L’inflation, honteuse bouée de sauvetage de nos finances publiques

L’inflation sauve le budget du gouvernement Philippe mais va à terme plomber notre pouvoir d’achat.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bouée credits yozine (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’inflation, honteuse bouée de sauvetage de nos finances publiques

Publié le 22 septembre 2018
- A +

Par Simone Wapler. 

Les marchés sont d’excellente humeur, ils digèrent très bien la guerre commerciale sino-américaine et ne se soucient plus de l’Italie. Le rendement de l’emprunt d’État à 10 ans de ce pays est repassé sous le seuil psychologique des 3%.

J’en profite pour vous détailler comment le budget et les finances publiques profitent du retour de l’inflation.

Voici d’abord comment évolue officiellement l’inflation des prix depuis cinq ans :

La barre des 1% a allègrement été franchie.

Une infraction décontractée, assumée et complètement pas solidaire…

Le gouvernement a pris la décision de ne revaloriser les retraites de la CNAV que de 0,3% en 2019 et 2020. Ceci est en infraction avec le Code de la Sécurité sociale de notre bel État-providence, qui avait gravé dans le marbre de l’article L161-25 que les retraites devaient être réévaluées en fonction de la hausse des prix à la consommation.

En dehors des retraites, il est prévu que d’autres prestations ne suivent pas. Le gouvernement désindexe aussi les traitements des fonctionnaires. L’assèchement de tous ces petits ruisseaux évite quelques milliards d’euros de décaissements.

D’euthanasie en euthanasie

Tout ceci est finalement une bonne chose. Je vous choque ? Voyez cela comme l’euthanasie de l’État-providence ! Les prestations promises vont se retrouver laminées ; peut-être que cela dissuadera un électorat assoiffé de « promesses sociales » de voter pour avoir toujours plus d’argent qui tombe du ciel.

Ce qui ne va pas en revanche, c’est l’euthanasie des épargnants. D’abord ceux qui parquent des liquidités dans l’épargne réglementée. Le livret A ne rapportera que 0,75% jusqu’en 2020. Ensuite, ceux qui – en ayant fait le sacrifice de différer leur consommation à une époque où l’épargne n’était pas insultée – ont pu se constituer un patrimoine financier et immobilier. Les assiettes de nos innombrables impôts ne sont jamais relevées en fonction de l’inflation.

Ce qui ne va pas non plus, c’est cette incapacité de ce gouvernement à faire ce que tout le monde attend : des économies, des vraies. Que l’État fasse moins de tout et plus de rien et se recentre sur ses fonctions essentielles.

Des tours de passe-passe qui ne tromperont qu’un  temps

Le retour de l’inflation permet donc à ce gouvernement de présenter un budget presque honorable en grattant sur les prestations et en gonflant la TVA et les autres recettes fiscales.

Mais déjà, en juin, la dernière enquête de l’INSEE sur la confiance des ménages publiait ceci :

Les ménages sont plus pessimistes quant au niveau de vie futur en France : le solde correspondant perd 5 points, après −4 points en mai. Il se situe désormais nettement au-dessous de sa moyenne de longue période.

Les ménages sont plus nombreux que le mois précédent à estimer que les prix ont augmenté au cours des 12 derniers mois : le solde correspondant gagne 4 points, après +9 points en mai. Il se situe néanmoins toujours au-dessous de sa moyenne de long terme.

Les ménages sont quasiment aussi nombreux qu’en mai à estimer que les prix vont augmenter au cours des 12 prochains mois (−1 point). Le solde correspondant demeure nettement au-dessus de sa moyenne de longue période.

Sans surprise, l’indicateur avait plongé.

La prochaine publication de l’INSEE est prévue pour le 26 septembre. Nous verrons bien comment ont été reçues les feuilles d’impôt automnales.

En attendant, BFM Business notait ceci :

En réalité, il y a un phénomène économique que les Parasitocrates ont du mal à cerner et qu’il conviendrait de leur expliquer.

Pour payer des impôts, les contribuables tapent dans l’argent qu’ils ont gagné. Contrairement à un banquier central, ils ne peuvent pas s’octroyer des « liquidités » et faire surgir de l’argent du néant. Donc, si les impôts augmentent, il leur reste moins d’argent pour dépenser dans autre chose…

Pour le moment, les taux d’intérêt sur la dette française restent contenus grâce aux malversations de la Banque centrale européenne et aux artifices budgétaires que nous venons de décrire. Si jamais ils remontent, le fardeau des 2 255 Md€ de dettes publiques deviendra insupportable. C’est pour cela qu’il faut vous préparer au jour J du jubilé.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Article excellent.

    « L’État est fondamentalement inflationniste : c’est parce que l’inflation est un moyen à la fois puissant et subtil de s’approprier les ressources de la population. Elle est d’autant plus dangereuse qu’elle est moins douloureuse que l’impôt »
    Murray Rothbard

  • Supprimons les dynasties et castes parasitaires de l’état.

  • « peut-être que cela dissuadera un électorat assoiffé de « promesses sociales  »
    Mouais. Ou peut-être cela le poussera-t-il doucement vers les bras du Bolivaro Maximo ou de la Grande Bertha du protectionnisme.
    Verre à moitié vide, etc.

  • Inflation surtout par la hausse du pétrole moins par la masse monétaire. Cela dit notre gentil Etat glisse malicieusement des hausses de taxes sur les carburants (impôts sur ce qui pollue dit-on) accentuant encore l’effet hausse des prix. Mais c’est pas grave c’est pour notre bien !

    • @ indivisible
      Hausse du pétrole: exact. Les taxes sont toujours proportionnelles au prix du produit: si le pétrole augmente, l’essence augmente, produit et taxes! Logique!

  • Simone Wapler nous explique comment l’État « vertueux » arnaque les petits épargnants qui croient mettre leurs économies à l’abri.
    L’inflation est effectivement le moyen le plus efficace pour diminuer l’endettement à condition que les taux d’intérêt en restent à leur niveau actuel…
    Cette même inflation amènera également les français à reconsidérer leur façon de gérer leurs actifs notamment, en investissant un peu plus à l’étranger…

    • @ Duglandin
      Oui, les épargnants en €, au moins dans un premier temps, pourront acheter moins avec leurs €. L’U.E. et l’€zone sont opposées à une inflation > 1,5%/an.
      Quand au 31/12/2018, la BCE ne rachètera plus aux banques centrales nationales de l’€zone, leurs fonds « fragiles » (= au remboursement non crédiblement garanti), elle n’aura plus de raison d’imprimer du Q.E.! (les billets n’étaient pas imprimés sans aucune base, contrairement à ce qu’on a lu partout!). Investir à l’étranger, pourquoi pas? (ou pourquoi?). Croyez-vous que les autres pays échappent à toute inflation? Aucun! Normal! Plus on travaille, plus il y a d’argent, moins l’argent est rare, donc le billet un peu dévalorisé! C’est le marché! Quand tout le monde fait du kiwi, le kiwi diminue de prix! Logique! (Les Français achèteront plus cher les kiwis français par patriotisme dérisoire et inutile si d’autres font aussi bien, moins cher, chez vous! L’économie et les sentiments, ce n’est pas la même logique!)

      Les Français savent que c’est leur appareil politico-administratif qui leur coûte trop cher, mais pas grand chose ne change! Donc ils continueront à râler, comme toujours! C’est un choix!

  • Ce n’est pas l’inflation qui est honteuse, où alors, il faut dire l’augmentation des prix de l’énergie, l’augmentation du revenu des agriculteurs, des honoraires des professionnels de santé, etc., est honteuse.
    Alors que ce qui est honteux, c’est la méthode Macron qui consiste à escroquer les retraités et petits épargnants en les abandonnant sur le bord de la route de la croissance.

    • La route de la croissance ? Il la croiserait qu’il ne la reconnaîtrait pas et il ne saurait même pas dans quel sens l’emprunter ! Les routes comme les rues, il ne sait que les traverser…

    • il escroquer et étrangle surtout les gens vivant hors agglomérations…rien qu’avec le 80 et la hausse des carburants..étant donné que le prix des denrées de 1ere nécessité augmente aussi quoiqu’on veuille nous faire croire le contraire..cette année je le constate en devant taper dans mon assurance vie pour payer les impôts que ce putain d’Etat me réclame ……. n’y a-t il aucun moyen pour l’attaquer et réduire son pouvoir de nuisance?

    • @Gérard27
      Bonsoir,
      « Ce n’est pas l’inflation qui est honteuse, où alors, il faut dire l’augmentation des prix de l’énergie, l’augmentation du revenu des agriculteurs, des honoraires des professionnels de santé, etc., est honteuse. »
      Tout ce petit monde que vous décrivez, augmente ses rétributions du fait de la hausse des prix imposée par le gouvernement, au travers de ses ‘subtils et indolores’ ajustements de taxes.
      L’agriculteur, le professionnel de santé, le fournisseur d’énergie, qui voit une charge pa-ci par-là augmenter de quelques zéro virgule quelque chose, n’a d’autre choix que de contrebalancer sa perte.

      • Dans le « petit monde » que je décris la TVA est à 5,5 (agro-alimentaire et santé) et de plus subventionné (PAC et Sécurité sociale) et je me demande si les subventions ne sont pas pire que les taxes pour créer de l’inflation (Immobilier, véhicules électriques, culture …) Mais en règle générale l’inflation apparaît lorsque la croissance redémarre (exemples révélateurs : les prétentions des pilotes d’Air France ou les restaurateurs qui ne se plaignent pas du manque de client, mais du manque de personnel).
        1,7% de croissance paraît bien peu mais comme elle concerne que la moitié de la population c’est beaucoup plus pour ceux à qui elle profitent.

    • Croissance … des taxes ❓

    • @ Gérard 27
      Il n’y a pas de morale en finance! Il n’y a donc pas d’inflation honteuse! Et non, tout professionnel qui voit et paie des prix en augmentation, adapte ses prix au même niveau. Il n’a aucune raison d’assumer tout seul, l’inflation pas encore annoncée officiellement! (Pour les professionnels de santé – je connais; aussi en France! – C’est plutôt 6 à 12 mois après ou 2 ans! La sécu commence toujours par se payer elle-même, après elle voit…)
      Sinon, oui, le prix international du pétrole a augmenté.

      • Voyez avec Madame Wapler, la formule « inflation honteuse » n’est pas de moi. C’est précisément la raison de mon premier commentaire disant que ce qui est honteux, ce n’est pas l’inflation mais de sacrifier les retraités et petits épargnants dans le bricolage budgétaire.

        • @ Gérard 27
          Je suis bien d’accord avec vos propos ci-dessus. Pas de problème!
          Donc, sans doute, comme vous, je commence à avoir du mal avec ce libéralisme français, purement théorique (donc confronté à aucune réalité), parfait, qui ne s’est imposé concrètement dans aucun pays!
          Dans ce libéralisme-là, dirigé essentiellement sur la propriété individuelle, il n’y a aucune place pour la dimension relationnelle ou « sociale » des gens avec leurs semblables, dans une communauté au moins nationale! Comme si nous avions un bras droit mais pas de bras gauche! Désolé, mais ce n’est pas la réalité! Et la France ne court aucun risque de devenir un jour un pays 100% libéral: il n’y a aucun autre exemple!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Surprise, surprise ! L’inflation - auparavant cantonnée aux produits financiers et à l’immobilier - leste maintenant le panier de la ménagère :

« On va vers des hausses qu'on n'a pas connu depuis près de 40 ans", a prévenu […] Jacques Creyssel, délégué général de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) […]. Notre prévision actuelle, c'est entre 7 et 10 %, de manière assez rapide", a assuré le dirigeant de la FCD, organisation professionnelle qui regroupe la plupart des enseignes de la grande distribution ».

L’origi... Poursuivre la lecture

L'inflation s'est accélérée en juillet pour atteindre 6,1 % sur un an, selon l'Insee.

 

L’inflation est de retour

C’est une erreur de penser que ce que l’on appelle communément « inflation » se résume simplement à l’augmentation des prix à la consommation.

L’inflation ne doit pas se définir comme une augmentation des prix à la consommation, mais comme une augmentation de la masse monétaire. L’augmentation des prix à la consommation n’est que l’un des symptômes de l’inflation, tout comme l’est l’augme... Poursuivre la lecture

Non, ce n’est pas le covid et la mise à l’arrêt de l’économie ou encore la guerre en Ukraine qui provoquent l’inflation actuelle dans l’Eurozone. Ce sont les politiques monétaires des banques centrales qui l’ont suscitée, au premier rang desquelles la BCE.

Pour comprendre ce qui nous arrive aujourd’hui et comment la situation va évoluer, il faut se pencher sur 5000 ans d’histoire monétaire. Toutes les bêtises ont déjà été faites par le passé et ont toujours les mêmes conséquences. La multiplication de la monnaie adossée à rien (à aucun... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles