FO veut l’augmentation des cotisations sur les travailleurs indépendants

Le syndicat FO plaide pour une augmentation des cotisations sur les travailleurs indépendants dans une tribune rédigée par le responsable national du dossier « retraites », Philippe Pihet.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

FO veut l’augmentation des cotisations sur les travailleurs indépendants

Publié le 16 octobre 2018
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Le projet de réforme des retraites ne fait pas que des heureux. Le syndicat FO notamment se répand en considérations désagréables sur le sujet. On relèvera en particulier la récente tribune de Philippe Pihet, chargé de ce dossier à FO pour encore quelques mois.

Pour une hausse des cotisations sur les travailleurs indépendants

Philippe Pihet ne décolère pas contre l’exonération dont bénéficieront les travailleurs indépendants. Selon les projets du gouvernement, ceux-ci, parce qu’ils cotisent à 20 % en moyenne sur leurs revenus, subiraient un choc trop important s’ils devaient être alignés sur les salariés (dont les cotisations globales avoisinent les 28 %).

D’où cette phrase de protestation assez étonnante :

même le fameux engagement « 1 euro cotisé vaut les mêmes droits » est mis en défaut par le fait que les salariés paieront de fait pour les indépendants qui percevraient le minimum contributif unique

Pour Philippe Pihet, les travailleurs indépendants qui percevront le minimum contributif profiteront des cotisations des salariés ! Voilà une logique un peu surprenante, si l’on songe que le Fonds de Solidarité Vieillesse, qui verse les « minimums contributifs », est largement financé par la contribution sociale généralisée, à laquelle les travailleurs indépendants sont soumis… sans contrepartie de droit à prestation.

L’argument est fallacieux, mais il mérite d’être relevé, car il laisse à penser que le syndicat FO plaidera pour une intégration des travailleurs indépendants dans le nouveau système. Histoire de décourager un peu plus les salariés de se libérer de leurs chaînes et de créer une entreprise.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • si on commence avec les droits ds uns les aides des autres on va finir avec la meme usine a gaz que celle d’aujourd’hui
    un euro cotisé donne un euro engrangé , pas de bonus pour les mères de familles , ou de minimum vieillesse etc..
    si on veut faire un minimum vieillesse c’est a l’urssaf de le payer
    pas aux caisses de retraites

  • et si on arrêter de subventionner les syndicats ?

  • Que vaut l’opinion d’un Philippe Pihet, un monsieur qui a passé sa vie a encaisser des contributions obligatoires pour l’Urssaf et les caisses de retraite ?
    Il a juste été dressé, comme un ‘retriever’, a rechercher les parts de butin susceptibles d’ échapper à l’appétit de l’ogre…

  • Et cela ne géne pas FO par contre que les indépendants n aient droit ni aux congés payés(mais aux congés payants…quand un indépendant prend des vacances il n’est pas payé) ni aux congés maladie(les assurances privees qu il est obligé de contracter peuvent payer les charges mais ne le paye pas à lui pendant sa maladie:c est la double peine vous etes malade et en plus vous n etes pas rémunéré!!!) alors qu ils contribuent plus que largement par le biais de leurs cotisations exponentielles à ces droits fondamentaux pour les autres catégories….Fo a vraiment l indignation sélective!!!

  • quelqu’un peut dire à ce rat de service que les indépendants ne font pas 35 heures, que lorsqu’ils sont malades ils ont des délais de carences hallucinants (sauf à payer – cher – une complémentaire ou à se faire hospitaliser direct dès le premier bobo). il l’a veut la retraite des petits indépendants aussi ?! Il n’a tellement plus l’habitude de travailler et d’être biberonné aux subventions qu’il en perd tout sens de la réalité.

  • « même le fameux engagement « 1 euro cotisé vaut les mêmes droits » est mis en défaut par le fait que les salariés paieront de fait pour les indépendants qui percevraient le minimum contributif unique. »
    vs
    « le Fonds de Solidarité Vieillesse, qui verse les « minimums contributifs », est largement financé par la contribution sociale généralisée, à laquelle les travailleurs indépendants sont soumis… sans contrepartie de droit à prestation. »

    « Il vaut mieux ne rien dire et passer pour un con, plutôt que de l’ouvrir et de ne laisser aucun doute à ce sujet. »
    Décidemment, il y en a qui feraient mieux de tourer leur langue 70 fois avant de l’ouvrir.
    Il est Force O U V R I E R E, alors qu’il a jamais dû toucher une machine-outil. Je ne savais pas qu’à l’U.R.S.S.A.F et à la Cram il y avait des ouvriers.
    « Philippe Pihet, cinquante-cinq ans, titulaire d’une licence d’administration économique et sociale, a effectué l’ensemble de son parcours au sein d’organismes de protection sociale (Urssaf, CRAMCarsat). Secrétaire confédéral CGT-FO, membre du conseil d’administration de l’Arrco depuis 2009, il est également membre du Comité d’orientation des retraites (COR) et du Comité de pilotage des régimes de retraite (COPILOR). » (https://www.lesechos.fr/31/10/2011/LesEchos/21049-049-ECH_philippe-pihet.htm)
    Vraiment, ce gars est tout ce qu’il y a de plus crédible.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
réforme syndicats
0
Sauvegarder cet article

En pleine crise sanitaire et économique, après une année 2020 terrible dont les conséquences sur l’emploi se profilent dans les prochains mois, une mobilisation de tous les Français est indispensable… Pendant ce temps-là, la CGT lance plusieurs préavis de grève.

 

Un syndicalisme politisé

Il y a longtemps que le syndicalisme français n’a plus comme priorité la défense des intérêts des salariés mais celle de sa propre organisation.

Si ce n’est pas encore devenu un parti politique le Syndicat français, dans sa grande m... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Marques.

C’est la loi du 11 février 1994, dite Loi Madelin, qui a permis aux travailleurs non-salariés non agricoles (TNS) de bénéficier de compléments de pensions de retraite par capitalisation.

C’était la loi du 25 mars 1997, dite Loi Thomas, qui proposait de créer les plans d’épargne retraite.

C’est aussi la loi du 21 août 2003, dite Loi Fillon, qui a instauré le Plan d’épargne retraite populaire (PERP), le Plan d’épargne pour la retraite collectif (PERCO) ou l’Etablissement de retraite additionnelle de la ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles