Climat : Emmanuel Macron crée un nouveau Comité Théodule

Seats by Dmitry Boyarin (CC BY 2.0) — Dmitry Boyarin, CC-BY

Emmanuel Macron va annoncer mardi la création d’un « Haut Conseil pour le Climat » : haut conseil mais basse politique…

Par Peter Libtank.

Emmanuel Macron va annoncer mardi la création d’un « Haut Conseil pour le Climat », haut conseil mais basse politique…

Voilà sa réponse d’énarque étatiste complètement hors sol aux Gilets jaunes…

Annonce faite le soir même de la marche des Gilets jaunes. Ce n’était ni une manifestation, ni un cortège puisque sans service d’ordre ni structure représentative. Juste une iniative populaire, largement soutenue par l’opinion publique, que ce gouvernement ne veut pas entendre et tente, par tous les moyens, de minimiser et de décrédibiliser.

Voici donc un nouveau Comité Théodule que les contribuables vont payer, qui va vouloir des locaux, des secrétaires, créer un site Internet, publier des notes, financer des études diverses et variées…

La première des tâches sera sans doute d’embaucher une agence de communication pour concevoir un logo et une charte…

Avec de nombreuses personnalités qui, après avoir espéré ou sollicité, l’honneur de devenir membre de ce Haut Conseil et vont vouloir les mêmes avantages (bureau,  secrétariat…) et les mêmes défraiements (voyages, hôtels, frais de bouche, budgets…) que les membres d’autres commissions.

Sans parler de la compensation de son Président qui ne pourra probablement pas rester bénévole, compte tenu de la charge. Un nouveau placard doré pour anciens ministres ou haut fonctionnaire écarté.

Tout ça juste pour tenter de calmer le peuple ! Quel mépris. L’ancien monde en pire.

Sur le sujet, on a déjà un ministre d’État, François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, un ministre du Transport et deux secrétaires d’État (Élisabeth Borne, Emmanuelle Wargon, Brune Poisson) chacune avec son cabinet, 28 corps de fonctionnaires rattachés, avec des administrateurs civils et des attachés d’administration de l’État, 11 organismes sous tutelle (dont l’ADEME et EDF…)

Selon les finances publiques, il est « difficile de retracer une évolution de ses effectifs. En 2014, le ministère compte 56 902 emplois à temps plein ».

L’État ne connait même pas précisément le nombre de personnes qu’il emploie sur le sujet.

Il existe 536 hautes autorités, conseils, commissions consultatives rattachées à différents ministères dans notre pays.

Comment peut-on imaginer que ce Haut Conseil puisse répondre au ras-le-bol fiscal généralisé de nos concitoyens face à une fiscalité excessive, injuste et inopérante ?

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.