Non, le jour de carence n’entraîne pas des absences plus longues

La statistique n’est pas une science exacte, et elle est sujette à interprétation. C’est ce qu’à fait l’INSEE.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pills by tr0tt3r(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, le jour de carence n’entraîne pas des absences plus longues

Publié le 23 avril 2018
- A +

Par Vladimir Vodarevski.

Les mathématiques sont utilisées en économie notamment à travers les statistiques. L’idée est que l’outil mathématique est précis, permettant de démontrer des faits. Or, les statistiques sont largement sujettes à interprétation. Il faut prendre la peine de les lire, et non de passer directement aux conclusions de l’article. En voici un exemple à travers le jour de carence dans la fonction publique.

L’INSEE, principal fournisseur de statistiques en France, a publié le 10 novembre 2017 un article intitulé : « Le jour de carence dans la fonction publique de l’État : moins d’absences courtes, plus d’absences longues ». L’article explique donc que l’introduction d’un jour de carence dans la fonction publique a diminué les absences courtes et augmenté les absences longues. La plupart du temps ces conclusions sont reprises sans analyse par les médias. Allons plus loin.

Ce qui est étudié

Qu’est-ce qui est étudié ici ? Ce sont d’abord les absences pour raison de santé. Ce ne sont pas les arrêts maladie. La différence est peut-être faible. Mais cela signifie que l’étude n’est pas très appropriée pour étudier l’impact en termes de coût, étant donné que ce sont les arrêts maladie qui représentent un coût supplémentaire pour l’État.

Ensuite, la population choisie est la fonction publique d’État. Il y a trois fonctions publique : d’État, hospitalière, et territoriale. L’étude est donc limitée et ne permet pas de généraliser à l’ensemble de la fonction publique. Ce qui en réduit donc la portée.

Les absences de courte durée

Passons aux statistiques maintenant. Voici les données concernant les absences de courte durée.

Les données sont ici assez claires, et ne prêtent guère à discussion. Il y a une très nette rupture de comportement dans la fonction publique d’État, qui ne se retrouve pas dans le privé, et qui correspond exactement à la période de suppression du jour de carence.

Les absences de longue durée

Passons maintenant aux absences longues. Voici les données.

On remarque un pic des absences longues dans la fonction publique d’État en 2007 et en 2013. Seule cette dernière année couvre la période d’application du jour de carence. Il n’y a pas de pic en 2012. Il n’y a pas de rupture de comportement, puisqu’il semble que les pics se produisaient avant l’instauration du jour de carence. Il peut y avoir des causes diverses, comme une épidémie de grippe un peu forte.

On remarque également une légère augmentation des absences longues dans le privé. Il n’est pas évident de conclure à une corrélation entre le jour de carence et une augmentation des absences de longue durée dans la fonction publique d’État. Pourtant, c’est la conclusion de l’INSEE, sur la base du pic de 2013. Une question d’interprétation.

Ce petit exemple montre à nouveau que la statistique n’est pas une science exacte, et qu’elle est sujette à interprétation. Il faut regarder ce qui est observé, et les résultats eux-mêmes.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bonjour

    C’est en effet une enquête déclarative qui n’étudie pas l’impact économique:

     » Ces différences de définition des absences (principalement la première mentionnée) par rapport à une source administrative empêchent d’évaluer l’impact financier de la mesure. Par exemple, lorsqu’un agent déclare à l’enquêteur une absence de deux jours pour raison de santé, il peut avoir fourni un avis d’arrêt de travail pour congé maladie à son employeur. Mais il pourrait avoir préféré poser des journées de congés (congés annuels, RTT…), surtout en présence d’un jour de carence. Il n’est donc pas possible de savoir si une journée de rémunération a été déduite de la paie de l’agent.(page 4) »

    Je suis surpris aussi de voir les salariés du privés avec plus d’absences 3.7% vs 2.9%.
    D’apres la DARES;  » sur la période 2003-2011, la proportion de salariés absents est de 3,9 % parmi les titulaires de la fonction publique, 3,7 % parmi les salariés disposant d’un CDI depuis plus d’un an, mais de seulement 2,6 % parmi les salariés en contrat précaire »

  • Un arrêt maladie long ou court, ce n’est pas la même chose quand même… Il est plus simple de justifier un arrêt court qu’un arrêt long… Donc il est normal que ce dernier soit plus « cohérent ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’était mieux avant.

Mais de quel avant s'agit-il ? avant 1975, lorsque la France dégageait un budget non déficitaire ? c’est possible mais certainement pas avant 1945.

De 1945 à 1975, ce furent les Trente glorieuses, lorsque le PIB augmentait de 5 % par an et que le chômage restait en dessous de 4 %.

En 1973, le premier choc pétrolier est venu perturber cette belle mécanique. Le PIB progresse alors plus lentement et s'accompagne d’une augmentation sensible du chômage atteignant 10 % voire 24 % chez les jeunes.

Que s'... Poursuivre la lecture
dotation générale de fonctionnement
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Le Conseil de Paris qui s’ouvre ce mardi 6 juillet promet d’être assez rock’n roll. Il y sera en effet question de l’épineux dossier du temps de travail des 55 000 fonctionnaires de la capitale. Figurez-vous qu’il est fortement question de les faire travailler davantage, ce qui plonge tous les syndicats et la plupart des élus de gauche dans des transes effroyables.

Halte à l’oppression des travailleurs ! Pas une minute de plus ! clament-ils à l’unisson depuis plusieurs mois.

Éno... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles