Affaire Benalla : 3 couacs dans la communication d’Emmanuel Macron

Castaner, Bergé, Roger-Petit : la communication de crise de l’Élysée s’enrhume.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
castaner by Parti socialiste licence créative commons (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Affaire Benalla : 3 couacs dans la communication d’Emmanuel Macron

Publié le 23 juillet 2018
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

En quelques jours, Emmanuel Macron, qui fut encensé comme un petit génie du storytelling, s’empêtre dans une communication de crise catastrophique. Celle-ci révèle en creux la persistance, derrière le discours de la modernisation, des vieilles pratiques du pouvoir sans frein et du centralisme étatique.

Alors que les premières images d’Alexandre Benalla sortent dans la presse, la cellule de crise de l’Élysée semble mobilisée. C’est le très discret Bruno Roger-Petit qui s’y colle. En plan fixe devant une caméra, il lit un texte enregistré qui sera ensuite envoyé à différentes rédactions. Dans celui-ci, il déclare qu’Alexandre Benalla avait reçu pour son comportement inadmissible deux semaines de mise à pied, une suspension de traitement et un transfert administratif. Au-delà de la légèreté des sanctions, et surtout des révélations sur l’impunité générale du personnage au regard de la loi, l’exercice du porte-parole de l’Élysée semble étonnamment désuet et décalé face à la tempête médiatique qui s’annonce. De plus, il ne faut pas plus de quelques heures pour s’apercevoir que ses déclarations sur le transfert de Benalla étaient fausses.

Quelques jours passent, et cette fois-ci, c’est à la députée Aurore Bergé d’essayer de limiter la casse, alors que le séisme se répand jusque dans l’hémicycle de l’assemblée nationale. Malheureusement, elle s’emmêle dans les éléments de langage, ces discours taillés sur mesure pour ne rien communiquer, et se fait reprendre par l’opposition. De colère, elle quitte l’hémicycle.

Invité ce lundi sur BFM, Christophe Castaner monte au créneau à son tour. Plusieurs photos montrent Benalla dans le bus des bleus qui défilait sur les Champs-Élysées. Pour Castaner, son rôle n’était pas d’assurer la sécurité mais de s’occuper de logistique, c’est-à-dire des affaires des bleus. Un lieutenant-colonel habilité secret défense comme bagagiste ? Pas sûr que cet élément de communication fera taire les protestations…

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • ce gars était lieutenant colonel? de quoi? de connerie? on atteint des sommets dans ce pays.

  • les déclarations de ces personnages ,c’est du n’importe quoi….du Jupiter,de l’intérieur ect ..ect..ridicule…

  • Qui a écrit leurs déclarations, à ces gars-là ? Un émule de Pierre Dac ?

    • Pierre Dac était à Londres et une des voix de la France Libre. Là c’est plutôt Grand Guignol, voire pét…mane…

      • Ou quelque transfuge de Groland. Pauvre Castaner, qui a traversé la Provence à pied (du moins, dès qu’une caméra de télé passait dans le coin) pour vendre la République en Marche (arrière) à son électorat d’habitués….

  • Les trois impétrants cités sont des couacs ambulants par eux-mêmes. Ce n’est même plus le degré zéro de la politique : après avoir touché le fond sous les précédents mandats, on s’acharne désormais à creuser.

    Mais Macron a-t-il seulement un problème de communication ou plutôt un problème de fond ?

    Le problème de fond, c’est comment trouver rapidement (et faire accepter) 200 à 300 milliards d’économies de dépenses publiques pour éviter le défaut qui menace l’Etat obèse si on maintient l’épine dorsale du collectivisme parasitant ce pays et défendue jusqu’à la caricature par une cohorte de bureaucrates et d’intérêts connivents.

    Le plus scandaleux dans l’affaire n’est pas tant le coup de poing, mais plutôt qu’un individu tel que celui-ci soit doté de 10000 euros par mois plus avantages en nature (appartement, voitures, etc.) représentant au moins autant de revenus supplémentaires. Il est hautement anormal qu’un fonctionnaire ou assimilé, ou encore un élu, peu importe son niveau hiérarchique, puisse gagner plus de 6000 euros bruts par mois, tout avantage compris.

    • Si vous rétribuez les hauts fonctionnaires à 6000 bruts par mois, primes comprises, vous risquez de vous retrouver avec les cousins de Benalla aux postes de direction du ministère de l’intérieur…
      Déjà que bien payés, on a parfois droit à des manches, je n’ose imaginer la République bananière vers laquelle nous tendrons si les hauts fonctionnaires sont payés au lance-pierre.

      • Bonjour G Brasletti

        Drôle de commentaire pour un anarcap. Un bon haut fonctionnaire est un fonctionnaire non embauché. Un haut fonctionnaire (comprendre énarque) ne vaut pas 6000€, il coûte plutôt 10 à 100 fois plus.
        PS Un chirurgien fonctionnaire est payé 6000€ et on en trouve..

      • Mais, ils peuvent exercer dans le privé s’ils sont si bons, non ❓

  • Que reste-t-il dans tout ce cirque? En dehors de la rhétorique politique : le bon vieux droit :

    https://www.causeur.fr/affaire-benalla-macron-justice-examen-153084

  • Arrêtez vos conneries !
    Ce seraient des « COUACS »
    Castanner pisse les couacs a lui tout seul comme d’autres les caguent. Dans cette affaire « Ben- Allah », il n’y a strictement rien de rationnel, de cohérent, de républicains, et même d’Honnête.
    Ayez le courage de parler !

  • Étonnant les Médias se lance à l’attaque du gouvernement en place …negocerai t’il des sudventions ??.
    Ce serai drôle l’etat supprime l’avantage fiscal du journaliste Sur le revenu ..pas loin de 8000 euros ..a déduire sur leur impôt !!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
législatives Macron
3
Sauvegarder cet article

Par Franck Arnaud Ndorukwigira.

 

La réalité est là, l’Afrique est la terre convoitée par les grandes puissances. La récente visite sur le continent de Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères, et celle prochaine en août 2022 d’Antony Blinken, chef de la diplomatie américaine, en témoignent. Une convoitise d’ailleurs qui vient de conduire Emmanuel Macron en Afrique, pour combler le vide des relations entre la France et l’Afrique.

Sauf que la France y va par un chemin sinueux. En critiquant la soi-disant... Poursuivre la lecture

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Conformément à la loi du 6 novembre 1962 modifiée par l’article 2 de la loi organique du 5 avril 2006 relative à l’élection du Président de la république, sont publiés au JO du 19 juillet 2022 les comptes des 12 candidats à l’élection présidentielle du 24 avril 2022.

Comme en 2017, Emmanuel Macron a été le plus dépensier lors de la campagne qui a mené à sa réélection le 24 avril dernier (16,7 millions). Et comme il y a cinq ans, la finaliste Marine Le Pen (11,5 millions) s'est montrée plus économe que certains candidats qui n'ont pas r... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles