Donald Trump sur le libre-échange : bluff ou pas bluff ?

Donald Trump rencontre aujourd’hui Jean-Claude Juncker à Washington. Hier, il a proposé sur twitter le libre-échange total entre Etats-Unis et Union Européenne. Alors, il bluffe ou il ne bluffe pas ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Donald Trump sur le libre-échange : bluff ou pas bluff ?

Publié le 25 juillet 2018
- A +

Par Frédéric Mas.

Donald Trump a déclaré « avoir une idée », sur Twitter mardi, c’est-à-dire la veille de sa rencontre avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker : il a proposé que les États-Unis comme l’Union Européenne se débarrassent de leurs droits de douane, des barrières et des subventions dans le domaine du commerce. Ainsi, pour le président américain, on pourrait parler de marché libre et de « commerce équitable ».

Le président américain est familier des déclarations intempestives sur Twitter, souvent provocatrices, exagérées, quand elles ne sont pas contradictoires entre elles. Lundi dernier, c’est par tweets interposés qu’il a provoqué son homologue iranien, suscitant inquiétudes et effarement partout dans le monde.

En matière de libre-échange, si la proposition radicale de Donald Trump s’apparente à une idée à la fois innovante et véritablement juste, puisque favorable au commerce et à la prospérité de tout l’Occident, elle peut légitimement susciter le scepticisme. En effet, en pratique, Donald Trump s’est engagé dans une guerre commerciale tous azimuts au nom de la protection des travailleurs américains, revenant sur les traités Trans-pacifique et transatlantique, ou encore en taxant les importations d’acier et d’aluminium en provenance de l’Union Européenne. Les premiers effets négatifs de ce retour au protectionnisme économique se sont déjà faits sentir par la pénalisation de la compétitivité et des consommateurs américains.

Une fois écartée la provocation, sans doute faut-il voir dans ces tweets deux idées derrière l’idée :

  • – il s’agit d’abord de mettre les Européens devant leurs contradictions, car ils sont les premiers à utiliser l’arme protectionniste contre les États-Unis. Comme l’a montré Bill Wirtz, l’Union Européenne taxe ordinairement beaucoup plus les produits en provenance des États-Unis que les autres, et c’est ça que Donald Trump veut faire tomber. Bien entendu, prendre des mesures de rétorsions comme il le fait n’est pas une réponse adaptée, puisque c’est le consommateur américain qui payera les pots cassés de l’intensification de la guerre commerciale.
  • – Donald Trump fonctionne au bluff pour remporter une négociation qu’il envisage, en diplomatie comme en politique, comme un deal commercial. Dans son livre sur l’art de négocier, Trump explique que l’un des secrets de son succès est de mettre la pression permanente sur la partie adverse, quitte à exagérer. Dans le cas du commerce entre États-Unis et Europe, proposer le libre-échange total cherche sans doute à abaisser les prétentions protectionnistes européennes. Si Donald Trump bluffe en proposant beaucoup plus de libre-échange, peut-être que l’Europe acceptera de revoir à la baisse ses attentes mercantilistes, au plus grand bénéfice de tout le monde ?
Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles