Les vigilants jugent du bon et du mauvais populisme

Les politiques et les élites « progressistes » considèrent que tout ce qui les contredit est forcément « populiste ».

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Donald Trump by Gage Skidmore(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les vigilants jugent du bon et du mauvais populisme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 novembre 2018
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Tout le monde connaît le célèbre sketch des Inconnus sur les chasseurs. « Qu’est-ce qu’un bon chasseur ? Eh bien, un bon chasseur, c’est celui qui tire… » Et « Qu’est-ce qu’un mauvais chasseur ? Un mauvais chasseur, c’est celui qui… tire… mais bon, il tire quoi, mais ce n’est pas pareil ». C’est un peu la même chose avec le populisme. Les politiques et les élites « progressistes » considèrent que tout ce qui les contredit est forcément « populiste ».

En général, il faut se rendre à l’évidence, il s’agit de tout ce qui se réclame de la droite ou qui, du moins, n’est pas de gauche. On veut bien faire quelques concessions idéologiques et accepter le fait que Jean-Luc Mélenchon soit un « populiste » — on tolère même, à la limite, sa violence verbale et ses joutes démagogiques. Dans ces milieux où la bonne conscience règne, on va jusqu’à faire l’impasse sur les similitudes évidentes entre son programme économique et celui de Marine Le Pen. Si l’on remplace les « immigrés » par les « riches », la copie devient parfaite.

Le populisme « républicain » de Macron

Lorsque Macron critique l’ « Europe ultralibérale » et « ouverte à tous les vents », cette Europe « qui ne permet plus aux classes moyennes de bien vivre », ne fait-il pas des appels de pieds aux électeurs des extrêmes ? Si ce n’est pas du populisme, qu’est-ce que c’est ? En quoi désigner l’Amérique comme « ennemie » le mardi 6 novembre (jour des élections de mi-mandat — et cinq jours avant le 11), et choisir pour les commémorations une chanteuse qui a traité le président américain de « tyran », est-il différent de l’antiaméricanisme omniprésent de nos extrêmes ? Personne ou presque n’a réagi. Car, oui mais bien sûr, on a là affaire à du « populisme … à du « populisme républicain » ou « progressiste »…

Comment qualifier aussi sa promesse de faire baisser le coût du permis de conduire ? Est-ce vraiment au président de la République de s’occuper du permis de conduire ? Le même populisme a guidé Macron et une belle brassée d’autres responsables politiques aux funérailles de Johnny en décembre 2017. Certains d’entre eux s’en étaient bruyamment pris au chanteur quand il avait quitté l’enfer fiscal français… À sa mort, ils l’aimaient tous. À la mort d’Elvis Presley, le président Carter avait juste publié un communiqué, ce sont les milliers de fans du rocker qui lui avaient rendu hommage chez lui.

Populisme de droite et de gauche, ou deux poids-deux mesures

Dans son essai intitulé « Qu’est-ce que le populisme », Jan-Werner Müller se demande : « Qui, au juste, n’est pas populiste ? ». C’est tout à fait pertinent sauf qu’un certain populisme de gauche bénéficie d’une forme d’immunité. Par exemple, les vigilants idéologues ont tout de suite condamné le nouveau président Bolsonaro au Brésil, un très dangereux personnage à leurs yeux (Le Monde n’a utilisé que les termes « extrême droite » à son égard) mais combien ont été ceux qui ont critiqué l’ascension au pouvoir en Bolivie de l’extrémiste de gauche Evo Morales ?

Même l’ancien tyran Hugo Chavez au Venezuela n’a pas reçu le même déluge de critiques que le jeune conservateur Sebastien Kurz, qui a après avoir remporté les élections en Autriche en octobre 2017 a dû, pour gouverner, faire alliance avec le parti d’extrême droite.

On a tout de suite crié au loup, faisant semblant d’oublier un précédent révélateur : le gouvernement d’un autre « extrémiste » autrichien, Jorg Haider, entre 1989 et 1991. Sauf erreur, l’Autriche n’a pas vraiment basculé vers la dictature nazie, ni à l’époque, ni aujourd’hui. Elle se porte plutôt bien, avec un taux de chômage (4.8 %) bien moins élevé qu’en France. D’ailleurs, il faut remarquer que dans de nombreux pays touchés par la vague populiste, l’économie fonctionne très bien ; on ne peut pas vraiment accuser le déclassement économique d’avoir poussé les électeurs dans les bras des partis populistes.

Le très bon score de ces partis en Autriche, Allemagne, aux Pays-Bas ou, plus récemment, en Suède, n’est pas alimenté par une économie en souffrance. Les deux premiers pays connaissent le plein emploi tandis qu’en Suède, l’État providence joue toujours son rôle protecteur.

La poussée de l’AFD dans les Länder allemands de Bavière et de Hesse n’est pas due, comme le soutient la correspondante du Monde, au désir d’accroître la « justice sociale », mais à la peur de l’immigration. Ces deux Länder sont les plus riches d’Allemagne, le PIB par habitant est l’un des plus élevés d’Europe ! L’immigration en Suède et en Italie, la peur de l’immigration en Hongrie, font le lit de tous ces soubresauts populistes.

Il faut également différencier le populisme à tendance autoritaire (comme en Hongrie où l’on interdit des organisations non-gouvernementales et où la presse est beaucoup muselée) de celui des pays véritablement démocratiques comme l’Autriche, les Pays-Bas, l’Italie ou les États-Unis.

À remarquer que dans ce dernier, pratiquement tous les médias, à l’exception de Fox News, sont contre le président Trump. Et, contrairement à ce que soutenaient les anti-trumpistes de service, le président n’a pas empêché le bon déroulement des élections de mi-mandat et a accepté sans problème les résultats. Les démocrates ont été plutôt de mauvais perdants, réclamant un comptage des voix en Floride alors qu’il n’y avait aucune raison de le faire.

Le populisme de Trump est bien compatible avec un fonctionnement correct de la démocratie. Pourquoi serait-il plus condamnable que celui des démocrates américains ? Le professeur Jan Werner-Müller cite l’historien américain C. Vann Woodward pour lequel le « New Deal » de Roosevelt était une forme de populisme. On peut dire la même chose de l’égalitarisme et du progressisme prônés par les gauchistes. Le vote en faveur de Trump est aussi une réaction à l’Amérique voulue par Obama, celle où les minorités bénéficient du bouclier racial et ne peuvent être que des victimes. Rien n’est jamais aussi simple et l’on mesure maintenant à quel point le politiquement correct et l’« affirmative action » ont fait des ravages dans la société américaine.

Les craintes de l’immigration de masse et le terrorisme progressiste (ou le populisme de gauche) sont en fait les principales causes des populismes de droite. Les comprendre, c’est aussi trouver des solutions sans menacer la démocratie.

Sur le web

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • macron n’est qu’une girouette sans convictions ; il fait peut être du pied aux électeurs des extrêmes mais  » en même temps  » , il laisse rentrer 300 000 étudiants étrangers par an en France dont la plupart viennent des pays Afrique ou Maghreb ; parmi tout ces gens je ne suis pas certaine qu’il n’y ai que des étudiants ……

    • Simple: allez visiter les cités universitaires et vous y verrez bon nombre d’étudiants étrangers qui ont largement dépassé la trentaine. Toujours étudiants ? L’acc

    • Attention. Vous êtes en train de tenir le même discours que Castaner vis à vis des Gilets jaunes. Prendre le cas de quelques brebis galeuses pour inciter à l’éradication du troupeau entier…

    • Le problème n’est pas tant de laisser rentrer des étudiants (on peut trouver de grands avantages à faire venir des gens talentueux et motivés) mais de virer les indésirables.
      A la louche, expulsion systématique des indésirables, refonte totale de la nationalité et suppression des sprinklers à pognon.

    • Une girouette suit le vent afin de rester en place. Il en est de même de nos élites.

  • « Tout le monde connaît le célèbre sketch des Inconnus sur les chasseurs. « Qu’est-ce qu’un bon chasseur ? Eh bien, un bon chasseur, c’est celui qui tire… » Et « Qu’est-ce qu’un mauvais chasseur ? Un mauvais chasseur, c’est celui qui… tire… mais bon, il tire quoi, mais ce n’est pas pareil ». C’est un peu la même chose avec le populisme. Les politiques et les élites « progressistes » considèrent que tout ce qui les contredit est forcément « populiste ». »

    Intervertissez populiste et progressiste et ça fonctionne encore ! Amusant, non ?

  • Le Figaro a viré à gauche, car tout comme le Monde, il ne cite pas Bolsonaro sans y ajouter l’étiquette extrême droite. Nous n’avons plus un seul grand media objectif. La plaie socialiste a gangrené tout le pays!

  • Un train de populistes peut en cacher un autre ❗

    La France est en train de se faire écrabouiller 🙁

  • « Le vote en faveur de Trump est aussi une réaction à l’Amérique voulue par Obama, celle où les minorités bénéficient du bouclier racial et ne peuvent être que des victimes. Rien n’est jamais aussi simple et l’on mesure maintenant à quel point le politiquement correct et l’« affirmative action » ont fait des ravages dans la société américaine. »


    L’échec de la politique économique d’Obama fut si lamentable que, même dans le cas où Obama n’aurait pas été « politiquement correct », cet échec aurait de toute façon suffit à propulser au pouvoir un opportuniste comme Trump. Si pendant ses 8 ans au pouvoir Obama était parvenu à réduire plus rapidement le chômage, les Américains lui auraient sans doute pardonné son côté « politiquement correct ». Au lieu de ça, tout ce à quoi est parvenu Obama, c’est de faire exploser les dépenses et la dette publiques comme jamais auparavant (en reflouant avec l’argent du contribuable des entreprises « too big to fail », et en étouffant de nouvelles réglementations le secteur financier, et en collectivisant le secteur de la santé, et en subventionnant tout un tas de conneries écolos, et en débutant en Libye une nouvelle guerre ruineuse, etc)

    Pourquoi les Américains auraient-ils pardonné à Obama son côté « politiquement correct » s’il n’avait pas complètement raté sa politique économique ? Parce qu’ils savent qu’il existe parmi la gauche américaine des personnes encore plus « politiquement correct » qu’Obama.

    En juillet dernier, lors de son voyage en Afrique du Sud, Obama s’est d’ailleurs plus ou moins distancé de ces personnes (mieux vaut tard que jamais!) lorsqu’il a critiqué les gens qui veulent faire taire d’autres gens simplement parce qu’ils sont « blancs » ou « mâles ». Voici une traduction aproximative du discours : « [la démocratie exige de] comprendre la réalité des individus qui sont différents de nous […] Vous ne pouvez pas le faire si vous croyez que ceux qui ne sont pas comme vous parce qu’ils sont blancs, ou parce qu’ils sont des hommes [manquent forcément de légitimité pour comprendre et évoquer] certaines problématiques. » (source : https://www.nationalreview.com/news/barack-obama-dont-silence-people-just-because-theyre-white-or-male/ )

    • « Si pendant ses 8 ans au pouvoir Obama était parvenu à réduire plus rapidement le chômage, … »

      Bin si ! Une classe moyenne travailleuse avec des bons salaires, ce n’est justement pas politiquement correct. Consommer (qui pourra) pour pas chère, voila du bon PC.

      Accélérer une baisse du chômage – mirage n’est pas une réussite

  • Et quand on voit Emmanuel Macron faire alliance aux élections européennes avec Juppé, Raffarin et les autres centristes ce n’est pas du populisme ça.?

  • Merci pour votre excellent article.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles