Air France-KLM : l’État français pris en tenaille

Le gouvernement néerlandais ré-équilibre sa participation dans Air France-KLM. Sans prévenir le gouvernement français. Qui répond à sa manière.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Spaying up a storm-Air France Airbus A380 by Patrick Cardinal(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Air France-KLM : l’État français pris en tenaille

Publié le 1 mars 2019
- A +

Par Ludovic Delory.

Le torrent de réactions à l’achat surprise de parts d’Air France-KLM par l’État néerlandais dépasse celui qui avait déjà marqué l’arrivée d’un non-Français à la tête du consortium. Ce regain subit d’exclamations patriotiques au temps de la mondialisation ferait sourire partout ailleurs. Sauf en France, où les autorités considèrent ce rééquilibrage comme une atteinte à l’honneur du pays.

Le ministre de l’Économie juge cette décision « inamicale » et « incompréhensible ». Bruno Le Maire n’a pas été prévenu, il s’en émeut, en ajoutant que ce dossier devrait être géré « sans interférence étatique nationale »… en oubliant sans doute que l’État français est le premier actionnaire du holding.

Où se trouve la cohérence lorsque, revenant sur la privatisation du groupe ADP, Bruno Le Maire déclarait : « Je crois en le rôle de l’État dans l’économie » ?

La droite française est hostile à l’économie de marché, et divers exemples récents le démontrent. Que ses principaux représentants ne comprennent donc pas l’action du gouvernement néerlandais fait partie des options compréhensibles. En réalité, tout s’est joué au niveau du haut management : Ben Smith, directeur général de Air France-KLM, appelait de tous ses vœux à davantage d’intégration de la part des Pays-Bas. Ce qu’il a obtenu. Car la réalité économique est là : en 2018, avec un résultat d’exploitation de plus de 1,3 milliard d’euros, KLM a réalisé environ 80 % du résultat du groupe.

Air France cigale et KLM fourmi

Pendant que le personnel d’Air France faisait grève en plein été pour réclamer des avantages salariaux, la fourmi KLM mettait des provisions de côté en vue des turbulences. La structure décentralisée de la compagnie néerlandaise se heurtait depuis le début à la hiérarchisation poussée de sa cousine française, pourtant plus riche. Pour reprendre les termes d’un éditorial du Monde, l’État français se comportait en « actionnaire calamiteux, arbitre partisan de relations sociales rongées par le corporatisme, sans pour autant fixer de cap clair à l’entreprise ». Un choc des cultures qui est à l’origine, aujourd’hui, de l’incompréhension de la caste politique hexagonale.

En bons dirigistes, Emmanuel Macron « réclame des clarifications » tandis que Bruno Le Maire, lui, « convoque » son homologue néerlandais pour éclaircir la situation. En attendant, cette guerre inter-États a d’ores et déjà fait une victime à court terme : l’action Air France-KLM a plongé.

Amateurisme du gouvernement français ? Coup de force du gouvernement néerlandais ? Un peu des deux, sûrement. Mais, dans cet épisode, la différence culturelle entre un pays étatiste et un pays aux mœurs libérales saute aux yeux.

Voir les commentaires (28)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (28)
  • « Ce regain subit d’exclamations patriotiques au temps de la mondialisation ferait sourire partout ailleurs. Sauf en France … ». Oh, que si ! En France aussi l’on sourit, probablement plus qu’ailleurs ! Manifestement, nous sommes en pleine campagne électorale pour « les européennes », et le gouvernement LREM cherche à ratisser large chez les électeurs. Il les drague à tout va ! Ses petits cris de vierge effarouchée n’impressionnent plus personne, personne n’étant plus dupe !

    • personne n’étant plus dupe !

      Ca reste à voir. LREM va ressortir une énième menace fasciste et populiste aux portes de l’Europe et de la France et le tour sera joué. Les électeurs français sont majoritairement stupides.

  • Pour relativiser, l’action AF-KLM valait 10.13 € avant l’assemblée générale du 19 février qui allait décider de ne pas éloigner le directeur général de KLM, malgré ses dissensions avec Smith. Cette source potentielle de conflit étant éliminée, le titre a bien monté, pour retomber hier à 10.86 €, soit toujours plus haut qu’elle n’était avant le 19 et bien plus haut qu’à l’été 2018 – 6.88 €.
    Il faut également rappeler que l’état français a un double droit de vote à l’assemblée générale ( comme Delta et China Southern, depuis cette année, avec, au total, 17.6% des actions, soit plus que l’état français ), ce que n’auront pas les Pays-Bas. Et que Smith était le candidat de Delta, imposé à l’état français, qui voulait un n° copain énarque.

    • Manifestement, en effet, l’action n’a fait que reperdre ce que les achats de KLM lui avaient fait gagner depuis l’AG. Il est osé de penser que la hausse depuis le 19/02 ait pu avoir d’autres raisons que ces achats.

  • De plus si le gouvernement est contre l’économie de marché , contre la concurrence et pour la gestion planifiée type urss qu’il le dise clairement!
    je pense que LREM va prendre une de ces claques aux européennes( ne parlons pas de LEEV),que les gilets jaunes a coté vont faire sourire, je ne parle meme pas des municipales.. ou là le naufrage sera complet..

    • Entre ce qui serait logique et mérité, et ce qui se passera réellement, il peut y avoir loin. Il ne faut pas prendre trop tôt ses désirs pour des réalités.

  • Les guignols français ne se prennent pas pour des merdes. Qu’ils nettoient la diarrhée mentale qui leur sert de prêt à penser avant de faire n’importe quoi.

  • Les Hollandais ont bien fait d’agir de cette manière, Macron et sa clique sont trop versatiles

  •  » Elke maatregel tegen de franse regering is zelfverdediging  »

    Chaque mesure prise contre le gouvernement français relève de la légitime défense…

  • Il y a une chose qu’on ne peut pas enlever à monsieur Le Maire : il ose. Tout.

  • Cette affaire révèle combien la gauche et la droite mènent une politique étatique et n’ont rien compris à l’économie de marché vais source de richesse. Le maire est vrai un clown à dégager

  • Le professionnalisme de Ben Smith, plus le sérieux néerlandais, voilà deux bonnes nouvelles pour cette entreprise.

  • Les néerlandais ont cessé d’être naïfs.

  • En gros, 1/3 de l’activité pour KLM, pour 80 % du résultat.
    Le gouvernement Hollandais vient de s’apercevoir que KLM est aux mains de Crétins incapables. Ils en ont mis du temps pour comprendre !

  • Le plus drôle dans cette affaire, est de voir un autre gouvernement faire ce qu’avait tenté Macron à propos de Renault Nissan (augmenter les part de vote de l’état), sauf que dans l’affaire Renault Nissan (quand il était à Bercy) il avait fait ça en tordant le bras des japonais qui lui avait bien rendu en retirant les droits de vote de Renault dans Nissan.
    Là, ce même Macron, joue les vierges effarouchées devant un but semblable, alors que la chose est fait dans des conditions plus respectueuses que ce qu’il avait lui même fait.
    Macron et son gouvernement paraissent bien ridicules dans cette affaire.

    • Bien vu! Ce qui arrive a l’Alliance, y compris l’emprisonnement de son ex pdg, est la conséquence directe des actes de Benito Macron. AF/KLM est une nouvelle démonstration que notre Benito ne comprend pas le monde qui l’entoure. Il est d’une incompétence inouïe. Ses coups de menton coutent très cher.

  • Je n’y vois que la mise sous tutelle partielle d’une entreprise française étatisée, archéosocialiste et défaillante par un partenaire performant qui ne veut pas couler avec, et on le comprend.

    Bercy ferait bien d’économiser sa capacité à s’indigner, ce n’est qu’un aimable avant-goût de ce qui attend la France et les Français dans les années à venir…

    • @manchot à vrai dire c’est ce qui pourrait nous arriver de mieux . Une entreprise reprise par des actionnaires étrangers a plus de chance de vivre que si elle reste dans le giron français . C’est amusant, ça me rappelle confusément ce qui est arrivé en europe de l’Est apres la chute du mur….

  • C’est toujours la même histoire, le chauvinisme et l’arrogance française qui fait que l’on tient les étrangers pour des laquais au service du génie français. C’est KLM qui renfloue le couple car elle rapporte de l’argent. Et une association doit être équilibré. Si 14% des actions sont pour la France le moins est que les Hollandais en est autant. Ce n’est pas en poussant des cris d’orfraie et hurler à l’injustice.

  • j’espère que KLM va réussir à s’associer avec les deux autres minoritaires pour faire la nique à l’Etat français, adieu air france perso je ne vais pas pleurer.

  • Aucune entreprise du secteur concurrentiel n’arrive à faire des bénéfices quand elle est gérée par l’État français !
    Mieux vaut pour le contribuable lambda que la gestion soit prise en compte par le privé voire par un gestionnaire étranger…
    Hors sujet : Ce n’est pas à l’État français de construire des bagnoles que fait-on encore chez Renault ?
    À mon avis, l’État peut avoir des participations minoritaires dans des affaires privées mais ne surtout pas imposer de dirigeant copain des élus ou du gouvernement du moment

    • … ou alors, il faudrait qu’ils arrivent à tenir des budgets d’État bénéficiaires ou au moins à équilibre durant plusieurs années consécutives (40 par exemple, pour compenser ces années depuis lesquelles ON pète plus haut que notre cul !)

  • « , la différence culturelle entre un pays étatiste et un pays aux mœurs libérales saute aux yeux. »

    What !! Les Pays Bas, « pays aux moeurs libérales » ?! Je sais que le libéralisme n’est pas qu’économie, mais il ne faudrait pas que l’auteur nous fasse prendre des vessies pour des lanternes : On n’est pas dans la littérature licencieuse ou la vente d’herbe, mais bien dans le pure et stricte domaine économique.

    A savoir, que le « pays » des Pays Bas s’est absolument comporté comme un vil état, aux interventions parfaitement étatiques, aux besoins d’un génie étatique stratégique parfaitement à l’oeuvre, et aux buts de la nation. Soit exactement tout ce dont Contrepoints s’horripile.

    Les réactions du gouvernement française ne sont qu’apparence et parfaitement hypocrites ! ils sont au contraire pris à leur jeu précisément libéral et européen.

    Tout ce que cela révèle : de l’affaire Alstom à KLM, en passant par Ghosn, c’est que l’état français n’est plus qu’une forme bien affaiblie de ce qu’on critique.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Extraordinaire Bruno Le Maire ! Tout lui est bon pour plastronner – et cirer au passage les pompes de son chef adoré. N’importe quelle calamité devient un grand succès de la politique gouvernementale pour peu qu’on se limite à ne regarder les choses que sous l’angle le plus flatteur. Question de cadrage, évidemment. Comme disait Bastiat, il y a ce qu’on voit, et puis il y a tout ce qu’on ne voit pas ou qu’on ne veut pas voir. Bonne nouvelle du moment, la France serait le pays de l’Union européenne « où l’inflation est la plus faible » :

<... Poursuivre la lecture

Les petits chiffres de l'INSEE s'accumulent doucement et pointent tous dans la même direction : l'inflation n'est plus négligeable, elle continue à grossir et ceux qui expliquaient doctement il y a quelques mois que l'augmentation observée en fin d'année 2021 était transitoire se sont très officiellement fourré le doigt dans l'œil jusqu'à l'omoplate. Nous arrivons au milieu de 2022, l'inflation continue de grossir, et ceux qui en étaient à l'omoplate continuent de s'enfoncer.

Ainsi, sur les douze derniers mois, les prix ont flambé sur ... Poursuivre la lecture

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles