Préparez-vous pour la prochaine crise !

Plutôt que de laisser faire les forces du marché, nos dirigeants ont préféré intervenir tous azimuts afin de maintenir à bout de bras une croissance économique anémique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
bubbles by p.v(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Préparez-vous pour la prochaine crise !

Publié le 9 juillet 2018
- A +

Par Nicolas Perrin.

Les banquiers centraux sont sur la corde raide. II s’agit non pas de traverser quelques mètres au-dessus du vide, mais de dégonfler la plus énorme bulle de dette jamais créée.

Un cercle vicieux dont il sera bien difficile de sortir en douceur

Le monde est en crise depuis 2008. Les racines de cette crise n’ont pas été traitées, elles ont au contraire partout été systématiquement repoussées.

Plutôt que de laisser faire les forces du marché, nos dirigeants ont préféré intervenir tous azimuts afin de maintenir à bout de bras une croissance économique anémique. Les banques centrales sont venues déverser des Canadairs d’argent frais sur les marchés obligataires afin de permettre aux gouvernements de s’endetter à des taux toujours plus biaisés, gonflant ainsi les bulles obligataires étatiques.

Cette politique monétaire outrancièrement laxiste a considérablement ralenti le processus de destruction créatrice au sein de l’économie privée, maintenant en vie nombre d’entreprises zombies et favorisant le gonflement de bulles sur les marchés actions.

Dans un tel contexte, toute tentative de remontée des taux d’intérêt est un exercice périlleux qui a de fortes chances de se solder par une récession et une nouvelle crise financière, ouvrant ainsi la voie à une nouvelle intervention massive de la part des banques centrales.

Plutôt que de prendre acte de leurs échecs et d’en tirer les leçons, nos dirigeants — qui se voient en démiurges omnipotents — ont au final enfermé nos économies dans le cercle vicieux du dirigisme budgétaire et monétaire.

Très rares sont les journalistes français à évoquer le rôle crucial des banques centrales dans cette expérience monétaire sans équivalent dans l’Histoire.

Finances personnelles : gare à ceux qui se retrouveront avec le Mistigri

Comme le résume Bruno Bertez :

On a fait 706 baisses de taux d’intérêts, acheté plus de 12 000 milliards de dollars de titres à long terme, mis les taux à zéro ou négatifs, fait croire que le risque était supprimé, fait monter les Bourses, nié les questions de solvabilité et de rentabilité. Bref on a fabriqué de l’inflation, comme le dit Hartnett à Wall Street pour soigner la déflation de Main Street. Mais cela n’a pas marché.

Un environnement complexe et menaçant favorable à une prochaine crise

Entre les tensions accrues au Moyen-Orient, le choc pétrolier, les menaces de guerre commerciale, le désastre budgétaire américain, la hausse des taux longs US, les craintes de dérapage de l’inflation et la normalisation escomptée des politiques monétaires, les intervenants opèrent avec plus de retenue qu’en 2017.

Voici quels étaient les risques extrêmes qui inquiétaient Wall Street au 15 mai.

Un tweet qui passera à la postérité :

La Russie veut abattre tout missile envoyé à la Syrie. Prépare-toi, Russie, car ils vont arriver, tout beaux, tout nouveaux et ‘intelligents’. Vous ne devriez pas être associés avec un Animal qui aime gazer les gens.

Il est donc normal que le « risque géo-politique » soit ressenti comme extrême, au même niveau que celui qui prévalait au temps de la guerre froide.

Mais pour certains commentateurs, la situation est en fait on ne peut plus claire.

D’une crise à l’autre, William White continue de nous avertir

William White est un économiste canadien passé de la BRI (1994-2008) à l’OCDE (président du Comité d’examen de la politique économique et de développement depuis 2009), célèbre pour avoir prévu la crise de 2008.

Il juge que la situation pourrait être aussi dangereuse qu’elle l’était en 2007-2008 et que compte tenu des politiques qu’elles ont menées, les banques centrales seraient incapables de revenir en arrière.

Mi-février, William White avertissait à nouveau le public dans le Financial Times et, comme d’habitude, les propos de ce haut fonctionnaire international étaient aux antipodes de la langue de bois, ce qui est assez rare pour être souligné.

Commencez dès maintenant à vous préparer pour la prochaine crise financière.

Difficile de faire plus clair, comme titre, vous ne trouvez pas ?

Un extrait :

La politique monétaire globale a été ultra laxiste pendant longtemps. Cependant, il est de plus en plus clair que cette politique est désormais prise dans le piège de la dette qu’elle a elle-même créé. Continuer sur la voie monétaire actuelle est inefficace et de plus en plus dangereux. Malheureusement, tout retour en arrière implique aussi de grands risques. Il s’ensuit que les risques d’une nouvelle crise continuent d’augmenter.[…]

Les gouvernements et les instances internationales doivent revoir les procédures de faillites. Les dettes qui ne peuvent pas être honorées ne seront pas honorées.[…]

Les rendements sur les fonds d’État dans les pays avancés sont à des niveaux historiques faibles et ils sont mûrs pour un retournement. S’ils commencent à changer de direction, cela pourrait avoir des implications importantes sur les prix beaucoup trop élevés de nombreux autres actifs financiers.[…]

Malgré de gros efforts, nous n’avons pas suffisamment amélioré notre capacité juridique à traiter le problème des banques qui ne sont plus viables, mais qui demeurent trop grosses pour faire faillite. Les procédures pour restructurer les dettes publiques sont elles aussi inadéquates.

Le désordre pourrait être de taille puisque l’économie, en particulier américaine, s’est passablement financiarisée depuis le début des années 1980.

Maintenant qu’il est à la retraite, Alan Greenspan s’inquiète des bulles financières

L’ancien président de la Fed (1987-2006) avait déjà alerté le public au sujet des risques planant sur les marchés obligataires et actions américains le 31 janvier sur Bloomberg. Un mois plus tard, il a précisé ses propos sur CNBC.

Nous sommes dans une bulle obligataire et le prix des actions va chuter.

Depuis qu’Alan Greenspan est à la retraite, il parle clair :

Oui, eh bien, je dirais que nous sommes dans une bulle du marché obligataire. […] Et je pense que la bulle du marché obligataire commence maintenant à se dégonfler, et cela finira par nous amener dans un état de stagflation. Au-delà, c’est très difficile à dire. Ce n’est pas une perspective économique facile car il y a trop de variables, ce que nous n’avons pas connu au cours des dernières décennies.

Que voilà un discours limpide de la part de celui qui a largement contribué à amener l’économie américaine dans une situation qu’elle n’a « pas connu depuis plusieurs décennies »…

Pour John Taylor, « la crise de la dette est à notre porte ». John B. Taylor n’a pas été banquier central, mais il s’en est fallu de peu. Cet économiste est connu pour avoir établi la règle de Taylor et a été pressenti un temps pour succéder à Janet Yellen à la tête de la Fed. Comme c’est Jerome Powell qui a obtenu le poste, il est donc lui aussi libre de ses propos. Voici ce qu’il déclarait fin mars :

La crise de la dette est à notre porte.

Quelle attitude adopter lorsque l’on sait que le temps est compté ?

Tout le monde connaît la fin du film mais personne ne sait combien de temps il est censé durer.

Il n’y a plus que Lloyd Blankfein qui fait semblant de se poser la question, comme le rappelait Zero Hedge le 22 mars :

On se demande si la prochaine crise sera une crise souveraine.

Pour certains, comme Steen Jakobsen (le Chief Economist & CIO de Saxo Bank que vous connaissez sans doute pour sa liste annuelle de prévisions scandaleuses – « outragous predictions »), c’est la préservation du capital qui doit primer.

C’est ce qui doit vous guider.

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La majorité des gens pensent qu’il « suffit » d’imprimer des billets et de les injecter dans l’economie pour « relancer » la croissance.

    A partir de la, rien de bon ne peut en sortir, a part une faillite….

  • Nous sommes dans une fuite en avant généralisée… L’ingénierie financière a mis tout le monde dans un mécanisme fou, et on va devoir payer la facture des « années d’avance » que cette ingénierie a déjà consommé. Et malgré cette ingénierie financière, notre beau pays a un déficit commercial hallucinant tous les ans et depuis des décennies. Tant qu’on dépensera plus que ce que l’on gagne, on continuera à foncer dans le mur, en brulant les meubles pour continuer a chauffer le château sans toit, et chacun s’installe sur le trône à tour de rôle rien que pour le plaisir de klaxonner…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Johan Rivalland.

« La France peut-elle encore tenir longtemps ? », interroge Agnès Verdier-Molinié. Suscitant des adversités qui atteignent leur point culminant, comme vous pouvez le constater dans cette séquence montrant une opposition de points de vue qui atteint son paroxysme entre un Jean-Marc Daniel et un Christian Chavagneux connus pour avoir des idées très divergentes mais que l’on a connus plus mesurés et courtois dans leurs échanges.

La dette : potion magique ou poison mortel ?

Le recours massif à la dette n’a, en ... Poursuivre la lecture

dette
0
Sauvegarder cet article

Par Victor Fouquet. Un article de l'Iref-Europe

L’indigence de la culture économique en France résumée en un sondage : d’après l’enquête Odoxa-Aviva pour Challenges et BFM Business, 34 % des personnes interrogées estiment qu’il ne faudrait pas rembourser la dette contractée par l’État pendant la pandémie de Covid-19 ; 39 % des Français estiment qu’il faudrait la rembourser pour « une bonne partie avec une contribution exceptionnelle des grandes fortunes » ; 73 % suggérant de faire et l’un et l’autre…

Peut-on ne pas rembourser une d... Poursuivre la lecture

Par Simone Wapler.

"Great Reset", "grande réinitialisation", "nouveau Bretton Woods" : autant d’expressions pour désigner la prochaine remise à plat du système monétaire mondial.

Great Reset expression de Christine Lagarde du temps où elle présidait le Fonds monétaire international et retenue par le forum économique mondial qui se tiendra non plus à Davos mais à Genève en 2021.

Nouveau Bretton Woods pour le Fonds monétaire international désormais présidé par la bulgare Kristalena Georgieva.

La plupart des gens sont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles