Privatiser La Poste ? N’y pensez pas !

Ouf ! La Poste ne sera pas privatisée ! Un billet d’humour qui explique à quoi nous avons échappé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La Poste van and bike by drofmit4108 (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Privatiser La Poste ? N’y pensez pas !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 septembre 2018
- A +

Par PA Berryer.

Amis libéraux réjouissons-nous ! Le grand moment que nous attendions tous est proche, tout proche : le Grand Soir Libéral. L’Administration honnie et tyrannique va disparaître et le Libre Marché va pouvoir étendre ses ailes libéralement. Fini lois, règlements, taxes, impôts, contributions et autres cotisations ! Un signe annonciateur est paru dans la Presse Autorisée et Indépendante, si bien que le doute n’est plus permis.

Ce signe est l’annonce de la privatisation de ce mastodonte préhistorique qu’est la Poste, annoncé par ce libéral héraut qu’est notre cher ministre Bruno Le Maire. Il était temps, en effet, de se préoccuper de cette organisation qui, tout en se piquant de Banque et d’Assurances, avait pour mission de distribuer le courrier à l’heure du numérique.

Il était donc plus que temps de se préoccuper de ce sujet, de moderniser l’État en le recentrant sur ses fonctions régaliennes et en laissant le privé utiliser le numérique pour adapter l’offre de service de distribution de courrier physique, de banque ou d’assurance.

Bref, un prétendu service public, emblématique s’il en est, est en train de tomber et, comme avec les dominos, il va entraîner les autres à sa suite (énergie, automobile, Sécurité sociale même !). Bref, les cerises seront bientôt prêtes à être cueillies.

Autre signe qui ne trompe pas : la diminution du nombre des fonctionnaires. Macron a promis, et c’est un homme qui tient ses promesses, 120 000 suppressions de postes de fonctionnaires. Certes ce n’est pas suffisant mais comme avec la Poste c’est le premier pas qui coûte.

Il est vrai que cela commence doucement ; ainsi il n’est prévu que 4 500 postes en moins cette année mais c’est par tactique. Macron se réserve pour 2022 où il supprimera d’un coup d’un seul 100 000 postes avant les élections pour bien montrer qu’il n’a pas peur de réformer et qu’il tient parole ! Cela sera un tel coup porté au lobby de la Fonction Publique qu’il n’en s’en relèvera pas… Quel spectacle mémorable s’annonce donc.

Mais…

Comment ça, Macron ne va pas privatiser la Poste ? Comment ça, il va s’agir de renforcer son activité financière, via la Caisse des Dépôts et Consignations ? Ni Macron, Le Maire ou Édouard Philippe ne serait donc libéral ? En voilà une surprise, étant donné que nous lisons sans fin dans la presse que Macron serait un post-néo-libéral…

Bref, si vous avez cru un traître mot de ces quelques élucubrations, vous êtes hors de portée de tout secours. Évidemment, la Poste ne sera pas privatisée, évidemment, la baisse du nombre de fonctionnaires ne sera que poudre aux yeux. Tout cela ne fera qu’engraisser le Léviathan au profit de ses affidés, sans parler du respect du droit de la concurrence…

Macron libéral ? Non, il n’est qu’un social-démocrate mou et brouillon, bien éloigné d’un Blair ou d’un Schröder qui eux, quoi que l’on pense de leurs actions, ont mené des réformes vigoureuses. Macron, au fur et à mesure de son mandat, se révèle le digne héritier de son père politique, François Hollande.

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • un » sac courrier » parti de Boston (USA) le lundi matin est arrivé a destination en France (Lyon) le mardi dans l’apm par fedex.
    un courrier ordinaire du Mans à Draguignan 83 a mis 6 jours pour être a destination.
    sans commentaire!

    • Qu’attendre d’autre d’une administration qui compense la désaffection des clients par une augmentation du tarif postal ?

      • qui demande même aux mairies via leur nouveau contrat de trier eux mêmes par départements et par taille de plis le courrier qu’ils font affranchir…….. (nouveau contrat forcément moins …euh non plus cher)

  • Des énarques inamovibles ( statut fonctionnaire) , des syndicalistes détachés de la fonction publique, des élus en grande majorité fonctionnaires ou anciens , des citoyens travaillant dans la fonction publique , collectivité territoriale etc ( environ 6 millions de personnes , soit dans toutes les familles ) . Une première réforme utile , simple, serait la fin immédiate de l’emploi garantie à vie , seulement cela .Le risque de perdre son emploi serait suffisant pour faire changer les mentalités. Bon courage au promoteur de cette proposition

  • Il faut aussi savoir que le monopole postale ne concerne plus que des activités non rentables appelées à disparaître.

  • C’est bien ce que j’avais écrit dans ces colonnes lorsque Macron avait annoncé sa candidature. C’est un socialiste et un étatiste compulsif, ce qu’il avait révélé dans son livre!
    Jules César écrivait déjà en 50 avant JC que les Gaulois ne croyaient qu’en ce qu’ils voulaient croire. Rien n’a changé! Au lieu de lire ce que le faquin mijotait, et voter en conséquence, ils se sont livrés à leurs fantasmes chimériques. Voilà le résultat, l’énarque irresponsable fait n’importe quoi, augmente les impôts, les taxes et la dette, et poursuit le népotisme habituel des politiques français, comme l’ont démontré Benalla, Sall et Philippe Besson!

  • En plus le renforcement se fait via la CNP .

  • Il faut aussi savoir que personne ne veut reprendre le service courrier de la lettre de moins de 50g celui ci n étant pas rentable
    Le plus rentable étant la publicité non adressée et le service express et bien sûr le service colis.
    Le monopole postal n’existe plus mais personne n’est venue sur ce marché non rentable.
    Par contre sur les marchés rentables il y concurrence.

  • En plus la poste n’est plus une administration!Et je pense que lorsqu’il n’y aura plus de fonctionnaire ce qui est gênant pour sa privatisation et encore ses cadres sup commencent à passer de fonctionnaires à statut privé ceux ci étant attirés par une paye plus intéressante.
    Donc la privatisation se fera quoi que fasse les syndicats.
    Les chiens aboient la caravane passe Les promesses de gouvernement n’engagent que ceux qui y croient

  • La Poste n’est plus Administration d’État depuis 1991. Devenue cette année Établissement Public Industriel et Commercial (EPIC), elle est Société Anonyme (SA) depuis 2010.
    Depuis 1991, elle ne recrute que sous contrat de droit privé. Les fonctionnaires n’y sont plus en majorité. Les effectifs (fonctionnaires + salariés) sont passés de leur plus haut, 320000 il y a une quinzaine d’années, à 250000 actuellement.

  • Il me semble que c’est même 180000 et la plupart seront partis à la retraite dans les 10 ans à venir.De toute façon il suffit d’un décret pour de fonctionnariser les derniers.Les fonctionnaires de la poste étant fonctionnaire au titre 3 comme chez OrangeEt les deux entreprises sont appelées à être totalement privatisées d’ailleurs il y a eu des bruits à un moment donné que la poste entre en bourse comme orange.
    Donc je suis persuadé que ça se fera.

  • Il ne faut pas être si négatif, s’il continue sur sa lancée, dans moins de 250 ans, nous auront rejoint le taux de fonctionnaires en Allemagne. Cela ne fait que 50 mandats.

  • Il faut quand même savoir que sur l activité lettre la poste perd de l argent et que comme je l’ai dit il n’y a aucun concurrent qui s’y risque
    D’ailleurs à l heure d internet la lettre devrait pour ainsi dire disparaître.Pour ma part à part quelques recommandés et des cartes postales en vacances c’est tout
    Et pour le reste j utilise internet et même avec la signature électronique notre bonne vieille lettre recommandée va devenir obsolète.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée aux excès de création monétaire et de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et donc ... Poursuivre la lecture

Il fallait s’y attendre. Chaque nouvel épisode de crise relance automatiquement la chasse aux « profiteurs » de crise. « Amazon se gave ! » lançait Roselyne Bachelot en novembre 2020, au cœur du débat sur les restrictions d’activité anti-covid. Vite, boycottons Amazon, taxons son chiffre d’affaires, ramenons de la sobriété et de la justice sociale dans ce monde de brutes ! Aujourd’hui même combat : haro sur le transporteur maritime CMA-CGM, haro sur le pétrolier TotalEnergies, haro sur tous les profits trop gigantesques pour être honnêtes.Poursuivre la lecture

La rentrée 2022 est véritablement cauchemardesque.

On rentre à peine de vacances, on ouvre les yeux en tremblant, et bim, l’inflation que le ministre de l’Économie Bruno Le Maire ou la présidente de la BCE Christine Lagarde nous décrivaient au début du printemps comme un petit désagrément technique temporaire uniquement attribuable à la reprise post-covid puis à la guerre russe en Ukraine n’a pas eu le bon goût de s’assécher au soleil de l’été.

Tout au contraire, elle est toujours là, plus vigoureuse que jamais – 8,9 % en zone e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles