Géolocalisation : vous êtes pistés !

Filmés et géolocalisés, nos déplacements n’échappent pas à la surveillance. Même quand nous flânons dans une boutique physique, notre parcours est enregistré.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
GPS by Nicola Nova(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Géolocalisation : vous êtes pistés !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 18 juin 2018
- A +

Par Rick Falkvinge.

Dans le dernier article, nous nous sommes concentrés sur la façon dont les gens sont pistés aujourd’hui lorsqu’elles utilisent des cartes bancaires plutôt que du liquide. Mais peu de gens remarquent qu’aujourd’hui, nous sommes également suivis à la trace même si nous utilisons du liquide.

Peu de gens font attention au petit signe (en) sur la porte tambour de l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol. Il indique que chacune des personnes dans l’aéroport est suivie par Bluetooth et Wi-Fi.

Ce qui caractérise l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol n’est pas le fait que le moindre pas des gens dans une zone commerciale y soit pisté (à des fins commerciales, pas pour la sécurité.) Non, ce qui différencie l’aéroport d’Amsterdam-Schiphol, c’est que les personnes en sont informées. Les Pays-Bas ont tendance à prendre la vie privée au sérieux, comme l’Allemagne, et pour la même raison.

Les balises de localisation sont devenues quasiment un standard dans les plus grandes zones commerciales. Elles envoient un signal à votre téléphone par Wi-Fi et par Bluetooth, et par triangulation, en utilisant la force du signal, un réseau de balises est capable de déterminer les déplacements de chaque individu en temps réel avec une précision inférieure à la longueur d’un pas. Tout cela est utilisé pour « optimiser la vente » – en d’autres termes, trouver des façons de piéger le cerveau des gens pour qu’ils dépensent des ressources qu’ils n’auraient pas dépensées autrement. Notre propre perte de vie privée est utilisée contre nous, comme à chaque fois.

Où est-ce que les gens s’arrêtent un moment, qu’est-ce qui attire leur attention, qu’est-ce qui n’attire pas leur attention, qu’est-ce qui constitue un obstacle pour réaliser plus de ventes ?

Ce sont des questions légitimes. Cependant, retirer aux gens leur vie privée afin de répondre à ces questions n’est pas une méthode légitime pour y répondre.

Ce type de suivi individuel de masse a même été déployé à l’échelle de villes entières, ce qui s’est passé dans le silence le plus total jusqu’à ce que le Bureau de Vigilance pour la Vie Privée d’un gouvernement lointain sonne l’alarme. La ville de Västerås a obtenu le feu vert pour poursuivre le pistage une fois quelques critères de pure forme atteints.

Oui, le déploiement à l’échelle d’une ville de ce type de pistage dans au moins une petite ville d’un coin reculé du monde (Västerås, en Suède) est documenté. Maintenant que le Bureau de Vigilance pour la Vie Privée gouvernemental a haussé les épaules et dit « mouais, qu’importe », ne croyez pas que ça restera confiné à la petite ville de Västerås. Rectification, mauvais temps verbal : ne croyez pas que c’est resté confiné à Västerås, où le feu vert a été obtenu il y a trois ans.

Nos parents analogiques avaient le pouvoir de marcher sans être pistés dans la ville et dans la rue de leur choix, sans que cela soit utilisé ou retenu contre eux. Il n’est pas déraisonnable que nos enfants numériques aient le même pouvoir.

Il y a bien une autre façon d’acheter des choses, c’est en utilisant du liquide qui permet d’éviter ce type de pistage, en payant comptant à la livraison à domicile lors de l’achat en ligne ou par téléphone. Dans ce cas, votre achat est aussi consigné et enregistré, simplement dans un autre type de système.

Tout cela n’est pas seulement utilisé contre le citoyen ordinaire à des fins commerciales, évidemment. C’est utilisé contre le citoyen ordinaire à toutes fins possibles. Mais nous y reviendrons dans un article à venir de la série.

La vie privée demeure de votre responsabilité.

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • Profitons-en, nous avons encore la liberté de ne pas lire de telles ânneries.

    • En quoi est ce des aneries ?
      C est techniquement exact.
      Apres il faudra pas pleurer quand une instance quelconque sera tout de vous et vous imposera une surtaxe (cher monsieur vous achetez regulieremnet de l alcool, vous avez donc plus de chance d avoir une cihrose) ou du chantage (ah ah, vous allez voir Mme X. si vous voulez pas que son mari et voitre femme soit au courant, il va falloir faire ce que je dit)

      • Parce que notre responsabilité, ce n’est pas de vouloir faire supprimer ces données (à grands coups de lois au passage) à cause de ce qui POURRAIT ETRE fait avec, mais de surveiller de qui EST fait avec.

        • « Elles envoient un signal à votre téléphone par Wi-Fi et par Bluetooth »: moi, c’est toujours désactivé sur mon smartphone. Et lorsque je vais boire une bière au bistrot ou voir Ginette, je coupe mon téléphone.

        • Pouvez vous surveiller ce qui SERA fait avec ces données? Une fois une donnée collectée, elle ne sera probablement jamais effacée.

    • L’article est un peu sec, mais pourquoi serait-ce une ânerie de chercher à préserver le domaine de la sphère privée?

      • @ Schirren A chacun de faire ce qu’il veut avec sa vie privée, et le succès de FB montre qu’un grand nombre aime au contraire l’exposer.
        Ce qui ressort en filigrane de cette série d’articles : le « c’était mieux avant », ou « il faut interdire », ou « il faut réglementer », etc … sont encore plus liberticides que les fins possibles imaginées par leurs auteurs.
        Des exemples ?
        Concrètement, comment interdire ces enregistrements de toutes sortes (audio, vidéo, écriture, géolocalisation, etc… ) sans bloquer toute forme de communication ?
        Et puis pour aller encore plus loin, quelle est la différence réelle entre une mémoire humaine, une mémoire analogique, ou une mémoire numérique ? Si nous comptons sur les défaillances de la mémoire humaine pour nous cacher, alors il serait bien plus simple de rester cloîtrés chez nous. Mais si c’est pour profiter de la fiabilité des informations stockées, alors notre préférence devrait aller sans hésitation vers la mémoire numérique.
        En fait, cette volonté générale de répression concernant la collecte et le stockage des data nous détourne de ce qui devrait nous intéresser réellement : la propriété et donc la maîtrise de nos données personnelles pour en faire ce que nous voulons.

  • profitons-en , nous avons encore la chance de pouvoir retirer des espèces ….. et nous ne sommes pas obligés de fréquenter les grandes zones commerciales …..

    • Oui aussi bien sûr, et pour vos 2 exemples.
      A noter toutefois que personnellement malgré toutes ces collectes de données, je me sens moins surveillé dans une grande zone commerciale ou avec internet que chez les commerçants de mon village …
      Ce qui me fait préférer les services locaux, ce n’est donc pas cet aspect de vie privée, mais uniquement la convivialité de l’échange (une exception toutefois pour la Poste, mais on sait pourquoi).

  • première chose :
    à l’extérieur , pourquoi avez-vous toujours le wifi et le bluetooth actifs sur vos appareils ?
    ça permet toutes les formes de piratage ou de suivi et ça bouffe de la batterie inutilement

    • ca c est une reponse de technophile. l utilisateur moyen configure son telephone une fois pour tout et passe pas son temps a activer/deactiver les fonctions

      De toute facon, si votre telephone est activee, votre operateur peut vous localiser a quelque metres pres et Google/apple aussi si vous avez un smarphone (ils recuperent la position GPS et probablement l accelerometre -> localisation possible dans les bâtiments)

      al seule facon de ne pas etre trace, c est de ne pas avoir sur soi de mochard (aka de telephone)

      • Si vous désactivez la localisation, Google ne pourra pas exploiter votre position GPS. Du moins, c’est ce qu’ils prétendent, mais faut pas être naïf …

  • Au minimum il serait pertinent d’informer les personnes concernées sur la nature des données collectées, et idéalement de donner la possibilité de refuser cette collecte. Avec quelques incitations (coupons, Wifi gratuit etc,) la collecte reste importante et moins potentiellement prédatrice.

  • selon ce que j’ai a faire mon telephone est éteint, je lis mes messages en rentrant chez moi et j’y fais réponse , on est déjà assez filmé a notre issus pas les multiples cameras de surveillance de plus en plus performantes et nombreuses ou que l’on soit !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Scott Shackford. Un article de Reason

Un document de travail récemment publié prétend montrer que les vastes lois sur la confidentialité des technologies mises en œuvre par l'Union européenne en 2018 ont considérablement étouffé l'innovation des apps et potentiellement privé les consommateurs de produits utiles.

Le rapport a été publié par le National Bureau of Economic Research, et il tente de calculer les effets sur les consommateurs du Règlement général sur la protection des données (RGPD), une loi de l'Union européenn... Poursuivre la lecture

Pour épargner, commencer par définir ses objectifs

La première priorité pour bien placer son argent ? Savoir ce qu'on veut en faire, ce qu'on aura besoin d'en faire et quand. Il est essentiel de commencer par vous demander pourquoi vous mettez de l'argent de côté : pour un projet à court terme ou à long terme ? Pour un objectif précis comme un achat immobilier ou les études de vos enfants ?

Cette première étape vous permettra ensuite de choisir les produits appropriés. Elle ne doit pas être négligée, faute de quoi vous risqueriez de so... Poursuivre la lecture

 

« Le privé est politique » expliquait récemment la candidate malheureuse à la primaire des écologistes Sandrine Rousseau au micro du web-magazine féminin-féministe Madmoizelle, « privé » signifiant ici vie privée, vie personnelle. En vertu de quoi elle voudrait voir reconnaître un délit de non-partage des tâches domestiques au sein des couples, écoféminisme de combat oblige.

La nouvelle idée de Sandrine Rousseau

On pourrait évidemment se dire que la propension de Sandrine Rousseau à proférer des âneries pour se faire rema... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles