Les entrepreneurs doivent protéger l’État de Droit en France

Pourquoi il faut protéger l’état de droit dans l’affaire Benalla. Une tribune en réponse à l’artice d’Edouard Treteau paru dans le Figarovox.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entrepreneurs doivent protéger l’État de Droit en France

Publié le 4 août 2018
- A +

Par Sébastien Laye.

Comparaison n’est pas raison, dit l’adage, et utiliser, comme d’aucuns, l’analogie entre l’affaire dite du Canal du Panama au 19eme siècle et le scandale Benalla, n’est pas faire preuve d’une grande rigueur historique. Mélange de scandale financier et de règlement de compte politique, l’affaire du Canal méritait une comparaison plus idoine avec le scandale Clearstream il y a quelques années.

De par la violence des images, l’amateurisme des réponses et le mutisme des principaux concernés, l’affaire Benalla a probablement déjà dépassé en intensité cette crise de la fin des années Chirac.

Surtout, à l’heure des réseaux sociaux, elle a suscité une vague collective d’indignation qui dépasse et transcende de loin les seuls milieux dénoncés par M. Treteau, à savoir le monde des médias et celui des parlementaires. Deux univers, qui, il convient ici de le rappeler, ont fait preuve d’une exemplaire attitude durant cette crise, jouant parfaitement ce rôle de contrepouvoirs au cœur de la démocratie telle qu’envisagée par Montaigne.

Or aujourd’hui, les thuriféraires du pouvoir actuel, surtout s’ils sont entrepreneurs, encore plus s’ils se disent libéraux, doivent acter l’échec total du pouvoir macroniste en matière de gouvernance et même la trahison de ses fondements de campagne, dès lors que le tournant jupitérien de mai 2017 contenait en germe une possible dérive et un manque de respect des institutions ; car le cas de Benalla met en exergue l’hubris de cette technocratie au pouvoir dont les signes de mauvais augure se sont accumulés au cours des derniers mois : humiliation du général Villiers, népotisme des nominations, refus de s’expliquer devant le peuple.

Avec le recul, on songera à la révolution anti-démocratique dite des Quatre Cents dans l’histoire athénienne : sous prétexte d’éviter une supposée hystérie collective et par souci d’efficacité, faudrait-il contrôler la liberté d’expression, comme les Quatre Cents mirent fin à l’eisangelie (la possibilité pour le citoyen athénien de dénoncer les abus de pouvoir) au motif d’en finir avec les actions abusives des sycophantes ? Il aura fallu une reprise en main des citoyens et des marins en particulier (les entrepreneurs aujourd’hui ?) pour mettre un terme à la dictature des Quatre Cents.

La kyrielle de réformes anti-libérales

L’argument classique sur l’impérieuse urgence des réformes au-delà de cette crise ne doit pas faire illusion : les maigres réformes engagées ou à venir (qui ne changeront fondamentalement pas la donne pour une économie française toujours en proie à un chômage supérieur à 9%, le fardeau d’une dette ingérable et une fiscalité confiscatoire, et ce alors que la pauvreté ne recule pas) ne sauraient justifier une remise en cause de type péroniste des institutions.

Les entrepreneurs doivent veiller au respect des contrepouvoirs et de l’État de Droit. En effet, ce sont là les deux piliers du libéralisme des Constant et Tocqueville ; depuis quand le panégyrique du pouvoir justifierait-il de jeter aux orties les mânes de la pensée libérale, les fondements de la démocratie et le respect de nos citoyens ? Il y a quelque chose de fallacieux à dire que le contournement des corps intermédiaires ou des contrepouvoirs, serait l’alpha et l’omega d’un pouvoir jeune et moderne.

Certains proches du pouvoir durant la campagne nous ont vendu une séduisante approche collaborative, transparente et moderne de la politique : ils ont raison de se défendre en disant que Benalla et son gang des cités n’est pas le SAC, mais tout de même, force est de constater que Macron a immédiatement trahi ses engagements de campagne une fois l’élection passée : la dichotomie entre le discours grandiloquent et la pratique explique le gouffre béant qui s’est ouvert entre la présidence et l’opinion depuis plusieurs mois.

Les zélotes du pouvoir ne saisissent pas à quel point l’ère des réseaux sociaux va clouer au pilori un président calfeutré dans son immunité et son irresponsabilité devant le Parlement, qui ne fait par ses déclarations qu’exciter la vindicte populaire et parlementaire : « qu’ils viennent me chercher » lance-t-il aujourd’hui avec bravade en un singulier exemple de théâtrocratie. Il ne s’agit pas là d’hystérie mais bien de mouvement de foule citoyenne. Nous pourrions relire René Girard et comprendre la volonté de sacrifice expiatoire qui va animer cette foule : les mêmes ressorts ont joué contre Louis XVI.

L’essayiste belge Drieu Godefridi a rappelé ce qui doit animer les démocrates, les libéraux, les girondins, dans la fabrique du futur de notre pays : « Jamais plus nous ne devons laisser une coterie arrogante de gens politiquement immatures dicter les termes d’une élection nationale » : ce sont les termes du président Ford après qu’il eut succédé à Nixon.

Il n’y a pas de croissance économique sans État de droit, pas de liberté sans contrepouvoirs ; j’appelle donc Édouard Treteau, ami et défenseur de la liberté,  et tous les entrepreneurs, à veiller au respect de l’État de droit, à célébrer les contrepouvoirs et surtout à préparer un véritable changement de paradigme politique : ensemble, remplaçons notre régime présidentiel personnel, obsolète d’un point de vue économique et politique, par un régime déconcentré ou ce sont les lois et non les hommes qui gouvernent, pour reprendre les mots fameux de John Adams.

 

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Bel article. Rien à ajouter, tout y est dit sur le RV manqué entre Macron et les espoirs qu’il avait suscité.

    PS : j’ai mis 3 ans à détester Sarko, il aura fallu le discours de Grenoble. Un an et demi pour Hollande, à cause de l’affaire Leonarda, et à peine plus de 6 mois, sous Macron, pour déchirer ma carte d’électeur, tres exactement le jour de l’annonce du 80 km/h.

    • @guido
      déchirer sa carte d’électeur est elle la solution ? Macron est tres vite devenu ecoeurant par sa façon de ne pas agir et surtout par son arrogance tels que les incapables en sont coutumièrs ; elle leur sert d’argument.
      pour votre info la limitation a 80 KM/h ne baissera pas les morts sur la route les stats de Juillets donnent 118 morts en moins sur les grands axes 2×2 voies , autoroutes aucune difference notoire sur les segments livrés aux 80 km/h
      par contre 261.027 pv en plus dressés sur ces axes depuis qu’ils sont limités , et 42 radars saccagés (que nous allons bien sur payer de nos deniers ) macron a la plus forte équipe d’indésirables de la 5eme

      • Pour parodier un type dont j’ai oublié le nom : « contre le 80 km/h on a tout essayé !  »
        Alors, quand il n’y a plus de solution, le déchirage de carte d’electeur, ça soulage.
        Pour parodier aussi un autre type ; « un bon radar est un radar mort !  »
        Là aussi, la destruction soulage…
        Et si en tant que contribuable, je suis amené à en payer les réparations, en tant que conducteur, chaque fois que je passe devant un bon radar, je fais une économie importante.
        Et puis si dès 2003, on avait plus imité les Corses ou les Bonnets rouges, on n’en serait pas là aujourd’hui. Hélas, les vaches à lait sont des veaux…

  • Comment protéger l’Etat de droit alors qu’au plus haut niveau de l’Etat il est baffoué en permanence comme d’ailleurs par l’ensemble de la mafia politique nationale ou locale ainsi que de la justice en elle même.

  • « Plus le singe monte haut et plus il montre son cul »

    Depuis la nuit des temps l’histoire nous montre la chute inéluctable des hommes qui se croyaient grands… malheureusement après avoir entraîné les peuples dans leur chute tragique, finissant le plus souvent dans des révolutions sanglantes, des guerres civiles, ruines et famines.

    • « Plus le singe monte haut et plus il montre son cul »
      je ne la connaissait pas elle est excellente et tellement imagée !

  • Il n’y a qu’une solution pour éviter d’en arriver aux mains: la France fédérale dans une europe des régions qui redonnera du pouvoir aux régions et mettra fin au pouvoir jacobin centré autour de la tour eifel et complètement coupé du monde réel!

    • Évoluer vers une France Fédérale serait une évidence dans un contexte libéral.
      Il faudrait également que l’aspiration fédéraliste soit en phase avec une démocratie directe qui respecterait la proportionnalité des opinions et qui permettrait le contrôle des élus en cours de mandature.
      Une France Fédérale permettrait également de mettre en concurrence des régions dirigées et présidées par des élus que l’on apprécierait en fonction de leur résultats politiques et économiques au plan de chacune des régions tels que emploi, niveau de vie, etc…

      • @ Duglandin
        « Une France Fédérale permettrait également de mettre en concurrence des régions dirigées et présidées par des élus… »
        Ou comment sortir de l’ornière pour sombrer à nouveau dans la même… Désespérant.

  • Comment peux t-on avoir une Europe Fédérale
    alors que les débats Européen..est confisqué par les politique en Général et que la Presse est complice de cet Omerta Maffieux…vu l’endettement des Régions ??Avant tout il faut responsabiliser ces Président de Régions Pénalement et financièrement …la Fameuse phrase ..RESPONSABLE MAIS PAS COUPABLE..est de MISE …tout représentant du PEUPLE doit être irréprochable…tout élus CONDANNE DOIT ETRE INELIGIBLE À VIE ET DECHU DE SES DROIT ADMINISTRATIF…

  • Pensée structurée, écriture fluide, un régal par les temps qui courent ! Et une base sérieuse pour exercer son propre esprit critique. M. Macron est un adolescent monté en graines par l’action de puissants personnages par ailleurs propriétaires des médias mainstream. Qui a dit : « Au royaume de la société du spectacle, les bouffons sont roi » ?

    • @Jean Taillardat
      Bonjour,
      « M. Macron est un adolescent monté en graines par l’action de puissants personnages par ailleurs propriétaires des médias mainstream. »
      Ces personnages ne peuvent être que puissants : leurs chiffres d’affaire sont surtout composés de subventions. Sans celles-ci, les publicités et les prix d’achats ne suffisent pas à leur éviter la faillite.

  • @Tradition et Duglandin
    Il est illusoire de croire qu’une France fédérale dans une Europe des régions mettrait fin au pouvoir jacobin. Car le pouvoir donné aux régions pourrait n’être qu’une duperie de plus avec la simple déconcentration du pouvoir central renforcé par la connivence avec des pouvoirs locaux de type mafieux.

    La constitution de régions géographiques (au lieu du charcutage politique actuel qui est délibérément anti-géographique) est nécessaire pour réunir les conditions du dynamisme économique propres à chaque région. Il n’y a pas besoin de mise en concurrence des régions par une instance supérieure. Chaque région est unique et sa population a seulement besoin de se retrouver maître chez soi pour poursuivre son développement selon ses critères et pour participer aux échanges qui contribueront à sa prospérité.

    La question n’est donc pas simplement de décentraliser mais, au préalable, de trouver les principes constitutionnels à appliquer pour en finir avec les abus des pouvoirs publics, que ce soit au niveau local, national ou éventuellement fédéral.

    • Virgin et Tradition,
      Vous ne prenez pas en compte la nécessité préalable d’une refonte de notre Constitution pour parvenir à une démocratie directe instituant un pouvoir de contrôle des citoyens vis à vis de leurs élus en cours de mandature et, de nos Énarques en cours de carrière.
      Le modèle Suisse – même s’il n’est pas parfait – est sur ce point à suivre puisque les électeurs auraient ainsi la possibilité de réagir à des situations d’abus de pouvoirs et de prérogatives telles, par exemple, la limitation de vitesse à 80 KMS à l’heure…
      Il semble également évident que les stratifications nationales actuelles devaient être maintenues au moins au niveau de regroupements linguistiques, ceci, quitte à créer une strate confédérale européenne regroupant un ensemble de Fédérations.

  • la réalité les parti Droite .Gauche ou Gauche Droite se partage le pouvoir comment voulez vous que cela change ,ils sortent des mêmes Écoles et chacun avec sa méthode pour quel résultat ?? entouré d’experts ,de gourou ..et je ne sais quoi .et au final le Peuple trinque ..!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
justice
0
Sauvegarder cet article

Par Samuel Gregg.[1. Samuel Gregg est un chercheur affilié à l'Acton Institute, et occupe la position de Distinguished Fellow en économie politique  à l'American Institute for Economic Research.]

Toute discussion sur la nature et la finalité de la liberté et la justice aborde inévitablement la question du rôle de l’État et du droit dans la société. On peut commencer cette réflexion sur la façon dont le droit naturel aborde ces questions avec Thomas d’Aquin et son approche du droit.

Dans sa Summa Theologiae, Thomas d’Aquin défini... Poursuivre la lecture

Par Samuel Gregg.

Si l’on veut être cohérent dans notre lutte contre la pauvreté, nos préoccupations ne peuvent pas être enracinées dans des récits émotionnels ou relativistes sur ce que sont les êtres humains. Elles doivent être fondées sur la reconnaissance de la liberté, de la rationalité et de la dignité de chaque personne.

En 2012, le financier George Soros et Fazle Hasan Abed, qui est à la tête de l’une des plus importantes ONG anti-pauvreté, remarquaient dans le Financial Times que malgré la Grande Récession, le nombre de... Poursuivre la lecture

La publication d’une partie d’un entretien entre Macron et Poutine n’a pas plu à Moscou. Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russes, a évoqué un manquement à l’étiquette diplomatique. Cet incident diplomatique met en lumière un problème dans la stratégie des dirigeants européens lors du conflit Ukraine-Russie : le remplacement de la diplomatie par la communication publique.

Une tendance qui est problématique dans la bonne conduite stratégique.

 

De la diplomatie entre dirigeants à la communication au grand ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles