Macron et nucléaire : à tort et à raison…

Conferencia de Prensa - Presidente Emmanuel Macron - Día 2 By: G20 Argentina - CC BY 2.0

Le discours d’Emmanuel Macron tenu lors de son intervention à Bourgtheroulde sur le nucléaire est-il exact ?

Par Michel Gay.

Réponses textuelles du président de la République Emmanuel Macron à une question concernant la production d’électricité en France d’un maire à Grand Bourgtheroulde (Eure) le 17 janvier 2019.

Il a tort !

On a ce qu’il nous faut en quantité.

Ce n’est déjà plus vrai en puissance l’hiver, et nous devons importer de l’électricité pour « passer » les pointes de consommation. En plus, avec la future fermeture des centrales à charbon et à fioul, il va manquer une dizaine de gigawatts (GW) pilotables, même si nous produisons effectivement annuellement davantage que notre consommation.

De plus, ce ne sera bientôt plus vrai non plus en quantité si l’électricité décarbonée (hydraulique et nucléaire) se substitue au gaz (chauffage) et au pétrole (chauffage et mobilité).

  • Il y a de l’intermittence mais on a l’Europe et donc on importe de l’Allemagne en particulier : c’est OK parce qu’elle a de l’éolien et du solaire.

Non car nous sommes sous le même régime de vent. L’hiver la France importe de l’électricité majoritairement carbonée de l’Allemagne (gaz, charbon et lignite) pendant les pointes de consommation le matin et le soir.

  • Il y a un réseau européen qui marche bien.

C’est faux : il tarde à se développer car il est coûteux et la France ne pourrait importer que 12 à 15 GW au maximum en cas de besoin.

  • Nous allons développer l’éolien et le solaire car ils sont de plus en plus compétitifs.

Ils sont toujours loin d’être compétitifs (sauf sur le papier), surtout en leur ajoutant le coût de la compensation de l’intermittence par du gaz ou… du nucléaire.

De plus, ils ne sont pas pilotables (et même intermittents). Ils ne peuvent donc que s’ajouter à des centrales pilotables (nucléaires, hydrauliques, gaz). C’est un surinvestissement, et non un investissement productif.

  • Avec le stockage on pourra remplacer le nucléaire, qui est sale (?) par des énergies propres.

Non. C’est grâce au nucléaire que notre atmosphère est plus propre qu’en Allemagne et seul le gaz (ou le charbon…) peut le remplacer. Le nucléaire fait d’ailleurs partie des énergies propres aux États-Unis, en Inde, en Chine… car il n’émet pas de gaz à effet de serre et que ses déchets sont confinés et gérés. Ce n’est pas le cas des énergies fossiles nécessaires pour compenser l’intermittence de l’éolien et du solaire, notamment les nuits sans vent…

Il a raison !

  • nous avons une vraie autonomie parce que nous avons le nucléaire ;
  • on a l’une des électricités les plus propres du monde, les plus décarbonées ;
  • je pousse à ce qu’on ait une vraie transition énergétique européenne ;
  • la priorité c’est que nos voisins ferment plutôt leurs centrales à charbon ;
  • il faut fermer les centrales à charbon chez nous, mais ce ne sera pas facile ;
  • l’éolien et le solaire sont intermittents et le nucléaire est stable. Il faut pousser la recherche sur le stockage.

Et si la recherche sur le stockage ne donne rien comme c’est probable ?

Alors l’énergie nucléaire sera appelée en urgence à la rescousse… si la France a encore les compétences nécessaires à ce moment-là ! Ou bien elle demandera gentiment à la Chine et à la Russie de bien vouloir venir faire chez nous ce qui a été négligé par impéritie…