Le modèle qui a fait disparaître les Norvégiens du Groenland

Changer de modèle mental n’est pas donné, et est nécessaire si l’on veut faire évoluer son organisation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le modèle qui a fait disparaître les Norvégiens du Groenland

Publié le 22 août 2018
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Qu’est-ce qui empêche la transformation des organisations ? Plus généralement, qu’est-ce qui empêche de changer face à une évolution de son environnement ? Les causes sont multiples, mais parmi elles figure en bonne place la façon dont nous percevons le monde et nous-mêmes, c’est-à-dire notre modèle mental. L’importance de ce dernier est particulièrement frappante dans un cas historique important, celui de la disparition de la colonie norvégienne du Groenland.

Les Norvégiens ont colonisé le Groenland en 984, établissant plusieurs colonies sur place. Après une période florissante, les colonies déclinent progressivement jusqu’aux alentours de l’an 1400, quand toute trace vivante de la colonie disparaît. Les fouilles archéologiques ont montré que les habitants sont morts de faim et de froid, finissant par manger leurs chiens et leurs jeunes animaux, brûlant tout ce qui pouvait se brûler.

Ils sont morts de faim alors qu’ils habitaient au bord d’une mer grouillant de poissons et de phoques faciles à pêcher. Mais ils n’en ont pas mangé : les archéologues n’ont retrouvé aucune trace de consommation de poisson.

L’effondrement de l’établissement norvégien est d’autant plus étonnant que les Inuits, habitants historiques situés plus au nord, se sont parfaitement adaptés aux circonstances, même s’ils ont connu eux aussi des périodes difficiles. Les Inuits étaient d’excellents pêcheurs. On sait qu’il y a eu des contacts entre les deux populations ; donc, non seulement l’idée de pêcher n’était pas difficile à concevoir, mais l’exemple des Inuits était là pour en montrer la possibilité et l’intérêt. Même lorsque la nourriture a commencé à se faire rare, les colons n’ont pas envisagé ce mode de subsistance.

Identité européenne

Qu’est-ce qui explique cet entêtement ? En un mot : l’identité européenne et le modèle mental qu’elle implique. En tant que colons, les Norvégiens méprisaient les Inuits qu’ils considéraient comme sous-développés. Sans surprise, les relations n’étaient pas bonnes entre les deux populations, et tout ce que faisaient les Inuits était de facto considéré comme suspect. Le refus d’adopter les pratiques des Inuits, pourtant experts en survie dans ce milieu hostile, est devenu une marque de fabrique de la colonie, constitutive de son identité. On a ainsi retrouvé très peu d’objets inuits dans les fouilles. Il n’y a eu pratiquement aucun mariage mixte.

Isolés aux confins de l’Europe chrétienne, il était important pour les colons d’affirmer leur identité européenne et surtout chrétienne. La construction d’églises a pris ainsi une grande importance, mobilisant des ressources pourtant rares : des bras, qui manquaient alors pour les récoltes, mais aussi des pierres et surtout des arbres en quantité gigantesque, ce qui a entraîné une forte dégradation de l’écosystème. Au lieu de consommer du poisson, les colons ont développé l’élevage bovin, pourtant très mal adapté au climat, car ils se voyaient comme paysans.

Il était également important pour leur survie que les colons reçoivent de l’aide du roi de Norvège, et pour cela ils devaient avoir un évêque pour rester membre de la chrétienté, ce qu’ils obtiennent en 1118. Tous les évêques seront des Européens, et viendront avec une identité fortement européenne. Ils imposeront un maintien strict de l’identité chrétienne et européenne, empêchant tout mélange avec les Inuits païens, et imposant des constructions coûteuses.

Jusqu’au bout, l’affirmation de leur identité, clé de leur survie dans un monde qui leur semble si hostile et face à des Inuits qui leur répugnent, empêchera les colons de s’adapter à la réalité de leur environnement, et principalement de cesser de consommer de la viande et de se tourner vers le poisson, abondant autour d’eux. Accepter de pêcher aurait rendu viable leur colonie, mais aurait nécessité de remettre fondamentalement en question cette identité, c’est-à-dire tous les modèles mentaux qui la constituent. Certains y ont peut-être songé, mais la pression sociale et surtout religieuse a dû être la plus forte.

Il en va des organisations comme des individus et des sociétés humaines : le changement radical n’est pas difficile parce que l’environnement extérieur est incompris ou invisible. Il est souvent parfaitement compris. Le changement est difficile parce qu’il revient à remettre fondamentalement en question ce qui nous constitue. Henry Ford a bâti son incroyable succès avec la Ford T sur un modèle en rupture avec les pratiques de l’époque : une voiture simple et pas chère. Dans les années 20, le marché évolue et les clients veulent davantage de choix. Ford refuse ce changement et continue avec sa voiture simple et pas cher, persistant à voir le nouveau monde avec son modèle mental de l’ancien monde. L’entreprise passera à deux doigts de la faillite avant de se reprendre.

Ainsi le changement de modèle mental est doublement difficile : il est difficile d’une part parce qu’il implique un changement au plus profond de ce qui nous définit, et d’autre part parce qu’il s’agit de changer ce qui a fait notre succès jusque-là, et qui peut-être continue de faire notre succès. Il faut donc accepter de sacrifier sa position actuelle et faire un grand saut en avant. Imaginons que la colonie norvégienne, disons aux alentours de 1300, consciente de l’échec de son modèle, décide de tout changer.

Elle se rapproche des Inuits, tout est pardonné, s’initie à la pêche, et cesse le commerce de ses rares matières premières avec l’Europe dont le revenu ne servait qu’à décorer les églises. Elle devient native pour employer un terme colonial qui a perduré jusque récemment, et qui traduisait l’horreur ressentie par le colon vis à vis de celui qui adoptait les mœurs locales. Les ponts auraient été immédiatement coupés avec l’Europe et le changement de mode de vie aurait certainement suscité un traumatisme : les femmes apprenant à coudre les peaux de phoques pour faire des kayaks, les hommes à pêcher, et tous ensemble condamnés par leur religion. C’est pratiquement inconcevable.

Il est d’ailleurs intéressant que même face à la mort de plus en plus certaine, le basculement ne se soit pas fait. Et pourtant c’est ce qu’il fallait faire. La question dès lors est de savoir ce qui peut permettre de faire ce grand saut en avant ? Ou peut-il être évité, pour s’adapter progressivement ?

En tout état de cause, tout programme de transformation qui ne prenne pas en compte cette notion centrale de modèle mental est voué à l’échec.

Pour en savoir plus sur les modèles mentaux, lire mon article La fiction collective ou le défi de la transformation. Article tiré de l’ouvrage de Jared Diamond, Effondrement. L’ouvrage est une étude des raisons de l’effondrement de certaines civilisations. Ses thèses ont été critiquées, et notamment l’importance centrale qu’il donne à l’écologie comme cause d’effondrement, mais il reste passionnant à lire.

Mise à jour : J’avais bien raison de préciser que les thèses de Diamond étaient critiquées : certains lecteurs m’ont fait observer que les récentes recherches scientifiques montrent que les colons auraient bien consommé du poisson. Toutefois je crois que la thèse demeure valable. L’article du Smithsonian Institute qui évoque ces résultats indique que globalement les colons se sont refusés à adopter le style de vie des Inuits, qui eux ont survécu. À mon avis tout est là. Il y a d’autres éléments du modèle mental qui les ont lourdement pénalisé, comme le commerce du l’ivoire, la construction de bâtiments religieux ou somptuaires, ou l’élevage bovin.

Sur le web

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • hypothèse séduisante, comment la vérifier? elle peut expliquer l’histoire certes, mais ça ,ne prouve pas qu’elle est vraie, on peut tout autant y voir non pas une volonté mais une grande difficulté à changer de modèle sociétal car ce n’est pas facile d’adopter des pratiques et techniques qui semblent simples de prime abord. Pas si facile d’avoir du succès dans la chasse ou la pêche et ce sont peut être les inuits qui n’ont pas »voulu » vouant combien ces colons étaient « stupides ».

    • oui dans cette hypothèse on exclut le rôle des Inuits qui pouvait être du même ordre que celui des norvégiens. Si de plus les conditions environnementales évoluent déforablement ces tensions idenditaires ont pu s’intensifié.
      Dans l’histoire des colonisations toutes les types de relations se sont produites avec les autochtones.

  • Pas complètement d’accord avec l’histoire d’Henry Ford. Il a bien fait une transition entre la Ford T et la Ford A. Il a peut-être frôlé la faillite le temps des investissements jusqu’à ce qu’ils deviennent productifs.

    • Plus près de nous, VW a bien frôlé la catastrophe quand l’ancien PDG Nordhoff ne démordait pas de ne rien changer à l’architecture moteur/air/arrière de ses modèles.
      Après sa mort en 1968, son successeur, Rudolf Leiding, avait hérité d’une entreprise pratiquant une monoculture condamnée à court terme.
      Un quasi miracle a tout changé:
      VW ayant racheté (entre autres) l’usine Auto Union d’Ingolstat pour produire des VW 411 et VW 1600, Leiding y a trouvé au fond des tiroirs et placards (je romance un peu) tous les plans et données techniques des tractions avant équipées de 4 cylindres refroidis par eau des Audi 60 / NSU K70, qu’il s’est empressé d’utiliser pour créer la Passat lancée en 73.
      Ils ont eu très chaud, mais toute l’histoire a été relancée avec le succès que l’on connait…

  • La religion est un poison.

  • Je suis assez surpris par cet article, qui présente longuement la religion chrétienne comme cause majeure de la disparition des colonies Norvégiennes au Groenland, sans véritable élément de preuve au soutien de cette affirmation. Le « gaspillage » des ressources alloués à la construction d’églises, relève d’un parti pris de la part de l’auteur et tient surtout à ses convictions e croyances personnelles. En effet, d’un point de vue athée, la construction d’églises sera toujours vue comme un « gaspillage » de ressources ayant appauvri une société et qui auraient pu être investis plus utilement (recherches scientifiques, éducation, commerce, industrie, conquêtes …). Le propos de l’auteur pour le Groenland, est donc transposable à toutes les constructions d’églises et de cathédrales : l’auteur avec le même raisonnement pourrait ainsi soutenir que si on avait construit des routes plutôt que des églises la France médiévale aurait connu un meilleur développement économique. Par contre, rien ne semble démontrer que les constructions d’églises au Groenland par les colons aurait pu jouer un rôle quelconque dans la crise rencontrée par ces mêmes colonies. Les fouilles archéologiques tendent à démontrer que les bâtiments édifiés étaient de taille globalement modestes en tout cas loin des constructions fastueuses et gigantesques que semble évoquer l’article. En outre, ces construction auraient été réalisées pour la plupart avant le déclin de la colonie. Si un athée peut soutenir que ce fut une mauvaise allocation des ressources, il semble difficile de voire un lien de cause à effet direct et certain. De même pourquoi ne pas évoquer le fait qu’une des cause souvent invoquée du déclin de la colonie est justement la rupture (par le Danemark et la Norvège) des liens réguliers avec les colonies du Groenland. C’est à compter de la rupture de ces relations régulières avec l’Europe et d’ailleurs à une époque où l’église a cessé de nommer des évêques dans ces colonies, que le déclin s’est fortement accentué. Enfin, au cours de ce petit age glaciaire les populations inuits ont également beaucoup souffert et ont également été très affectées, pourquoi ne pas évoquer une des thèses souvent évoquées à savoir que les colons face à des conditions devenant de plus en plus difficiles auraient émigrés (aider en cela par leur identité européenne jamais totalement perdue) notamment vers l’Islande.

  • Les scandinaves s’installent au Groenland à la période de l’optimum médiéval, les glaciers sont nettement en retrait de ce qu’ils sont aujourd’hui, les paysages sont verdoyants comme le dit le nom du pays, il n’y a rien d’inadapté à installer une agriculture. A partir de 1300-1350, nous entrons dans le petit âge glaciaire, la France de Louis XIV en souffre beaucoup. On imagine au Groenland, l’essentiel des colons est par ailleurs retourné vers l’Islande et la Scandinavie.

  • Que faut il comprendre de cet article ? Que selon ce raisonnement, la culture et la religion sont un poids dans les sociétés ou bien qu’un agent économique doit accepter de se remettre en cause en profondeur régulièrement, sans pour autant quitter stupidement ce qu’il sait faire pour faire ce qu’il ne sait pas faire ?
    Il y a d’ailleurs une exemple à ce sujet : le fabriquant de montres Zenith. Au moment de l’irruption des montres à quartz, ce digne acteur de l’industrie horlogère helvète, a abandonné totalement ce qu’ils avait faire (des montres mécaniques) pour faire des montres électronique. Il est passé à 2 doigts de la faillite. Quand finalement, il a été choisi de revenir aux fondamentaux : les mouvements mécaniques, l’entreprise ne pu être sauvée que grâce à l’entêtement d’un chef d’atelier, qui contrairement aux instructions reçues, avait refusé de bazarder les archives sur les mouvements mécaniques.
    Et la marque est revenu à ses fondamentaux et marche bien aujourd’hui.
    Changer de paradigme oui, mais il faut faire attention aussi à ne pas aller dans la mauvaise direction, à trop vouloir changer.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La gauche a besoin d’une idéologie, contrairement à la droite. Elle prétend en effet penser le devenir des sociétés et instaurer la justice, principalement par l’égalité. La droite agit avec pragmatisme, en tenant compte rationnellement des contraintes du réel mais elle n’éprouve pas le besoin de dessiner un idéal à atteindre. La gauche est plutôt idéaliste, la droite plutôt réaliste.

Un idéal à atteindre suppose une construction intellectuelle plus ou moins ambitieuse qui détermine la voie à suivre. C’est là que les difficultés commen... Poursuivre la lecture

On dit que les contraires s’attirent. Récemment, j’accepte l’invitation à déjeuner d’une chercheuse française d’extrême gauche canal blocage de routes qui travaille à Oxford.

Son invitation m’a paru si délicieusement non genrée (nommons-la Térébenthine) ! Comme j’ai pu le constater lors du séminaire auquel nous venons tous deux de participer, Térébenthine soutient des idées dont la radicalité ferait rougir Marx. Elle est en post-post-post-doc, l’équivalent d’un BAC+142 en sociologie.

Pourquoi pas ? Il est intéressant de se frott... Poursuivre la lecture

Une organisation sans processus ne peut pas fonctionner au-delà d’une certaine taille.

Pourtant, il arrive souvent que le développement de processus étouffe la créativité, c’est-à-dire la capacité de l’organisation à continuer de répondre aux défis de son environnement. Comment résoudre ce paradoxe ? La clé réside dans la conception que l’on a de ce qu’est un processus.

« Par lassitude devant l’effroyable multiplicité des problèmes, la complexité et les difficultés de la vie, la grande masse des homm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles