Payer anonymement en cash ? Mais ça c’était avant…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mr Cash by Michael Hilton(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Payer anonymement en cash ? Mais ça c’était avant…

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juin 2018
- A +

Par Rick Falkvinge.

L’argent « anonyme » de nos parents de l’ère analogique est en train de disparaître rapidement et dans la foulée s’imposent les cartes de crédit traçables et soumises à autorisation, pour nos enfants. Bien qu’elles soient pratiques, c’est un loup dans la bergerie.

Dans un article précédent, nous avons évoqué comment nos parents pouvaient acheter de façon anonyme un journal dans la rue en échange de quelques pièces et lire les actualités de leur choix sans que personne ne soit au courant. Cette observation s’applique bien au-delà des journaux, bien entendu.

Ce pouvoir qu’avaient nos parents, celui d’effectuer des transactions décentralisées, sécurisées et de façon anonyme, a été perdu dans un contexte qui pousse aux paiements par carte pour des raisons de facilité. La facilité de ne pas payer tout de suite avec les cartes de crédits à la consommation, la facilité de toujours payer une somme exacte avec les cartes de crédit, la facilité de ne pas avoir à transporter et trouver les sommes exactes en liquide à chaque achat. Certains pourraient même ajouter que tenir ses comptes est plus facile quand chaque transaction est listée dans un relevé bancaire.

Mais avec la tenue de comptes vient la traçabilité. Avec la traçabilité vient la prévisibilité et la possibilité peu désirable de devoir rendre des comptes.

On dit qu’un employé de VISA peut prévoir un divorce un an avant les parties concernées, en observant les changements dans les habitudes d’achat. Tristement célèbre, un magasin Target a ciblé une lycéenne avec des publicités pour des articles de maternité, ce qui a tout d’abord rendu son père furieux. Mais il s’est avéré que la jeune femme était effectivement enceinte. Target le savait, mais pas son propre père1.

Cela est dû au fait que lorsque nous n’utilisons plus d’argent liquide anonyme, chaque achat est tracé et enregistré dans l’intention expresse d’être utilisé contre nous, que ce soit pour nous influencer à faire le choix de nous vider de nos ressources (« acheter plus ») ou pour nous punir d’avoir acheté un article que nous n’aurions pas dû acheter, avec une grande diversité de moyens possibles.

La Chine pousse le concept encore plus loin comme on l’a déjà noté et, dans ce qui a dû inspirer un épisode de Black Mirror, évalue le Score d’Obéissance de ses citoyens selon qu’ils font des achats superflus ou utiles – utiles du point de vue du régime, bien sûr.

Ce n’est pas seulement le fait que les transactions de nos enfants de l’ère numérique sont enregistrées pour être utilisées contre eux ultérieurement, par des mécanismes que nos parents de l’ère analogique n’auraient jamais pu imaginer.

C’est aussi que les transactions de nos enfants sont soumises à autorisation. Quand nos enfants du numérique achètent une bouteille d’eau avec une carte de crédit, une transaction est autorisée quelque part en arrière-plan. Mais cela veut aussi dire que quelqu’un peut décider de ne pas autoriser la transaction. Quelqu’un a le droit de décider arbitrairement ce que les gens peuvent ou ne peuvent pas acheter, si cette tendance se confirme pour nos enfants. C’est une pensée qui fait froid dans le dos.

Nos parents utilisaient des transactions décentralisées, résistantes à la censure et anonymes grâce à l’argent liquide ordinaire. Aucune raison ne justifie que nos enfants aient à se contenter de moins. Il s’agit de liberté et d’autodétermination.

La vie privée demeure de votre responsabilité.

Sur le web

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • raison pour laquelle je retire des espèces et je paie mes achats en espèces….ça m’apporte une petite satisfaction de faire la nique à cette intolérable surveillance ;

  • L’article précédent sur l’Assemblée nationale qui n’est que l’image de la politique Française auxquels on peut rajouter bon nombre d’organismes syndicaux et associatifs pour comprendre la raison de toutes les restrictions permanentes et les ponctions sur nos libertés. Il faut bien régaler toute cette mafia Démocratique et Républicaine.

  • Je suis libérale
    17 juin 2018 at 11 h 09 min

    L’auteur connait-il le concept de cryptomonnaies anonymes ? Connait-il Monero ou encore Verge ?

    • Où peut-on acheter un kilo de tomates ou de la layette en crypto-monnaies dans un rayon raisonnable autour de Quimper ?

      • Guido Brasletti
        17 juin 2018 at 15 h 04 min

        Autour de Quimper, je vous suggère le SEL. Cerise sur le gâteau, vous faites la nique au fisc…

    • Pas la peine de créer ou d’utiliser des monnaies parallèles (comme les jetons de téléphone en Italie avant l’euro) pour contourner des lois scélérates , il faut se battre pour rétablir la circulation ‘à l’air libre’ de la monnaie officielle.
      Quand je vois à la télé allemande des émissions comme « Bares für Rares » (du cash pour du rare) où des antiquaires payent en liquide jusqu’à plusieurs milliers d’euros des articles apportés par des particulier (un peu comme ‘un trésor dans votre maison’), et je ne parle pas des paquets de dollars échangés dans transactions ‘américaines’ de la TNT, je sens le poids des chaines dont notre état bienveillant nous charge pour notre bien…

  • Comme Véra, j’ai toujours deux à trois cents euros sur moi en permanence. de quoi faire face à presque tout imprévu.
    En cash, bien sûr.
    Et qu’on ne me dise pas que c’est une attitude de riche: c’est juste un fond de roulement qu’il m’a fallu constituer une seule fois, en me serrant un peu la ceinture.

  • Guido Brasletti
    17 juin 2018 at 14 h 58 min

    « Quand nos enfants du numérique achètent une bouteille d’eau avec une carte de crédit, une transaction est autorisée quelque part en arrière-plan. Mais cela veut aussi dire que quelqu’un peut décider de ne pas autoriser la transaction »
    Ben oui ! Parce que c’est une carte de crédit, pas une carte de paiement…

    • Si la limite est dépassée, c’est normal, cela fait partie du contrat avec l’émetteur de la carte.
      Si c’est pour interdire l’achat de porno par exemple, cela ne fait pas partie du contrat.

  • DUPUIS Jean Jacques
    19 juin 2018 at 11 h 05 min

    Le problème commercial pourra être résolu en multopliant les cartes donc les traces et en nettoyant de son mieux. Le problème fiscal restera celui des contribuables quinaturedistributive de l’impot.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François Jolain.

Facebook a été hors ligne à cause d’une erreur dans la configuration de leur DNS. Voyons plus en détails ce qu’il se cache derrière.

Le Domain Name System (DNS) est un rouage essentiel d’internet qui permet de relier les humains aux ordinateurs. En effet, ce qui fait office de navigation sur internet est le protocole TCP/IP. À chaque machine connectée à internet est assignée une adresse IP telle que 208.76.34.154. Cette suite de chiffres sert aux machines à s’identifier entre elles et ainsi à faire transiter... Poursuivre la lecture

Par  Jean-Pierre Chamoux.

Facebook, Twitter ou Linkedin ont profondément transformé les relations humaines. Transmettant à distance l'image, le mouvement, l'écrit et le son, ces réseaux modifient profondément les relations entre les hommes : au contraire des échanges face à face, les réseaux sociaux n'impliquent ni de connaître celui qui s'exprime, ni même de savoir avec qui l'on est mis en rapport. Leur prétention à la "transparence" menace de faire éclater la vie en société!

Le réseau social plonge le nouvel entrant dans un mi... Poursuivre la lecture

Par Bill Wirtz.

À Bruxelles, la Commission européenne et les États membres ont peaufiné les détails du soi-disant certificat vert numérique de l'Union européenne, un nouveau nom stylé pour ce qui est essentiellement un passeport vaccinal européen. Pour l'essentiel, le programme est censé remplacer le test Covid-19 que les voyageurs sont désormais tenus de présenter négatif à leur arrivée ou avant leur départ d'un pays de la zone.

Il est important de noter que la Commission européenne prévoit que les États membres puissent égalem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles