Comment la mairie de Paris fait monter les prix de l’immobilier à Paris

Depuis une quinzaine d’années, les préemptions massives de biens immobiliers à Paris par la mairie d’Anne Hidalgo sont responsables de la hausse des prix immobiliers à Paris.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Immobilier parisien (Crédits : Damien Roué, licence CC-BY-NC 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment la mairie de Paris fait monter les prix de l’immobilier à Paris

Publié le 14 juillet 2018
- A +

Un article d’Info-Finances.

Les prix immobiliers fous que Paris a atteint (près de 10 000 euros du mètre carré) sont généralement mis sur le dos des taux d’intérêts très bas, des investisseurs, etc. Pourtant, l’un des principaux coupables de la hausse des prix à Paris est souvent oublié : la mairie de Paris, actuellement occupée par la très impopulaire Anne Hidalgo. Depuis l’élection du PS à la tête de la ville en 2001, la mairie revendique la création de 76 000 logements sociaux à Paris, largement « créés » par préemption de biens privés. C’est l’équivalent de deux fois et demi les ventes totales de biens immobiliers réalisées sur les 3 derniers mois selon les notaires (29 000). De quoi créer un déséquilibre massif qui renforce nettement la hausse des prix, les acheteurs devant se battre pour les rares biens restants.

Une situation inquiétante, sur laquelle les notaires, pourtant peu habitués des coups d’éclat tirent la sonnette d’alarme : les notaires de Paris et d’Ile-de-France dénoncent ainsi « une course effrénée aux préemptions au détriment du parc existant » selon les mots du Figaro. « Dans le même temps, près de 60 000 logements « nuitables » ont été supprimés », précise Me Thierry Delesalle de la chambre des notaires de Paris au même journal.

À chaque fois qu’un logement est préempté, c’est un acheteur qui doit se reporter sur d’autres biens, dont il fait monter les prix. Un cercle infernal dont on voit l’effet dans des prix multipliés par plus de 2 fois et demi depuis 2001…

Pire, au lieu de chercher à utiliser au mieux l’argent des contribuables parisiens en maximisant le nombre de logements sociaux pour le même prix, Anne Hidalgo s’enferre malgré les critiques dans une politique de création de logements sociaux… là où cela coûte le plus, à savoir dans les quartiers les plus chers de Paris ou dans les logements neufs des ZAC (bien plus de 50 % de logement social dans les principales), là où les prix des logements privés dépassent largement les 10 000 euros du mètre carré.

Plus que de la mixité sociale, discours officiel de la mairie et de l’adjoint communiste en charge du logement, on pourrait bien y voir des objectifs bien plus machiavéliques : créer un maximum de clientèle électorale qui voterait pour l’équipe actuelle à la prochaine élection qui s’annonce très compliquée pour Anne Hidalgo. Et dans le même temps encourager les habitants actuels de l’Ouest parisien, qui votent à droite historiquement, à partir dans des banlieues cossues qui ne votent pas pour les municipales à Paris… Sans surprise en tout cas, les scandales d’attribution de logement social à Paris à des élus de gauche restent nombreux.

Tout cela nourrit désormais des situations ubuesques à Paris, où les refus de logement social par ceux qui pourraient en bénéficier sont au plus haut. Vous avez bien lu, près de 4000 personnes, soit un tiers des bénéficiaires, ont refusé les logements sociaux qu’on leur proposait à Paris en 2017, avec des motifs aussi fantaisistes que : le frigo américain n’entre pas dans la cuisine ; ce HLM est au-dessus d’une école, les enfants font trop de bruit  ; non merci, le séjour n’est pas carré ; boulevard Barbes, dans le XVIIIarrondissement de Paris, c’est trop près du périph ; il n’y a pas de terrasse ; il n’y a pas de chambre pour le chat, selon le florilège du Parisien.

Espérons que la mairie de Paris saura adopter une politique qui fasse sens, autour des principes suivants :

  • mener une politique du logement coordonnée avec les villes de la petite couronne pour créer autant de logements sociaux pour un coût 3-4 fois inférieur en périphérie de Paris (3 000 euros du mètre carré) à celui du plein cœur de Paris (12 000 euros et plus)
  • vente de logements sociaux à Paris pour encourager la baisse des prix, qui bénéficiera elle à la totalité des classes moyennes
  • libération de l’offre de logements à Paris, en encourageant la déconcentration des administrations en province et, surtout, en relâchant massivement les contraintes réglementaires sur la construction

On en est loin, et les acheteurs immobiliers à Paris vont pouvoir encore blâmer à raison Anne Hidalgo pour quelques temps…

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Décidemment, Hidalgo est vraiment une catastrophe ambulante pour Paris.

  • A force d’ignorer la loi du marché… mais ce sont des socialistes!

  • vivement qu’elle saute au prochaine municipale celle là , ce ne sera pas une grande perte ;

    • Ils la remplaceront par un guignol aussi voire plus naze qu’elle en espérant un résultat différent, à l’image de ceux qui ont voté pour Macron.

  • Evidemment, la mairie accuse, elle, Airbnb, idéal en bouc émissaire…

  • Et alors ! Les prix montent n’est-ce pas le vœu des sponsors des politiques et de tous les parisiens propriétaires ?

  • Les ventes et locations à Paris sont hors de prix, l’objectif est de loger les pauvres socialistes qui ont perdu leur siège prestigieux dans les HLM de l’Hidago ! (HLM avec Terrasse et Studio attenant pour le chat dans le XVI ème de préférence une rue calme)
    Ayant un faible pour les marins je prendrai bien une option pour la rue Gustave Zédé dans le 16è ou Rue du commandant Rivière dans la 8è (vivant mais pas trop, 150m2 avec terasse et parking pour 2 ou 3 véhicules… 350€ charges comprises) le problème : je n’appartiens à aucune secte.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les Jeux Olympiques devaient être une fête, une sorte de Coupe du monde 1998 bis destinée à faire briller la France et ses élites politiques à l’international. En quelques années de crises politique, sanitaire et économique, le projet pharaonique pour Paris s’est transformé en une épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête d’Anne Hidalgo et d’Emmanuel Macron.

Anne Hidalgo se consacre aux Jeux Olympiques avec application après sa déconvenue spectaculaire à l’élection présidentielle. Bien que réélue à la mairie de Paris en juin 2020... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF-Europe

Le manque de logements est accusé de favoriser l’augmentation des loyers, de réduire la mobilité des actifs et d’empêcher l’éradication des logements insalubres. À dire vrai, les besoins de nouveaux logements sont incertains. Un chiffre annuel de 500 000 est régulièrement évoqué, mais jamais atteint. Il est vrai que malgré la baisse de la natalité, le besoin de résidences principales continue d’augmenter du fait notamment de la séparation des ménages, de la mise en couple tardive, du vieillissement, de l’imm... Poursuivre la lecture

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles