Conférence Students for Liberty à Paris : « Mon corps mon choix »

C’est samedi 13 octobre ! Au programme : propriété de soi, fin de vie, PMA et GPA, choix génétiques, modèles de famille, féminisme, travail sexuel, drogues.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conférence Students for Liberty à Paris : « Mon corps mon choix »

Publié le 12 octobre 2018
- A +

Dans le contexte de la révision des lois de bioéthique, l’association Les Affranchis – Students for Liberty France (https://www.facebook.com/SFL.France/) organise une journée de conférences et débats. :

« Mon corps, mon choix ? »,

le samedi 13 octobre de 10h à 18h 

à l’ENS, 45 rue d’Ulm, amphithéâtre Dussane.

Au programme : propriété de soi, fin de vie, PMA et GPA, choix génétiques, modèles de famille, féminisme, travail sexuel, drogues.

10h – 10h15 : Accueil du public et présentation

10h15 – 12h : Drogues et travail sexuel : la prohibition ne peut-elle qu’échouer ?

Bénédicte Desforges (ex-Police Nationale) & Fabrice Olivet (ASUD) Thierry Schaffauser (STRASS) & Sarah Marie Maffesoli (Médecin du Monde)

12h00 – 13h : Féminisme et libéralisme

Peggy Sastre & Les Affranchies – Women for Liberty

Déjeuner

14h – 15h : Propriété de soi : faut-il protéger les personnes d’elles-mêmes ? 

Gaspard Koenig (philosophe)

15h – 16h : Choisir sa fin de vie, l’ultime liberté ?

Jacqueline Jencquel (ADMD) & François-Xavier Bellamy (philosophe)

Pause café de 10min

16h10 – 16h40 : La famille par contrat ? 

Daniel Borillo (juriste et sociologue)

16h40 – 17h40 : PMA, GPA, y a-t-il lieu de restreindre les choix reproductifs des françaises et français ? 

Dominique Mennesson (CLARA) & Alexandre Urwicz (ADFH)

17h40 – 18h10 : Ouverture : Le choix génétique de son enfant : un crime sans victime ? Edouard Hesse (Les Affranchis – Students for Liberty France)

 

18h15 : Remerciements et fin

 

20h00 : Soirée des Affranchis

 

Inscriptions :

https://docs.google.com/forms/u/1/d/1eWN31F8kTM9ulEONDYEF2vWYOdcuyEdSz0FPXD1RcGI/edit

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Notre nous appartient il ou appartient il à la collectivité: un peu des deux, mais dans quel proportion. l’éthique devrait en tenir compte. la commission d’éthique devrait comprendre des religieux. car dans le monde il y plus de personnes qui pratiquent une religion que les athés

  • C’est quoi ce doigt d’honneur ? Une mode 🙂
    Quand on est jeune on croit être libre, puis on prend conscience de l’importance de l’ordre, du clan, de ses règles. Et on se rend compte que la liberté absolue est une illusion Rousseauiste, seuls les neo-Néandertals, les vagabonds peuvent vivre sans ces règles.

    • Il ne s’agit pas de liberté absolue. Qui pourrait par exemple empiéter sur celle des autres. Mais de retrouver la pleine propriété de soi, base du libéralisme. Sans laquelle ce sont les autres qui empietent sur notre liberté. Ne pas laisser à autrui la liberte absolue, à nos depends, surtout si cet autrui est l’Etat : voilà un beau programme !

      • Objection votre honneur. Quand on vit en société (donc pas comme un vagabond), la liberté totale n’existe pas. Si votre enfant fait des bêtises c’est nous qui devrons le prendre en main. Si vous faites n’importe quoi avec votre corps, la société, le clan, vos congénères vous soutiendront, ne vous laisseront pas tomber en déchéance. Ce luxe de pouvoir compter sur les autres, même à son insu, a un prix sur la liberté.

  • Un compte-rendu est-il dans les cartons?
    « La liberté ce n’est pas le droit de faire tout ce que l’on veut mais plutôt le droit de faire ce que l’on veut avec ce qui nous appartient. » Le « Laissez-faire » (et non le laisser-faire) « c’est un plaidoyer pour un système de liberté responsable dans lequel chaque personne ferait elle-même ses propres choix et aurait à supporter ou à profiter des conséquences de ses choix »

    • Maintenant, la fibre de solidarité naturelle des uns vis-à-vis des autres peut expliquer le désir d’instituer une assurance « obligatoire » (==> les mutualités) mais pas forcément de confection administrative…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
John Locke
3
Sauvegarder cet article

Un article publié en collaboration avec l'Aleps.

En dépit de certaines ressemblances formelles, comme la commune référence à l’état de nature et au contrat social, on imagine difficilement deux pensées aussi opposées que celles de Locke et de Hobbes. C’est qu’ils diffèrent fondamentalement sur leur conception de l’être humain.

Dans la tradition d’Aristote et Saint Thomas, John Locke (1632-1704) décrit un homme libre, rayonnant d’une dignité qu’il a en propre, et naturellement porté vers le respect des autres et la compréhension... Poursuivre la lecture

PMA
0
Sauvegarder cet article

Par Daniel Borillo.

Après la déclaration, sans réserve, de conformité à la Constitution par le Conseil constitutionnel, la nouvelle loi bioéthique a été promulguée le 2 août 2021. L’élargissement de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes célibataires et aux couples de femmes, tout comme la fin de l’infertilité (comme condition sine qua non à l’accès à cette technique) constituent, à n’en pas douter, une avancée incontestable.

Toutefois, l’enthousiasme diminue lorsqu’on constate que, dans le même texte, le législa... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borillo.

Ce texte est un résumé actualisé d’une note de GenerationLibre : « Le jacobinisme bioéthique » rédigé par l’auteur lors du débat parlementaire.

L’Assemblée nationale a adopté le 29 juin le texte définitif de la dernière révision de la loi dite de bioéthique au terme de deux ans de navettes parlementaires. Le recours auprès du Conseil constitutionnel, porté par des députés LR et UDI le 2 juillet, pourrait retarder la promulgation du texte.

Cette nouvelle révision de la loi constitue une occasion de prés... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles