« Libérer la liberté », de Benoît XVI

« Libérer la liberté » est un recueil de textes de Benoît XVI, spécifiquement consacré au thème de la liberté.

Par Jean-Baptiste Noé.

Joseph Ratzinger est l’un des plus grands intellectuels des cinquante dernières années, si bien que ses ouvrages ne peuvent être méconnus par ceux qui s’intéressent à la vie des idées. Il a écrit sur quasiment tous les sujets. La théologie bien sûr, la liturgie, qui a sa prédilection, mais aussi la politique, l’art, la musique, etc. Ses opera omnia sont publiées depuis quelques années, ce qui lui permet de les reprendre et de les annoter, surtout depuis qu’il a abdiqué de sa charge de pape pour se retirer dans un monastère situé au Vatican.

Libérer la liberté est un recueil de textes de ses œuvres complètes spécifiquement consacré au thème de la liberté. C’est un sujet qui l’a poursuivi toute sa vie, lui qui fit sa thèse sur saint Augustin et qui fut très inspiré par saint Bonaventure. Ce recueil reprend des articles, des préfaces, des homélies et des discours. Il comprend des textes inédits et d’autres qui étaient très peu connus. Il reprend aussi deux grands discours prononcés en tant que pape, l’un à Westminster et l’autre au Bundestag. Des discours aussi brefs que denses, que tout étudiant en sciences politiques devrait avoir lus, tant ils sont fondamentaux pour comprendre les justes relations entre la personne et l’État.

La primauté de la personne

Sa réflexion sur la liberté est bien évidemment marquée par son expérience personnelle, lui qui connut le régime nazi, qui fut enrôlé de force dans les mouvements de jeunesse nazie puis dans la Wehrmacht, expérience qu’il a racontée dans ses Souvenirs. Sa vision de la liberté est personnaliste. Elle repose sur la primauté de la personne et sur le respect du droit. Il reprend à son compte la question posée par Augustin dans la Cité de Dieu : « Que sont les empires sans la justice, sinon de grandes bandes de brigands. » L’État peut avoir l’apparence du droit et donc du respect de la légalité, mais n’être en réalité que brigandage et oppression.

Benoît XVI va plus loin que cette seule réflexion politique. Il va jusqu’aux racines de la liberté et du droit, à savoir le christianisme. Le Christ parle à chaque homme personnellement et individuellement. Il s’adresse certes aux foules lors de ses grands discours, mais il parle directement à chaque personne et au cœur de chacune d’entre elles.

Jésus dit aussi qu’il n’est pas venu pour supprimer la loi, mais pour l’accomplir, c’est-à-dire pour la fonder sur le droit naturel et sur la justice. Or le respect du droit naturel est le garant d’une société d’ordre et d’éthique. C’est lorsque le droit naturel est aboli que la loi ne conserve que son enveloppe apparente de moralité pour devenir l’instrument de servitude exercé par les brigands. La liberté n’est donc pas que la possibilité d’agir et de penser, mais aussi d’avoir une conscience libre et donc d’être heureux. La liberté est la condition du bonheur, elle suppose donc la pratique des vertus morales.

L’ensemble des textes présents dans ce recueil permettent ainsi de saisir la pensée de Benoît XVI / Joseph Ratzinger sur la place centrale de la liberté dans la vie des hommes et dans la constitution des sociétés. Ces textes permettent de nourrir une véritable réflexion éthique et politique.