Pour réussir, soyez prêt à payer le prix

Tout grand chef d’entreprise, artiste ou sportif de haut niveau, confiera volontiers que sa réussite est faite de 5% d’inspiration et de 95% de transpiration.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour réussir, soyez prêt à payer le prix

Publié le 24 juin 2018
- A +

Par Alain Goetzmann.

Derrière chaque grand succès, il y a une somme d’éducation, d’entraînement, de pratique, de discipline et de sacrifices incommensurables. Si vous n’êtes pas prêt à consentir les efforts nécessaires à devenir un maître dans votre activité, vos chances de réussites sont maigres. Tout grand chef d’entreprise, artiste ou sportif de haut niveau, confiera volontiers que sa réussite est faite de 5% d’inspiration et de 95% de transpiration.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Tout à fait exact mais le faire reconnaître rendrait la spoliation moins glamour…

  • La vendeuse de sandwich me fait exactement penser à l’État français : nous aussi on met de l’argent, beaucoup d’argent (!) dans le panier sans avoir de sandwich ; l’État également court après nous pour nous dire « Monsieur, c’est pour vous dire que nous avons augmenté les impôts » !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les entreprises s’effondrent rarement d’un seul coup. L’effondrement n’est presque toujours que la phase visible d’un déclin qui a commencé longtemps avant et s’est développé de façon insidieuse. Comme la fameuse grenouille qui ne réagit pas quand la température de l’eau dans laquelle on l’a plongé augmente, cette lenteur rend plus difficile la réaction : les signes de déclin semblent disparates et il est difficile de les relier pour brosser un tableau d’ensemble permettant une prise de conscience du danger. Au cœur de cette difficulté se tro... Poursuivre la lecture

La façon dont nous formulons un problème, c’est-à-dire notre modèle mental, détermine notre capacité à le résoudre.

Le mauvais modèle mental nous enferme, tandis que le bon ouvre des possibles. Un bon exemple est celui qui distingue, dans le domaine de l’innovation, l’exploration de l’exploitation. Cette distinction est aujourd’hui universelle et semble évidente mais, comme souvent, elle est contestable, sans compter qu’elle a été sortie de son contexte et appliquée à des domaines où elle n’est pas pertinente. Il est temps de cesser de... Poursuivre la lecture

Ce qui est en jeu avec la question du pouvoir de gouverner, c’est, en réalité, la question de l’art de la création de valeurs.

 

Commençons par un constat. Nous, humains, n’avons pas été habitués à gouverner, du moins la grande majorité d’entre nous.

Dans les entreprises, on vient d’un modèle où règne la dualité entre ceux qui gouvernent et ceux qui sont gouvernés. Une dualité bien illustrée par les propos de Henry Ford :

« Pourquoi à chaque fois que je recrute une paire de bras, y a-t-il un cerveau qui vient ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles