Au lieu d’écouter les prévisionnistes, faites la fête !

Cocktail Party by dcafe (CC BY-NC-ND 2.0)

Nouer des relations sociales au hasard permet de mieux affronter le hasard. Surtout celui prévu par les autres.

Par Gilles Martin.

La lecture du livre « Le Cygne noir » de Nassim Nicholas taleb nous convainc de l’impossibilité de connaître le futur, et de notre incapacité à prévoir ces « Cygnes Noirs », ces événements présentant les trois caractéristiques :

  • Ils sont une aberration, ils se situent en-dehors du cadre de nos attentes ordinaires, car rien dans le passé n’indique de façon convaincante qu’ils aient des chances de survenir ;
  • Ils ont un impact extrêmement fort ;
  • Notre nature humaine nous pousse à élaborer après coup des explications concernant leur survenue, les rendant explicables et prévisibles.

Mais alors, si nous ne pouvons rien prévoir, que pouvons-nous faire ?

En fait, Nassim Nicholas Taleb ne nous ôte pas tout espoir, et nous dit que « savoir que l’on ne peut pas prévoir ne signifie pas que l’on ne peut pas tirer profit de l’imprévisibilité ».

Alors, le message est simple : tenez-vous prêts !

Cela signifie quoi ?

Le secret est de garder l’esprit ouvert, et de savoir investir dans la préparation plutôt que dans la prévision. C’est exactement ce que permet une démarche de scenario planning pour permettre à nos entreprises de construire les scénarios ayant le plus d’impact sur son avenir, et ainsi de se préparer et d’être les plus flexibles face aux turbulences possibles (car il ne s’agit pas de se préparer au probable mais au possible). Je l’ai déjà évoqué ici ; même si Nassim Nicholas Taleb, lui, ne l’aborde pas dans son ouvrage).

Autre astuce : saisir n’importe quelle occasion et tout ce qui lui ressemble. Car Nassim Nicholas Taleb nous rappelle à juste titre que les Cygnes Noirs (avec les majuscules) positifs, c’est-à-dire ceux qui amènent des bonnes surprises et des bénéfices inattendus, s’accompagnent d’une première étape indispensable : il faut être exposé à leur éventualité, comme la nécessité de jouer au loto avant d’espérer gagner.

C’est pourquoi il faut accepter les rendez-vous improbables, les provoquer, faire des rencontres. Travailler à rechercher des opportunités et à s’y exposer autant que possible. Et faire des rencontres liées à la sérendipité, c’est rechercher des sources d’incertitude positive.

Car ce sont les discussions informelles dans les lieux improbables qui peuvent mener à de grandes initiatives et avancées.

Alors, pour rencontrer le maximum de Cygnes Noirs positifs, le conseil c’est : « Participez à des fêtes ! »

Faire la fête et des rencontres, bon remède pour ne plus croire aux prévisions impossibles, et faire surgir l’impossible.

Bon programme pour l’été… et pour le reste de l’année.

Sur le web