Trop d’impôt tue l’entrepreneuriat

Le niveau d’impôt finit toujours par affecter l’entrepreneuriat, qu’il s’agisse de l’impôt des particuliers ou de celui des entreprises.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Taxes et impôts (Crédits : 401kcalculator.org, CC-BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trop d’impôt tue l’entrepreneuriat

Publié le 17 septembre 2018
- A +

Par Mathieu Bédard et Kevin Brookes.

L’entrepreneuriat est un thème porteur, le nouveau buzzword qui ne laisse aucun politicien indifférent. Cependant, il faudrait peut-être rappeler à ceux-ci que l’entrepreneuriat est influencé par la fiscalité. Ainsi, lorsque les impôts sont élevés, il y a moins d’entrepreneurs, et il se crée moins d’entreprises et de richesse. C’est ce qui ressort du Cahier de recherche Entrepreneuriat et fiscalité : Comment l’impôt affecte l’activité entrepreneuriale, publié aujourd’hui par l’IEDM.

Mathieu Bédard, économiste à l’IEDM et auteur de la publication, explique :

Comme une taxe a toujours pour effet de réduire la consommation d’un bien ou d’un service, il en va de même pour l’entrepreneuriat. Les impôts et taxes influencent les incitations à démarrer une entreprise et la capacité d’un individu à accumuler le capital nécessaire pour se lancer en affaires, entre autres.

Une étude s’étant intéressée à 85 pays a en outre montré qu’une augmentation de 10 points de pourcentage du taux d’imposition sur le revenu des entreprises diminue le nombre d’entreprises par 100 personnes de 1,9. Les études concluent également que des impôts élevés réduisent le financement disponible pour la création d’entreprises.

Mathieu Bédard souligne :

Lorsqu’il y a moins d’entrepreneurs, il y a moins de croissance économique et moins de prospérité pour financer les programmes gouvernementaux. Même ceux dont la préoccupation est de maximiser les ressources de l’État ont donc un intérêt à ne pas asphyxier l’entrepreneuriat avec des impôts démesurés.

Un allègement de l’impôt des entreprises peut même augmenter les revenus de l’État, ou à tout le moins ne les fait pas forcément diminuer. « Cela s’est vérifié au Canada dans l’histoire récente. Les revenus de l’impôt fédéral sur le revenu des entreprises sont restés relativement stables entre 2001 et 2012, alors que le taux d’imposition des entreprises a presque été coupé en deux. Manifestement, l’activité entrepreneuriale a augmenté pendant la période », ajoute l’auteur.

Que cela soit attribuable à l’imposition directe, qui réduit le gain des entrepreneurs et les incitations à démarrer une entreprise, ou de façon indirecte, par la réduction de l’épargne nécessaire à la formation d’un capital de démarrage, les études recensées par le Cahier de recherche montrent qu’il y a moins d’entrepreneuriat lorsque les impôts sont plus élevés.

Michel Kelly-Gagnon, président et directeur général de l’IEDM conclut :

Le niveau d’impôt finit toujours par affecter l’entrepreneuriat, qu’il s’agisse de l’impôt des particuliers ou de celui des entreprises. Des politiques publiques de concurrence, d’allègement fiscal et d’ouverture des frontières, ainsi qu’un faible niveau de réglementation, sont des façons efficaces d’encourager nos entrepreneurs sans que cela coûte plus cher aux contribuables.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • débattre de ce sujet ,est une perte de temps.cela fait des années que nous en parlons,rien ne change ..vous vous taper la tête contre un mur !!
    vous n’avez pas d’autre choix ,partir …ou subir… cette inertie !!!

  • le fisc,c’est l’inverse de l’école : c’est quand tu travaille bien que tu es puni.

  • virer UN fonctionnaire permet de créer 3 emplois dans la société civile (expérience anglaise)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
capital cérébral
1
Sauvegarder cet article

C’est une étude de février 2022 qui reste sujet de questionnement pour les entreprises : ayant interrogé 994 employés français salariés à temps plein ou temps partiel et qui n’ont pas changé d’entreprise depuis janvier 2020, la plateforme Capterra (plateforme d’avis et de logiciels) dévoile qu’un Français sur deux considère ne pas avoir une bonne santé mentale en entreprise.

C’est sûr qu’une entreprise avec une proportion aussi importante d’employés en mauvaise santé mentale ne doit pas réussir à être au top niveau de performance.

... Poursuivre la lecture

Ce qui est en jeu avec la question du pouvoir de gouverner, c’est, en réalité, la question de l’art de la création de valeurs.

 

Commençons par un constat. Nous, humains, n’avons pas été habitués à gouverner, du moins la grande majorité d’entre nous.

Dans les entreprises, on vient d’un modèle où règne la dualité entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. Une dualité bien illustrée par les propos de Henry Ford :

« Pourquoi à chaque fois que je recrute une paire de bras, y a-t-il un cerveau qui vient ... Poursuivre la lecture

Nous vivons une époque de très grande incertitude, où nombre de prédictions et de croyances fortement ancrées ont été brutalement démenties par les faits, notamment depuis les trois dernières années. Et pourtant nous continuons à faire des prédictions. Cela semble rationnel : nous voulons nous protéger contre les mauvaises surprises et nous préparer au pire.

Mais cette préparation au pire a un coût important.

Le pétrole et le gaz naturel dont nous dépendons pour 75 % de notre énergie s’épuisent. La production mondiale de pétrole... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles