Natacha Polony et le néolibéralisme introuvable

Natacha Polony crédits Baudouin (CC BY-NC-ND 2.0)

Accuser « la dérégulation, le libre-échange, les multinationales » en France quand on voit les progrès constants de la dépense publique, de l’État, de sa fiscalité délirante et de son personnel bureaucratique indéboulonnable paraît aberrant.

Par Frédéric Mas.

Natacha Polony a été nommée lundi 3 septembre directrice de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne, succédant à Renaud Dély qui, lui, devrait arriver sur France Info. Quelques jours plus tôt, la souverainiste de choc a eu un échange un peu vif avec Brice Couturier au micro de France Inter sur la question du soi-disant « modèle néolibéral » qui détruirait la France et l’environnement. Avec bon sens, Brice Couturier a rappelé à l’antenne qu’on ne [pouvait] pas être libéral quand l’État dépense 57 % de la richesse produite dans un pays.

De fait, accuser « la dérégulation, le libre-échange, les multinationales » en France quand on constate les progrès constants de la dépense publique, de l’État, de sa fiscalité délirante et de son personnel bureaucratique indéboulonnable paraît aberrant. Le sens que nous donnons aux mots en politique varie, et parfois masque davantage qu’il n’éclaire. Ayn Rand parlait à ce propos d’anticoncept.

C’est le cas pour le terme « néolibéralisme », dont les définitions profanes et savantes, universitaires et polémiques, varient selon les auteurs et les sensibilités idéologiques. Ses utilisateurs se retrouvent toutefois sur une chose : le libéralisme, néo ou pas, est condamnable. Mais qu’est-ce qu’il y a de néo dans le néolibéralisme ? Telle est la question, donc la réponse est loin d’être assurée.

Dans l’immense littérature sur le néolibéralisme, il est possible de distinguer trois familles : la famille militante, la famille étatiste, et la famille économiciste. Dans le premier cas, c’est une stratégie visant à condamner le libéralisme, dans le deuxième cas on fait passer une politique mixte pour du libéralisme, et dans le troisième l’économie est présumée libérale jusqu’à preuve du contraire.

Le néolibéralisme comme stratégie militante

Une multitude de pamphlets apparaît à la fin des années 1990 pour condamner la réforme du modèle social français qui ne fonctionne plus. Le néolibéralisme apparaît comme cet ennemi imaginaire d’origine anglo-américaine visant à détruire les services publics nationaux et donner le pouvoir aux multinationales. Se construit alors un récit à l’origine cantonné à la gauche de la gauche, mais qui va se diffuser dans tout le débat public : la fin des années 1970 voit le triomphe de la dérégulation avec l’arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher et Ronald Reagan.

Cet article pourrait vous interesser

L’État social qui était le modèle dominant en Europe cède la place à l’État néolibéral qui s’appuie sur les marchés pour commander. En France, le néolibéralisme se serait installé avec le « tournant de la rigueur » de 1983, quand le programme commun de la gauche s’est fracassé sur le mur de la réalité économique. Dans Le Grand Méchant Marché, Augustin Landier et David Thesmar ont bien démontré que ce récit tricoté par l’extrême gauche ne correspondait pas aux faits. La vague de nationalisations avait étouffé l’économie, attirer des capitaux devenait nécessaire pour éviter une catastrophe irrémédiable : pas d’idéologie ni même de libéralisme dans cette affaire, il s’agissait avant tout de réflexes comptables basiques pour éviter la faillite. Mais pour les marxistes orthodoxes, faire de l’économie, c’est déjà céder à la bourgeoisie néolibérale apatride.

Le libéralisme comme étatisme

La persistance de l’État régulateur, et sa croissance sans fin coexiste aujourd’hui avec une économie de marché forte et décentralisée. Cela fait dire à certains, à la suite de Pierre Dardot et Christian Laval, que la nouveauté du néolibéralisme repose sur l’intégration de cet État fort à la théorie et à la pratique du libéralisme. Hier, l’État intervenait en s’appuyant sur sa légitimité démocratique ou sur son expertise particulière, celle qui donnera naissance à l’idéologie des services publics.

Cet article pourrait vous interesser

À une époque où l’économie est valorisée, générant une véritable « rationalité néolibérale » diffuse dans la société, l’État lui emprunterait sa langue et ses pratiques pour régner. Là encore, ce qu’il y a de néo dans le libéralisme n’est pas vraiment libéral non plus : l’intervention de l’État, au nom de l’économie de marché, peut aussi bien désigner du keynésianisme, et ce que le libéralisme appelle le capitalisme de connivence, ce pouvoir politique illégitime donné aux grosses entreprises pour modifier le droit et la loi afin de favoriser leurs propres intérêts.

Le libéralisme comme économisme

Pour une troisième famille d’analystes politiques, qui suivent en général les travaux de Serge Audier, le néolibéralisme désigne ce renouveau du libéralisme qui s’appuie sur la discipline économique pour asseoir sa légitimité. Alors que les libéraux des XVIIIe et XIXe siècles sont des juristes et des philosophes, ceux de la fin du XXe sont des enseignants en économie, et utilisent leur expertise pour critiquer et réformer l’État-providence.

La gestation du néolibéralisme ainsi défini est assez ancienne, et remonte aux différentes tentatives de reformulation du libéralisme initiées entre les deux guerres, qui se voulaient à la fois à distance du « laissez faire » et de l’interventionnisme pur et simple. Comme l’a noté Vincent Valentin, la multitude des courants, des idées, et des positions désignées par le terme néolibéral, dans ce cas précis, rend problématique l’idée même de les rassembler en une même famille de pensée.

En effet, si aux yeux de beaucoup d’antilibéraux, le simple fait d’accepter le consensus existant dans le domaine de la science économique suffit à être néolibéral, cela se fait au prix de raccourcis et de contresens permanents.

Pour conclure, on peut se demander si le flou entourant le terme « néolibéralisme » n’est pas son principal atout pour les antilibéraux médiatiques. Sa grande plasticité permet de rassembler vaguement tout ce qui s’oppose aux réformes en France, et commande le plus grand conservatisme étatiste, sans avoir à désigner nommément un responsable. Son aura universitaire décourage la discussion, là où au contraire, elle devrait être engagée.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.