N’attendez pas une catastrophe pour ajuster vos modèles mentaux

Le « moment Altamont » de votre entreprise est peut-être proche. Sachez changer de modèles mentaux pour éviter de périr.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

N’attendez pas une catastrophe pour ajuster vos modèles mentaux

Publié le 29 janvier 2019
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Individus comme organisations attendent souvent longtemps pour prendre conscience que la réalité a évolué sans eux et ajuster leurs modèles mentaux. Parfois, il faut une catastrophe pour que cet ajustement se fasse. C’est ce qui est arrivé aux Rolling Stones en 1969, lors du tragique concert d’Altamont, en Californie du Nord.

Le 6 décembre 1969, les Rolling Stones montent sur scène pour ce qui constitue le dernier acte du festival rock gratuit à Altamont, dans le nord de la Californie, qu’ils ont organisé. Le festival a été largement improvisé et s’est révélé chaotique depuis le début. Le lieu a été changé quelques jours auparavant, lorsque les organisateurs se sont rendus compte que le lieu initial était trop petit, mais le nouveau n’a pas été préparé pour accueillir la foule étonnamment nombreuse de 300 000 personnes. L’accord du propriétaire n’est obtenu qu’à la dernière minute. Par la suite, on a estimé, par exemple, que les organisateurs avaient fourni environ un soixantième des installations sanitaires nécessaires à une telle foule. Les installations médicales étaient également minimes.

En partie en raison de ces arrangements chaotiques, la tension s’accroît toute la journée et à la fin du concert, la violence finit par éclater. Le concert se conclut par 850 blessés et quatre morts : trois par accident et un poignardé par un Hell’s Angel, le gang de motards engagé… pour assurer la sécurité ! Surnommé « le pire jour de tous les temps du rock and roll » par le magazine Rolling Stone (sans rapport avec le groupe), Altamont est devenu depuis le symbole de la mort de l’esprit Woodstock, un festival de contre-culture similaire qui bien que chaotique lui aussi, s’était déroulé dans une ambiance bon enfant, seulement quatre mois auparavant, au cœur de « l’été de l’amour ».

En 1970, Altamont fait l’objet du documentaire intitulé Gimme Shelter (d’après un titre des Stones) des cinéastes Albert et David Maysles. Dans le documentaire, l’amateurisme des organisateurs apparaît de façon évidente : on apprend par exemple que les Hells Angels ont été embauchés comme gardiens de sécurité par la direction des Rolling Stones, mais les Stones ne savaient pas à quel genre de personnes ils avaient affaire, et l’entente avec les Angels n’était pas clairement établie. Ces derniers étaient apparemment payés… en bières, qu’ils buvaient toute la journée. Pire encore, il s’est avéré plus tard que personne ne savait exactement qui était « la direction des Rolling Stones ».

Épisode cosmologique transformant l’identité

Ce qui ressort aussi clairement de Gimme Shelter, c’est qu’après l’événement, les Rolling Stones ont pris conscience qu’ils ne pouvaient plus continuer comme avant. Selon un associé du groupe, « [Mick Jagger] était déprimé par la tournure des événements… Quand ils ont su pour le meurtre, ça les a secoués. » Au-delà de l’impact émotionnel, Altamont marque un tournant important pour le groupe. Les Stones prennent conscience qu’ils ne sont plus un groupe de rock amateur, une bande de copains, et qu’ils doivent gérer leurs concerts de manière professionnelle.

Le chanteur David Crosby disait à l’époque : « Les Rolling Stones sont encore un peu en 1965. » Mais on était en 1969, les Stones étaient devenus des rock stars, et leurs concerts pouvaient attirer des centaines de milliers de personnes en quelques heures ; tout était maintenant différent. Le rêve Rousseauiste de Woodstock était mort, mais l’identité des Rolling Stones n’avait pas changé. Il a fallu une performance désastreuse, la mort de quatre personnes et des centaines de blessés pour que la prise de conscience identitaire s’impose.

De même, il faut parfois un événement dramatique pour que des organisations se rendent compte que, alors que leur environnement a profondément changé, elles sont restées les mêmes et n’ont pas ajusté leurs modèles mentaux. Elles ne sont plus en prise avec la réalité. Le chercheur Karl Weick utilise le terme « épisode cosmologique » pour caractériser un événement brutal qui annihile le modèle mental de celui qui le subit, entraînant une perte soudaine de sens, qui menace son identité-même, et au final peut-être sa vie si la transformation indispensable de modèle ne se produit pas.

Des moments « Altamont »

IBM a connu un moment Altamont : en 1991, l’entreprise est passée à deux doigts de la faillite en persévérant dans son activité de mainframes dont plus personne ne voulait. Acculée, l’entreprise a cependant réussi à profondément ajuster son modèle, opérant une transformation majeure vers une activité de services.

Mais parfois le changement de modèle n’a pas lieu : l’épisode cosmologique brise définitivement l’organisation. Nokia a déjà été le premier fabricant de smartphones cool dans les années 90. Puis est venu le lancement de l’iPhone d’Apple en 2007 dont Nokia n’a pas pris la mesure. L’entreprise finlandaise a rapidement cédé le haut de gamme pour se concentrer sur les téléphones à bas prix pour les pays en développement, avant de sombrer dans l’oubli. C’est pourtant après un épisode cosmologique, une très forte crise en 1991, que Nokia, alors un conglomérat qui produisait tout, de la pâte à papier aux câbles et aux pneus, avait pu se réinventer, se débarrassant de tout pour se concentrer sur les téléphones portables, avec le succès que l’on sait. Mais elle n’a pas répété l’exploit en 2007.

Fuji offre un contre-exemple parfait d’une entreprise qui, elle, n’a pas attendu de moment Altamont pour repenser ses modèles : en 2000, face à l’arrivée annoncée de la photo numérique, l’entreprise japonaise organise la sortie progressive de son activité film argentique, et dépense des fortunes pour se redéployer autour de sa compétence-clé, la chimie et les matériaux. L’ajustement de son modèle se fait avec succès.

Peut-être qu’un moment Altamont est en préparation pour votre organisation. Êtes-vous sûr de vouloir attendre la dernière étape du concert pour donner un sens à votre nouvel environnement ? Vous ne sous-traitez probablement pas votre sécurité aux Hell’s Angels payés en bière. Mais néanmoins, être attentif aux changements profonds de votre environnement et vous mobiliser face à ces changements en leur donnant un sens et en ajustant vos modèles mentaux pourrait faire en sorte que votre « concert » se termine mieux que celui des Stones.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • J’ai pris le temps de lire consciencieusement cet article, et je pense que cela concerne tout autant nos certitudes individuelles.
    Pondérer les certitudes héritées des années 60, accepter que nombreuses ne sont plus adaptées, et affirmer les immuables.
    Le plus difficile ?
    Distinguer les unes des autres…

    • @ Leipreachan
      Oui sans doute mais il vaut mieux aller au-delà: en fait dans notre monde, tout change tout le temps et de façon ininterrompue (vous-même aussi!), ce qui demande une adaptation permanente alors qu’on ne rêve que de stabilité et de règles établies et connues, de préférence sans exception: ce serait en effet plus facile, mais il n’en est pas comme ça!
      C’est donc d’adaptation, d’observation, d’apprentissage (entre autres) que nous avons besoin en permanence et dans tous les domaines.

      Une chose qui vous heurte ou vous déplaît sera souvent plus instructive et utile que ce qui vous plaît jusqu’au jour où on se rend compte que c’est apprendre qui est le plus satisfaisant et vous construit, ce que vous n’auriez pas cru, à l’âge de l’école.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

La prise de décision en incertitude est un art difficile. L’une des raisons est que dans leur grande majorité, les outils et les concepts que nous utilisons sont ceux du risque, c’est-à-dire propres aux situations répétées. Ils considèrent l’incertitude comme quelque chose dont il faut se protéger. Ce modèle mental de la protection, qui semble si logique, se révèle en fait contre-productif. Et si, au contraire, il fallait se garder de (trop) se protéger de l’incertitude ?

Ce cadre d’une grande entreprise industrielle ne décolère pas. D... Poursuivre la lecture

L’échec d’une institution – entreprise, État, organisation, parti politique – a généralement de nombreuses causes, mais la principale d’entre elles est souvent l’enfermement dans des modèles mentaux contre-productifs. Le récent échec des écologistes à l’élection présidentielle en est un bon exemple, dont d’utiles leçons peuvent être tirées au-delà du seul champ politique.

Même s’il était finalement attendu, le score de 4,63 % obtenu par son candidat Yannick Jadot représente une cruelle déception pour le camp écologiste. Mais il est sur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles