Répression routière : l’aveu de faiblesse de Macron

Les mauvaises langues diront que la répression routière est un combat qui présente l’immense avantage de permettre à l’État de conserver son train de vie et de lui éviter de se réformer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron en juillet 2017 by Presidencia de la Republica mexicana(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Répression routière : l’aveu de faiblesse de Macron

Publié le 31 juillet 2018
- A +

Par Claude Robert. 

En matière d’accidentologie, la limitation à 80 km/h imposée par le gouvernement Macron est d’autant plus surprenante que le taux d’accidents de la route ramenés à la population est en France à peine supérieur à la moyenne européenne. Avec 53 morts/1 000 000 habitants, l’Hexagone est en effet 8 % au dessus (statistique 2017 source CE). Il y a donc une marge de progression, mais tout de même, il ne faudrait peut-être pas oublier que :

  • l’Europe est la plus vertueuse de la planète, avec seulement 49 morts/1000 habitants/an en comparaison du reste du monde et ses 174 morts/1000 ;
  • la France est « mauvais élève » de façon tellement plus flagrante dans d’autres domaines tout aussi cruciaux (suicides, dépressions, chômage, prélèvements obligatoires) que l’on est en droit de se demander pourquoi le gouvernement ne s’attèle pas à ces autres déficiences avec la même hargne.

Certes, chez nous, l’accidentologie de ces dernières années est à la hausse, ou à la stagnation, comparativement aux progrès réalisés depuis les années 50. Mais là aussi, il suffit de regarder la corrélation entre les mesures prises par les gouvernements successifs et l’évolution de la courbe des accidents pour se poser un certain nombre de questions (source Sécurité Routière, citée dans La Croix) :

Avec la flambée du nombre de voitures et la hausse de leurs vitesses potentielles, le nombre d’accident a plus que doublé entre 1952 et 1972. Et puis, tout d’un coup, deux mesures d’importance semblent avoir déclenché à elles-seules l’inversion radicale de la courbe : la limitation à 1,2 g/l d’alcool en 1970 puis la ceinture obligatoire hors agglomération en 1973.

Il est très probable que la succession de mesures prises depuis a contribué à ramener le taux d’accidents très nettement en dessous de celui de 1952 alors que le nombre et la vitesse des véhicules étaient incomparablement inférieurs. Néanmoins, force est de constater que l’efficacité des radars embarqués et de l’éthylotest obligatoire (tous deux implémentés en 2013) ne saute pas aux yeux.

Il est vrai que le problème est particulièrement complexe. Selon l’Observatoire national de la sécurité routière (CNSR 2018), les causes des accidents sont multifactorielles : la vitesse (30 % des cas déclarés), l’alcool et la drogue (20 + 9 = 29 %), l’inattention (8 %), les dépassements dangereux (4 %), les malaises (4 %) et la somnolence (3 %), sans compter les 12 % de causes non détectées et les autres causes marginales (état de la route ou du véhicule, conditions météo).

Examinons maintenant, de façon objective, l’ardeur avec laquelle le gouvernement s’est penché sur l’accidentologie comparativement aux autres lacunes de notre pays.

Le coût des mesures de sécurité routière du gouvernement Macron

Il faut bien évidemment comptabiliser deux types coûts : les coûts directs des mesures elles-mêmes, ainsi que les coûts induits, à savoir les conséquences de celles-ci sur l’économie :

– le coût des mesures  : pour  le changement des panneaux sur la route, celui-ci s’élèverait à 2 ou 3 millions d’euros selon la ministre des Transports Élisabeth Borne (La Dépêche 05/03/18). À cela s’ajoutent les coûts de fonctionnement des 440 véhicules banalisés (oui, vous avez bien lu : 440) qui seront en circulation cette année. Cette armada de « mitrailleuses à PV » (Le Point 04/01/18), véritable flotte de miradors mobiles et indétectables sera confiée à des sociétés privées pour un montant qui atteindra, en cumulé des investissements dans les radars fixes, selon la loi de finance 2018, la fantastique somme de 308 M€ « soit 58 millions d’euros de plus qu’en 2017 » (source radar-auto.com).

Ce sont bien les dispositifs de répression qui accusent la plus forte hausse budgétaire, au détriment d’ailleurs de la contribution à l’équipement des collectivités locales pour l’amélioration des transports en commun, ainsi que le mentionne le tableau de la Sécurité et éducation routières ci-dessous (source Sénat Loi Financière 2018) :

– leurs conséquences sur l’économie : une étude froidement mathématique réalisée en 2014 par l’universitaire Rémy Prud’homme (source Capital 9/01/18), estime que la baisse de la vitesse n’engendrera aucune économie d’énergie mais une économie sur les dépenses de santé de 190 M€ qui ne couvrira même pas les pertes dues au ralentissement de la croissance engendré par le temps supplémentaire passé sur les 380 000 kilomètres de départementales concernées ! Bien sûr, la lecture de telles analyses peut choquer d’un point de vue purement humain, car la vie n’a pas de prix. Mais il s’agit ici de raisonner en termes d’intérêt général, et le coût d’une mise au chômage ou d’une diminution du niveau de vie n’est absolument pas négligeable. Nous le payons chaque année au prix fort en nombre de suicides (3 fois plus nombreux que les tués sur la route) et de dépressions nerveuses, ainsi qu’en redistribution, c’est-à-dire en impôts sonnants et trébuchants.

La fabuleuse manne financière de la répression routière

Un simple coup d’œil sur la progression (source Sénat Loi Financière 2018) des efforts déployés par les derniers gouvernements et en particulier par le gouvernement Macron suffit à comprendre la vraie nature de cette soi-disant lutte contre la mortalité routière :

Ainsi, à côté de ce qui ressemble à une véritable entreprise de racket, les autres mesures décidées pour 2018 semblent anecdotiques. La protection des piétons, via des investissements dans la signalisation, est d’ailleurs la seule qui ne soit pas exclusivement du domaine de la répression. Or, les investissements y afférant ne font pas le buzz pour leur ampleur (chiffres introuvables sur le net, on imagine pourquoi).

Il n’est donc pas étonnant que selon le projet de loi de finance 2018, l’État prévoit des recettes à un nouveau niveau record : 1,029 Md€ ! Peu importe si près de 80 % de cette somme sont en principe investis dans la maintenance du réseau routier. Il s’agit bel et bien de prélèvements !

L’énergie déployée par le gouvernement Macron contre les autres faiblesses de l’Hexagone

Il est tout à fait louable de vouloir ramener la France dans les ratios moyens européens. Vive le benchmark ! L’Europe reste un modèle et nous devons faire des efforts pour rejoindre les meilleurs. Ceci est d’autant plus opportun que la France est un cancre parmi les cancres en matière de suicides (parmi les plus élevés d’Europe), d’épisodes dépressifs majeurs (record mondial absolu en 2014), et de taux de prélèvements obligatoires (record européen en 2016) !

Analysons donc ce que le gouvernement actuel a concocté dans ces domaines pourtant essentiels :

  • Taux de suicide : selon l’observatoire national du suicide, le nombre de décès en 2014 aurait atteint 10 000 victimes, « soit près de trois fois le nombre de personnes tuées dans les accidents de la route (3 384) en 2014 » (Le Monde 05/02/18). Aussi incroyable que cela puisse paraître, le nombre de suicides en France est donc très nettement supérieur à celui des décès sur route. Avec 14,9 de personnes ayant mis fin à leurs jours pour 100 000 habitants, la France se trouve à 27 % au dessus de la moyenne européenne (11,25). Cela ne semble pourtant pas spécialement émouvoir le gouvernement. Selon Le Monde, le programme prévu par la ministre de la Santé Agnès Buzyn se cantonne à « étendre, ces deux prochaines années, le dispositif pour recontacter les « suicidants » à leur sortie des urgences ou d’hospitalisation et mettre en place un numéro de secours pour les personnes en détresse psychique extrême ». Quand on sait que la corrélation entre suicide et taux de chômage a été maintes fois démontrée (plus récemment par l’Inserm, 6/01/16), on rirait presque du ridicule de telles mesures.

Épisodes dépressifs majeurs : le record mondial absolu lors de la première étude mondiale du genre (Cross-national epidemiology of DSM-IV major depressive episode, 2012), n’est pas un exploit dont notre pays peut se vanter. Ce record est d’ailleurs totalement lié au taux de suicides, et révèle un véritable malaise bien évidemment lié au fléau du chômage. Au niveau de l’emploi, avec Hollande, la France a totalement décroché de l’Europe  depuis la reprise post crise du crédit. Et avec Macron, elle continue de sous-performer.

Taux de prélèvement (impôts + cotisations sociales) : un nouveau record a été enregistré en 2016 à 47,6 % du PIB (source Eurostat), ce qui propulse la France au sommet, à 19 % au dessus de la moyenne européenne (40 % du PIB). Selon l’INSEE, le taux de prélèvement obligatoire a même poursuivi sa hausse en 2017 ! Mais comment s’en étonner avec un gouvernement Macron qui a diminué ses objectifs d’économies dès sa prise de fonction, et qui continue d’augmenter la pression fiscale, tout en voulant faire croire le contraire… Pas moins de 8 impôts nouveaux ont vu le jour. Les baisses ont été ciblées sur une population tellement restreinte (les très riches hors immobilier) que les hausses qui pèsent sur le reste de la population représentent au global une augmentation de la ponction étatique !

Un État au service de ses citoyens ou l’inverse ?

Comparer les moyens déployés pour combattre une accidentologie routière à peine de 8 % supérieure à la moyenne européenne, et l’absence patente de volonté pour lutter contre des fléaux autrement plus en décalage avec les ratios en cours chez nos voisins suscite aussitôt quelques remarques désagréables :

  • en matière de sécurité routière, l’État affiche une préférence quasi exclusive pour la répression. La prévention, qui tire vers le haut, responsabilise, respecte et laisse libre le citoyen, ne semble pas du tout sa tasse de thé ;
  • la vitesse est de loin le principal bouc émissaire, alors qu’il ne s’agit que d’un facteur aggravant, au même titre que de très nombreux autres ;
  • les fortunes collectées par la traque des conducteurs rapides est une source de revenus colossale qui ne semble pas laisser l’État indifférent ;
  • les fléaux comme la dépression et le suicide, derrière lesquels se cache mal le déclin économique et social du pays ne fait toujours pas l’objet de programmes et d’investissements comparables.

Mais tout s’explique dès lors que l’on comprend combien la cause de ce déclin économique et social se trouve être l’État lui-même, cet État boursouflé et si peu efficace qui redistribue près de 50 % du PIB afin d’entretenir plus de fonctionnaires que les 82 millions d’Allemands et plus de ministres que les 326 millions d’Américains. Bien sûr, les mauvaises langues diront que la répression routière est un combat qui présente l’immense avantage de permettre à l’État de conserver son train de vie et de lui éviter de se réformer. Et comment donner tort à ces mauvaises langues ? D’ailleurs, n’est ce pas trop tard ? Ne sommes-nous pas déjà pris en otages ?    

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • Très intéressant article, tant par son angle que par sa documentation. Une conclusion complètement partagée.
    Il est patent que le taux invraisemblable des prélèvements incite le gouvernement à les masquer de plus en plus : on supprime le visible, telle la taxe d’habitation, au profit de l’indirect, tels les taxes pétrolières, les radars-jackpots, le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu etc.
    Les français sont abusés par une redistribution qui semblerait bénéficier à chacun (du social aux aides d’entreprises…), l’État achète le consentement électoral avec un argent qui nous appartient.
    L’appétit de l’État, des collectivités locales et des autres institutions publiques semblant sans limite, la question est maintenant :
    1/ Combien de temps supporterons-nous encore un pouvoir dirigiste, technocratique, boulimique et inefficient ?
    2/ Comment nous en débarrasserons-nous, alors qu’il met en place des contraintes de plus en plus fortes, sinon par la violence ?

    • 2/3 des « dépenses publiques » sont les dépenses sociales.
      Appelez vous franchement à un rabot des retraites et de la santé ?

      • @Contrescarpe
        Bonjour,
        Il n’y a pas besoin « d’appeler à un rabot » , le gouvernement le fait tout seul de sa propre initiative en augmentant les prélèvements sociaux.
        Il prend beaucoup d’argent aux personnes qui travaillent, et leur laisse un obole, donnée façon « grand seigneur », quand ils ne travaillent plus. Alors qu’en épargant eux-mêmes ils auraient pu avoir bien mieux.
        (Pour info, un employé qui aurait commencé à travailler en 1997, au SMIC à temps-plein, et sans autre augmentation que celle de son seul salaire, en 2017, a été allégé de 66.000€ nets. C’est sûr, l’Etat l’a dépensé plus judicieusement que ne l’aurait fait l’employé, s’il avait pu dépenser son propre argent.)

  • J’ espère que c’est plutôt 53 morts par million d’habitants que par millier d’ habitants…
    Comme il y a 65.000 milliers d’habitants en France, hécatombe serait un mot faible alors pour caractériser la tuerie…

    • Bien sûr que c’est par million d’habitants. Autre chiffre qui relative quelque peu le risque mortel de l’automobile : 1 mort tous les 150 millions de kms.
      Anecdote : je ne suis pas sûr que les véhicules autonomes aient déjà parcouru cette distance, alors 500 milliards de kms, qui est ce que les voitures font en France chaque année… Donc on attendra un peu pour croire à l’innocuité tant vanté par les pouvoirs publics et les industriels.

  • Avec 53 morts/1000 habitants, l’Hexagone …. (dans le 1er § ):
    Soit 5% de la population, n’y a-t-il pas une erreur ?

  • Tout à fait d’accord avec Rover: l’Etat cache les prélèvements sous des motifs divers( ecologie, sécurité)
    En effet l’oie commence à crier et si c’est trop visible c’est pas bon pour le moral de la populace à qui on dit que tout va bien et qui doit absolument consommer pour maintenir la croissance
    Je suis également convaincu que rien n’evoluera sans violence: trop de privilèges

    • Dans nos démocraties « cause toujours » vous avez parfaitement raison. Une violence, modeste, et limitée aux materiels, est nécessaire pour que la voix de la majorité soit entendue. Les Bonnets rouges, comme les zadistes l’ont parfaitement démontré. Sans eux, rien n’aurait bougé, et des projets rencontrant une hostilité majoritaire auraient vu le jour.

  • Il y a une erreur sur le second graphique. Le déploiement des radars automatiques n’a pas commencé en 2002 mais en (fin) 2003. La forte décrue de cette année là ne peut pas etre mise sur le compte des radars.

    Sinon article impeccable.

    Sur les conséquences économiques de la réduction de vitesse :

    https://www.google.fr/amp/s/www.latribune.fr/blogs/cercle-des-ingenieurs-economistes/20140103trib000807759/reduire-les-limitations-de-vitesse-c-est-freiner-la-croissance-et-l-emploi.html%3famp=1

    • Et le bubon Gayssot (+1000 morts par an pendant 5 ans par rapport à la pente antérieure) commence en 1997 dans le rond après 1995 (alcoolémie à 0,5 g/l). Nous sommes d’accord avec notre précédente discussion et pour les radars automatiques.

  • On va pouvoir voir si le taux de suicides et de dépressions augmente avec la limite de lenteur à 80km/h.
    Si les morts soi-disant évités d’un coté ne se reportent pas de l’autre…

  • Maqueron à la lanterne!

  • Les chiffres peuvent être implacables: Pour preuve …les radars ont flashé deux fois plus sur la même période depuis la mise en place des 80km/h….C’est la preuve éclatante qu’ils ont eu raison ….aux finances et que transformer les veaux ,moutons ,pigeons de Français en escargots …ça peut rapporter gros !!

  • Petits rappels statistiques récents : aux arrondis près, il y a 39 millions de voitures en France qui parcourent en moyenne 17500 km par an, soit de l’ordre de 680 milliards de km (certaines sources indiquent de 725 à 750 milliards de km). Concernant les usagers des voitures, l’ONISR dénombre annuellement 34500 blessés, dont 12000 sont hospitalisés, et 1750 décédés dans le mois suivant l’accident. Près de 50% des automobilistes tués sont victimes d’accidents sans tiers identifié (non maîtrise du véhicule, mauvais état de la route, obstacle soudain, défaut d’entretien du véhicule, crise cardiaque, suicide…)

    A partir de là, on peut calculer quelques ratios. Par exemple, le risque de décès de l’occupant d’une automobile est de 1 pour 390 millions de km parcourus. A titre de comparaison, sur un deux-roues motorisé ou non, le risque de décès de l’usager est de 1 pour 13 millions de km, 30 fois plus élevé qu’en automobile (environ 900 décès pour 12 milliards de km parcourus).

    A l’évidence, l’effet de la réduction de la vitesse à 80 km/h ne changera rien à ces statistiques. On peut anticiper sans effort que le 80 km/h ou bientôt la voiture autonome ne résoudront que quelques cas parfaitement marginaux dans le total des accidents mais n’adresseront pas la question pourtant fondamentale de l’état des routes laissées à l’abandon, par exemple, ou encore celles liées aux deux-roues.

    Certains esprits chagrins pourraient même se demander si l’abaissement de la vitesse sur les routes n’est pas une manière de favoriser l’industrie locale de la voiture autonome dont les logiciels seraient pour l’instant incapables de gérer des vitesses plus élevées avec un degré de sécurité satisfaisant. L’hypothèse serait confirmée si jamais le gouvernement décidait d’abaisser également la vitesse sur les autoroutes à 110 km/h, voire à 100 km/h, pour la même raison, c’est-à-dire sans raison.

    Mais surtout, ces fausses solutions provoqueront leur lot d’accidents mortels supplémentaires, déconcentrations liées à un faux sentiment de sécurité (au prétexte qu’on respecte une loi), assoupissements plus fréquents, ou multiplication des pannes mortelles en roulant en mode autonome. Bref, l’effet inverse du discours déployé par le gouvernement, ce qu’on commence déjà observer dans les statistiques avec la hausse récente des décès, tendance remarquable visible en dehors du simple bruit statistique, alors que la vitesse moyenne de circulation n’a jamais été aussi faible et la sécurité générale des automobiles aussi élevée.

    • 1 décès pour 13 millions de kms à moto. Sachant qu’un motard parcourt en moyenne 6000 km par an, il lui faudrait faire de la moto pendant plus de 2000 ans pour que la Fatalité cumulée à la Loi des Grands Nombres le passe de vie à trépas. Si c’est un fumeur, pendant ce laps de temps, il sera mort 50 fois d’un cancer du poumon…
      Si les estimations de la sécurité routière sont vraies (environ 10 % de morts en moins), notre motard pourra éloigner la Grande Faucheuse de sa trajectoire 200 ans supplémentaires. Hélas il n’en profitera pas puisque cela fera 1900 ans qu’il sera mort et enterré de tout autre chose…

  • Si toutes les sommes directes et indirectes consacrées à la sécurité automobile l’étaient aux véhicules automatiques, les morts, blessés et autres dégâts matériels seraient au minimum divisés par 10 pour peu que l’état ne s’en mêle pas avec ses règlementations abscons

    • Si l’état ne s’en mêlait pas, les sommes n’iraient pas non plus aux véhicules automatiques. Lesquels n’ont surtout besoin pour se développer que d’une simplification des règles et du réseau qui en réduirait drastiquement l’intérêt. Mais si c’est l’état qui incite aux véhicules automatiques, ils iront à 15 km/h en zone urbaine et 50 en rase campagne !

  • ce gouvernement qui passe en force pour le 80 km/heure et bien si l’argent était bien utilisé : A) réparation des infrastructures des routes et amélioration…
    L’ARGENT DES AMENDES NE SERT PAS AU REMBOURSEMENT DE LA DETTE…
    pour ça ,il y a un ministre des finance à quoi sert-il ? a rien ..même pas capable de réduire 1% la DEPENSE PUBLIQUE …encore un de L’ENA …L’ENA forme des inutiles …qui vivent au crochet des Citoyens,n’ont aucune utilité !!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alain Astouric.

Croyez-moi ou pas mais j’ai connu une époque où conduire était un plaisir.

Depuis que les autorités ont trouvé plus intelligent et surtout plus facile de multiplier les radars plutôt que verbaliser les fainéants qui se croient seuls et « oublient » le clignotant ;

depuis que je dois dépenser presque autant d’énergie à deviner la vitesse à laquelle j’ai le droit de rouler qu’il n’en faut pour surveiller la route ;

depuis qu’il existe des limitations impossibles à respecter, surtout quand un poids... Poursuivre la lecture

Par Yannick Harrel.

La Sécurité routière a délivré ses chiffres d’accidentologie pour mars et avril 2020, ce qui aurait permis de jauger de l’efficacité de confinement sur le taux de mortalité routière. Sauf qu’il est préférable désormais de délaisser, ou plutôt de dépasser, le commentaire de chiffres. Car ils n’ont au final que peu d’importance en raison de la politique invariable du gouvernement français.

Celle-ci demeure intangible puisqu’actée sur le fondement d’une autre logique, celui de la sécurité rentière et d’une haute... Poursuivre la lecture

Par Philippe Lacoude.

Ici, les hautes autorités françaises de la pseudo-sécurité routière luttent d’arrache-pied contre les méchants automobilistes en dressant des amendes pour excès de vitesse – dans plus de la moitié des cas (!) cas contre d’affreux chauffards qui ont dépassés la limite de seulement 1 à 5 km/h, les inconscients !

Pourquoi augmenter les limitations de vitesse ?

En Autriche, on cherche à réduire le nombre de morts sur les routes. Avec sérieux.

Et comme nous l’avons vu (ici et là), réduire les accidents en... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles