Désastres climatiques : les coûts diminuent, le nombre de victimes baisse

D’après le rapport 2014 du Intergovernmental Panel on Climate Change, il n’y a pas eu d’augmentation de tempêtes, de tornades, d’inondations ou de sécheresse depuis 30 ans.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Désastres climatiques : les coûts diminuent, le nombre de victimes baisse

Publié le 4 septembre 2018
- A +

Un article de l’Iref-Europe

Nicolas Hulot peut partir en vacances la conscience tranquille. Contrairement aux idées reçues et comme nous le montre le graphique ci-dessous, le nombre moyen de décès dus aux catastrophes naturelles a décliné de plus de 67 % en 60 ans. Dans les années 2010, il s’élevait à 70 000 environ, alors que dans les années 1950, il était de 210 000 (soit 3 fois plus) pour une population mondiale alors trois fois inférieure à celle d’aujourd’hui, soit par habitant 9 fois plus qu’aujourd’hui.

Décennie Nombre de décès Evolution
1950’ 210 000 ///
2010’ 70 000 -67%

Nombre total de décès mondiaux par décennie :

Source : Our World In Data

Légende :
Impact = choc
Wildfire = feu
Landslide = glissement de terrain
Mass movement = mouvement de masse
Volcanic activity = activité volcanique
Storm = tempête
Flood = inondation
Extreme temperature = température extrême
Earthquake = tremblement de terre
Drought = sécheresse

D’après le rapport 2014 du Intergovernmental Panel on Climate Change, il n’y a pas eu d’augmentation de tempêtes, de tornades, d’inondations ou de sécheresse depuis 30 ans. Le coût annuel de ces catastrophes a plus que doublé depuis 1990 mais, par rapport au PIB mondial, il a en réalité diminué. Cependant, il faut remettre ces chiffres en perspective. La population mondiale a augmenté de 2,2 milliards d’individus depuis 1990 et la taille de l’économie mondiale a plus que doublé.

En 1990, les pertes économiques s’estimaient à 48,63 Md$ pour un PIB mondial de 22 570 Md$ (soit un ratio pertes/PIB de 2,15). En 2017, on comptait 144,11 Md$ de pertes pour un PIB mondial de 80 680 (soit un ratio pertes/PIB de 1,78). Depuis 1990, les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles ont diminué de 17 % par rapport à l’évolution du PIB mondial.

Pertes économiques

Sources : Banque Mondiale, Our World In Data

Sources :
https://donnees.banquemondiale.org/ …
https://ourworldindata.org/natural- …
https://esa.un.org/unpd/wpp/DataQue …

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • « Vous êtes des connards ». NKM

    • Elle va pouvoir prêcher sa bonne parole écolo-bobo aux US puisqu’il paraitrait que dorénavant c’est là qu’elle sévit…

      • A New-York ou en Californie de préférence, les 2 états bobos des USA où sévit un politiquement correct hystérique! Elle sera à l’aise et pourra voir ce qu’est un pays à économie libérale et comment on travaille, au lieu de raconter des sottises!

  • La seule différence est que la société dite « Moderne » n’accepte plus de contrainte aidés en cela par les médias de grande écoute qui rendent les gens de plus en plus idiots. Le deuxième point et non des moindre en France relève des taxes et charges qui ne permette à plus personne de se relever du moindre problème. C’est un ensemble qui s’aggrave de jour en jour, et la féminisation et l’infantilisation de la société n’arrangera pas la situation. Cela ne suffisant pas la société Française devient arrogante et prétentieuse et de plus en plus imbécile et incapable de faire des synthèses d’un minimum de bon sens et de courage.

    • Pas gentil de généraliser , les francais sont idiots…selon les medias qui eux mêmes colportent des ragots..sans doute pousses par le lobbys des assurances qui sait caresser le politique dans le sens du poil.

  • ce qui n’empêche pas les assureurs d’augmenter les assurances voitures et habitations  » pour couvrir les frais des dégâts liés aux colères climatiques  » qu »ils nous disent……

    • Le Rapport constatant que ceux-ci étant moindres, malgré ce que clament les media et les écolos, comment justifient-ils ces hausses?

      • Assurances obligatoires,vaccinations obligatoires etc cela n’a pas besoin d’être justifié le suffrage universel permet de justifier tout cela sans contestation possible..d’où ,le suffrage universel et la démocratie.

        • Attention, il est dit que le cout des catastrophes naturelles par rapport au PIB mondial décroit. Pour les habitants d’un pays en déclin/stagnant comme le notre, le cout croit par rapport au revenu, mais c’est parce que notre économie n’évolue pas comme la moyenne mondiale. C’est parce qu’on s’appauvrit que tout semble devenir cher…

  • Il faudrait préciser catastrophes liées à la météo…et une fois dit cela, la météo étant totalement aléatoire on peut conclure que cette comptabilité n’a aucun intérêt scientifique uniquement médiatique……

    • En fait, même si la météo est aléatoire, ce que montre cette étude, et c’est tout son intérêt, c’est que les mêmes causes ne font pas les mêmes effets. Plus la société est développée, moins les catastrophes naturelles n’ont d’impact sur les vies. Or le développement et le niveau de vie de tous les humains se sont largement améliorés en un siècle, et surtout les 3 dernières décennies.

  • Il y a aussi le fait que les catastrophes naturelles sont de moins en moins imprévisibles, et que, si on ne peut pas les empêcher, on peut de plus en plus pallier leurs conséquences.

  • XC a raison, on prévoit les événements météorologiques beaucoup mieux, et la communication sur les alertes a elle aussi progressé, de quoi alerter la population suffisamment à temps pour qu’ils se mettent à l’abri.
    Il y a un autre point qui n’est pas abordé dans cet article, c’est dommage car essentiel à la compréhension. Depuis les années 50, on ne cesse de mettre des normes de construction, pour que les bâtiments résistent mieux à ces problèmes. A chaque catastrophe, on distingue assez nettement les bâtiments qui ont respectés les normes, des autres. De la meme manière quand j’ai fait installer des fenêtres chez moi, ils m’ont précisés que les normes prenaient maintenant en compte ce qui s’était passé lors de la tempête en 99.
    Donc que des libéraux applaudissent la mise en place des normes et de leurs efficacités, je dois dire que ça me fait sourire.

    Pour finir, les modèles au niveau du réchauffement climatique ne prévoient une augmentation du nombre de ces phénomènes, mais bien une augmentation de leur intensité.
    http://science.sciencemag.org/content/309/5742/1844.full

    L’argent comme mesure est une approche intéressante, mais attention à ce que l’on mesure réellement.

    • « Donc que des libéraux applaudissent la mise en place des normes et de leurs efficacités, je dois dire que ça me fait sourire. »
      Tout d’abord, les libéraux ne sont pas des « anti-tout ». Ne mélangez pas tout.
      Ensuite, ces normes dont vous applaudissez la mise en place obligatoire vont s’appliquer à toutes les fenêtres dont certaines destinées à des sites non exposés. Le surcoût induit par ces normes sera donc payé par des personnes qui n’en auront jamais besoin, limitant d’autant leur pouvoir d’achat.
      Certaines personnes peuvent souhaiter ou pas se prémunir des conséquences d’accidents météorologiques comme la tempête de 1999. Les assurances habitations peuvent inciter ou pas les personnes a s’équiper en fonction de leur localisation géographique (les assurances sont parfaitement au courant des statistiques d’exposition à certains risques, elles s’en servent pour calculer les primes) et des risques encourus. Les fabricants (si la demande avait été là) auraient proposé à leur clientèle des produits avec différents niveaux de « résistance météorologique » .
      Ces normes étatiques exonèrent les personnes de leur responsabilité en matière d’équipement personnel. Le marché aurait pourvu aux besoins sans l’intervention de l’Etat laissant la responsabilité aux gens de leur équipement et assurances.
      Comme dans bien d’autres domaines, l’Etat nounou entretient l’illusion qu’il est là pour le bien des citoyens et que rien n’aurait pu se faire sans lui dans tous les domaines. Dangereuse illusion…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La vraie question que vous devriez vous poser est : aujourd’hui l’État français prélève à peu près 62% de la richesse française et rien ne marche […] Qu’est-ce qu’ils font de notre pognon ? »

 

Ces mots de Charles Gave prononcés à l’antenne de Sud Radio sonnent comme du bon sens. Si la question initiale visait le secteur régalien, elle se pose également pour la politique environnementale. Cette année, le ministère de la Transition écologique a été doté d’un budget de 45,5 milliards d’euros, soit cinq fois celui des Affair... Poursuivre la lecture

J'ai trop souvent prévenu que la richesse et la prospérité de l'Occident pouvaient disparaître en un clin d'œil à cause de politiques irrationnelles. L'Europe a pillé les dividendes de la paix de l'après-guerre froide, emprunté à la génération suivante et est maintenant confrontée à un hiver long et froid, sans autre choix que la misère. Tout cela en se pliant à une idéologie verte qu'elle ne peut plus se permettre économiquement et qu'elle semble incapable d'abandonner politiquement.

Après un départ émotionnellement brutal de ma carri... Poursuivre la lecture

La future sobriété annoncée dans les principaux médias serait contrainte par la situation générale (covid et guerre en Ukraine).

Ces privations forcées (heureuses ?) deviendraient-elles aujourd’hui l’autre nom du rationnement que les Français ont connu pendant la guerre entre 1940 et 1945 ?

La cause est-elle à rechercher dans « la conjoncture » internationale, ou est-ce le résultat de l’impéritie et de l’incompétence des gouvernements successifs depuis au moins 15 ans ?

 

La sobriété serait vertueuse ?

Il est ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles