L’héritage de Benoît XVI

En relisant les textes et les productions théologiques de Benoît XVI, Christophe Dickès propose une nouvelle compréhension de ce pontificat dont l’apport est surement beaucoup plus important que ce qui en a été perçu de prime abord.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Pape Benoit XVI

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’héritage de Benoît XVI

Publié le 22 septembre 2017
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

Quatre ans après son abdication, le temps est venu de dresser un bilan du pontificat de Benoît XVI et délimiter les lignes de son héritage. Ce pape qui n’a jamais bénéficié d’une bonne presse a pourtant tracé un sillon profond dans l’histoire de l’Église.

Ami et soutien de Jean-Paul II, son pontificat de huit ans ne peut se comprendre sans les vingt années passées à la Congrégation de la Doctrine de la foi et auprès du pape polonais.

Benoît XVI laisse une œuvre considérable de textes, d’homélies, d’encycliques, de livres et d’interventions multiples qui le placent dans la catégorie des grands théologiens de l’histoire de l’Église. Ce pape timide, sans charisme apparent, a pourtant soulevé les foules lors de ses voyages, comme dans cette nuit d’orage et de pluie lors des JMJ de Madrid.

Le silence de la prière

L’auteur consacre un chapitre à ce moment fondamental du pontificat de Benoît XVI, car il condense tout le paradoxe et toute la lumière de l’action du pape allemand. Empêché de parler à cause de la tempête, Benoît XVI est finalement resté silencieux, dans une longue adoration à l’égard du Saint-Sacrement.

Ce pape qui a parlé et qui a aussi fait du silence de la prière une vertu cardinale, a affronté la tempête et a dû tenir ferme la barque de l’Église, exactement comme lors de cette nuit madrilène.

Christophe Dickès analyse longuement l’épisode inédit de la renonciation, montrant ce qu’il a fallu de courage à Benoît XVI pour proposer cet acte de rupture dans la tradition de l’Église, tout en analysant aussi les conséquences juridiques de celui-ci et le regard nouveau porté sur la papauté.

Réforme de l’Église


La fin du pontificat révèle l’ensemble de celui-ci. Ce pape que l’on a présenté comme réactionnaire et peu en prise avec son temps est pourtant l’un de ceux qui ont fortement réformé l’Église. Que ce soit l’apport possible de la renonciation, en s’appuyant sur le droit canonique, la poursuite de la pleine réforme liturgique, l’effort de modification des structures de la Curie, le soutien à une diplomatie pontificale innovante, notamment à l’égard de la Russie et du Moyen-Orient.

En relisant les textes et les productions théologiques de Benoît XVI, Christophe Dickès propose une nouvelle compréhension de ce pontificat dont l’apport est surement beaucoup plus important que ce qui en a été perçu de prime abord.

Exigence de raison

En relisant le discours de Ratisbonne, on se rend compte que l’exigence de raison et de dialogue du Pape était la bonne. En se reportant à ses grands discours aux parlements d’Angleterre et d’Allemagne, on comprend mieux la pensée politique d’un pape qui n’a cessé de se préoccuper du futur de l’Europe et partant du monde.

Cet héritage expliqué est donc une forme de bilan. Bilan provisoire, car il reste beaucoup à connaître et à approfondir, notamment lorsque les archives seront ouvertes, mais un bilan qui, en dépit de la personnalité propre du pape Ratzinger, témoigne d’une grande continuité chez les pontifes du XXe et du XXIe siècle.

Christophe Dickès, L’héritage de Benoît XVI, éditions Tallandier, Septembre 2017.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • un très grand monsieur !

  • Un pape courageux, un grand intellectuel incompris par beaucoup mais qui restera dans l’histoire.
    Il a en outre en démissionnant remis le pape à sa juste place, non pas le représentant de Dieu sur terre, mais le premier de ses serviteurs, ce qui avait été oublié depuis le XIXème siècle!

  • Benoît XVI a été injustement traité par les médias qui n’ont pas arrêté de le caricaturer et d déformer ses propos. Son problème c’est peut être le fait qu’il soit un grand intellectuel: trop intelligent pour être compris par les journalistes et les gens normaux. Je sais que c’est assez élitiste de dire cela mais je pense qu’il y a une part de vérité là dedans.
    Prenez le pape Francois il est certes bien plus charismatique mais il est d’un niveau intellectuel bien inférieur à Benoît XVI. Les médias sont très favorables au pape Francois malgré les énormités qu’il sort. Ce pape sort parfois de ces conneries c’est aberrant. Au regard de l’enseignement de l’exégèse catholique. Je ne parle même pas de ces propos politiques gauchistes (immigration ,écologie, capitalisme,….)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jean-Yves Naudet.

La récente polémique sur le secret de la confession et l’affirmation de la classe politique suivant laquelle il n’y a rien au-dessus des lois de la République méritent une réflexion sur ce grave sujet, d’autant plus que le problème a été soulevé à propos des crimes de pédophilie dénoncés par la commission Sauvé.

Il convient de distinguer le débat général (n’y a-t-il rien au-dessus des lois de la République) du cas particulier du secret de la confession.

Antigone face à Créon

Dire qu’il n’y a rien au-... Poursuivre la lecture

Par Constance Péruchot.

"Postulates !

Get the fuck out with Przyłębska's statement,

Get the fuck out with Przyłębska,

We want a real Tribunal Court,

We want a correct Supreme Court,

We want a real Ombudsman,

We want a budget amendment - money for health care, help for employees, entrepreneurs, culture and real support for people with disabilities,

We want full women's rights, legal abortion, sex education, contraception,

We want full human rights,

We want a secular ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Francis Richard.

Il y a tout juste trente ans un livre intitulé Les deux corps du roi, écrit par Ernst Kantorowicz, publié initialement en anglais en 1957, était traduit en français et publié aux éditions Gallimard, sous la direction de Pierre Nora.

Dans cet Essai sur la théologie politique au Moyen-Âge, l'historien allemand expose la conception médiévale de la royauté qui distingue deux corps en la personne du roi :

- son corps de roi, terrestre et mortel - son corps de Roi, politique et immortel.

Dans Les co... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles