Risques et « fake rate »

En France, les gouvernements dispendieux et surendettés trouvent toujours des prêteurs. Mais sur les marchés actions, la perception du risque est en train de changer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Risques et « fake rate »

Publié le 2 août 2018
- A +

Par Simone Wapler.

Même si vous n’êtes pas un usager de la SNCF réseau ouest, les déboires de ce fleuron du service public vous concernent en tant que contribuable.

À la suite de l’incendie d’un transformateur à Issy-les-Moulineaux, le trafic est à nouveau presque paralysé gare Montparnasse. Ceci survient après de multiples pannes et retards qui ont émaillé l’année – après un été 2017 lui-même calamiteux.

Les guichets sont pris d’assaut. Ce matin, devant moi, un usagé contraint de faire un aller-retour Nantes-Paris en voiture pour un rendez-vous s’est vu refuser le remboursement de son billet au motif que « le système ne fonctionnait pas ». Il est prié d’user sa patience en passant par le site en ligne.

Moralité du capitalisme

Si vous prenez le train cet été, je vous recommande chaudement la lecture de La Grève d’Ayn Rand. Vous aurez quelques milliers de pages pour combler vos attentes et les délais imprévus. Vous y découvrirez les malheurs de la Taggart – ligne ferroviaire imaginaire – confrontée à l’économie administrée, paralysée par les subventions et taxations. Vous aurez matière à réfléchir sur la moralité du capitalisme et le « laissez-faire ».

En attendant, la SNCF – emblématique d’un service public aussi coûteux que dégradé – pèse quelques 50 Md€ de dette dans les comptes publics. Macron est attendu sur des propositions de coupes dans les dépenses publiques, d’autant plus que les prévisions de croissance ralentissent en France.

Le consensus se situe désormais entre 1,7% et 1,8% sur l’année, validé par l’Insee (1,7%) et la Banque de France (1,8%).

Bruno Le Maire – pris en flagrant délit de mensonge – a indiqué que Bercy maintenait sa prévision de croissance à 1,8%. Mais dans le cadre du programme de stabilité envoyé fin avril à Bruxelles, 2% sont gravés dans le marbre.

Pour résumer, les possibilités de recettes fiscales diminuent, les plans d’économie n’existent pas et le déficit devrait encore déraper, se situant au-dessus des engagements pris vis à vis de nos partenaires européens.

L’Agence France Trésor devrait placer de la dette française cette semaine mais même si les investisseurs prennent enfin conscience du risque de prêter pour financer la gabegie de l’étatisme français, les rachats de Mario Draghi pour le compte de la BCE seront encore là pour maintenir les taux à un niveau acceptable.

La perception du risque s’éveillerait-elle ?

Sur les marchés américains, certaines valeurs se sont prises une claque la semaine dernière. Facebook, bien sûr, mais aussi Netflix, Intel, Twitter, CBS, Tesla…

Comme vous le savez, ces valeurs « font » la hausse des indices américains compte tenu de leur poids.

Les grands indices accusent donc le coup.

Voici sur ce graphique, l’allure des valeurs techs (en orange) comparée à celle de l’indice large S&P 500 (en bleu).

Les investisseurs commenceraient-ils à s’apercevoir que ces actions sont surévaluées ?

Les opérations monétaires des banques centrales consistent à faire baisser les taux d’intérêt, supprimant ainsi un précieux indicateur de risque. Mais la réalité économique – des bénéfices et chiffres d’affaires décevants – finit toujours par reprendre le dessus.

Ces fake rates sont à l’origine de la « Bulle de tout » mais si la perception du risque change, l’été risque de devenir mouvementé…

Vous devez absolument éviter les ETF ou trackers indiciels qui présentent un risque d’illiquidité en cas de forte chute.

Pour plus d’informations, c’est ici

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Les ETF thématiques ont de plus en plus d’adeptes parmi les investisseurs, et ils reçoivent actuellement bien plus de flux d’investissement que les secteurs traditionnels, comme la consommation, la finance, ou encore la technologie.

L’investissement thématique porte la promesse de pouvoir s’exposer à la croissance d’entreprises novatrices et disruptives, qui se développent plus vite que le reste de l’économie.

Contrairement à un ETF thématique, un ETF géographique contient l’ensemble de tous les secteurs à l’intérieur d’... Poursuivre la lecture

Commençons par lever un tabou. Parfois, le grand lecteur craque, il ne va pas au bout. Trop de détails, trop de personnages. Il n’en peut plus. Il retourne alors son pavé de 600 pages, et jette au coup d’œil sur le tout dernier paragraphe, celui qui dévoile qui a tué qui, qui a aimé qui, etc. Notre lecteur a tout gâché… Mais, il y a pire que lui. Bien plus impatient : l’investisseur trépignant.

Oui, l’investisseur craque bien plus souvent que le lecteur. En vérité, commencer par la fin est presque une sale manie pour l’investisseur. Un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles