Privatiser La Poste ? N’y pensez pas !

La Poste van and bike by drofmit4108 (CC BY-NC-ND 2.0) — drofmit4108, CC-BY

Ouf ! La Poste ne sera pas privatisée ! Un billet d’humour qui explique à quoi nous avons échappé.

Par PA Berryer.

Amis libéraux réjouissons-nous ! Le grand moment que nous attendions tous est proche, tout proche : le Grand Soir Libéral. L’Administration honnie et tyrannique va disparaître et le Libre Marché va pouvoir étendre ses ailes libéralement. Fini lois, règlements, taxes, impôts, contributions et autres cotisations ! Un signe annonciateur est paru dans la Presse Autorisée et Indépendante, si bien que le doute n’est plus permis.

Ce signe est l’annonce de la privatisation de ce mastodonte préhistorique qu’est la Poste, annoncé par ce libéral héraut qu’est notre cher ministre Bruno Le Maire. Il était temps, en effet, de se préoccuper de cette organisation qui, tout en se piquant de Banque et d’Assurances, avait pour mission de distribuer le courrier à l’heure du numérique.

Il était donc plus que temps de se préoccuper de ce sujet, de moderniser l’État en le recentrant sur ses fonctions régaliennes et en laissant le privé utiliser le numérique pour adapter l’offre de service de distribution de courrier physique, de banque ou d’assurance.

Bref, un prétendu service public, emblématique s’il en est, est en train de tomber et, comme avec les dominos, il va entraîner les autres à sa suite (énergie, automobile, Sécurité sociale même !). Bref, les cerises seront bientôt prêtes à être cueillies.

Autre signe qui ne trompe pas : la diminution du nombre des fonctionnaires. Macron a promis, et c’est un homme qui tient ses promesses, 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires. Certes ce n’est pas suffisant mais comme avec la Poste c’est le premier pas qui coûte.

Il est vrai que cela commence doucement ; ainsi il n’est prévu que 4 500 postes en moins cette année mais c’est par tactique. Macron se réserve pour 2022 où il supprimera d’un coup d’un seul 100 000 postes avant les élections pour bien montrer qu’il n’a pas peur de réformer et qu’il tient parole ! Cela sera un tel coup porté au lobby de la Fonction Publique qu’il n’en s’en relèvera pas… Quel spectacle mémorable s’annonce donc.

Mais…

Comment ça, Macron ne va pas privatiser la Poste ? Comment ça, il va s’agir de renforcer son activité financière, via la Caisse des Dépôts et Consignations ? Ni Macron, Le Maire ou Édouard Philippe ne serait donc libéral ? En voilà une surprise, étant donné que nous lisons sans fin dans la presse que Macron serait un post-néo-libéral…

Bref, si vous avez cru un traître mot de ces quelques élucubrations, vous êtes hors de portée de tout secours. Évidemment, la Poste ne sera pas privatisée, évidemment, la baisse du nombre de fonctionnaires ne sera que poudre aux yeux. Tout cela ne fera qu’engraisser le Léviathan au profit de ses affidés, sans parler du respect du droit de la concurrence…

Macron libéral ? Non, il n’est qu’un social-démocrate mou et brouillon, bien éloigné d’un Blair ou d’un Schröder qui eux, quoi que l’on pense de leurs actions, ont mené des réformes vigoureuses. Macron, au fur et à mesure de son mandat, se révèle le digne héritier de son père politique, François Hollande.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.