Retraites : qui va payer ?

Pour tenir une de leurs promesses, celle des retraites, les Etats hypothèqueront votre immobilier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
the gentlemen by miss pupik (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Retraites : qui va payer ?

Publié le 23 septembre 2018
- A +

Par Nick Hubble.

Les gouvernements croulent sous les dettes et sous les promesses non financées. Pour tenir une de ces promesses, celle des retraites, les États hypothèqueront votre immobilier.

Dette souveraine, dette d’entreprise, prêt sur marge, dette des ménages, prêt immobilier, crédit à la consommation, prêt étudiant, etc, etc. Est-il nécessaire de les rembourser ?

La plupart d’entre nous contracte des prêts amortissables, et rembourse le capital petit à petit.

Les entreprises et les États se contentent de refinancer leur dette : ils empruntent à nouveau pour rembourser le capital d’un emprunt parvenu à échéance.

Les prêts étudiants sont à mi-chemin : ce n’est que parvenu à l’âge de la vie active que l’étudiant est censé rembourser.

Les retraites : il n’y a pas d’argent

La seule dette que nous essaierons de rembourser en tant que pays n’est pas du tout une dette mais un passif non capitalisé.

Je parle des retraites, de la promesse faite aux gens de leur payer leur retraite. Parce qu’on ne peut pas se contenter de refinancer cette dette. Elle arrive à échéance et doit être remboursée.

Les États, les entreprises et les fonds, tous ont fait cette promesse. Mais personne n’est complètement certain de qui va payer.

Ce qui est intéressant, c’est la conséquence du non-paiement de cette dette. Faire défaut sur les promesses de retraites ne sera pas bien reçu par les populations…

Les dépenses s’effondreraient. Il y aurait également une sorte de révolution politique si le gouvernement refusait tout bonnement de payer ou de renflouer les engagements en matière de retraite des entreprises.

Quelqu’un doit donc payer. Ce qui nous ramène à la question « qui » ?

Qui va payer pour les retraites ?

Est-ce que ce seront les jeunes ? Ils tentent d’épargner pour leur propre retraite. En effet, les responsables politiques ont décidé de passer d’un modèle où les jeunes financent continuellement les vieux à un modèle d’épargne et d’investissement pour soi-même et pour sa propre retraite.

Mais que devient alors le prochain groupe de retraités ? Qui financera leur retraite si les jeunes contribuables sont occupés à financer la leur ?

Ou alors les futurs contribuables devront-ils payer pour leur propre retraite en plus de celle de leurs aînés ?

Une hypothèque discrète

Pour le Wall Street Journal, le gestionnaire de fonds Rob Arnott et le professeur de finance Lisa Meulbroek ont transformé ce problème en une donnée que nous pouvons tous comprendre.

Aux États-Unis, les retraites publiques sont largement hors de contrôle. Elles représentent en moyenne 75 000 $ par ménage et dans certains États, c’est même pire.

Voilà où ça devient intéressant. Une source importante de financement pour ces États est l’impôt foncier. Toutes les autres formes de richesses peuvent traverser les frontières si un État tente d’augmenter les impôts. Mais l’immobilier, lui, reste. On est bien obligé de payer son impôt foncier.

Que deviendraient les propriétaires fonciers s’ils devaient payer le passif non capitalisé de leur État, avec une « hypothèque discrète » qui représente environ 20% de la valeur de leur bien immobilier ? demandent Arnott et Meulbroek.

En d’autres termes, le ménage moyen américain a une hypothèque cachée d’environ 20% de la valeur du bien immobilier dans lequel il vit. Une hypothèque qui doit être payée pour financer le passif non capitalisé des retraites publiques.

Des exemples réels

Si cela peut sembler abstrait, voyez ce qui est arrivé à Detroit. Cette ville, anciennement prospère, est aujourd’hui vide. On peut jouer au golf dans des quartiers entiers, comme l’a fait un journaliste américain il y a quelques années. Augmenter les impôts fonciers pour financer les retraites de la ville a fait fuir beaucoup de monde.

C’est ce qui se passe en ce moment dans l’Illinois. Les gens voient arriver à échéance la facture des promesses de l’Etat. Et ils savent que c’est l’immobilier qui devra payer. Ils déménagent donc dans un autre Etat.

Autrement dit, obliger les gens à payer des promesses impossibles peut complètement  saccager une économie, en particulier le parc immobilier. Ce qui ne veut pas dire que ne pas payer serait beaucoup mieux.

Résultat de tout cela ? Le Consumer Bankruptcy Project a effectué une étude sur une nouvelle tendance effrayante :

« Les Américains âgés ont de plus en plus tendance à ouvrir une procédure de faillite, et le pourcentage de ceux qui se sont déclarés en faillite n’a jamais été aussi élevé. Selon les données du Consumer Bankruptcy Project, le taux auquel les Américains âgés (65 ans et plus) se déclarent en faillite a plus que doublé et le pourcentage de personnes âgées dans le système de faillite américain a été multiplié par cinq. L’ampleur du phénomène est si importante que la tendance du vieillissement de la population ne peut l’expliquer ».

Qui prendra soin de ces personnes à présent ? Qui paiera pour elles ? 

La version britannique de « l’hypothèque discrète »

En Grande-Bretagne, les choses sont un peu plus personnelles. Ce n’est pas la retraite qu’on essaie de financer par de nouveaux impôts mais les soins aux personnes âgées.

Le Telegraph explique :

« Les députés réfléchissent à ce qu’on appelle une ‘taxe retraites’ qui verrait les contribuables payer une somme forfaitaire à l’Etat afin de couvrir la hausse vertigineuse des coûts d’hébergement en maison de retraite et de protection sociale des personnes âgées.

Il est entendu que ces propositions verraient les retraités faire un paiement unique dans un ‘fonds de santé national’ qui servirait à couvrir les coûts de financement de leur séjour en maisons de retraite ».

On prévoit que le nombre de personnes de plus de 65 ans va augmenter de 75% d’ici 20 ans. On imagine donc bien pourquoi le gouvernement est inquiet.

« Selon une source proche de Matt Hancock, le secrétaire d’Etat à la Santé, ce dernier n’a pas écarté cette possibilité : ‘rien n’est à exclure’. 

Parallèlement, une source proche du gouvernement a déclaré que les ministres étudiaient ‘plusieurs idées’ autour du financement de la protection sociale, ajoutant qu’ils étaient déterminés à ‘ne pas faire porter le fardeau aux jeunes’ par une imposition plus élevée ».

Le gouvernement discute de transférer l’argent d’un bout de la baignoire à l’autre pour nous sauver de la noyade.

Au final, toutes les promesses sont soit payées par les impôts soit en défaut de paiement. Créer un impôt spécifique pour financer un programme spécifique n’est qu’une hausse des impôts.

Vous souvenez-vous de la catastrophe qu’a été l’impôt sur la sénilité ? Pour certains, il a coûté à Theresa May sa majorité. La proposition de prendre en compte la valeur de votre domicile dans le calcul des conditions de prise en charge de vos soins pour personnes âgées a suscité une vive indignation.

A mon avis, les politiques comme l’imposition, qui sont liés aux changements démographiques et aux promesses de retraites, évolueront fortement dans les prochaines années. Et pas pour le meilleur.

Des programmes tels que l’impôt sur la sénilité et le prélèvement forfaitaire de retraite sont des signaux d’alerte. Le gouvernement veut faire entrer votre argent dans le système afin de pouvoir le confisquer lorsque le système de retraite ne parviendra plus à tenir ses promesses.

Pour vous protéger, vous devez garder une partie de votre argent hors de portée du radar du gouvernement. Pas de manière illégale ni même de manière douteuse. Simplement de manière qu’il soit difficile à atteindre lorsque l’Etat modifiera les règles vous concernant.

La seconde option est d’investir dans l’or. Pas des ETF sur l’or, de l’or papier ou des contrats à terme. Je vous parle ici de l’or que vous pouvez tenir entre vos mains et garder comme objet personnel.

Du fait de la difficulté de taxer efficacement l’or qui est en votre possession personnelle, je pense que les Etats sont bien moins susceptibles d’essayer de le faire. Les actifs possédés de manière numérique comme les actions, et les actifs qui sont déjà taxés comme les biens immobiliers, seront ceux qui porteront le gros du fardeau. Parce qu’il est facile pour un Etat de se les approprier, sans même vous en demander la permission.

Enfin, n’oublions pas le développement récent des cryptomonnaies.

Prédire notre futur en visitant le Japon

Cela fait trois mois que je suis au Japon. Mon intention était d’effectuer quelques recherches démographiques pour voir comment l’Europe continentale et la Grande-Bretagne évolueront dans les prochaines années.

Mais il semble que je sois tombé dans la partie la plus fertile du Japon. Il y a des enfants partout.

De récentes visites dans une maison de retraite et dans un hôpital n’ont à vrai dire pas déclenché d’illumination chez moi. Ces établissements sont comme partout ailleurs – excepté que les infirmières et le personnel ne sont pas issus de l’immigration.

Ma grand-mère par alliance était plus bavarde que jamais après son opération de la hanche. Grand-père avait momentanément retrouvé la mémoire, ce qui lui a permis de me serrer la main et de me féliciter pour mes fiançailles avec sa petite-fille.

Malgré le manque de preuves anecdotiques, les statistiques et ce qu’on raconte sur les changements démographiques au Japon sont toujours d’actualité. Certaines données sont très étranges. Et d’autres sont celles auxquelles on devrait s’attendre.

Investir pour financer la retraite a été un échec total au Japon. Les prix immobiliers se sont effondrés, sans reprise aucune. Le cours des actions également.

La propriété est considérée comme un bien de consommation, pas comme un investissement. Ce n’est pas difficile de comprendre pourquoi. On voit des maisons et des villages vides à travers tout le pays.

Source: Financial Times

Imaginez 30% du parc immobilier vide…

Entre temps, des gens possèdent des biens immobiliers à travers le pays qu’ils ne parviennent pas à vendre. La valeur a tellement baissé que vendre serait enregistrer une perte dévastatrice. En particulier s’ils sont encore endettés.

Certains retraités japonais se reposent sur le système carcéral pour trouver un toit et de la nourriture. De toute évidence, une vie de délits mineurs tout en s’efforçant de se faire arrêter, ça peut également être un secours.

Je ne sais pas dans quelle mesure cela était vrai avant la bulle économique japonaise mais la responsabilité familiale collective semble être la solution favorisée face au changement démographique.

Les membres de la famille sont tenus pour responsables des actions des uns et des autres. Et de leurs dettes. Et du coût de retraite de chacun. Vous pouvez imaginer le changement de dynamique familiale que cela occasionne, pour le meilleur et pour le pire. Cela rend certainement les choses intéressantes…

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • il n’y a pas d’argent pour payer les retraites maïs, il y a de l’argent pour une catégorie de profiteurs pour vivre au crochet de la société, la valeur du travail est de ne rien faire !..
    quel est la part financières totale du non travail en France ?.. il y a une situation financière qui interpelle ! ex: RECETTE 390 milliards d’euros et 490 milliard de fonctionnement ? le constat,100 milliards d’euros de dette ? heureusement que j’ai pas fait les grandes écoles !! MA GRANDE ECOLE,
    C’EST MA CALCULETTE.

    • Rien compris à votre message. Désolé vous êtes fier de ne pas avoir fait de grande école et pourtant vous ne savez pas vous exprimer correctement.

    • Les dettes des retraites des fonx sont hors bilan (plus de 1500 milliards à ce jour, on comprend pourquoi on le cache sous le tapis) et se chiffrent à au moins 75 milliards/an. Faut rajouter les dettes de la Sécu et les partenariats public/privé. on arrive à 200 milliards/an facile.

      C’est pas cher, c’est ducon-tribuable qui régale.

  • Baisse des impôts sur la classe moyenne
    2 points de tva vers les caisses de retraite
    Chasse réelle aux paradis fiscaux
    fermeture des frontières en quittant shengen
    pas de prestations sociales aux clandestins
    fermer provisoirement le robinet d’assistance aux pays étrangers
    Abolir toutes les niches fiscales
    Valoriser la retraite comme une branche positive de l’économie
    rémunérer le bénévolat

  • arrêter de dépenser notre argent n’importe comment ; De Rugy pourra compter sur un budget encore en hausse ( 1 milliard d’euro en plus ) soit un budget de 34,2 milliard d’euros pour 2019 ; on balance des milliards de tout les côtés et on endette ce pays pour des générations ; notre retraite , je crois que l’on peut s’asseoir dessus ;

  • Mais aussi ne pas oublier que depuis 2016 l’Etat s’est arrogé le droit de ponctionner tous les comptes bancaires en cas de risque de cessation de paiement . Les politiques évitent bien d’en parler !Macron peut pleurer : les Français qui ont pu s’établir à l’étranger ne sont pas près de revenir même pas ceux qui sont en Angleterre , Brexit ou pas ! Eux aussi savent compter .

    • @ Adio
      D’abord, il s’agit d’une proposition de l’€ zone qui permettra que les clients d’une banque qui fait faillite ne perdent pas tout leur avoir (protection du citoyen-client. Le dispositif est actuellement national dans chaque pays partenaires. Vos biens seront garantis jusqu’à 100 000 €, tous comptes confondus mais par établissement. Les banques britanniques n’offrent évidemment pas ces mêmes garanties! Il est bon de se rappeler que les banques prêtent plusieurs fois le montant de vos dépôts à plusieurs débiteurs!
      Donc non, l’état ne peut ponctionner vos comptes qu’après saisie décidée par la Justice!

      • « Donc non, l’état ne peut ponctionner vos comptes qu’après saisie décidée par la Justice! »
        Ce qui n’est pas plus rassurant quand on constate sa soumission au pouvoir politique.

        • @ RC33
          Non, pas l’état: c’est la banque qui peut presque vider vos comptes de l’argent que vous avez eu l’imprudence de lui confier au-delà de 100 000€.

      • garantie jusqu’à 100.000 € ? pas du tout
        relisez le courrier envoyé par votre banque … il vous « garantissent » juste qu’ils ne vous rembourseront pas plus de 100.000 € … ça pourra être 30 € .

        • @ patrickX
          Évidemment: si vous avez 30€ à la banque, elle vous les remboursera vos avoirs à elle confiée mais pas au-delà de 100 000 €: c’est le risque!

          • @mikylux

            Ce que patrickX faisait remarquer est que le FGDR ne précise pas quel montant est remboursé sous leur maximum de couverture. J’ai eu beau parcourir leurs explications, à chaque fois qu’on aborde la garantie des fonds, ils s’expriment par « calcul d’indemnisation » ou « montant indemnisable ». Rien n’indique que l’ensemble de l’enveloppe des 100.000 euros est éventuellement couvert. Ce qui semble normal puisqu’il dépend de l’envergure du désastre économique et des fonds propres du FGDR qui sont d’environ 3,5 milliards fin 2016.

            https://www.garantiedesdepots.fr/fr/fonds-de-garantie-des-depots-et-de-resolution/financement-du-fgdr

  • Il n’y a rien a comprendre a ces histoires de retraites sauf un truc ,toute la communication sur le sujet consiste a faire peur aux futurs retraites pour qu’ils souscrivent des contrats d’assurance vie , investissent…..tout cet argent conduit a un manque de consommation et au sous emploi……et le poisson se mord la queue.

    • L’argent investi au lieu d’être consommé, donc un excès de politique d’offre. Pour affirmer cela, je me demande depuis quand n’êtes-vous pas venu en France ?

  • le fait que des gens adhèrent à la sécu ou la retraite par répartition vient sans doute de la croyance qu’il existe bel et bien une masse de richesse, assez similaire à un tas de saucisses toujours fraîches , détenue par « une minorité de riches » qui suffira à payer le bazar tôt ou tard quand on a trouvé le moyen de s’en saisir.

    il faut d’abord accepter une fausse idée de la richesse du riche.
    il faut consacrer une large part de sa richesse à générer de nouvelles richesses pour rester « riche ».

    mangeons donc le capital…en prétendant que non.

    l »appauvrissement pourra d’ailleurs être mis sur le dos de la finance et des riches…

  • Vieillir c’est se contenter de peu et d’en être heureux quand on a eu une vie bien remplie, c’est sortir de la société de consommation et de s’en libérer, c’est une grande satisfaction. Mais certains achètent des 4×4 et remplissent les avions et les hôtels, je les plains. Il faudrait leur faire comprendre que ceux sont des assassins…http://photos-non-retouchees.over-blog.com/2016/04/minimum-vielliesse-nous-sommes-570-000.html

    • « Vieillir c est sorti de la société de consommation « 

      Ah bon ? Les vieux ne se nourrissent pas, ne font pas de voyages, n achètent pas de vêtures, ne regardent jamais de film et n’achète t jamais de laine pour faire de jolies pull à leurs petits enfants.
      Non ce sont des assassins.

      «  et s en libérer »
      Oui c est moxhe la société de consommation et la division du travail. Je vous souhaite bien du courage pour fabriquer un crayon à papier seul vos petites mains.

      « Veiller s est se contenter de peu »
      Est il possible que vous mêliez de la recherche du bonheur des vieux, qui font comme bon leur semble, chacun d entre eux, avec leur pognon ?
      Voulez vous que je me mêle de votre bonheur, ça ne va pas vous plaire. Rassurez vous, je ne m en occuperai pas, c est personnel bonheur, seul le mien et ceux de mes proches me concerne.

      « c’est une grande satisfaction de sortir de la société de consommation »
      Oh je n en doute pas. Vous le ferai ou vous le faites déjà et c est très bien si c est votre truc.( comment faites vous ? ) Mais nom de Dieu, ce n est pas le truc de tout le monde. La liberté et la responsabilité ça vous parle?

    • Intéressant début de commentaire mais la fin part en vrille: des assassins ?? guycap, vous débloquez. Si encore vous aviez traité de « traitres à la patrie » ceux qui achètent des 4×4 fabriqués hors de notre pauvre pays alors qu’il y aurait un produit français équivalent :

  • Ce qui compte pour les retraites, avant l’argent, c’est d’avoir assez d’adultes pour nourrir tout le monde : eux mêmes, leurs enfants et les vieux. Donc : https://www.yvesmontenay.fr/2018/06/14/financer-les-retraites-ne-suffira-pas-il-faut-revoir-lage-du-depart/

    • On parle toujours de l’âge du départ, mais on aurait sans doute des effets encore plus grands en cessant de retarder l’entrée dans la vie active, au prétexte d’une formation qui n’en est pas une.

      • +1000
        Age moyen de l’obtention du bac pro, 21 ans.
        Il faudrait commencer à travailler à 15-16 ans avec un apprentissage. 5 ans de cotisation en plus. Une paille.

      • c’est clair et c’est facile de vouloir augmenter l’âge de départ quand on fait un métier qui plait ou qui n’est pas exigeant..le souci c’est que ce n’est surement pas le cas pour tout le monde et je vois pas pourquoi je devrais faire plus d’efforts que mes prédécesseurs ou pour satisfaire l’Etat et ses conneries.

    • @ Yves Montenay
      Ailleurs, c’est déjà fait: âge de la retraite: 67 ans au lieu de 65 mais rien ne dit que selon l’évolution de l’espérance de vie, cela n’aille pas au-delà. En France, avec les 60 ans, l’écart comparatif se creuse!

  • La retraite est une promesse de la génération futur qui acceptera de payer nos retraite.
    Ce revenu futur n’est pas officiellement garanti et est constamment révisable, ce s appelle une Arnaque.

    Vous savez ce que l’on dit que de qui écoutent les promesses.

  • « rémunérer le bénévolat » Mdr !!!!!
    Dans ce cas, c’est quoi le bénévolat ?

    • Ou rendre le bénévolat obligatoire et non rémunéré, ça marchera mieux. Oh wait…

    • Je vois deux cas de bénévolat rémunéré, mais je ne crois pas qu’ils correspondent à ce que notre commentateur proposait.
      Le premier, c’est le travail au noir. Ca se décide entre personnes de bonne volonté, et l’état ne s’y invite pas pour transformer les libres décisions de l’employeur et de l’employé en contrat sur lequel il puisse prélever sa dîme. Par exemple, plutôt que d’avoir le facteur, La Poste écrit en gros sur le front, passer 3 fois par semaine s’assurer que votre ascendant va bien, vous pouvez offrir un petit billet chaque mois à ses voisins pour qu’ils le fassent. C’est du bénévolat rémunéré…
      Le second, c’est le pourboire. Là encore, l’état est tenu hors du coup. Hélas, la tradition s’est perdue, sans doute parce que le prix du service plancher est devenu si excessif qu’on ne va pas rajouter de pourboire. Mais là encore, le principe est plutôt libéral, le pourboire correspond à une somme qui n’est pas due, mais qu’on verse de libre choix et pour remercier quelqu’un qui a offert de son plein gré plus que ce qu’on attendait de lui aux termes du contrat.

  • La »retraite »….Mot funeste à bannir du vocabulaire; et pas seulement à cause de la retraite de Russie…
    C’est une connerie de vouloir que les gens arrêtent de travailler et s’excluent de la vraie vie; celle où on est encore dans la course.
    J’ai 69ans, je travaille tous les jours pour mes entreprises que je gère avec mes fils et brus qui n’ont absolument pas envie de me voir prendre cette fameuse retraite….A l’article qui pleure sur les retraités fonctionnaires américains, j’opposerais Berry, 81ans mécano génial de Kansas City, Sven céréalier du Montana,78ans, Hugo, Missouri vendeur de tracteurs, 82ans, et Hans son concurrent du Dakota S. 79ans….Et Henri, en Bretagne 75ans cochonnier de choc…
    Tous ces gens sont heureux dans ce qu’il font et le font (très) bien, se tiennent au courant et continuent à se former…
    A l’opposé de ces clubs du « 3ème » age qui ne sont que des mouroir en sursis où le tamalou envie le yabobolà…En se regardant le nombril…

    • EN entreprise quand vous avez plus de 40 ans vous êtes déjà trop vieux…. et si vous avez un métier qui vous passionne c’ est parfait mais c’ est loin d’ être le cas de tout le monde….

    • @Kansas
      Tout depend de votre travail. Aller porter des sacs de ciment a 75 ans …

  • j’ai banni le mot bénévolat de mon vocabulaire. et quand je participais pour un don ,dans mon esprit ce n’était pas pour des raisons fiscal..ma famille d’abord !!!

    • Je suis assez d accord.
      Rien n’interdit de faire du bénévolat pour des tas de raisons dont morales. Tant que personne n est obligée dans un sens ou dans l’autre, je ne vois pas le problème.
      Le problème c est la solidarité obligatoire.

  • L’auteur devrait plutôt recommander à ses lecteurs de rester en cash plutôt que d’acheter de l’or.

    • Cela suppose que vous faites plus confiance en la monnaie fiat telle que l’Euro qui n’a jamais été menacé de disparition ou de dévaluation face au dollar plutôt qu’un actif physique indestructible.

      Je suis assez perplexe …

    • Dans les pays à forte inflation comme le Venezuela, l’Argentine ou même la Russie, les porteurs d’or n’ont pas de perte de valeur et de pouvoir d’achat, ce qui confirme bien la protection que peut assurer l’or, par contre il faut se souvenir que les USA ont interdit la détention et les transactions en or des années 30 jusqu’aux années 70. L’évolution des cours de l’or a bien permis de conserver son pouvoir d’achat par rapport à la dévalorisation du Dollar pendant cette période mais elle exposait à des poursuites et en a rendu l’utilisation pratique difficile.
      Par contre, la détention des bijoux et des mines d’or n’a pas été concernée par cette interdiction et constitue peut-être une réponse.
      Seule la Suisse et ses banques n’ont jamais pris de dispositions défavorables.

    • Confiance dans la promesse d’un bout de papier ?

  • Je ne me permettrai pas de dire que c’est une question « idiote » mais entre nous à part le « contribuable » qui pensez vous qui va payer.?

    • Pour le moment c’est le contribuable qui paie. De là à penser que cela doit perdurer, il y a un pas, auquel l’article nous invite à réfléchir. Mais comme mettre en oeuvre d’autres financements pour libérer le contribuable serait plutôt une démarche libérale, et vu le poids des libéraux dans les choix économiques et politiques en France, vous avez probablement raison.

  • Toute la thèse de l’article repose sur l’idée fausse que le défaut sur la promesse des retraites serait impossible. Autre erreur majeure, il confond répartition et capitalisation, promesse politique et contrat.

    Pourtant, le défaut est très exactement ce qui va se produire à plus ou moins brève échéance pour les retraites par répartition qui ne sont pas des contrats. En effet, une promesse politique n’est pas un contrat. Elle n’impose aucun débiteur désigné. Elle ne dispose d’aucun capital en regard. Les Etats diront aux familles : « c’est une arnaque de l’ancien régime que nous n’assumons plus, démerdez vous avec vos vieux », en profitant d’un changement de régime opportun.

    Un homme politique qui avait tout compris, pétri d’honnêteté, avait prévenu : « les promesses politiques n’engagent que ceux qui y croient ». Sans doute possible, les Etats feront défaut sur les promesses des retraites par répartition. Et la consommation ne s’effondrera pas pour autant, car ce qui est pris aux uns pour être redistribué aux autres est un jeu à somme nulle sans création de richesse. Ce qui n’est pas créé ne peut disparaître.

    • Faire defaut sur les retraites c est suicidaire electoralement. Regardez la volte face de Macron qui a dit « arretez d emmerder les retraités ». Et la on parlait de chose homeopathique par rapport a un defaut sur les pensions de retraites !

      Apres on peu evidement imaginer une grosse crise economique et un chaos qui fasse passer la chose. Mais s il y a des elections, supprimer les retraites va vous mettre a dos a moins 40 % des votants (les retraites + ceux proche de la retraite. sachant que les vieux votent plus que les jeunes, il y aura plutot un consensus pour faire payer les jeunes ou pour supprimer les elections)

      • Ceux qui feront défaut découvriront donc juste après une élection que la situation n’était pas si rose qu’on le prétendait. En jouant finement, ils feront passer tout au débit de l’équipe précédente.

      • Faire défaut sur la promesse politique des retraites ne veut pas dire qu’elles vont disparaître mais que leur pouvoir d’achat va être sabré. Les plus petites retraites ne changeront probablement pas beaucoup. Ce sont les retraites plus importantes qui seront concernées, jusqu’à rejoindre le niveau des plus faibles. N’est-ce pas d’ailleurs ce qu’on observe dès à présent ? Il n’y a aucune illusion à se faire : le pouvoir d’achat des retraites par répartition va fondre inexorablement car elles sont d’ores et déjà insupportables.

        Si notre personnel politique avait un minimum de sens démocratique et économique, au lieu d’avancer sournoisement, il proposerait un plan de transition de la répartition vers la capitalisation similaire à celui du Chili.

        https://www.contrepoints.org/2010/12/11/8859-quand-le-chili-indiqua-la-voie

      • @ cdg
        Évidemment: les enfants du baby-boom sont arrivés à la pension: donc oui, par démographie, il y a un effort à financer mais qui diminuera avec le temps: tout ça était et est prévisible: la démographie est faite pour ça aussi!

        • mikiluxLes enfants du baby boom vont vivre encore 20 ou 30 ans. Donc la baisse du cout des pensions c est dans 25 ans au mieux (quand les boomers seront remplaces par des retraites ayant subit chomage et stagnation economique durant leur vie pro).
          Pire a la fin les boomers vont couter encore plus cher car on va passer de baby boom a alzheimer boom. donc une explosion des depenses de sante a prevoir

  • je me refuse de faire du bénévolat…je n’ai jamais travaillé gratuitement …qui plus est, je suis pénalisé de pour être, sois disant solidaire pour les actifs ,obligatoire ! la démocratie à la macronnerie ! par contre quand je vois les résultats financiers désastreux de la France.
    je trouve que ces parasites du gouvernement et des représentants du peuple ,bien cher payé…
    je pense que le salaire minimum le SMIG leur suffirer bien assez …
    je gagne 2 je dépense 5..ils ont un problème
    pour gérer un budget ! ils sont fâchés avec les chiffres !!
    il est plus facile de prendre dans une poche et de le restribuer dans une autre poche, que de se remettre en question ,,, Mais les échéances électorale arrivent ! le temps passe …le vote sera t -il une sanction ?

  • David J , a force de virer a chaque élection, ces incompétents, nous allons bien trouver des serviteurs d’états digne de ce nom…
    il y a des gens qui crèvent pour aller voter !
    c’est simple à mettre en pratique à une election: plus de 50 %de vote Blanc eliminination du candidat..mois de 50 %de votants tous éliminer, vous dever être élu avec plus de 50% de votant et plus de 50% de voix …la sélection sera faite !! un guidam est élu avec 25 % de votant et obtenant 20 il est élu. il représente qui lui même

    • « il y a des gens qui crèvent pour aller voter ! »
      je dubite. Qui crèvent pour promouvoir la liberté ou la dictature, certainement, mais pour veauter, sans dec, un nom?

    • @Lou 17

      Je commence à me faire vieux, aussi j’en ai assez vu de ces élections auxquelles je prenais part dans ma jeunesse. A force de virer des « incompétents », d’autres « incompétents » ont assuré la relève.
      Votre première erreur est de les juger incompétent. Je les trouve particulièrement habiles pour se maintenir au pouvoir depuis si longtemps. Votre seconde erreur est de ne pas voir ce temps qui passe. Car au bout d’un moment, vous vous faites vieux, et on passe à une autre génération.
      J’ai presque cru qu’il y aurait une petite  » amélioration » après le mandat Hollande. C’était trop grotesque. Puis le temps des élections est venu et j’ai vu le même grand cirque habituel mais en plus magistral encore. Et incroyable mais vrai, nous en avons repris encore pour cinq ans de socialisme pur et dur.
      A chaque élection, c’est pareil. « Cette fois-ci, c’est la bonne. » On dirait un mauvais jeu de grattage.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

Décembre 2019. Vous vous souvenez ? On ne parlait pas encore de Covid-19 et encore moins d’inflation, de prix de l’énergie et de guerre en Ukraine, mais le pays était déjà au bord de la crise de nerfs, encore une fois dans la rue, encore une fois dans le rapport de force syndical, les blocages, les TGV à l’arrêt et les vitrines cassées, pour s’opposer de toutes ses forces à la retraite universelle à points annoncée par Emmanuel Macron dans son premier programme électoral.

 

Ah, la France et son précieux modèle social !

Du d... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

C’est un sujet que j’ai déjà traité plusieurs fois et qui remonte à un audit de la dette française demandée en 2005 par Thierry Breton ministre des Finances sous le gouvernement de Jacques Chirac à l’ancien responsable de la BNP Michel Pébereau.

 

La situation en 2005

Le rapport, publié en 2006, indique un endettement de 1200 milliards d'euros mais il ne tient pas compte les dettes dites hors bilan qui incluent les engagements de l’État en ce qui concerne les retraites des fonctionnaires, les déficits des entreprises d’État... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles