La fausse épidémie de désinformation

Les Américains ne devraient pas voir restreint leur droit de parler de politique en ligne, d’autant plus que les politiciens et les médias continuent de diffuser leur propre désinformation par mégaphones.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
Fake_News-unter-der-Lupe by Christoph Scholz (Creative Commons CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La fausse épidémie de désinformation

Publié le 9 mai 2022
- A +

Par Tiffany Donnelly.

L’éditeur du New York Journal, William Randolph Hearst, aurait dit : « Vous fournissez les images, je fournis la guerre ! »

Hearst et son rival, Joseph Pulitzer, ont fait du sensationnel, exagéré et carrément menti quotidiennement à des millions d’Américains avant la guerre hispano-américaine, répandant ce que beaucoup appelleraient aujourd’hui de la désinformation. La presse à sensation a notoirement attisé les flammes du conflit, accusant à tort les Espagnols d’avoir coulé l’USS Maine. Mais si les mensonges politiques ne sont pas nouveaux, pourquoi tant d’institutions puissantes attisent-elles les craintes à l’égard d’Internet et flirtent-elles avec de nouvelles restrictions de la liberté d’expression ?

La semaine dernière, l’administration Biden a été critiquée pour avoir créé le Conseil de gouvernance de la désinformation sous l’égide du ministère de la Sécurité intérieure, quelques jours seulement après que l’ancien président Barack Obama ait averti que la désinformation à l’ère numérique représentait une « crise sans précédent pour la démocratie » dans un discours prononcé à l’université de Stanford le 21 avril.

Deux semaines plus tôt, l’Institut de politique de l’Université de Chicago et The Atlantic ont organisé un événement « révolutionnaire » de trois jours sur la manière de combattre la désinformation en ligne.

Et un mois auparavant, le New York Times avait publié une tribune libre du professeur de droit de l’université de Californie, Irvine, Richard L. Hasen, qui affirmait :

« Il ne fait aucun doute que la désinformation politique diffusée de manière virale et les invectives délirantes sur des élections volées et truquées menacent les fondements de notre République. »

Les législateurs cherchent de plus en plus à transformer les craintes liées à la désinformation en lois restreignant la liberté d’expression.

L’une de ces propositions est le « Honest Ads Act » de la sénatrice Amy Klobuchar (D-Minn.), qui figure régulièrement dans les paquets de réformes électorales des démocrates, comme le H.R.1 et le Freedom to Vote Act. Ironiquement, son titre pourrait être qualifié de désinformation, car il n’a rien à voir avec le fait de rendre les publicités honnêtes.

Cette législation ferait grimper les coûts de la prise de parole en ligne en imposant des contraintes réglementaires sans précédent aux publicités liées à des questions sociales ou politiques. Elle obligerait les plates-formes web à stocker des données sur les acheteurs de publicité dans des fichiers publics, y compris le nom et l’adresse de l’acheteur, ainsi que des détails sur le coût de la publicité et son audience. Elle imposerait des exigences rigides en matière de déni de responsabilité qui rendraient impraticables de nombreuses formes rentables de publicité en ligne.

Le projet de loi menace même de réglementer le contenu politique des sites Web, de YouTube et des courriers électroniques de masse en supprimant une protection clé de la loi qui limite les lois sur le financement des campagnes en ligne à la publicité payante.

Les partisans affirment que de telles politiques sont nécessaires parce que l’environnement informationnel actuel est inondé de « discours bon marché » de peu de valeur, ce qui rend plus difficile pour les électeurs de discerner ce qui est exact. Mais était-il plus facile de discerner cette exactitude lorsque Hearst et Pulitzer fournissaient les gros titres ?

Si l’environnement de l’information des années 1890 est un exemple trop lointain, pensez à 1990, lorsque Nayirah une jeune Koweïtienne de 15 ans a livré un témoignage déchirant – et complètement inventé – au Congrès, affirmant avoir vu des soldats irakiens sortir des bébés koweïtiens des couveuses et les laisser mourir de froid sur le sol. Des extraits de son témoignage ont été diffusés dans les émissions Nightline d’ABC et Nightly News de NBC, touchant respectivement 35 et 53 millions d’Américains, avant d’être diffusés sur 700 autres chaînes de télévision et sans contrôle pendant près d’une année.

Le peuple américain n’a appris la vérité sur l’histoire de Nayirah qu’en 1992, une année entière après que le Congrès a autorisé l’utilisation de la force militaire en Irak. Durant la période qui a précédé cette décision, son récit saisissant a été invoqué par le président George H.W. Bush six fois en un mois, et cité par sept sénateurs dans leurs discours en faveur de la même cause.

Des scandales de ce genre se sont produits bien avant l’apparition de Twitter et de Facebook et le déclin des gardiens des médias. En fait, si les gens avaient pu communiquer sur les médias sociaux à l’époque comme nous le faisons maintenant, la vérité sur ce mensonge aurait pu être découverte beaucoup plus tôt. Le cheap speech peut être bénéfique pour la société en permettant aux chercheurs ou aux journalistes citoyens de remettre en question les récits des grands médias et des dirigeants politiques.

Certaines personnes semblent penser que ces avantages sont contrebalancés par le potentiel de propagation des mensonges en ligne.

Richard L. Hasen écrit :

« Aujourd’hui, le danger le plus évident pour la démocratie américaine n’est pas la censure gouvernementale, mais la perte de confiance et de compétence des électeurs qui découle de la mer de désinformation et de vitriol. »

Pourtant, il ignore largement comment des médias influents et des personnalités politiques de premier plan contribuent à ce cloaque.

Hillary Clinton a considéré Trump comme un « président illégitime«  ; Jen Psaki, l’attachée de presse de la Maison Blanche, a affirmé que la Russie avait « bien sûr piraté » l’élection de 2016 ; des journalistes et des démocrates ont attribué la victoire présidentielle de Donald Trump en 2016 à des publicités et des memes russes pathétiques d’une valeur de 100 000 dollars. Le sénateur Sherrod Brown (D-Ohio) a déclaré que l’élection du gouverneur de Géorgie en 2018 avait été volée, et la candidate au poste de gouverneur de Géorgie, Stacey Abrams, a ensuite déclaré qu’elle était truquée.

Ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Lorsque le New York Post a fait état des courriels de Hunter Biden en octobre 2020, de nombreux médias ont rejeté l’histoire en la qualifiant de désinformation russe ou l’ont jugée indigne d’être couverte, privant les électeurs d’informations potentiellement précieuses quelques semaines avant l’élection présidentielle. L’ordinateur portable aurait été authentifié en avril 2021, puis en septembre 2021, mais le New York Times et le Washington Post n’ont reconnu ces faits qu’en mars 2022.

Les scandales de ce type nuisent à la confiance dans le processus démocratique et les médias, mais ils ne seraient pas touchés par des propositions comme la loi sur les publicités honnêtes. Quelle que soit la source, le gouvernement n’a pas à légiférer sur les faits et la fiction.

Les Américains ne devraient pas voir restreint leur droit de parler de politique en ligne, d’autant plus que les politiciens et les médias continuent de diffuser leur propre désinformation par mégaphones.

Traduction Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Avatar
    jacques lemiere
    9 mai 2022 at 7 h 10 min

    le problème de la désinformation est que c’ets avant tout un procès d’intention…

    est considéré fake news non pas une information fausse mais mensongère… donc l’intention de mentir… et parfois un procès sur le but. du mensonge..

    • Avatar
      jacques lemiere
      9 mai 2022 at 7 h 24 min

      le vrai danger est non pas pour a démocratie, qui est une tyrannie comme une autre, mais pour la justice et la liberté individuelle… et qui a besoin d’etre mise sous scrutation…

      la démocratie repose sur l’opinion!!! non la vérité!!!!

      désormais on peut être accusé , sans preuve , d’une opinion…. et modération oblige , on ne peut même plus se défendre dans un média bien pensant en prenant la posture de dire certes, je suis raciste, sexiste ou je ne sais quoi mais qu’ai je fait de mal.

      la haine PEUT causer le crime…la haine n’est PAS un rime… POINT BARRE…
      subrepticement, souvent chez des gens les mieux intentionnés, le racisme s’est transformé en crime..l’opinion est devenu criminel.

  • Vous avez raison, et c’est vraiment pathétique parce qu’il devient difficile d’accorder du crédit à qui que ce soit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ainsi donc, et j'approuve, la FNAC a mis fin à son cafouillage initial en réintégrant dans son offre le jeu de société Antifa Le Jeu quelques heures après l'avoir retiré suite aux remarques peu amènes émises ce week-end sur Twitter par le Syndicat des Commissaires de la Police Nationale (SCPN) et un peu plus tard par le député du Rassemblement national (RN) Grégoire de Fournas.

Ce « jeu » est en vente à la Fnac. @Fnac un commentaire pour ainsi mettre en avant les antifas, qui cassent, incendient et agressent dans ... Poursuivre la lecture

À l’occasion de la sortie de son nouveau livre Le Déclin d’un monde, Contrepoints a interviewé Jean-Baptiste Noé, un contributeur régulier de nos colonnes. Il est aussi le rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits et directeur d’Orbis géopolitique. Il est docteur en histoire (Sorbonne-Université). À la fois libéral et spécialiste des questions de géopolitique, il nous livre son analyse du monde actuel et de la situation française.

Entretien réalisé par Alexandre Massaux, journaliste à Contrepoints.

 

Con... Poursuivre la lecture

L’agression russe contre l’Ukraine ne nous apprend rien du point de vue géopolitique mais nous conduit à clarifier notre position philosophique. La violence des autocraties à l’égard de leurs voisins est en effet une constante de l’histoire récente : la France napoléonienne et l’Allemagne nazie en sont des exemples caractéristiques. Poutine ne fait donc que suivre ses illustres prédécesseurs.

Le goût pathologique de la puissance explique ces comportements de conquête territoriale. Mais la liberté et la démocratie représentent désormais... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles