La démission surprise de Benoît XVI

La démission du Pape, annoncée deux jours avant le Mercredi des Cendres et le début du Carême, reste une surprise, alors qu’il célébrait samedi dernier encore les 900 ans de l’Ordre de Malte.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Pape Benoit XVI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La démission surprise de Benoît XVI

Publié le 12 février 2013
- A +

La démission du Pape, annoncée deux jours avant le Mercredi des Cendres et le début du Carême, reste une surprise, alors qu’il célébrait samedi dernier encore les 900 ans de l’Ordre de Malte.

Le point de vue du Parisien libéral.

Le pape Benoît XVI va démissionner ! dixit Le Figaro ou le live feed de Reuters. Invoquant son état physique, le pape Benoît XVI a annoncé sa démission. Il quittera ses fonctions le 28 février. La démission du pape est envisagée par le Code de droit canonique.

«S’il arrive que le Pontife Romain renonce à sa charge, il est requis pour la validité que la renonciation soit faite librement et qu’elle soit dûment manifestée, mais non pas qu’elle soit acceptée par qui que ce soit», est-il écrit. La dernière démission d’un pape remonte à Grégoire XII, en 1415.

Nouvelles de France retranscrit le texte de l’intervention du Pape, traduite par Radio Vatican, lors de la canonisation des martyrs d’Otrante. Le site Extrême Centre émet une hypothèse, peut-être un peu prématurée : et si la fille ainée de l’Église obtenait un pape sorti de son sein, en la personne du cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris ?

La démission du Pape, annoncée deux jours avant le Mercredi des Cendres et le début du Carême, reste une surprise, alors qu’il célébrait samedi dernier encore les 900 ans de l’Ordre de Malte. En tout cas, Benoit XVI aura eu la très lourde tâche d’œuvrer après le très médiatique et apprécié Jean-Paul II. Il s’en sera bien acquitté, réussissant à rétablir le dialogue avec la Fraternité Sacerdotale de Saint Pie X et entamant le renouveau de la pensée catholique sur l’économie.

Enfin, Benoit XVI donne un bon exemple aux vieux manifestement rendus incapables par l’âge ou par la maladie, et qui s’accrochent à des postes…

Le point de vue de Jean-Baptiste Noé.

La renonciation de Benoît XVI au siège de Pierre, annoncée hier vers midi, est évidemment une grande surprise. Le dernier pape a avoir renoncé à sa charge est Grégoire XII, en 1415, et ce afin de mettre un terme au Grand Schisme d’Occident.

7 ans de pontificat, et une Église qui a bien changé, une Europe qui s’est redressée. Il est encore mal aisé de faire des bilans approfondis, et des analyses fines de ce pontificat, mais c’est désormais aux historiens d’analyser et de comprendre.

Ne réduisons pas non plus Benoît XVI à son pontificat. En tant que préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, il a eu un rôle considérable au sein de l’Église durant ces 30 dernières années. Avec Jean-Paul II, il a contribué à changer le monde.

Sa renonciation initie peut-être une nouvelle forme de gouvernement. Il est plus difficile de diriger l’Église aujourd’hui qu’au siècle dernier. Si Léon XIII a pu être un pape vaillant jusqu’à l’âge de 93 ans, la pression médiatique et politique est désormais si forte qu’il est nécessaire d’avoir de solides appuis physiques pour résister. Peut-être sera-ce le lot des prochains papes que de renoncer au trône de Pierre quand ils verront leurs forces trop fortement décliner.

L’œuvre de Benoît XVI est considérable, tout d’abord dans le domaine liturgique ; et c’est le domaine le plus important. Il y a ensuite son travail théologique, et son œuvre incessante pour l’unité des chrétiens, notamment avec les orthodoxes et la Fraternité Saint-Pie X, dont il ne verra pas les résultats en tant que pape. Vient ensuite le sursaut spirituel de l’Europe, symbolisée par ces merveilleuses JMJ de Madrid, qui furent donc ses dernières.

Un style aussi, un pape littéraire et mélomane, pour montrer à un monde empli de techniques que l’esprit et les lettres peuvent encore le guider. Il a peu d’encycliques à son actif, mais des catéchèses admirables, des homélies léchées, et sa vie de Jésus, qui a remis la foi au cœur de l’histoire.

On ne pourra pas crier santo subito, du moins pas encore, mais on peut le penser fortement, et le penser encore plus ce 28 février à 20h.


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Il y a tout juste trente ans un livre intitulé Les deux corps du roi, écrit par Ernst Kantorowicz, publié initialement en anglais en 1957, était traduit en français et publié aux éditions Gallimard, sous la direction de Pierre Nora.

Dans cet Essai sur la théologie politique au Moyen-Âge, l'historien allemand expose la conception médiévale de la royauté qui distingue deux corps en la personne du roi :

- son corps de roi, terrestre et mortel - son corps de Roi, politique et immortel.

Dans Les co... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

Joseph Ratzinger est l’un des plus grands intellectuels des cinquante dernières années, si bien que ses ouvrages ne peuvent être méconnus par ceux qui s’intéressent à la vie des idées. Il a écrit sur quasiment tous les sujets. La théologie bien sûr, la liturgie, qui a sa prédilection, mais aussi la politique, l’art, la musique, etc. Ses opera omnia sont publiées depuis quelques années, ce qui lui permet de les reprendre et de les annoter, surtout depuis qu’il a abdiqué de sa charge de pape pour se retirer dans un... Poursuivre la lecture

La Cène
0
Sauvegarder cet article

Par Nathalie MP.

La période pascale coïncide toujours peu ou prou avec l’anniversaire du pape émérite Benoît XVI qui fêtera ses 91 ans le 16 avril prochain. Il y a deux ans, son secrétaire indiquait qu’il était en train de « s’éteindre lentement ». Alors qu’il a renoncé à son pontificat depuis plus de cinq ans maintenant, alors qu’il n’a jamais été populaire, ni à la façon de Jean-Paul II ni à la façon de François aujourd’hui, il reste cher au coeur des Chrétiens pour sa grande bonté, sa simplicité et ses qualité... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles