’ailleurs pas manqué de se retourner contre le gouvernement. On retrouve d’ailleurs le même syndrome du n’importe quoi législatif pour museler technologiquement la liberté d’expression au niveau européen, ce qui ne manquera pas d’avoir moult effets de bords ridicules et contre-productifs.

Malheureusement, force est de constater que l’acharnement législatif pour bâillonner légalement les citoyens ne parvient pas à faire taire toute dissidence, toute voix discordante dans le chœur encore imparfait des louangeurs de la Solidarité Pervasive, Totale & Universelle Française.

C’est ainsi que le vendredi 29 mars, bêtement munis de leur liberté d’expression et d’une absence de lucidité face à la pression sociale pourtant claire de la société française, des militants du groupe anti-immigration « Génération Identitaire » (GI) ont sauvagement déployé une méchante banderole géante depuis le toit de la Caisse d’allocations familiales de Seine-Saint-Denis sur laquelle on pouvait nettement lire « De l’argent pour les Français, pas pour les étrangers ».

Sur le plan de la communication, l’opération est un magnifique succès. La presse, au bord de l’apoplexie devant un tel acte absolument pas compatible avec la République du Bisounoursland, s’est immédiatement empressée d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour titrailler violemment en direction générale de cette droite aussi extrême que groupusculaire, identitaire et anti-vivrensemble.

Notons fugacement que tout le monde semble indifférent au fait que ce même groupe veut continuer la distribution de pognon des autres (sous seule condition de nationalité) ; le collectivisme a encore de beaux jours devant lui.

Dans la foulée, devant un tel outrage, il a rapidement été question de trouver la parade contre ces individus vraiment trop nauséabonds. Leur envoi dans des camps de rééducation étant — pour le moment — impossible, il faudra trouver un autre moyen de les empêcher de penser de travers. Et cela peut commencer par la dissolution de Génération Identitaire que n’ont pas manqué de réclamer vivement syndicats (CGT et FO en tête), partis politiques (PS en premier) et associations lucratives sans but (l’inévitable SOS Racisme) afin que soit mis un terme à ces débordements qui, selon ces frétillants soldats de la bien-pensance, sont « xénophobes » et « stigmatisent les allocataires » horriblement ce qui, au passage, revient à valider complètement l’idée véhiculée sur la banderole selon laquelle l’argent des autres est d’abord distribué aux étrangers…

Malheureusement, il y a un hic.

Pour dissoudre un mouvement, encore faut-il une raison légale un minimum solide. Ce serait dommage que, dans l’emballement d’une dissolution trop rapide, l’appareil d’État serve finalement à donner raison à Génération Identitaire dans un grand barouf médiatique.

Il s’agira donc de trouver une motivation crédible, ce qui promet de ne pas être aussi simple que prévu : le groupe ne revendique aucune violence (zut), se fait même fort de vouloir créer un débat pacifique (flûte), et ne veut même pas remettre en cause la République (et caca boudin). Autrement dit, il va falloir échafauder autre chose pour dissoudre légalement le groupe.

Heureusement, une lumière s’est allumée au bout du tunnel : il semblerait bien que Brenton Tarrant, le terroriste de Christchurch, ait fait un don à l’association avant son départ pour l’autre côté du globe. Aubaine ! L’association devient dès lors récipiendaire de fonds issus d’un terroriste et peut donc éventuellement être elle-même classée comme terroriste…

Pas de doute : selon Romain Espino, représentant du mouvement Génération Identitaire, il y a eu des dons de Tarrant en septembre 2017 :

Nous avons retrouvé deux traces de dons pour un montant total de 1 000 euros.

Ah, enfin, les impétrants identitaires sont coincés, ils ne pourront pas s’en sortir à bon compte !

Bon. Soit, le raisonnement derrière est particulièrement tortueux. Espérons qu’il ne viendra à l’idée de personne de tenir exactement le même vis-à-vis des Caisses d’Allocation Familiale qui ont, de façon tout aussi certaine et connue, financé des djihadistes ; ceci aboutirait à dissoudre les CAF au même titre que Génération Identitaire. Au moins, la distribution de pognon des autres (aux Français comme à tous les autres) s’en trouverait durablement interrompue, ce qui pourrait constituer une solution aux demandes véhémentes des identitaires.

En pratique, on comprend qu’un motif aussi emberlificoté pour dissoudre ce mouvement cache fort mal l’opportunisme politique des pouvoirs publics, produisant des motifs de dissolution comme des saucisses industrielles avec cette foi zélée limitée aux seuls dossiers de cette extrême-droite aux griffes de plus en plus limées. Dans le même temps, on ne s’étonnera plus guère de l’inertie de ces mêmes autorités devant les Black Blocs et toute la myriade d’associations prétendûment antifascistes mais effectivement violentes et destructrices qui officient sur base hebdomadaire depuis des mois ou à toutes ces bonnes occasions qui sentent la sueur, le foin et l’herbe amusante depuis les ZAD jusqu’aux manifestations de syndicalistes à merguez.

S’il semble assez évident que dissoudre Génération Identitaire permet au gouvernement d’engranger quelques voix à l’approche d’élections européennes particulièrement électriques, on ne peut que constater la mollesse pathologique du même gouvernement concernant les groupuscules d’extrême-gauche qui détruisent les commerces chaque samedi depuis des semaines.

Les Français constatent le Deux Poids Deux Mesures ; ils constatent l’aplatissement complet des forces de l’ordre autant devant la gauche bien-pensante que l’extrême-gauche violente ; ils constatent l’acharnement des autorités à vouloir taire certaines opinions, tout en se plaçant hypocritement en héraut de la liberté d’expression ; ils constatent l’orientation des débats, l’enfouissement rapide des questions qui dérangent, le lynchage médiatique systématique de ceux qui osent penser en dehors des clous républicains officiels.

Ces constats, difficilement escamotables, finissent par rendre les actions du Camp du Bien redoutablement contre-productives. Un beau matin, le retour de bâton promet d’être cinglant.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Pour citer Michel Audiard : « Pauv’ con. En matière d’argent, le gouvernement a tous les droits, et les particuliers aucun. »

  • en 2017 , le fou furieux de Christchurch était parfaitement inconnu au bataillon et pas du tout classé comme terroriste donc les dons ne posaient pas de problème.

  • Merci H16 pour cet article ô combien réaliste ! la liberté d’expression prend un chemin de plus en plus étroit depuis que Macron est pouvoir : il suffit de voir comment Michel Onfray, Emmanuel Todd ou Juan Branco sont désormais invectivés et interdits d’expression par le pouvoir en place ! Desproges et Coluche peuvent se retourner dans leur tombe !

  • Bien d’accord, enfin un article lucide sur la question des extrêmes.
    Du reste, à lire les commentaires des lecteurs de diverses presses (Le Monde, Figaro, etc.) sur l’action de ce groupe, la plupart était d’accord avec le message.
    Pour qui a eu la curiosité d’aller visiter leur site, on découvre plutôt des jeunes en désarroi devant leur avenir, les perspectives de travail, et qui aiment désespérément leur pays, même s’ils aiment mal certains citoyens. Et avec qui il serait à un moment donné plus productif de dialoguer plutôt que de les condamner de façon outrancière, quoiqu’en dise une certaine presse de gauche qui préfère y voir un discours de façade trompeur.
    En attendant, en tous les cas, c’est avec l’extrême gauche radicale que le dialogue est impossible et qui agit comme un véritable repoussoir par ses actions violentes, de même que la gauche actuelle arqueboutée sur ses positions en même temps qu’elle a dérivé vers une sorte de fachogauche moralisatrice et politiquement correcte, parfaitement ancrée dans les valeurs du néolibéralisme nord-américain.

  • Excellent pour créer des martyrs et interdire tout débat.

  • La Raie-publique est forte avec les faibles et faible avec les forts. En parlant de terroristes, la France nous terrorise avec Bercy. L’Etat nous rend malade, le médecin nous donne un cachet pour oublier. La CAF rembourse le patient. Le médecin touche une petite prime du labo, l’Etat gagne encore plus. C’est l’économie de la peur et de la douleur. L’oubli est la clef. Prenons vite notre cachet.

  • Hs, mais les résultats du grand débat correspondent à la stupidité des questions ! Ouf, nous sommes sauvés. On a échappé de justesse à une remise en question de l’Etat. Et surtout de sa nocivité sur nos vies.

  • « Espérons qu’il ne viendra à l’idée de personne de tenir exactement le même vis-à-vis des Caisses d’Allocation Familiale qui ont, de façon tout aussi certaine et connue, financé des djihadistes ; ceci aboutirait à dissoudre les CAF au même titre que Génération Identitaire. »
    Mon passage préféré de cet article, très amusant dans la forme comme d’habitude) et nettement moins dans le fond, la situation étant loin d’être rassurante !

  • Quand L.R reçoit des dons pour son parti , l’on peut considéré que les donateurs sont aussi des repris de justice !!

  • Liberté d’expression ❓
    Elle n’existe plus en France : https://tinyurl.com/y39q2333
    Si cela ne vous fait pas froid dans le dos une telle stupidité, c’est terrible.
    CPEF

    • @MichelC
      Un tel niveau de bêtise est effectivement terrible.
      Moins de 400 signatures pour que l’A.N enlève de son site cette fresque en question pour deux indignés originels.
      Plusieurs millions de signatures pour le retrait de la limitation à 80km/h (on aurait dû parler de la laideur du panneau peut-être ?) et ils sont toujours là.
      Depuis novembre des Gilets jaunes sont dans la rue tous les samedis et …

  • L’action la plus liberticide en france est générée par les assurances obligatoires.. privées et publiques..oui ,oui
    Ainsi pour maximiser les profits il faut limiter les dépenses , donc les remboursements de là les fameux effets induits par les comportements..
    Le citoyen ne doit pas etre libre de choisir sa façon de vivre car les assurances veillent,
    Pas manger , Pas boire ,Pas fumer , Pas conduire , Pas aller au soleil , Pas tomber malade , Pas rouler trop vite.;
    Pas baiser sans capote , etc.. etc.. Parce que tout çà çà coûte!!
    Alors c’est sur on vit plus vieux… et paf probleme des retraites!!
    keskonsmarr!

    • « Alors c’est sur on vit plus vieux… »
      .
      Le patient (à son médecin) :
      — Ainsi , docteur, vous pensez que si je mange moins, je ne bois plus et ne cours plus le guilledou, je vivrai plus vieux ?
      Le médecin :
      — Plus vieux, je ne sais pas, mais cela vous paraîtra plus long…

  • j’attend avec impatience et curiosité  » le retour de bâton cinglant « ….ça va donner……

  • « la dissolution de Génération Identitaire que n’ont pas manqué de réclamer vivement (…) partis politiques (PS en premier) »

    C’est étonnant, car on se souvient que le ministre de l’économie Arnaud Montebourg souhaitait, avec sa politique du Made in France, « de l’argent pour les entreprises françaises, pas pour les étrangères ».

  • Bien vu sur le financement des djihadistes par la CAF!
    Et si dissoudre Génération Identitaire permet au gouvernement d’engranger quelques voix à l’approche d’élections européennes, il risque d’en perdre beaucoup d’autres. Le deux poids, deux mesures devient un peu trop voyant.

  • Merci pour cet article qui, tombe je l’espère a temps, pour sauver un mouvement indispensable a la liberté d’expression.
    Ce gouvernement de lopettes Nazo-Facho- islamo-lèche-culs. commence sincèrement a m’énerver grave.
    Et ce, d’autant plus qu’ils sont totalement ignares et incompétent concernant la gestion de notre Pays. (Chômage, Fiscalité, décentralisation, gestion efficace de l’argent publique, etc …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

L’état de la liberté d’expression en Occident peut se juger à la manière dont sont traités les lanceurs d’alerte comme Julian Assange. Lundi 18 juillet, à Paris, plusieurs organisations et médias ont lancé un appel destiné à obtenir la libération d'Assange et demandant à la France de lui accorder l'asile politique. Parmi elles, la ligue des droits de l'Homme, le syndicat national des journalistes (SNJ) et Anticor.

Au Mexique, le très à gauche président Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré avoir plaidé la cause du journaliste australie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles