Le privé pour financer la reconstruction de Notre-Dame

Aujourd’hui avec Notre-Dame, hier avec Versailles, le mécénat privé joue un rôle essentiel dans la conservation des monuments nationaux.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Notre-Dame de Paris By : Martie Swart - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le privé pour financer la reconstruction de Notre-Dame

Publié le 17 avril 2019
- A +

Par Gérard-Michel Thermeau.

Le désastre qui a frappé Notre-Dame de Paris a ému la France entière et, au-delà, le monde occidental. Mais il n’a rien d’inédit. La réaction immédiate de grands groupes comme Pinault, Total, LVMH ou l’Oréal et les centaines de millions d’euros promis s’inscrivent dans une tradition déjà ancienne. D’autres monuments emblématiques de notre histoire ont subi de graves outrages par le passé, ainsi la cathédrale de Reims et le château de Versailles. À chaque fois, l’appel au mécénat privé s’est révélé un pari gagnant.

Le précédent de Versailles

Versailles, ce gigantesque chantier resté inachevé à la mort de Louis XIV et poursuivi, tant bien que mal, par Louis XV et Louis XVI, n’a cessé d’être abandonné et réoccupé depuis 230 ans. La période de la Révolution vit la dispersion du mobilier mais le château ne fut pas rasé en dépit des souhaits de certains révolutionnaires. Cette carcasse vide commença dès lors à servir de musée. Jamais vandalisé ni incendié, Versailles a néanmoins profondément souffert d’une très longue période d’abandon qui va de la Révolution à la seconde moitié du XXe siècle en dépit de tentatives diverses mais insuffisantes pour lui redonner vie.

Napoléon préférait, pour sa part, résider au Grand Trianon et les Bourbons restaurés n’osèrent pas s’y réinstaller, même pour l’été. Louis-Philippe sauva un château menacé de ruines en le vouant « à toutes les gloires de la France » avec une gigantesque galerie des batailles. La restauration est menée sur la cassette personnelle du roi, c’est-à-dire déjà d’une certaine façon avec de l’argent privé. Sous les républiques, le château abrite les Congrès parlementaires, notamment l’élection du président de la République sous la IIIe et la IVe.

Pas de restauration sans le mécénat privé

Avec Pierre de Nolhac, en 1892, la restauration scientifique commence. Ce dernier comprend la nécessité d’organiser des événements et de faire venir des visiteurs prestigieux pour susciter des dons privés. La Société des Amis de Versailles voit le jour en 1907 relayée par des société sœurs à Chicago et Bruxelles.

Mais cela reste insuffisant et la situation de l’édifice reste piteuse au lendemain de la Grande guerre. John D. Rockfeller va financer dans les années 20 une première réhabilitation. C’est cette initiative du privé qui va inciter l’État à allouer un budget de restauration du château.

Mais de nouveau, après la Seconde Guerre mondiale, le château offre le triste spectacle d’une galerie des glaces endommagée par les eaux pluviales. C’est pour sauver une nouvelle fois Versailles que Sacha Guitry réalise en 1954 Si Versailles m’était conté, luxueux album d’images qui voit défiler toutes les stars du cinéma français de l’époque. Là encore, une initiative privée d’un amoureux de la France et de son histoire vise à encourager la recherche de fonds.

Aujourd’hui, le mécénat privé joue un rôle essentiel. Ainsi, par exemple, la chapelle royale bénéficie-t-elle du concours financier de la fondation suisse Philanthropia et Saint-Gobain, la Galerie des Glaces a été restaurée grâce à Vinci, le Salon de la Paix par Renault, le Petit Trianon par les montres Breguet et plus modestement les bancs anciens des jardins ont bénéficié du soutien de divers mécènes, entreprises et associations. Les Américains (American Friends of Versailles) ont permis la restitution du Bosquet des trois fontaines et du Pavillon frais au Petit Trianon.

Notre-Dame de Reims, l’autre cathédrale foudroyée

Victime de la Grande Guerre, pilonnée d’obus, ce monument emblématique associé au sacre des rois de France était en ruines en 1918. Sans vouloir jouer les rabat-joie, notons que la restauration de cette magnifique cathédrale, chef-d’œuvre d’équilibre gothique, a pris au final un bon siècle. Et c’est seulement près de vingt ans après la fin du conflit que la reconsécration put être faite par le cardinal Suhard en présence du président Albert Lebrun.

Là aussi les Américains étaient présents avec les fondations Carnegie et Rockfeller. La restauration de la façade, avec ses 2 400 sculptures, n’a été achevée que fort récemment. Ce dernier chantier a été financé en partie par l’association des Amis de la cathédrale.

Les « riches », si souvent conspués dans ce pays, ont parfois du bon. Et au-delà des très grandes fortunes, la foule des donateurs anonymes, tous ceux qui selon leurs moyens, parfois modestes, contribuent ainsi à marquer leur attachement à ces monuments de notre histoire nationale.

Voir les commentaires (59)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (59)
  • La générosité a ces limites lorsqu’elles sont fiscale !!…Et ceux qui donnent pas , par leurs impôts y contribuent !!

  • ben les gens font ce qu’ils veulent de leur argent…
    l’état fait ce qu’il veut de votre argent..
    cette histoire de monument national ou patrimoine m’ennuie un peu..
    Trop relatif trop mal défini. La mémoire est sélective…

    Il ne faut pas oublier que ça sert un récit..et que ce n’est pas neutre..

    EN clair je mets en question la notion même de patrimoine culturel ou historique.

  • c’est quoi le patrimoine culturel? une liste? ou c’est extensible à volonté?

    j’ai un problème si on me force à quelque chose je suis rétif..

    • « c’est quoi le patrimoine culturel? »

      Le patrimoine culturel est un des moyens mis en œuvre par l’homme pour augmenter ses connaissances, développer et améliorer les facultés de son esprit, notamment le jugement et le goût. Ce faisant, l’homme fait fructifier ses dons naturels pour s’élever au-dessus de sa condition initiale et d’accéder à un état supérieur.

      Quand on apprend en outre que la culture se résumerait « à pleurer pour des bouts de bois » et que ce serait un « délire de petits blancs », on comprend qu’au-delà du choc (des cultures), il va y avoir du boulot, beaucoup de boulot. Ces propos, que nul n’a forcé, pourraient même justifier l’idée d’une hiérarchisation.

      • Gilles William Goldnadel porte plainte avec Avocats sans frontières pour incitation à la haine raciale, et ça fait du bien. Tout ce petit monde de roquets fascistes azimutés de culture ferait bien de réfléchir à ce que beaucoup de gens en France considèrent comme leurs racines.

  • On se demande si, à l’instar du Mont Saint Michel, il n’aurait pas été prudent d’équiper la charpente de sprinklers ? L’État va, comme à l’ordinaire, s’estimer irresponsable bien entendu.

    • Oui, et l’on peut se demander si la captation des médias par leurs déclarations incessantes n’est pas destinée à couvrir d’autres voix

      https://www.valeursactuelles.com/societe/video-aurait-pu-eviter-ca-architectes-et-historiens-de-lart-denoncent-un-abandon-du-patrimoine-francais-105951

      Pour l’architecte en chef des monuments historiques responsable de la restauration de la flèche de Notre-Dame, Philippe Villeneuve, «les travaux n’avaient pas encore débuté, seuls les échafaudages étaient en cours de montage». De son point de vue, «l’hypothèse du point chaud n’est donc pas la bonne».

      On ne peut que s’associer au cri d’alarme et à la colère de ces spécialistes. Les choix budgétaires qui sont faits correspondent-ils à ce que souhaite la majorité de la population?

      • @ la petite bête:
        « ce que souhaite la majorité de la population »
        … vaut rarement mieux que ce que souhaite la minorité; les libéraux sont bien placés pour s’en apercevoir.

        Le démocratisme m’emmerde.

  • « Le désastre (.) a ému (.) le monde occidental » : à souligner la réaction du ministre iranien des affaires étrangères : « Saddened that Notre Dame—that iconic monument dedicated to the worship of our one God & that brought all of us closer through Hugo’s literary masterpiece—is partially destroyed after standing through wars & revolution for 800 yrs. Our thoughts are w/ the French & all Catholics. »

  • Mécénat privé, certes… avec 50% ou 90% de déduction fiscale.

  • Super! Ils donnent des millions pour la construction mais demandent un crédit d’impôt sur 90% de la somme versée. En gros ils donnent presque rien tandis que nous, le peuple, rien n’est amputé de nos impôts, on paye de notre poche. Scandaleux.

    • En résumé, ils donnent leur argent, dont vous estimiez qu’une part de 90% vous appartient parce que vous êtes le peuple et doit donc être récupérée par l’Etat en votre nom.

    • En revanche, j’imagine qu’Anonyme n’a rien à redire au fait qu’Hidalgo se fasse mousser en déclarant qu’elle débloque 50 millions d’euros… pris dans la poche du contribuable.

      • Une honte cette politique. Si c’est accidentel elle a une part de responsabilité. Si c’est criminel elle pourrait faire partie de ceux qui ont aussi leur part de responsabilité. Idem Pécresse… Voir ces naines humaines vouloir jouer dans la cour des grands avec le pognon des autres…

        • Tout est une question de priorités…
          Le livre « notre drame de Paris » (2017) soulignait l’incurie de l’actuelle gestionnaire de la capitale, entre l’accueil sans limite de migrants surnuméraires, la « zone de libertinage gay » du bois de Vincennes bientôt suivie d’un camp de naturistes, ainsi que quelques autres foutaises.
          Parallèlement, beaucoup d’églises parisiennes n’étaient déjà plus entretenues, la vie économique était secondaire, de même que celle des familles qui ont besoin d’une voiture.
          Anne de Paris n’a-t-elle pas comme objectif de faire de Paris la capitale des minorités sexuelles contre un déterminisme plurimillénaire?
          Pour être charitable, on n’évoquera pas l’équilibre des comptes.
          Notre-Dame a brûlé, reste notre drame…

        • Les millions seraient mieux utilisés à améliorer la circulation dans le coeur de Paris, ce qui améliorerait aussi le délai d’intervention des secours…

      • Les 50 millions d’Hidalgo, par le bien connu miracle de Saint Fisc, sont propres, ayant été obtenu par prélèvement sur les contribuables. Ce miracle ne s’est pas opéré pour les fortunes qui ont fait des promesses de dons.

  • bon , moi je veux bien payer mais la société qui faisait les travaux …
    n’a pas d’assurance?

  • heureusement qu’il y a l’argent privé pour reconstruire because fauché comme l’est le gouvernement , je ne vois pas comment il aurait fait sauf à emprunter cet argent ;

  •  » la Galerie des Glaces a été restaurée grâce à de Vinci  »

    Je ne crois pas, non; le grand Leonard n’a rien a voir là dedans, il n’était pas né.

    Rajouter une particule à Vinci n’anoblira pas le bétonneur français…

  • « Einem geschenkten Gaul schaut man nicht ins Maul »

    (À cheval donné on ne regarde pas les dents)

    Alors on prend le pognon, on retape, et s’il y en a trop on retape d’autres monuments, n’importe lesquels, on n’en manque pas !

    Même si je vois déjà les présentateurs (j’ai failli les appeler journalistes) et les invités de Bfmtv postillonner pour avoir bêlement au chapitre.
    Les conseilleurs ne sont pas les payeurs…

  • Qui peut croire un instant que nd resterait une ruine sans l’argent du prive ?
    Le mecenat n’a rien de genereux qu’on se le dise .

  • Un peu de réflexion et de bon sens le budget du ministère de la culture 10 milliards d’euros
    ou va cet argent ?? ministere de la justice 7 milliards d’euros ? ..combien est dépensé pour l’entretien de notre patrimoine national ?
    comme la culture en France est un enjeu electoral je vous laisse le soin d’y réfléchir !!
    Arretons de jouer la fibre de la foi religieuse !!! lorsque l’on est dans un pays dit laïque ?

  • A combien est le financement du ministère de la culture pour Notre Dames de Paris ??

  • « ce que souhaite la majorité de la population »
    … vaut rarement mieux que ce que souhaite la minorité; les libéraux sont bien placés pour s’en apercevoir.

    Le démocratisme m’emmerde.

  • la construction des cathédrales s’est faite avec les dons des fidèles…

  • L’indignation sur la défiscalisation des dons est une réaction typique de ceux qui détestent voir le privé se mêler de ce qu’ils estiment être le domaine de l’Etat. Les Etatistes pleurent de ne pouvoir empêcher ces dons et dans le même temps de ne pouvoir profiter de cet argent qui, nécessairement pour eux, est un manque à gagner pour l’Etat.
    Pourtant la défiscalisation n’est rien d’autre qu’un encouragement à placer son impôt soit même dans une cause que l’on a choisi. C’est une niche fiscale qui est assez utilisée par ailleurs dans le cadre de don à des associations type « Resto du Coeur » par exemple. On peut regretter l’existence de ces niches fiscales. On peut aussi regretter que l’Etat ait décidé de ces niches parce qu’il estimait pour sa part que c’était de son domaine.

    • Je ne comprends pas en quoi la défiscalisation des dons serait scandaleuse. L’impact fiscal est une réduction de l’impôt à hauteur d’un certain pourcentage. L’autre partie est donc un don pur et simple. Mais la partie défiscalisée n’est pas gratuite pour le donateur, car s’il n’avait pas donné cette somme, il l’aurait payé en impôt. Donc le donateur, par cette opération, décide lui même de l’affectation de son impôt, un bonheur rare en fait.

  • Quel que soit la source de l’argent, l’inquiétude vient des maîtres d’oeuvre.
    Avec des Macron (qui veut bâcler le chantier) et des énarques, le pire est non seulement à craindre mais est quasi certain.

  • Comment l’état peut il toucher 13 millions de visiteurs soit un panier moyen a 80e soit 208 millions de Tva chaque ANNEE, ou est le pognon non de diou ? Sans compté que la cathédrale est payante, c’est encore une fois pitoyable…

  • en attendant NDDP çà commence a nous bassiner!
    plus une nouvelle , il se se passe plus rien dans le monde! pays de merde

  • A claude henry la dernière ..Budget du Ministère de la Culture 2019 …10 milliards d’euros dont : 356 millions d’euros pour le patrimoine avec 6000 projets sélectionnés soit 54 000 euros projet ou peut être moins !!

  • ce qui est inquiétant (mais pas forcément surprenant), c’est que le premier-ministre et/ ou le président émettent l’idée que l’on va faire quelque chose de contemporain sur Notre-Dame à propos de la flèche…

    Mais pour qui se prennent-ils ? Les donateurs peuvent se sentir floués !

  • Je voudrais reconstruire l’échauguette du château de Saint Orens P.P. Nous avons la partie intérieure, l’extérieur a été détruit. Je ne pourrais pas y arriver seul et pourtant ce patrimoine d’un village fortifié du XIII° siècle mérite de retrouver sa véritable identité.
    http://photos-non-retouchees.over-blog.com/2019/04/sauvons-notre-patrimoine.html

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Je ne veux pas dire que nous sommes riches en candidats de qualité. Je veux simplement faire allusion à une information livrée au grand public la semaine dernière : elle concernait le montant des milliers d’euros possédés par les candidats. Je dois dire tout de suite que cette information ne m’est pas très sympathique dans un pays où « le riche » est automatiquement soupçonné de corruption, de prévarication, ou de pur produit de la chance.

Jean Fourastié avait parlé du « jardin du voisin » : par envie beaucoup de gens voient toujours d... Poursuivre la lecture

Nombreuses sont les personnes dans le monde aimant la France. Elle a des atouts. Mais la France a également des points faibles, à commencer par sa situation économique qui est souvent mal évaluée. Il existe ainsi un préjugé très répandu selon lequel la France serait un pays d'égalité en raison de son généreux modèle social. Mais l'égalité, que beaucoup assimilent à une justice sociale, ne règne que partiellement en France.

Il est certes vrai qu'après redistribution, les revenus sont répartis de façon relativement uniforme[1. En 2017, l... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

Le présent texte raconte un périple de près de 2000 kilomètres parcourus en France. Une traversée effarante qui livre un pays sombrant inexorablement dans une politique d’enclavement des territoires, de naphtalinisation du patrimoine et de paupérisation des populations.

De l'Alsace à la Vendée, une France qui se vide

Prenant pour point de départ l’Alsace et pour point d’arrivée la Vendée avec un crochet par l’Auvergne, ce périple en automobile (et rendu uniquement possible par ce moyen de transport) permet de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles