Les secrets de la mémoire épisodique : voyagez au cœur de vous-même

brain by digitalbob8 (CC BY 2.0) — digitalbob8, CC-BY

La mémoire épisodique fait référence aux souvenirs autobiographiques. Découvrez son fonctionnement.

Par Badiaa Bouazzaoui1 et Sandrine Vannest2.
Un article de The Conversation

La mémoire humaine est une fonction cognitive de haut niveau grâce à laquelle l’homme emmagasine, conserve puis réactualise ultérieurement les informations qu’il a rencontrées au cours de sa vie. Il n’existe pas un mais plusieurs systèmes de mémoire.

Parmi ces différents systèmes, la mémoire épisodique fait référence aux souvenirs autobiographiques. Grâce à un voyage mental dans le temps, cette forme de mémoire permet de se souvenir d’évènements passés personnellement vécus que l’on peut resituer dans le temps et l’espace (se souvenir du film vu au cinéma la veille) mais aussi d’actions à faire dans le futur (se rendre à un rendez-vous médical le lendemain).

La mémoire épisodique est fondamentale à la fois en termes d’adaptation à l’environnement et de sentiment d’identité.

Fouiller dans ses souvenirs

Cependant, bien que présents en mémoire épisodique, les souvenirs ne sont pas toujours spontanément accessibles. En effet, lorsqu’un individu doit rechercher une information contenue en mémoire épisodique, il engage ainsi des stratégies de recherche qui ne se révèlent pas toujours efficaces.

Par exemple, si j’essaye de me souvenir de ce que j’ai mangé hier midi, une stratégie qui pourrait s’avérer inefficace serait de se limiter à rechercher en mémoire le contenu du repas en lui-même. Une stratégie plus efficace pourrait être de chercher à se souvenir avec qui j’ai partagé ce repas, où nous étions, etc., pour augmenter les chances de retrouver le souvenir que je cherche.

Pour évaluer le fonctionnement de la mémoire épisodique, les recherches menées en laboratoire consistent à demander à un participant volontaire de mémoriser des informations par exemple une liste de mots (20, 30, 40 ou plus selon l’expérience) présentés un par un (cartable, mouchoir, taureau…).

Dans un second temps, on lui demande de restituer ces mots. Plusieurs modes de récupération en mémoire peuvent alors être proposés. La tâche de « rappel libre » consiste à rechercher en mémoire les informations apprises sans aucune aide, ce qui nécessite donc d’initier spontanément des stratégies de récupération.

Il s’agit du mode de récupération le plus difficile et dans ce contexte, le participant échoue souvent à retrouver les mots appris. Cependant, les mots qui n’ont pas été rappelés ne sont pas pour autant oubliés et sont parfois accessibles si on fournit une aide sous la forme d’un indice de récupération. La tâche de « rappel indicé » consiste à proposer des catégories sémantiques (« un animal ? » pour le mot taureau) ou des trigrammes (TAU – – ?) qui facilitent la tâche puisque ces indices orientent la recherche en mémoire.

Une troisième façon d’accéder aux souvenirs en mémoire épisodique consiste plus simplement à représenter l’information préalablement encodée parmi de nouvelles informations (cartable, écolier, taureau, guirlande…), situation de reconnaissance où il est possible de s’appuyer sur un sentiment de familiarité pour identifier l’information apprise. En effet, le fait de revoir une seconde fois l’information apprise peut déclencher un sentiment de « déjà vu » qui facilite l’accès au souvenir sans nécessairement avoir besoin de se souvenir d’éléments contextuels.

Ainsi, plus la recherche en mémoire est guidée par la tâche, meilleure est la récupération des informations.

Toutefois, la récupération des informations n’est possible que lorsque la phase d’enregistrement des informations a été réalisée de façon efficace. Un encodage efficace des informations repose sur un traitement « profond » qui consiste par exemple à associer l’information à apprendre à nos connaissances préalables (ce qui implique d’analyser le sens de l’information à apprendre) ou à mémoriser le contexte de présentation de cette information (forme, couleur…).

Par exemple, pour retenir le mot pomme, je vais penser au fait que c’est un fruit, qu’elle peut être jaune, verte ou rouge, qu’elle pousse sur un arbre, qu’on peut l’utiliser pour faire une tarte, etc.

Plus l’encodage est élaboré, plus nous disposons d’informations contextuelles, et plus nous disposerons d’indices pour récupérer cette information ultérieurement.

Le rôle des émotions

Les émotions facilitent également la mémorisation d’un événement car elles jouent un rôle important dans l’adaptation de l’individu à son environnement. Les émotions sont des réactions de l’organisme qui lui permettent de fournir des réponses rapides face à des situations représentant un enjeu critique pour la survie ou plus simplement le bien-être de l’individu.

Il est donc crucial pour l’individu de mémoriser les expériences ayant provoqué des émotions pour favoriser l’efficacité de son adaptation ultérieure. Nous sommes donc plus attentifs, plus sensibles aux évènements ayant un caractère émotionnel. Certains évènements peuvent même entraîner un souvenir indélébile. Ainsi, il est fort probable que vous vous souveniez exactement où et avec qui vous étiez au moment où ont été diffusées les images du 11 septembre.

Expérimentalement, on peut tester cet effet de l’émotion sur la mémoire en utilisant des mots connotés de façon positive (« vacances »), négative (« maladie ») et neutres et les résultats montrent que nous retenons mieux les mots à connotation émotionnelle (+ ou -) que les mots à connotation neutre.

Dans le cerveau, un noyau situé en avant de l’hippocampe joue un rôle essentiel dans cet effet des émotions sur la mémoire. Il s’agit de l’amygdale qui permet d’associer une émotion à un événement particulier.

L’amygdale agit conjointement avec l’hippocampe (qui est le siège de la mémoire) pour moduler le stockage des souvenirs. Les études en neuroimagerie ont par exemple montré une augmentation de l’activité au niveau de l’amygdale lorsque l’individu visualise une scène émotionnelle. On a également pu observer que les personnes dont l’amygdale a été endommagée présentent une mémoire correcte mais insensible à l’effet renforçateur des émotions.

Les faux souvenirs

Les souvenirs contenus en mémoire épisodique ne sont pourtant pas un reflet fidèle de la réalité des événements que nous avons vécus. Notre mémoire est subjective et nos souvenirs dépendent de notre interprétation de la réalité, de nos connaissances et de nos expériences.

Ainsi, on parle de faux souvenirs pour qualifier les souvenirs que nous croyons avoir d’évènements qui n’ont jamais eu lieu ou d’informations que nous n’avons jamais entendues ou vues. Le paradigme du DRM (Deese-Roediger-McDermott, 1995) est utilisé en laboratoire pour illustrer ce phénomène d’intrusions (ou illusions de mémoire).

Lorsque nous apprenons une liste de mots (bibliothèque, chapitre, écrivain…) où les mots évoquent tous un autre mot qui ne fait pas partie de la liste d’apprentissage (LIVRE), nous avons tendance à rappeler ce mot critique que nous n’avons pourtant pas appris. L’explication réside notamment dans le fait que chaque mot appris est fortement associé au mot critique (le mot bibliothèque me fait penser à livre, le mot chapitre me fait penser à livre…), si bien que l’activation de ce réseau sémantique rend saillant le mot critique et nous amène à penser qu’il faisait partie de la liste d’apprentissage.

Les effets du vieillissement sur la mémoire

Parmi les déficits cognitifs liés au vieillissement, celui de la mémoire épisodique est certainement le plus connu et le plus documenté.

En effet, avec l’avancée en âge, les souvenirs épisodiques diminuent et sont de moins bonne qualité. Les recherches en psychologie cognitive ont permis de formuler trois hypothèses majeures pour expliquer le moins bon fonctionnement de la mémoire épisodique avec l’âge.

L’hypothèse du ralentissement cognitif émise en 1996 suggère que les difficultés de mémoire que rencontrent les personnes âgées pourraient s’expliquer par le fait qu’elles seraient moins rapides au moment où elles doivent traiter des informations, ce qui diminue l’efficience de leur mémoire.

Une autre hypothèse propose que le vieillissement s’accompagne d’un déficit en ressources attentionnelles. Disposant de moins de ressources sur lesquelles s’appuyer, les personnes âgées ont plus de difficultés à accéder aux souvenirs. L’hypothèse du dysfonctionnement exécutif soutient quant à elle que la moindre efficience du fonctionnement mnésique s’explique en partie par le déclin des capacités exécutives qui sont des fonctions cognitives de haut niveau nous permettant de nous adapter à des situations nouvelles et de planifier nos actions.

Cette dernière hypothèse s’appuie sur l’observation d’une dégradation précoce du cortex préfrontal avec l’âge.

Bien que le fonctionnement de la mémoire épisodique soit associé au fonctionnement des lobes temporaux internes et de l’hippocampe, il est aujourd’hui admis que le cortex préfrontal est aussi fortement impliqué dans l’efficience mnésique.

Cette région cérébrale est le siège des fonctions exécutives. Il s’agit de processus cognitifs essentiels au fonctionnement optimal de la mémoire puisqu’ils permettent de mettre en place des stratégies d’encodage et de récupération.

Les expériences de vie et la mémoire

Cependant le vieillissement est un processus hétérogène et nous ne sommes pas tous égaux face au déclin de la mémoire épisodique. Les expériences de vie accumulées permettent de se constituer une « réserve cérébrale et cognitive » qui pourrait ralentir les effets du vieillissement.

Ainsi, avoir suivi des études supérieures, avoir une profession stimulante, multiplier les activités culturelles et les activités physiques tout au long de la vie permet d’augmenter le nombre de neurones et de connexions neuronales (réserve cérébrale) et d’accumuler des compétences cognitives et des connaissances sur le fonctionnement de la mémoire qui faciliterait les apprentissages ultérieurs (réserve cognitive). Cette réserve est essentielle puisqu’elle contribue à développer notre cerveau et à retarder l’impact du vieillissement sur le fonctionnement de la mémoire épisodique.

Sur le web-Article publié sous licence Creative Commons

  1. Ingénieur de Recherche «Production et analyse de données en Sciences Humaines et Sociales», Université de Tours.
  2. Maître de conférence en psychologie, Université de Tours