Sexisme, égalitarisme et petits rapports liberticides

La lutte contre le sexisme passera par des petits rapports bien serrés et une pluie de sanctions bien grasse. Car c'est indispensable, bien sûr.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Scott Edmunds - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sexisme, égalitarisme et petits rapports liberticides

Publié le 29 mars 2019
- A +

Au détour d’un lien sur internet, on tombe parfois sur des pépites. C’est le cas ici : un aimable lecteur (que je remercie au passage) m’a fait part d’une vidéo youtube mentionnant l’une de ces productions gouvernementale absolument inévitable, indispensable et d’une croustillance de 9.3 sur l’échelle de Schiappa.

Vous ne le saviez sans doute pas, mais il existe en France un Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes. Je conviendrai aisément qu’apprendre son existence ne doit guère vous surprendre tant est déjà élevé le nombre de Haut Comité Bidule, Haute Commission Truc, Haut Conseil Machin qui se bousculent derrière le gouvernement pour pondre un rapport annuel, faire parler de lui et, après avoir montré l’aspect indispensable de sa production, récupérer un budget en provenance directe de la poche des citoyens.

Ce Haut Conseil là n’échappe en rien aux pratiques habituelles. Créé en janvier 2013 par un François Hollande en pleine glissade politique vers le néant dans lequel il plongera avec décontraction quatre ans plus tard, ce Haut Conseil se sera empressé de justifier son indispensable existence en pondant depuis lors un nombre conséquent de palpitants rapports dont le résumé succinct mais exact peut être « L’inégalité entre les femmes et les hommes règne de façon insolente. Mais rien n’est perdu : en imposant, interdisant et taxant suffisamment un peu tout le monde, on devrait pouvoir corriger le tir ».

2019 commençait donc avec la certitude qu’on aurait droit à un nouveau rapport. Après les actes sexistes durant le suivi gynécologique et obstétrical, après l’étude du partage du pouvoir entre les femmes et les hommes élus au niveau local, il était plus que temps de faire un grand et bel état des lieux du sexisme en France.

Comme on peut s’y attendre, le rapport – qu’on pourra lire ici – s’empresse donc de définir avec une précision diabolique ce qu’est le sexisme, puis d’en lister copieusement les abominables occurrences partout dans notre vie en France.

Il va de soi qu’une maladie n’est jamais autant trouvée que lorsqu’on la cherche, coûte que coûte et vaille que vaille, partout et tout le temps. Les hypocondriaques de l’inégalité n’ont donc aucun mal à dénicher le sexisme dans la langue française, dans la publicité et le marketing, dans l’Histoire, dans le cinéma et dans l’humour bien évidemment, mais – bizarrement – peinent complètement à évoquer le sexisme parfaitement palpable et bien réel présent dans certains quartiers que la République qualifie sans hésiter de sensibles.

Mais baste, passons. Après tout, les petits et gros rapports que les Conseils et autres Commissions républicaines écrivent pour péniblement justifier leur existence n’ont jamais eu pour but de frôler, même de loin, une quelconque démarche scientifique ou même une simple rigueur d’esprit. Les approximations, auto-citations, références fumeuses et biais grossiers de ce genre de papiers cale-armoire ne peuvent donc être réellement reprochés à un travail qu’on sait pertinemment n’être pas là pour ça.

En réalité, ce rapport n’est pas important pour ce qu’il prétend analyser de cette façon aussi détendue de la rigueur, mais bien pour les recommandations qu’il fait. Bien évidemment, l’analyse étant complètement bidon, les recommandations sont logiquement ridicules. Elles n’en seront pas moins lues et suivies, petit-à-petit, au fur et à mesure que tout l’appareil politico-médiatique s’emparera des questions (artificielles) soulevées avec insistance par les auteurs de ce rapport (et ce, d’autant plus facilement qu’on a maintenant une crécelle officiellement chargée de faire passer le message).

Ce constat n’a rien d’une fantaisie, puisque les dernières décennies ont amplement prouvé qu’en matière de délires sociétaux, les gouvernements qui se sont succédé ont plus souvent joué la surenchère que mis le holà. On peut donc logiquement tabler sur l’application (plus ou moins rapide) de ces joyeuses recommandations dont la teneur libertophage ne fait aucun doute.

Jugez plutôt.

Au-delà d’une flopitude d’enquêtes et de rapports divers que le Haut Conseil entend faire financer avec vos sous, on doit se reprendre à plusieurs fois pour lire certaines recommandations. On découvre ainsi la n°2, qui introduit avec une souplesse remarquable la notion d’acte sexiste pratiqué inconsciemment, la n°3 qui propose des recoupements de données entre ministères, pour mieux serrer le contrevenant en sexisme, la n°11 qui entend calibrer l’humour en mettant enfin un terme aux sales vannes sexistes (grâce à une « grille d’analyse du sexisme dans l’humour », n’est-ce pas), et bien sûr la n°21 qui referme le piège en proposant que toute déviation de l’anti-sexisme officiel soit clairement poursuivie en justice et évidemment sanctionnée.

Et au-delà des simples petites lignes présentes sous chacune de ces recommandations (il y en a 24 tout de même), on n’aura pas de mal à comprendre toute l’ampleur des dérives possibles à partir du moment où on lâchera la bride à ces dangereux idéologues. Sous prétexte d’une lutte contre le sexisme, ces recommandations aboutissent à un constructivisme social effréné où l’Homme n’est plus qu’un accessoire de la Femme, et où il n’est plus par défaut que le coupable pratique de l’une ou l’autre abomination inégalitaire si ce n’est en parole ou en action, au moins en omission ou pire encore, en pensée.

Pour lui, point de salut : ayant jadis eu l’impudence de mettre en place un patriarcat honteux (peu importe qu’il n’existe que dans la tête de ces auteurs autrices malades), il est maintenant temps de les faire payer, financièrement et socialement.

Que voilà une perspective réjouissante, ne trouvez vous pas ?

D’année en année, grâce au travail acharné de ce Haut Conseil et de tant d’autres qui gravitent autour des sphères publiques du pouvoir, le crincrin égalitaire a gagné de toute part. Cette égalité, parfaitement chimérique, illusoire et artificielle, ne s’obtenant ni par les mœurs, ni par les habitudes, ne peut se développer qu’à coups d’interdictions, de lois toujours plus coercitives et pointilleuses, de ponctions financières « incitatives » et de vexations fiscales punitives. Chaque nouvelle égalité de papier s’obtient alors au détriment d’un paquet de libertés, bien réelles.

Petit-à-petit, de Hauts Comités en Hauts Conseils, de rapport en rapport puis de loi en loi, le pays s’englue, se grippe et s’enchaîne définitivement dans l’immobilisme, dans une joie et un bonheur millimétrés et répartis sur tous et chacun à la goutte près.

Forcément, ça va bien se passer.

Egalité guidant le peuple

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • Toujours dans l’ambiance habituelle. Je suis dans le camp du bien. Tous ceux qui ont une idée différente sont dans le camp du mal.
    Ces arguments servant toujours d’alibis (pour expliquer les lois punitions, les règles et les privations de liberté, …) et d’excuses quand par hasard ils sont pris la main dans le pot de confiture : regardez les nombreux scandales sexuels liés à l’UNEF, les jeunes communistes, les élus socialistes et écolos affichés (J.V. Placé ou encore D. Baupin ou encore un ancien président qui ridiculisa sa compagne devant les caméras du monde entier deux ans après avoir ridiculisé sa femme dans à peu près les mêmes conditions). Bizarrement ces cas sont rapidement étouffés.
    La vidéo est à voir.

  • Les recommandations de ce torchons sont incroyables. Déjà la définition de sexisme est tout simplement fausse et on a de magnifiques choses comme les reco 4 & 9 où on parle sans gêne aucune de mesurer les temps de parole en entreprise & la répartition des tâches dans les ménages tout en s’assurant que journaleux & artistes sont bien formés pour diffuser la propagande.
    Absolument magique.

    • Ce torchon est une véritable incitation à la haine sexiste.
      Le marxisme culturel est en train de fabriquer des gens à côté desquels les freikorps apparaîtront comme des enfants de cœur…

    • @Stuka (… quel pseudo !)
      Bonjour,
      Le sexisme est définit dans le torchon avant tout comme une idéologie.
      Définitions d’idéolologie :
      « nom féminin
      1.HISTOIRE DE LA PHILOSOPHIE
      Science des idées, des concepts, en relation avec les signes (sémantique).
      2.PÉJORATIF
      Philosophie vague et nébuleuse, idéalisme naïf. »

      « Une idéologie est au sens large, la science d’un dispositif d’idées imaginées. L’idéologie s’accompagne de notions, d’opinions, de convictions et est quelquefois constituée en doctrine.

      Pour Karl Marx, l’idéologie sert de masque à la domination d’un groupe d’êtres. Dans ce contexte, le terme véhicule une connotation péjorative et sert à désigner fréquemment un ensemble de spéculations, d’idées vagues et mystérieuses qui prône un parfait irréaliste et justifie des actions radicales. » (http://www.histophilo.com/ideologie.php)

      « idéologie : un ensemble d’idées et de croyances. » (Manuel d’Histoire et Géographie de 4ème, éditions Hatier : https://www.editions-hatier.fr/flip/flex/97824010215259, page 110.)

  • D’habitude, H16 agrémente ses articles de photos grossièrement (et ceci volontairement) « photoshopées ». Ici, la photo de Schiappa est originale n’est pas retouchée … Un oubli?

  • en tant que célibataire pur et dur je vais m’empresser de recourir aux services d’une femme de ménage histoire de répartir les tâches ménagères..j’ai bon là?

  • mon dieu que la vie doit être chiante pour ceux qui subissent les conneries de cette folle ; je ne sais pas si elle a un homme dans sa vie la shiappa , mais si c’est le cas ça ne doit pas être marrant tout les jours ;

  • la Voie du milieu
    29 mars 2019 at 14 h 13 min

    Cher H16, tu es bien trop naïf !
    Hollande était déjà dans le néant dès l’ENA.

  • ant est déjà élevé le nombre de Haut Comité Bidule, Haute Commission Truc, Haut Conseil Machin

    Hum je crois qu’il existe aussi une Grosse Commission 😉

  • La petite bête
    29 mars 2019 at 15 h 07 min

    Quand je pense qu’ils (et elles) ont voté Macron pour échapper au fascisme…

  • la Voie du milieu
    29 mars 2019 at 15 h 30 min

    mon cher H16, Hollande était déjà dans le néant à l’ENA !

  • quelqu’un saurait d’ou vient la photo ou on voit une femme tenue par des militaires? et surtout, est elle authentique?

  • Il est peut etre temps de changer de genre et s’appeler madame Jeanne Aideux .

  • 4 auteurs du rapport de sexe féminin sur 4 : belle parité

    Les auteurs cités : 43 auteurs de sexe féminin sur 52 : même commentaire.

    C’est toujours le cas des rapports réclamant l’égalité hommes-femmes ( j’ai fait le même calcul sur d’autres rapports).
    Cela ne mérite rien de plus.

  • Que voulez vous, cher H16, les heureux nord-coréens ont Kim Jong Il, la Lumière de l’Orient !
    Les heureux frankistanais ont Macron, la Lumière de l’Occident, pour qui la majorité d’entre eux a voté -faut-il le souligner.
    Le seule différence est us nous n’avons pas de photo en mini-jupe de la mère de Kim Jon Il.

  • jacques lemiere
    30 mars 2019 at 8 h 33 min

    a t on connaissance, de recours contre des patrons ayant effectivement discriminé des femmes sur le plan du salaire?

    ce qui est fascinant est avant tout l’incroyable arrogance de personnes qui pensent pouvoir déterminer que deux personnes font le m^me travail sans effectivement regarder si il font le m^me travail mais au travers d’une méthodologie arbitraire,

    la conclusion d’une étude prouvant que les femmes sont payées moins pour faire le m^me travail est que les femmes doivent dominer le marché du travail ou que les patrons ne sont pas motivés par le profit dans le cas contraire…

    les faits prouvent que la méthodologie pour déterminer que deux salariés font le m^me travail est foireuse.

    les femmes et les hommes ne font pas les même boulots…et tout porte à croire que c’est le résultat de choix qui si ils sont culturels sont surtout libres..

    la culture ( les cultures?) est sans doute sexiste…car les gens pensent toujours pour la plupart qu’un homme et une femme ce n’est pas pareil, que les femmes portent les enfants par exemple…

  •  » Nous sommes à deux lois et une balle  »

    Surtout avec des lois à deux balles…

  • claude henry de chasne
    30 mars 2019 at 17 h 00 min

    seules devant la télé a 50 ans?

  • J’ai lu avec attention la partie du rapport concernant l’humour, et bien que le rapport semble parfois écrit par une féminazie enragée à cheveux rouges courts et grosses lunettes à écaille (pour caricaturer), ce n’est pas inintéressant. C’est bien documenté, et ça peut mener à des réflexions sur des points auxquels on n’aurait pas pensé.
    Constater que les matinales radio sont souvent un type + une faire-valoir godiche, ce n’est pas négatif pour pouvoir rompre certaines continuités aliénantes. (car les rôles figés par la « tradition » sont de la coercition et la coercition, ce n’est pas libéral).
    Mais ce rapport utilise l’écriture inclusive, et je suis allergique à cette bêtise.

  • Magistral ! Combien de travailleuses exploitées par les prédateurs et les prédatrices de l’État pour financer ce « Haut Conseil » parmi d’autres et payer les auteur(e)s de ce rapport débile ?
    On y trouve une illustration du fait qu’incapable (et dépourvue de la moindre intention) de poursuivre et condamner les vrais crimes (vol, agressions avec coups et blessures, viol, meurtre), la justice étatique en invente de faux, sensés être à l’origine des vrais.
    La lutte apparente contre le sexisme masque la non lutte contre les vraies violences faites aux femmes comme aux autres citoyens.
    Il s’agit de traquer pour des crimes imaginaires des gens honnêtes qui ne risquent pas de se rebeller, tant qu’ils ont quelque chose à perdre et qu’on peut les ponctionner. Les vrais criminels (agresseurs, violeurs, assassins) ne sont pour ainsi dire ni poursuivis ni condamnés, car ils sont (soit-disant) insolvables et dangereux. Si vous pensez que j’exagère, regardez cette vidéo, dans laquelle la victime relate une agression sexiste (une vraie) et l’inaction totale de la police après le passage à tabac de son petit ami qui a failli se faire tuer devant elle : https://www.youtube.com/watch?v=cC4K_6wdv_A.

    • Le sexiste va prendre la place du koulak dans les camps d’extermination que ces malades ne manqueront pas d’ouvrir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Pierre-Guy Veer.

J’ai moi-même été journaliste pour un petit hebdo, et le fait de couvrir ou non – et sous quel angle – une histoire montre un biais évident.

Cela dit, il y a moyen de le faire subtilement. À ce sujet, la quasi-totalité des médias de masse traditionnels aux États-Unis échouent lamentablement au test. Tellement que les propos récurrents de Trump les accusant de propager des « fausses nouvelles » semblent une simple vérité de La Palisse.

Il suffit de s'intéresser à la couverture de la pandémie par les me... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Le printemps arrive, et déjà fleurissent les coquelicots et les idées sottes. Pour une obscure raison, les militants wokes continuent de chercher à nous éclairer sur l’injustice qui frappe chaque jour un peu plus fort notre société.

Diviser...

On nous apprend ainsi au travers un montage vidéo grossier que le jeu télévisé Pyramide était raciste. Pas de chance, l’ancienne animatrice qui aurait été victime de cet odieux racisme dément formellement, expliquant qu’elle était même à l’origine de certaines boutades. Cel... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Chez l’Oncle Sam – et de plus en plus au Canada – les wokes adorateurs de l’État providence et des impôts confiscatoires torturent tellement la langue de Shakespeare que George Orwell aurait pu s'en inspirer.

Tout commence par le dévoiement du terme liberal. Adam Smith ou Frédéric Bastiat dénoncaient les méfaits de l’intervention du gouvernement dans l’économie. Aujourd'hui, certains vénèrent le Dieu État et en réclament toujours davantage du moment qu’il a la bonne couleur.

Ce n’est malheureusement p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles