Dans le monde des machines, on manque d’humains pour conduire les machines

On va attendre pour avoir les avions et les véhicules autonomes, mais pour le moment c’est le manque de pilotes et de chauffeurs qui pose problème.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dans le monde des machines, on manque d’humains pour conduire les machines

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 juillet 2018
- A +

Par Gilles Martin.

On nous le dit, dans le monde des machines, on va avoir de moins en moins besoin d’humains, du moins des humains aux postes que nous connaissons aujourd’hui.

Et pourtant…

Un article du journal Le Monde de ce mardi 17 juillet vient nous informer d’un problème dans le monde du transport aérien : on va manquer de pilotes ! Les deux avionneurs Airbus et Boeing sont pourtant tout heureux d’annoncer que d’ici 2037, les compagnies aériennes vont avoir besoin de 37.400 avions neufs. D’ici vingt ans la flotte mondiale aura doublée, et représentera 48.000 avions. Et le problème maintenant est de trouver les pilotes pour commander ces 48.000 avions en 2037.

C’est Airbus qui a évalué le besoin de 540.000 nouveaux pilotes à cette date. L’OACI (Organisation de l’aviation civile internationale) évalue même le besoin pour 2036 à 620.000 navigants, pour transporter 7,8 milliards de passagers par an. C’est ainsi que les compagnies américaines sont en train d’essayer de faire revenir leurs pilotes partis pour les meilleures rémunérations des compagnies chinoises et du Golfe. En augmentant leurs rémunérations.

Pénurie de navigants dans le Golfe

C’est ainsi que delta, toujours selon cet article du Monde, a prévu d’augmenter les salaires de ses pilotes de 25% à 30%. Et face à la pénurie de navigants dans le Golfe, dès aujourd’hui, certains avions dans le Golfe doivent rester au sol. Aux États-Unis, on envisage de décaler l’âge de départ en retraite des pilotes de 65 à 67 ans.

Autre histoire révélée par Les Échos jeudi 19 juillet, les entreprises de travaux publics sont forcées de décaler les réfections de chaussées prévues pendant l’été. La cause : on manque de bitume. Mais pourquoi manque-t-on de bitume ? Certains disent que c’est dû aux mouvements sociaux qui ont bloqué les raffineries. Mais en fait, la principale cause c’est… la pénurie de chauffeurs de poids lourds ayant un permis de transport de produits dangereux, nécessaire pour transporter le bitume à chaud des raffineries aux chantiers.

De plus, avec les grèves de la SNCF, le trafic s’est reporté sur le transport par route. Et, autre phénomène, alors qu’avant, avec le service militaire, les jeunes passaient le permis gratuitement, maintenant ils sont moins nombreux à payer pour passer ce permis poids lourds. Conclusion : les camions restent au garage.

On découvre que malgré toutes les machines les travaux d’infrastructure ont besoin de main d’oeuvre pour conduire les avions et les camions.

Bon, on va attendre pour avoir les avions et les véhicules autonomes ; mais pour le moment c’est le manque de pilotes et de chauffeurs qui pose problème.

Le vieux monde n’est pas tout à fait mort encore…

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • quand il existait le service Nationnal.. détection des gens qui ne savaient ni lire , écrire et compter …ceux qui n’avait pas de métiers,possibilité :permis conduire VL,POID LOURD .conducteur d’engins Ect .ect ..ect..
    a la fin du service militaire les entreprises embauchés….Maintenant les entreprises hésitent de payer un stage de P.L aucune contrepartie de celui qui passe le permis ,il peut partir quand il veut comme pour la formation en général. ça a un coût pour l’entreprise..un permis P.L..environs 5000 euros …pourquoi investir?A fond perdu !!!

    • les métiers manuels ont été dénigrés depuis fort longtemps , on pousse les enfants a aller de plus en plus loin dans les études pour ne pas être au chômage …retour de bâton…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Xavier Fontanet.

Tout le monde parle de relocalisation et c’est très bien. Est-ce qu’il y a effectivement l’opportunité de le faire aujourd’hui ? Probablement. Ceci dit ça ne se fera pas par un simple claquement de doigts. D’abord, on ne peut pas qualifier la délocalisation d’erreur ou alors cela signifie qu’on n’a rien compris à ce qui s’est passé. Pour prendre les bonnes décisions il faut commencer par analyser les raisons pour lesquelles notre industrie l’a fait. La première idée simple à faire passer c’est que la délocalisati... Poursuivre la lecture

Rome
0
Sauvegarder cet article

Par Chelsea Follet.

 

Notre neuvième Centre du progrès est la Rome antique pendant la période républicaine et les débuts de l'Empire, lorsque les Romains ont construit des projets d'infrastructure d'une sophistication inégalée à l'époque. Ces projets allaient des aqueducs et des égouts aux ponts, amphithéâtres et bains publics. Les viae Romanae (voies romaines) ou réseau routier romain, en particulier, représentaient une percée. Construites en partie pour faciliter le transport des soldats et l'acheminement des fournitures ... Poursuivre la lecture

Par Loik Le Floch Prigent.

Dès qu’il s’agit d’infrastructures, se posent les questions des coûts et de la rentabilité et on arrive à justifier ou à condamner n’importe quel projet. Car s’agissant d’un bien commun, tout dépend de ce que l’on met dans les deux colonnes des coûts et des gains.

On peut effectivement rester au niveau des entreprises constituées à cet effet et prendre des taux d’amortissements artificiels, et ainsi montrer qu’il ne faut pas produire de métros, de trains, de centrales électriques, de routes…

En ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles