Haro sur le diesel ? Quelle drôle d’idée !

Plutôt que de taxer le diesel, remplacer les carburants par de l’électricité nucléaire et renouvelable améliorerait bien mieux nos émissions de particules et de CO2, ainsi que notre indépendance énergétique et notre balance commerciale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
School Bus Diesel Gas Cap By: Bill Smith - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Haro sur le diesel ? Quelle drôle d’idée !

Publié le 13 mars 2019
- A +

Par Michel Gay.

Le diesel consomme moins de pétrole et émet moins de gaz carbonique (CO2) par kilomètre parcouru que l’essence. Alors pourquoi vouloir réduire sa consommation au profit des moteurs à essence moins diabolisés, alors que la France s’est donnée comme objectif d’importer moins de pétrole et de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 (loi du 13 juillet 2005) ?

Haro sur le diesel

La part des ventes de voitures diesels représentait 73 % il y a 7 ans. Elle n’est plus que de 40 % aujourd’hui.

Or, l’industrie française et européenne figure parmi les champions de ce type de moteurs. Cette réduction au profit soit de l’essence, soit des batteries (produites en Chine et en Corée pour les voitures électriques) pourrait faire perdre 15 000 emplois dans le secteur de l’automobile, qui en compte plus de 35 000 en France.

Les taxes sur les carburants automobiles, et notamment sur le diesel, augmentent pour, paraît-il, inciter les Français à rouler « propre », notamment à l’électricité avec des primes incitatives.

Pourquoi d’abord le diesel ?

Parce que c’est le plus consommé et c’est donc lui qui peut rapporter le plus… à l’État !

La majorité des véhicules roule au diesel et c’est (c’était) le carburant le moins taxé. En augmentant les prélèvements sur ce dernier, c’est le jackpot fiscal ! En y ajoutant en plus la taxe carbone pour sauver la planète — finançant en partie les ruineuses énergies renouvelables —, c’est même le double jackpot pour le gouvernement.

Nicolas Hulot avait présenté le 6 juillet 2017 son plan climat prévoyant de supprimer les voitures à essence et diesel d’ici 2040 pour les remplacer par des voitures électriques.

Mais d’où viendra le surplus d’électricité pour alimenter ces véhicules (30 milliards de kilowattheures pour un million de voitures électriques selon l’ADEME) ?

Pense-t-il vraiment qu’en recouvrant la France d’éoliennes et de panneaux solaires, leurs ruineuses productions erratiques et intermittentes y pourvoiront ? On croit rêver.

Passer aux autoroutes électriques ?

S’il s’agit de réduire la consommation d’énergies fossiles (donc principalement d’essence et de diesel), pourquoi ne pas développer des autoroutes électriques ?

Afin de limiter l’usage des batteries, coûteuses, volumineuses, lourdes et fabriquées à l’étranger, les autoroutes pourraient être électrifiées avec des caténaires pour les camions et les cars, comme les voies ferrées l’ont été pour les trains. Ce serait un bon début pour diminuer notre consommation de pétrole, donc aussi nos émissions de gaz à effet de serre.

Le gouvernement compte-t-il développer des autoroutes électriques pour diminuer la consommation d’énergies fossiles ?

Est-ce techniquement réalisable ?

Oui, répondent les constructeurs.

Quelques adaptations des lignes électriques aux particularités d’une autoroute, notamment les panneaux de signalisations et les ponts, s’imposeront.

Et la technologie permet aujourd’hui de construire des camions avec un moteur électrique de 400 kilowatt (kW), soit 550 chevaux, et deux pantographes sur le toit, comme les trains, avec une batterie permettant une autonomie de plus d’une centaine de kilomètres hors voies électrifiées.

Deux portions de deux kilomètres d’autoroutes électrifiées sont déjà testées en Allemagne et en Suède. Ces autoroutes adaptées continueront bien sûr à être utilisées comme aujourd’hui par les autres utilisateurs qui pourront circuler librement sous les voies électrifiées.

Est-ce économiquement viable ?

Oui, répond l’étude du ministère de l’Environnement éditée en janvier 2017.

Et ce serait d’autant plus économique et rentable pour les transporteurs qu’une partie du coût de l’infrastructure électrique (caténaires) et de l’électricité consommée par les camions pourrait être partagée par tous les usagers des autoroutes.

Il s’agit en effet d’une mesure de santé publique, de protection de l’environnement, et d’équilibre de notre commerce extérieur. Moins de pétrole acheté à l’étranger au profit d’une électricité nucléaire et renouvelable produite sur le sol national améliorera le solde de nos échanges commerciaux.

Quatre avantages pour la France

1) un avantage stratégique : plutôt que de taxer le diesel, remplacer les carburants par de l’électricité nucléaire et renouvelable améliorerait bien mieux nos émissions de particules et de CO2, ainsi que notre indépendance énergétique et notre balance commerciale.

2) un avantage environnemental : or, parmi tous les transports, la route représente 95 % des émissions de CO2 en France. Les autres moyens (aérien, ferroviaire, maritime,…) n’en constituent que 5 %. Un camion consommant 35 litres de diesel par 100 km émet environ 900 gCO2/km tandis qu’un camion électrique n’émet que 60 gCO2/km en France, soit 15 fois moins ! Dans le domaine des transports, il est donc impératif de réduire les émissions unitaires des véhicules en mobilisant des sources massives d’énergie  décarbonée nationales comme l’électricité nucléaire.

3) un avantage économique pour la collectivité : la conception et l’électrification des autoroutes représentent un secteur d’activité important pour l’économie nationale. Favoriser la diffusion des véhicules consommant moins de pétrole (donc émettant aussi moins de polluants), et soutenir le déploiement des infrastructures électriques routières, sont des pistes de croissance pour la France.

4) un avantage économique pour les transporteurs : un camion parcourant 100 000 km par an économisera donc au minimum 20 000 euros de carburant par an. L’entretien mécanique sera aussi moins coûteux, même s’il faut changer la batterie une fois sur la vie du camion (7 ans et 700 000 km pour un tracteur routier).

Pétrole ou nucléaire ?

Les dizaines de milliards d’euros actuellement engloutis dans l’impasse des éoliennes et des panneaux photovoltaïques seraient plus utiles à l’électrification des 11 000 km d’autoroutes en France ; dont 9000 kilomètres à péage.

À l’aune du développement durable du transport routier, au lieu de diaboliser le diesel pour mieux taxer les Français, le gouvernement serait bien inspiré de réorienter la politique énergétique de la France vers l’électricité nucléaire décarbonée pour diminuer nos importations de pétrole, notamment en favorisant les autoroutes électriques.

Mais l’avenir va être compliqué si le gouvernement souhaite diminuer à la fois la consommation des combustibles fossiles et la production d’électricité nucléaire.

Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • Des caténaires pour camions sur autoroutes….alors que la SNCF a de la peine a entretenir les siens et qu’à la moindre intempérie…..
    Un peu de sérieux svp.
    Autre problème ,baisser la consommation pétroliere signifie également ruiner notre commerce extérieur avec les producteurs pétrolier..une paille dans l’industrie du luxe ,la ruine de nombreux pays méditerranéens….c’est cool de ruiner nos acheteurs comme de ruiner les francais a coup de taxes et d’impôts…

    • @reactitude: Souvent, le premier à poster écrit trop vite !
      Le camion « à caténaire » est très différent du modèle SNCF : Il suffirait d’appliquer le principe de l’hybride :

      1/Le camion reste un véhicule thermique. Donc, il n’est pas attaché à un réseau spécifique. Il peut aller au « dernier kilomètre de la livraison »
      2/Le camion est hybride : il dispose d’une propulsion électrique. Sauf que le problème est la faiblesse actuelle des batteries, qui sont longues à charger, lourdes et peu endurantes rapporté au poids.
      3/La solution serait une caténaire qui fournit l’électricité pour alimenter un moteur électrique venant en assistance de la propulsion thermique
      4/ Dans le système hybride « non rechargeable », la batterie n’a pas besoin d’être importante : elle sert juste à optimiser le régime du moteur thermique ou – même – compenser les mini interruptions d’accès au réseau électrique (le camion pourrait dépasser !)
      5/ La Sncf pourrait convertir ses lignes non adaptées aux grandes vitesses en des mini autoroutes réservées aux camions ou aux bus « à caténaires »
      6/ L’automatisation permettrait même des créer des convois, où le pilotage serait automatique : les véhicules se suivent l’un à l’autre.

      Franchement, ce serait mieux que de foncer actuellement dans les véhicules lourds « tout électrique », avec des batteries énormes, véritables usines chimiques de type « Seveso » !

  • C’est pourtant une solution envisagée par plusieurs études et rentables à partir d’un certain trafic et d’un certain kilométrage.En plus il n’y a pas que les caténaires comme solution.
    Et ce serait des camions hybrides quand à ruiner les pays producteurs de pétrole c’est n’importe quoi.

    • Ce qui est envisageable dans un petit pays ne l’est pas dans un pays comme le nôtre,.le ferroutage semble l’unique bonne idée a avoir….si c’est une bonne idée d’utiliser des structures inamovibles malgré les changements démographiques constants.
      La plus part des pays pétroliers sont déjà en ruine..ou vont le devenir.
      En France , les camions..quand ils le peuvent évitent les autoroutes, et ne sont pas prêt a remplacer une partie du fret par des batteries , c’est bon uniquement pour l’état et ses transports en commun….le coût de ces histoires est tout simplement impossible a financer sans impôts..57% demain 90%..même plus besoin de camions !

  • Faut-il en arriver à proposer des idées fumeuses comme celle d’électrifier des autoroutes pour défendre le nucléaire ?
    Tout au long de cet article, le CO2 est positionné comme le grand pollueur, le diable à éliminer : le marché est conclu ; vive le GIEC et vive le nucléaire.
    On est sur la même ligne que l’histoire du père blanc en Afrique « Je ne dis rien pour le bébé blanc, mais toi, tu ne dis rien pour le mouton noir »

    • Marcel : l’auteur de cet article écrit pratiquement chaque semaine un truc en faveur du nucléaire comme un prêtre fait son sermon. C’est un monomaniaque de l’atome. L’alpha et l’omega (et le rayon gamma) de la civilisation est le nucléaire pour lui.

      • Quand on a un auteur qui sait de quoi il parle,c’est remarquable. De publier est bien et quand c’est pour l’intérêt général c’est encore mieux.

    • Je ne sais pas si l’idée est aussi fumeuse que celle des véhicules qui se conduisent tout seul sans chauffeur et qui est une réalité. Qui l’eût cru ?
      Le CO2 n’est positionné comme grand pollueur que par les mêmes beubeu qui taxent les moutons à n’en plus finir, alors que son taux de présence dans l’air est de 0.04%. Faudrait taxer les volcans émetteurs de CO2 ce serait logique non ?

      • vous ne savez plus comment « contre argumenter amady!
        C’est quoi cette démonstration débile?
        On est tous mort sans le savoir alors???
        beubeu ET neuneu pour osé se foutre du monde de cette façon !

  • Le nucléaire n’est pas une solution « écologique », malgré la pression du lobby. L’explosion d’une centrale signerait la fin du pays et au-delà, alors que Tchernobyl et Fukushima ont montré qu’il n’est pas irréaliste, statistiquement, que l’un de nos 58 réacteurs finisse par poser un problème, surtout que nous différons le démantèlement des centrales anciennes, car son coût prohibitif n’a pas été anticipé. Sans parler du stockage des déchets nucléaires. Nous n’avons pas de solution propre, mis à part les éoliennes ou les panneaux solaires, mais leur production est insuffisante, surtout à notre époque du tout électrique qui est, de ce fait, un contresens.

    • tchernobyl et surtout fukushima peuvent aussi bien montrer que la peur du nucleaire est exagérée..et que le nucléaire est sûr rapporté au nombres de victimes pas unité d’énergie électrique produite…au point la question est de nature économique, on ne peut pas jouer la carte horreur pour dire non au nucleaire..

      En tous les cas le simple fait de refuser de l’envisager pour l’avenir comme un choix possible est bizarre..et fermer des centrales pour fermer des centrales est deraisonnable..

      Après ça…
      ces histoires de d’autoroutes…faut voir en pratique comment ça marche.. si c’est encore un plan gouvernemental..c’est non.

      le diesel est typiquement un « bon carburant » , c’est si il devient trop cher que les solutions alternatives vont d’imposer..
      les transitions énergétiques ont déjà eu lieu…sans volonté politique…bon ici c’est la france certes…

      • Ce qui me gêne énormément, c’est que personne ne parle de TMI (Tree miles Island) Cette centrale nucléaire américaine totalement identique aux nôtres (ce qui n’est pas du tout le cas de celles que vous citez) et qui a connu un accident très grave en décembre 1978 (je prends un joker pour la date) Renseignez vous sur cet accident, qui n’a eu AUCUN impact ni sur les populations, ni sur l’environnement, et ensuite comparez avec touts les mauvaises infos qui nous sont nous distillées à longueur de journée par des pseudos écologistes.
        Les autoroutes électriques? Pourquoi faire? Il y a les voies ferrées qui le sont déjà en très grande partie.
        Je pense qu’aujourd’hui, nos politiques ne font qu’acquiescer aux demandes des « escrologistes », qui ne représentent qu’une minorité. Il n’en reste pas moins que le problème des rejets polluants existe. Et ce n’est pas en électrifiant tout le transport routier que l’on résoudra le problème? Me trompais-je???

      • même si les lobbies écolo montent la sauce, e jour ou une fuite radioactive ou un réacteur aura un souci près de chez toi, tu reverras surement ta façon de penser.

        • oui tout à fait c’est vrai…localement ça peut être désastreux sans parler de mort..quitter sa maison ou autre…..reste que..en terme global, c’est peu « mortifère »…..et des tas d’autres installations industrielles voire de situations naturelles sont dangereuses..
          tiens la maison au bord de la rivière.. au bord de la mer..
          le jour où le panneau solaire sur ton toit prend feu tu m’en reparleras…
          vous voyez l’argument..
          c’est une chose de dire qu’un accident nucleaire n’est pas anodin..c’est est une autre de prendre la décision de ne pas utiliser la technologie pour autant;;;

          • ou double standard…

            comme un interdire un truc( qu’on n’aime pas) car c’est cancérogène de façon absolue..mais en autoriser d’autres (qu’on aime bien )plus cancérogènes…

      • Tchernobyl et Fukushima sont en effet des contre-exemples:
        -Tchernobyl une centrale d’un type réputé dangereux (abandonné depuis longtemps chez nous) et dépourvue de protections efficaces. de plus, les « autorités » ont imposé des essais mal préparés, mal compris et mal exécutés.
        -Fukushima: protection des moyens de secours insuffisante au regard des risques, site au niveau de la mer, position des piscines aberrante au-dessus des réacteurs
        Il n’y a rien de tout cela chez nous à l’heure actuelle.

    • et laissez tomber l’adjectif écologique…soyez plus factuel..
      sinon panneau solaire pas écologique..éolienne pas écologique, biomasse pas écologique…facile…
      rien n’est écologique pour un écolo « dur »…qui conclut toujours yaka pas utiliser d’énergie…

      quelle est la meilleure source d’énergie pour un usage donné en tenant compte des avantages et des inconvénients…

      • Tu oublies l’homme le truc le moins écolo de la terre , a supprimer d’urgence ,des la naissance il pollue avec ses couches ,ses biberons ses tétines etc.

    • Le risque zéro n’existe pas. Il dépend de la fréquence d’exposition (rare), de la probabilité d’occurrence (très faible à inconcevable) et de la gravité des conséquences (catastrophique). Malgré ce dernier point, le résultat est un risque très faible en ce qui concerne le nucléaire.
      Tout en sachant que les solutions « renouvelables » sont des emplâtres sur une jambe de bois, l’auteur de cet article devrait revoir son logiciel.
      Plutôt que de bruler des centaines de milliards pour suivre les recommandations / prévisions fumeuses du GIEC, il serait plus judicieux pour les états d’investir une partie de cette manne dans de nouvelles générations de centrales nucléaire, a minima en remplacement de celles qui arrivent en fin de vie.

    • Et si vous parliez de Tree miles Island? Centrale comparable aux nôtres, ce qui n’est pas le cas de Tchernobyl et Fukushima? Pour cette dernière, si les exploitants avaient suivi les conseils d’EDF, il est plus que probable que l’explosion n’aurait pas eu lieu (absence de « reconbinateur d’hydrogène »).
      Quant à dire que l’éolien et le photovoltaïque sont propres, c’est faux. Que faites vous des métaux lourds très polluants qui composent les batteries, et qui sont extraits dans des conditions environnementales déplorables? Et quid des centaines de tonnes de béton enfouies au pied de chaque éolienne? Avec de plus des productions très aléatoires puisque dépendant des conditions atmosphériques?

  • les gouvernements ne cherchent pas à limiter la pollution, leur seul objectif est de faire rentrer le maximum de taxes et d’impôts dans la caisse de l’état et pour cela ils sont prêts à sacrifier l’avenir du pays et à saigner à mort les contribuables.

    • Et d’ailleurs un remplacement du pétrole par l’électricité entraînera une augmentation des taxes sur cette dernière

  • l’idéologie écologiste est une escroquerie, c’est un outil de manipulation des faibles d’esprit et des naïfs par des lobbies pour leur seul intérêt.
    Le niveau de bêtise de ces idéologues sectaires peut être constaté et prouvé par le contenu de leurs commentaires.
    Ils s’expriment en émettant des fatwas sur des sujets oú leur connaissance est proche de zéro, de la même manière que le font les crétins du gouvernement.

  • Hier ,sur LCI, le discours officiel a commence a changer ,le diesel est officiellement plus écolo que l’essence…le nucléaire devrait suivre dans q uelques jours…..et les éoliennes quitter durablement nos paysages…voir l’article sur le charlot vert qui semble avoir vu le vent tourner…pour la fin de l’écologie punitive.

  • Michel,
    Vous n’allez pas rentrer dans le jeu de SAUVONS LE CLIMAT en diabolisant le CO2 pour sauver le nucléaire ; le nucléaire se sauvera tout seul, dans un siècle ,quand le pétrole et le charbon commenceront à décliner serieux, puisque ce sera la seule énergie du futur qui permettra de faire fonctionner une industrie, si nos progénitures ne veulent pas changer leur mode de vie ; mais apparemment les étudiants et lycéens grévistes réclament la « décroissance énergétiques » à l’image de la petite Greta Thunberg qui nous traitent nous les vieux « d’immatures »

    • Malheureusement, il le sauvera ailleurs qu’en France, construit par d’autres que des français, car nous ne supportons visiblement pas tout ce qui peut réussir dans ce pays…

  • Il est évident qu’il faut arrêter le massacre des volatiles et finances des français consommant un peu d’électricité. Mais voilà, les français aiment mettre des clowns au pouvoir, des individus qui se prennent pour Louis 14 ou Napoléon. Sans en avoir la stature, ces olibrius font néanmoins autant de dégâts sinon bien plus.
    L’équipe actuelle de profiteurs, incapable d’envisager la moindre baisse de charges, n’a qu’une obsession, faire rentrer des sous dans les caisses sans fond de l’état. Peu lui importe le long terme. Ce qui compte, ce sont les alliés avec qui ils ont pris le pouvoir. Pour leur donner l’impression d’agir, il faut taxer, retaxer et surtaxer la taxe. Peu leur importe que cela ne change rien à la pollution, les camions restent nécessaires à l’économie. Peu leur importe que cela empêche l’apparition de nouvelles solution, le français restant empêtré dans ses moult taxes (a)variées n’étant enclin à risquer quoi que ce soit. Peu importe que les morts meurent sept fois comme des chats, du moment que cela justifie une juteuse taxe. Peu importe les 15000 chômeurs, cela bien plus en clientèle puisqu’il suffira d’appeler contre le Méga-turbo-ultra libéralisme.
    L’important,ce n’est pas la rose, mais c’est de rester au pouvoir, quitte à utiliser du « en même temps » comme le chat dit Schrödinger à la fois mort et vivant : libre, et en même temps en prison.

  • A deux reprises je viens de parcourir l’A9, des jours de semaine, hors vacances, le Traffic est composé a 40 % a vue de nez de Poids Lourds. Il est évident que si l’on ne fait pas le Fer-Routage, La voie supplémentaire électrifiée s’impose. Le moteur a Induction serait préférable, me si l’installation et la « Normalisation » coute plus chère

    • Mauvaise déduction Watson , la plus’ part des camions sont européens et ON les oblige à prendre l’autoroute…on électrifie les routes de toute l’Europe..ce n’est plus quelques centrales nucléaires qu’il faut mais des milliers et des centaines de milliers d’éoliennes et des kilomètre carré de solaires et des millions de tonnes de batteries !

    • La voie supplémentaire s’impose sans doute, de là à l’électrifier, il y a un manque forcené de raisons pour le faire. Les particules fines ont l’avantage pour la propagande d’être invisibles et apparues de manière récente seulement dans les paramètres mesurables, on peut les accuser de tous les maux, ce sont les virus de la propagande du 21e siècle.

  • Le haro français sur le diesel vient avant tout de son impact sur l’atmosphère : PF depuis un certain rapport OMS sur son lien avec le cancer et NOx depuis le dieselgate.
    Si cela s’est avéré rentable pour l’Etat dans un premier temps en lui donnant l’occasion d’aligner par le haut les taxes, la crise frappant actuellement le secteur donne quelques sueurs froides au gouvernement qui vient à juste titre de se rappeler que les nouveaux diesels (depuis Euro 5 et surtout Euro 6) ne sont pas moins vertueux que l’essence.
    On s’apprête même en haut lieu à leur octroyer le précieux sésame urbain Crit’air 1…
    Du coup, la fin programmée du diesel, avant celle de l’essence, devient subitement moins urgente.
    Quant à électrifier les transports avec des batteries chinoises, est-ce une si bonne affaire sur le plan de l’indépendance énergétique ? Et d’ici à ce quelques ONG fassent pleurer dans les chaumières avec les catastrophes sanitaires chinoises liées à l’exploitation minière des métaux rares et culpabilisent jusqu’aux plus convaincus des farouches opposants au moteur à explosion…

  • Vous écrivez :
    « remplacer les carburants par de l’électricité nucléaire et renouvelable »
    Oui, si l’électricité est nucléaire.
    Cependant recharger une voiture électrique pose le problème des bornes de charge. Les particuliers disposant d’un garage peuvent avoir une telle borne. Mais nombre d’automobilistes résident en immeuble sans garage ni box et comment feront-ils ? Mettre des rallonges électriques le long des fenêtres et trottoirs ? 🙂
    Des travaux de voirie seront indispensables. On ne peut non plus charger de telles batteries par induction. Les porteurs de dispositifs électroniques cardiaques seront menacés.
    De plus, quoi qu’on en dise, une batterie chargée comporte l’oxydant et le réducteur en proportion stœchiométriques. Ce sont donc des bombes en puissance ! Un réservoir de gas-oil ou d’essence ne brûle pas plus vite que l’arrivée d’oxygène ! Il y a un risque à mon avis sous-estimé.

    • Autre soucis la’puissance d’un compteur est limité , on doit passe par un abonnement professionnel , 100KW ….aucune ligne actuellement ne peut supporter cela en secteur urbain ni les centres de transformation haute tension base tension . Cela signifie une reconstruction entière du réseau électrique français , 100 ans d’investissement en quelques années …c’est évidement impossible donc le véhicule électrique ne peut en aucun cas être unique ,il ne peut ‘être que marginal…
      Par exemple , chez moi je suis tout électrique , charger un véhicule est tout simplement impossible sauf couper le chauffage et arrêter le chauffeau , change mon abonnement plus changer l’installation électrique plus changer le câble e EDF au poteau plus en fait passer en MT car la ligne est trop longue pour supporter autant de courant, déjà limite actuelement ..380 triphasé obligatoire ! Pas de ligne a proximité …

  • En voilà une idée farfelue ! Au moins, cette amusante histoire de caténaires démontre qu’il est absurde de vouloir électrifier les véhicules puisqu’il faudrait les attacher à un fil électrique en l’absence de solution efficiente pour stocker l’électricité en masse. Il va falloir se faire une raison. L’électricité devant être consommée au moment de sa production, le générateur doit être embarqué dans le cas d’un véhicule en mouvement. Il existe une exception avec les trains, mais ce mode de transport, du fait de ses contraintes, ne concernera jamais que des besoins marginaux (à peine 10% actuellement). L’électricité est opportune pour les besoins fixes (résidentiels et industriels) facilement reliés à des fils électriques, mais pas pour les transports qui ne peuvent avoir un fil à la patte.

    La réduction de nos importations pétrolières passera par le développement des carburants alternatifs produits localement, E85 pour l’essence, XTL pour le gasoil par exemple. Quant au CO2, puisque c’est la nourriture des plantes et non une pollution, et qu’il n’est certainement pas responsable des variations climatiques, pour quelle raison étrange faudrait-il diminuer ses émissions et, accessoirement, le taxer ? Dans 20, 40, 100 ans et bien au-delà, nous continuerons à consommer massivement du pétrole pour nous déplacer, peu importe les hystéries fiscales et climatiques des Manu, Nico ou Greta.

    • Gay est en train de nous réinventer une solution de l’entre deux guerres, encore en vigueur dans quelques villes françaises (Limoges, Nancy, Lyon…) : le trolleybus !!
      Ca ne nous rajeunit pas…

      • Il me semble bien avoir vu un trolleybus à Genève avant-hier. De là à conclure que les Suisses sont ringards…

  • Faut arrêter de parler du CO2 comme cause de l’éventuel réchauffement climatique. Son effet est saturé depuis longtemps.
    Quant aux gaz réellement polluants les moteurs essence ou diesel sont au même niveau tant en particules qu’en NOx à partir de la norme Euro 6d. Seulement, les diesels consomment moins, laissant plus de pétrole dans le sol pour les générations futures. Quant aux VE, il ne font sens que si l’électricicté est d’origine nucléaire. Sinon, les VE allemands roulent au charbon!
    En Chine, il déplacent la pollution, des villes vers les centrales, également au charbon, situées ailleurs.

  • Cet article part du principe que le CO2 est mauvais pour la planète… Peut-être que Michel Gay pourrait se renseigner sur le sujet ? Et ainsi éviter de gâcher des mégaoctets…

  • Le premier avril, c’est dans 15 jours il me semble.

  • Vous dites : « une partie du coût de l’infrastructure électrique (caténaires) et de l’électricité consommée par les camions pourrait être partagée par tous les usagers des autoroutes. » => COMMUNISTE !

  • se baser sur des études de ministère pour valider un truc faut oser pour un libéral, bon c’est pas comme si en France ils se loupaient à chaque fois hein..

  • Les pneus, les plaquettes de frein, les disques de frein etc se transforment au fil des kilomètres en « Particules fines ».
    C’est pourquoi le métropolitain qui est un milieu confiné est l’endroit de Paris ou l’on respire a plein poumon le plus de particules fines.
    En outre Paris bénéficie certains jours des rejets des centrales a la lignite allemande. « I have a dream » : Hidalgo était sodomisée dans le coffre d’un véhicule diesel, moteur tournant. La humée bleutée en sortie du filtre a particule montait doucement vers le ciel d’azur comme sa popularité dans les sondages.

  • Beaucoup de théorie sur le développement de l’énergie propre non polluante… blabla…déjà le problème est la difficulté de recycler le panneau solaire par ex) mais beaucoup de pratique sur les taxes et impôts (ça, ça fonctionne du feu de dieu).

  • demain les gens roulent en électrique , de belle facture d’électricité, L’ÉTAT devra recuperer les taxes sur les carburants !! nous sommes mal barré avec ça !!

  • On oublie ici que le Diesel n’est pas adapté aux trajets urbains, courts, aux embouteillages, circonstances où les systèmes de dépollution sont peu efficaces.
    Il devrait donc, en mode hybride, être réservé aux grands rouleurs, que ce soient des camions, des autocars des camionnettes ou des véhicules légers.
    Et plutôt que de poser de coûteuses caténaires sur les autoroutes, mieux vaudrait favoriser le ferroutage pour les longues distances. Voire même le rendre obligatoire…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Par Dominique Greneche.

L’énergie nucléaire civile a toujours fait l’objet de nombreuses controverses à tous les niveaux et parmi tous les acteurs de notre société, y compris dans la population elle-même. Ces débats parfois très vifs, pour ne pas dire convulsifs, s’intensifient aujourd’hui en France à l’occasion de la campagne présidentielle. Mais de tout temps, les antinucléaires intégristes n’ont pas hésité à proférer des arguments trompeurs pour prêcher leur évangile et mystifier le peuple qui peut se laisser berner facilement faute... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay et Bernard Durand.

Le vent est plus régulier en mer qu’à terre 

C’est faux !

La figure parlante ci-dessous compare les variations de la puissance électrique fournie en une année (en pourcentage de la puissance nominale totale avec un pas de temps de 30 minutes) par l’ensemble des parcs éoliens en mer du Nord et à l’ouest de la mer Baltique (zone DK1) du Danemark, en haut, avec celles, en bas, de l’ensemble des éoliennes terrestres françaises.

Les lignes rouges représentent la puissance effective moyenne (f... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles