La sensiblerie médiatique face à la violence est une vaste hypocrisie

Les gens ne vivent plus que de passion médiatique momentanée en passion médiatique pour donner un sens, une profondeur à leurs réseaux sociaux entre leurs selfies devant la tour Eiffel et le brunch de dimanche dernier.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La sensiblerie médiatique face à la violence est une vaste hypocrisie

Publié le 22 juin 2018
- A +

Par Fanny-Gaëlle Gentet.

J’ai grandi avec les JT de 20h et leur défilé de news pendant 30 ou 45 minutes, j’ai grandi avec les marronniers de la rentrée des classes qui durent plus longtemps que le sujet sur la guerre en Irak, j’ai grandi avec ce choix complètement arbitraire des nouvelles « importantes » et celles reléguées en fin de journal. J’ai grandi entourée de gens qui se disent « concernés par l’actualité et la politique » parce qu’ils allument TF1 pendant qu’ils bouffent, parce qu’ils partagent la photo d’un gamin collé à un grillage.

C’est beau de s’occuper des conflits dans le monde, des gamins agrippés à leur grillage, séparés de leurs parents sur le territoire américain, des 129 morts à Paris, du conflit Ukraino-Russe ou Russo-Ukrainien je ne sais pas, je sais plus, des révoltes au Venezuela, des droits de l’homme en Chine ou en Corée. C’est beau ! C’est beau ? Non, c’est pas beau du tout.

Un cause éternelle

Je vais le dire crûment, j’en ai rien à foutre de ces gamins agrippés à leur grillage. J’en ai rien à foutre étant donné que des millions d’enfants vivent dans la peur de la guerre, la famine, l’extrême pauvreté, sous un régime dictatorial ou totalitaire, étant donné que ça fait des dizaines et des dizaines d’années que des enfants meurent de faim, meurent à la guerre, meurent assassinés, meurent exilés, meurent bombardés. Comment peut-on se passionner soudainement pour une cause qui a toujours existée, qui était là devant nos yeux et que nous refusions obstinément de voir. Pourquoi maintenant ? Maintenant et pas hier ? Et surtout pas demain…

Les gens s’occupent des problèmes quand il y a une dramatisation médiatique. On s’occupe de la Chine en 2008 à cause de JO et puis on oublie, on passe à Rio et puis on oublie, on passe à Stochi et puis on oublie. Tout le monde donne son avis, son opinion, ses grands discours, mais dans deux mois, quand l’Espagne ou l’Allemagne aura soulevé une coupe et que toutes les caméras seront reparties, on oubliera. On oubliera comme on a oublié Pékin. Ou Munich.

Passion médiatique

On regarde un peu ce qui se passe en Ukraine et puis voilà la bonne action a été faite et on détourne les yeux. Vite fait, un petit coup d’œil sur la Syrie qui a l’air un peu dans la merde avec ISIS et puis bon, bah, on va pas s’éterniser.

Alors ces gamins, j’y suis sensible, mais si c’est pour s’occuper d’eux deux secondes, le temps d’un reportage-choc, de quelques posts Facebook et de trois emojis qui pleurent, deux secondes et puis reprendre ensuite ses occupations de bons petits occidentaux, ça ne vaut pas la peine.

Les gens ne vivent plus que de passion médiatique momentanée en passion médiatique pour donner un sens, une profondeur à leurs réseaux sociaux entre leurs selfies devant la tour Eiffel et le brunch de dimanche dernier.

Les images de ces enfants arrachés à leurs parents sont brutales, indéniablement, c’est la première vague de violence qu’on se prend en pleine face, comme un coup de poing, et une fois le choc passé, une fois nos esprits retrouvés, une deuxième vague de violence jaillit : des milliers de gens bondissent sur leur clavier prêts à dégainer leurs bons mots, jolies phrases pleines de non-sens, de rage, d’égoïsme et stupidité pour quelque likes, des milliers de gens qui s’improvisent journalistes, poètes, grands penseurs ou  révolutionnaires sur internet, profitant de l’occasion pour nourrir leur ego.

Cette vague de violence, là, elle reste des jours et des jours, elle revient chaque matin quand on ouvre Facebook ou Twitter, elle ne nous lâche plus, elle colle à la peau et elle revient à chaque nouvelle « passion médiatique momentanée ».

Violence partout

Entre ceux qui décorent leur profil à coup de bébés morts, de cadavres, de scènes sanglantes, de pathos et de choquant.

Entre ceux qui ont besoin de faire rimer leurs mots pour tenter vainement de leur donner un sens, qui nous abreuvent de faux pleurs et de vrais torchons.

Entre ceux qui déversent leur haine à coup de statuts pseudo-politiques, en parlant de sujets qu’ils ne maitrisent même pas à moitié.

La violence est partout.

Je sais que dire cela va m’attirer des réactions outrées, de ceux qui n’auront pas lu jusqu’au bout « comment ose-t-elle dire qu’elle s’en fout ? », de ceux qui sont devenus militants dans la nuit et qui sont certains qu’il vaut mieux faire quelque chose, même insignifiant, sur les réseaux, que rien du tout, mais à ceux-là je réponds : « Attention quand même, jusqu’à quelle extrémité vous jouez ce jeu, car il est plus dangereux qu’il en a l’air. »

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Vous voudriez dire que le millieu médiatique et l’opinion publique réagissent plus aux émotions qu’aux faits ?
    Non je n’ose le croire !

    • Il me semble que l’auteur dit plutôt le contraire et en a marre des pseudo émotions à bon compte qui s’envolent en 2 secondes après un bon mot ou un emoticone. Elle voudrait sans doute plus que : soit on est touché et on agit, soit on s’écrase et on arrête le cinema et les réflexions de comptoir…

  • C’est pas très vivrensemble comme texte ça! Vite, il faut que je retweet pour dire que l’auteur.e est trop méchant.e

    Il y a un corolaire à cette dénonciation persistante c’est que les gens sont convaincus d’être perpétuellement dans le vrai et ne savent pas gérer les conflits voire les erreurs personnelles qui sont de plus en plus mal vécues. Personne n’aime avoir tort mais on atteint maintenant une forme de déni de ses erreurs assez surprenant.

  • Bonjour,
    Vérité d’évidence à contre courant bien sûr de la bien-pensance, de la pensée unique.
    Merci pour cet article dont j’ai vraiment apprécié tant la forme que le fond.
    Cdt
    nevao

  • Il est tout à fait légitime de poser la question de l’utilité des vagues d’indignation momentanées qui apparaissent régulièrement dans l’actualité. Je comprends votre position, s’apitoyer 5 minutes sur le sort des migrants, des Rohingyas, de je ne sais quel conflit ne va pas améliorer le sort de ces gens là. Il faut certes ne pas être fataliste mais admettre tout de même que la souffrance fait partie de la vie.

  • Je partage totalement ce que je crois ressentir comme de la colère vis-à-vis de la sensiblerie médiatique. Moyennant quoi, je refuse Facebook, Tweeter et les selfies qui me semblent le comble du ridicule.

  • effectivement, combattre une kalachnikov avec un crayon est une aberration

  • « Les gens s’occupent des problèmes quand il y a une dramatisation médiatique. On s’occupe de la Chine en 2008 à cause de JO et puis on oublie, on passe à Rio et puis on oublie, on passe à Stochi et puis on oublie. »
    Personne ne s’occupe de rien…ça papote tout au plus.
    Lorsque chacun aura compris intimement que l’unique problème sur Terre est l’égoïsme vs Amour, il n’y aura plus de gros problème.
    Tout autre activité n’est que fuite, divertissement, pour ne pas voir ce fait bouleversant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Article disponible en podcast ici.

Dans l’article précédent, nous décrivons les réseaux sociaux comme un hyper-média, une arme d’espionnage et de propagande convoitée par les États. Une arme dont nous sommes les munitions, par les données que nous laissons.

Nous allons voir comment éviter l’espionnage des réseaux sociaux aussi bien sur leurs plateformes qu’en dehors.

 

Espionnage sur les réseaux sociaux

Bien évidemment, le meilleur moyen de ne pas se faire voler les données est encore de ne jamais aller sur le... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Simple outil de communication pour nous, enjeux de puissance pour les États, les réseaux sociaux canalisent les tensions à mesure qu’ils montrent tout leur potentiel.

 

Médias, guerres et États

La volonté des États de contrôler l’information pour manipuler l’opinion publique ne date pas des réseaux. Et dire qu’ils se servent des médias à cette fin est un pléonasme.

En effet, le mot média est le pluriel du mot latin médium, soit un milieu, un intermédiaire, contrairement à imm... Poursuivre la lecture

Par Yannick Chatelain.

« Pour moi l’anonymat pratiqué sur les réseaux sociaux est une régression » déclarait Emmanuel de Wasqueriel, sur France Inter, précisant « qu’une démocratie, c’est avancer à visage découvert… » et « plutôt que de restreindre la liberté d’expression sur les réseaux sociaux, il faudrait obliger à la suppression de l’anonymat » ajoutant ainsi sa voix à un faux débat régulièrement relancé : la fin de l’usage du pseudonyme.

Pour rappel, cette thématique avait resurgi en octobre 2020  portée par des élus de pre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles