Faux commentaires en ligne & Vraie amende de… 12,8 millions de dollars !

Les prestataires et coutumiers des faux commentaires à la chaîne sont avertis : la FTC est passée à l’offensive !

Par Yannick Chatelain.

De la simple évaluation désastreuse accompagnée d’un commentaire lapidaire et désobligeant pour disqualifier un concurrent, jusqu’à des process automatisés pour glorifier un produit, les faux commentaires (fake reviews) et fausses évaluations sont un fléau avéré. Depuis plusieurs années, de nombreux acteurs et la plupart des États soucieux d’un e-commerce mondial loyal sont mobilisés. Il en va d’une part de la crédibilité d’un service proposant une notation. D’autre part, les faux commentaires altèrent le processus décisionnel de l’usager, ouvrant la porte à une concurrence déloyale.

Impact des commentaires en ligne sur le commerce local

En 2018 une étude réalisée par BrightLocal intitulée « Local Consumer Review Survey » portant sur l’incidence des commentaires clients sur les commerces de proximités a abouti à des résultats édifiants.

  • 86 % des consommateurs lisent les avis des entreprises locales (dont 95 % des 18-34 ans)
  • Les consommateurs lisent en moyenne 10 avis en ligne avant de pouvoir faire confiance à une entreprise locale.
  • 57 % des consommateurs n’utiliseront une entreprise que si elle compte 4 étoiles ou plus.
  • 91 % des consommateurs âgés de 18 à 34 ans font autant confiance aux avis en ligne qu’aux recommandations personnelles.

Faux commentaires en ligne, la FTC voit rouge !

Suite à une plainte qu’elle avait déposée le 15 février 2019, onze jours plus tard, la FTC (The Federal Trade Commission) – l’équivalent de la DGCCRF en France (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes en France ) – annonçait dans un communiqué avoir initié une première affaire contre une compagnie qui payait pour avoir de faux commentaires en ligne sur un site Web de vente au détail indépendant. Une première mondiale.

Selon la FTC, l’entreprise aurait payé pour des critiques décrivant faussement son produit, le supplément garcinia cambogia, présenté comme un coupe-faim puissant. La FTC a vu rouge ! Comme l’a déclaré Andrew Smith le directeur de la protection des consommateurs de la FTC « Les gens se fient aux avis lorsqu’ils achètent en ligne » ajoutant que « Lorsqu’une entreprise achète de faux avis pour gonfler ses notes Amazon, elle nuit à la fois aux acheteurs et aux entreprises qui respectent les règles ! »

Partant de ce constat la FTC n’a pas fait pas dans la demi-mesure. Le journaliste Nick Statt pointe que :

« Si la marque veut poursuivre son activité, Cure Encapsulations Inc doit informer Amazon qu’elle a payé les avis, ce qui constitue une violation des règles d’Amazon en matière de contenu promotionnel, et doit également informer tous les clients ayant acheté le supplément de perte de poids. Pour que la société reste en ligne, la FTC impose une amende de 12,8 millions de dollars, dont 50 000 dollars à payer immédiatement, le reste servant à faire exécuter le jugement dans le cas où Cure Encapsulations Inc falsifie le montant dont il dispose. »

Les prestataires et coutumiers des faux commentaires à la chaîne sont avertis : la FTC est passée à l’offensive !

Ailleurs dans le monde : les prestataires en faux commentaires dans le collimateur de la justice

Naturellement, la somme évoquée dans l’affaire « Cure Encapsulations » marque les esprits. Rappelons que cette première n’en est pas véritablement une. Depuis plusieurs années la lutte contre les faux commentaires s’est renforcée. L’enjeu marchand est important. Les acteurs concernés et les États en sont conscients. Les sanctions se font de plus en plus sévères ! Un an avant le coup d’éclat du FTC qui remet la nuisance des faux commentaires sur l’avant-scène du commerce en ligne mondial, le 12 septembre 2018 le propriétaire de « PromoSalento » – une entreprise qui proposait aux restaurants et hôtels de rédiger de faux avis sur la plate-forme américaine Tripadvisor – a été condamné à une peine de neuf mois d’emprisonnement et 8 000 euros d’amende.

Fausses évaluations, faux commentaires, faux suiveurs, faux trafic, etc. le business du fake dans l’œil du cyclone

La nature tout comme le cyberespace ayant horreur du vide, de nombreux prestataires en faux commentaires sévissent sur la toile. Le business du fake ne se limite bien sûr pas à aux faux commentaires. Pour ceux qui (acheteurs ou prestataires) seraient – toujours – tentés par la duperie systématisée – quelle que soit sa forme – mon conseil… prévoir à l’avenir un peu de trésorerie.

Qui gagne sans tricher, à tout coup ! c’est la loi.

Charles Baudelaire

 

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.